Une mort lente pour Internet Explorer


Internet Explorer a été longtemps le web le plus utilisé des internautes, mais avec Firefox et Google Chrome, il n’a pas cessé de dégringoler la pente. Microsoft a donc choisi de se tourner vers un autre navigateur, laissant Explorer trainer la patte jusqu’à sa propre perte
Nuage

 

Une mort lente pour Internet Explorer

 

Joyeux anniversaire et bon vent! Vingt ans après le lancement de la première version d’Internet Explorer, Microsoft s’apprête à tourner une page de l’histoire du web.

D’après le site américain The Verge, le directeur marketing de Microsoft Chris Capossela a confirmé au cours d’une conférence le 16 mars son nouveau projet de navigateur web. En revanche, il n’a pas donné de détails sur ses futurs atouts.

Pour l’instant, il est connu sous le nom de Project Spartan. A terme, il est appelé à remplacer Internet Explorer.

« Nous recherchons la nouvelle marque, ou le nouveau nom, de notre navigateur sur Windows 10. Nous continuerons d’avoir Internet Explorer, mais nous aurons aussi un nouveau navigateur baptisé Project Spartan (…). Nous devons encore lui trouver un nom », a déclaré Chris Capossela.

Il n’est donc pas question de tuer Internet Explorer d’un seul coup, plutôt de le condamner à une mort lente. D’après The Verge, il sera toujours embarqué sur certaines versions de Windows 10, mais Project Spartan sera la principale porte d’entrée vers le web.

L’histoire du web est étroitement liée à celle d’Internet Explorer. Lancé en 1995, il a longtemps été la référence du marché. Mais après un pic à plus de 90% de parts de marché dans le monde au début des années 2000, sa position n’a cessé de s’effriter. Sous les coups de Firefox à partir de 2004, puis de Chrome en 2008, il a vu sa position dégringoler autour de 20% en 2014.

Part de marché des navigateurs internet

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Le Saviez-Vous ► 5 mythes sur Windows qui ont la vie dure


La majorité des utilisateurs d’ordinateur sont sous la gouverne de Windows, même si, on peut quand même utiliser d’autres navigateurs comme Google Chrome, Firefox, etc. Malgré tout, il est bon de savoir certain points sur Windows
Nuage

 

5 mythes sur Windows qui ont la vie dure

 

Photo Microsoft

Stéphanie Godbout

 

Depuis son lancement en novembre 1985, plusieurs versions ont vu le jour, bon nombre de bogues ont été corrigés et de nombreux mythes entourant le fameux système d’exploitation de Microsoft sont apparus.

Allant du retrait en toute sécurité d’un périphérique USB aux virus qui s’attaquent exclusivement aux machines Windows, comment savoir s’il s’agit d’un mythe ou de la réalité?

Voici notre petite liste qui démêle le vrai du faux.

Retirer un périphérique USB «en toute sécurité»

Vrai

.

Pour éviter les mauvaises surprises, il est effectivement recommandé de retirer votre périphérique USB en ayant recours à l’icône Retirer le périphérique en toute sécurité, surtout s’il s’agit d’un dispositif de stockage, comme une clé USB.

Windows n’enregistrant pas toutes les données dans l’immédiat, le retrait trop rapide d’un périphérique pourrait entraîner une perte de celles-ci.

Ainsi, en cliquant sur l’icône pour retirer le périphérique en toute sécurité et en attendant quelques secondes après que le voyant ait terminé de clignoter, si votre accessoire en possède un, vous vous assurez que toutes les informations sont emmagasinées sur votre périphérique avant de le déconnecter.

 

Les virus existent seulement sur Windows

Faux.

Bien que les virus ne s’attaquent pas uniquement aux ordinateurs sous Windows, il est cependant vrai qu’ils sont la cible de prédilection des pirates informatiques. Une des principales raisons?

Ce système d’exploitation, employé par plus de 90 % des utilisateurs d’ordinateurs, domine le marché.

Un virus sous Windows s’attaque donc potentiellement à plus de machines et augmente les chances de réussite du cyberdélinquant.

Ainsi, comme des programmes malveillants se retrouvent aussi sur les ordinateurs Mac et les plateformes mobiles comme Android et iOS, peu importe l’appareil utilisé, la vérité est qu’un logiciel antivirus est un incontournable.

Seul le navigateur Internet Explorer peut être utilisé

Faux.

Si Internet Explorer et Windows semblent indissociables, le navigateur est d’ailleurs déjà installé sur un PC exécutant Windows, vous avez néanmoins la possibilité d’utiliser le navigateur qui vous convient, que ce soit Chrome, Firefox ou autre.

En effet, après avoir été reconnue coupable de pratiques déloyales, Microsoft a l’obligation de proposer aux utilisateurs de Windows le choix du navigateur. Ainsi, dès le premier démarrage du système, plusieurs logiciels sont proposés pour faciliter votre sélection.

Par contre, bien que vous optiez pour un autre navigateur, Internet Explorer ne pourra être complètement désinstallé, puisqu’il est nécessaire pour effectuer différentes tâches de maintenance de Windows.

Windows ne fait pas les mises à jour de façon autonome

Faux.

Si Windows est capable d’effectuer ses propres mises à jour sans votre intervention, il est également possible de paramétrer le système selon vos préférences.

Ainsi, si vous ne voulez pas que les mises à jour soient installées automatiquement sur votre ordinateur, vous pouvez opter de recevoir une notification pour les télécharger et les installer vous-mêmes.

S’il est recommandé par Windows de privilégier une mise à jour automatique, il est possible de changer cette configuration en allant dans Windows Update et de sélectionner l’option désirée sous Mises à jour importantes.

La désinstallation d’un programme n’est jamais totale

Vrai.

Si vous n’utilisez plus un logiciel, vous pourriez avoir envie de le désinstaller de votre ordinateur afin, notamment, de libérer de l’espace sur votre disque dur.

Bien que Windows dispose d’une fonction «Désinstaller», accessible depuis le Panneau de configuration, il se peut qu’elle ne soit pas totalement efficace et qu’il reste des traces du logiciel sur votre ordinateur.

L’utilisation d’un outil dédié, tel que CC Cleaner ou encore Revo Uninstaller, peut s’avérer une alternative plus sûre pour nettoyer complètement votre ordinateur d’un logiciel obsolète.

http://fr.canoe.ca

Internet Explorer, navigateur le plus utilisé mais aussi le moins sécurisé


Cela fait belle lurette que j’ai délaissé Internet Explorer, il y a d’autres domaines d’exploitations qui sont plus sécuritaire et on s’habitue très vite à les utiliser.
Nuage

 

Internet Explorer, navigateur le plus utilisé mais aussi le moins sécurisé

Une fois encore, c’est Internet Explorer qui a enregistré le plus de vulnérabilités au premier trimestre 2014. La rançon d’un succès qui se ternit. Photo : NVD/Bromium

Florence Santrot

metronews.fr

SÉCURITÉ – En perte de vitesse, Internet Explorer demeure le navigateur Web le plus populaire. Mais c’est aussi celui qui compte le plus de failles de sécurité, selon un nouveau rapport.

Avec 58 % de parts de marché*, un chiffre stable, Internet Explorer reste encore et toujours le navigateur Web le plus populaire. Mais qui dit grand nombre d’utilisateurs, dit aussi multiples attaques des pirates. Selon le nouveau rapport établi par Bromium, le navigateur de Microsoft était – et de loin – le plus vulnérable en termes de sécurité au premier semestre 2014, souligne le site Tom’s Guide.

De nettes améliorations pour Firefox et Chrome

Le cabinet Bromium, qui analyse les données issues du NVD, la base de données américaine des vulnérabilités, vient d’établir qu’Internet Explorer est le navigateur potentiellement le plus dangereux en ce début d’année, alors que Chrome et Firefox étaient en tête en 2013. Malgré de nombreux patches de sécurité appliqués au premier semestre, les ingénieurs d’IE (qui en est à sa version 11) n’ont donc pas réussi à inverser la tendance alors que ceux de Mozilla (Firefox) et Google (Chrome) ont fait faire de nets progrès à leur logiciel.

Dans le même temps, des logiciels comme Java (Oracle) ou Flash (Adobe) ont nettement progressé en termes de sécurité, même si ce dernier demeure le plus visé par des attaques avec Internet Explorer. La suite Microsoft Office connaît elle aussi une amélioration du nombre de vulnérabilités constatées.

*Source : Netmarketshare

Les navigateurs Web par ordre de popularité (juin 2014)

Dans le monde (selon Netmarketshare)

– Internet Explorer : 58,38 %

– Chrome : 19,34 %

– Firefox 15,54 %

– Safari : 5,28 %

– Opera : 1,05 %

En France (chiffres basés sur les statistiques d’audience de metronews.fr)

– Chrome : 38,7 %

– Firefox : 25,6 %

– Internet Explorer : 20,05 %

– Safari : 11,3 %

– Opera : 0,6 %

http://www.metronews.fr

Réparer la faille Heartbleed perturbera internet


Tranquillement, les navigateurs, les sites se remettent de l’intrusion du Heartbleed. Cependant, il se peut que certains sites soient perturbés en lenteur ou en accessibilité
Nuage

 

Réparer la faille Heartbleed perturbera internet

 

Réparer la faille Heartbleed perturbera internet

Photo Heartbleed

WASHINGTON – Réparer l’importante faille informatique Heartbleed, découverte la semaine dernière, pourrait selon des experts américains en sécurité informatique perturber et ralentir internet le temps que son antidote soit généralisé.

La bonne nouvelle est que la plupart des grands sites vulnérables ont mis à jour leurs systèmes. Mais la mauvaise nouvelle est que les navigateurs (Chrome, Firefox, Internet Explorer…) risquent d’être surchargés par le renouvellement nécessaire des certificats de sécurité, ce qui pourrait conduire à des messages d’erreur et ralentir l’accès à certains sites, explique Johannes Ullrich, du SANS Internet Storm Center.

Heartbleed («coeur qui saigne» en français) touche les versions postérieures à mars 2012 d’une portion de programme baptisée OpenSSL, intégrée à de très nombreux sites internet pour sécuriser des communications ou des transactions.

Le correctif passe par l’obtention par les sites de nouveaux certificats de sécurité pour qu’ils soient reconnus comme fiables par les navigateurs. Mais, les navigateurs doivent mettre à jour leur liste de certificats ou «clés» non fiables ou frauduleux, qui déclenchent une alerte quand un internaute tente d’y accéder.

Les navigateurs peuvent habituellement mettre à jour quelques dizaines de clés par jour, mais à cause d’Heartbleed, la liste pourrait se monter à plusieurs dizaines de milliers. Et si la vérification dure trop longtemps, les navigateurs pourraient simplement déclarer le site invalide ou retourner un message d’erreur.

«Les gens vont voir des erreurs», prévient Johannes Ullrich. Le danger, selon lui, est que les utilisateurs ignorent ces avertissements.

Alors que des milliers de sites requièrent de nouveaux certificats de sécurité, «certaines autorités de certificats et administrateurs de sites ont fait des erreurs flagrantes», a souligné la société de sécurité informatique Netcraft.

Google a appelé lundi les développeurs d’applications pour téléphones Android à créer de nouvelles clés de sécurité pour empêcher d’éventuelles failles.

Veo Zhang, spécialiste de sécurité informatique chez Trend Micro, explique que les smartphones sont potentiellement vulnérables, à la fois parce qu’ils se connectent à des serveurs affectés par Heartbleed, et parce que certaines applications mobiles sont vulnérables.

«Nous en avons trouvé 273 (applications) dans Google Play», c’est-à-dire dans l’univers des applications pour Android, a-t-il écrit sur son blogue.

http://fr.canoe.ca/

Le Saviez-vous ► Internet, en quelques dates clés


En 25 ans, Internet en a fait du chemin. Des dates qui ont été marquantes pour la toile virtuelle qui a changé la vie de plus de 40 % de la population mondiale
Nuage

 

Internet, en quelques dates clés

 

Internet, en quelques dates clés

Photo Fotolia

NEW YORK – Si certains concepts sur lesquels repose internet remontent aux années 1950, l’histoire publique du world wide web a vraiment débuté il y a 25 ans.

Voici quelques grandes dates de son histoire:

– 12 mars 1989: l’informaticien britannique Tim Berners-Lee fait circuler sa «proposition de gestion de l’information» au sein de l’organisation européenne pour la recherche nucléaire (Cern), posant les fondement de l’internet mondial.

Les codes informatiques sont rendus public l’année suivante, parallèlement à un premier navigateur baptisé «WorldWideWeb».

– 1993: une équipe de l’université de l’Illinois (nord des États-Unis) emmenée par Marc Andreessen développe Mosaic, un navigateur avec une interface intuitive qui aide à populariser internet et sert de base au navigateur Netscape lancé l’année suivante.

– 1994: le libraire en ligne Amazon.com fait ses débuts. La Chine accède àinternet mais filtre les contenus.

La Maison blanche lance son site internet, mais certains utilisateurs tapent une adresse en .com et atterrissent sur un site pornographique.

– 1995: première connection internet en Afrique. Le groupe informatique Microsoft initie une «guerre des navigateurs» en sortant Internet Explorer, qui finira par tuer Netscape, et eBay lance ses premières enchères en ligne.

Le monde compte 16 millions d’internautes, soit 0,4% de sa population.

– 1996: le finlandais Nokia lance un premier téléphone mobile avec une connectivité internet.

– 1998: les autorités américaines confient la régulation mondiale des noms de domaine (extensions en .com, .gov, etc) à un organisme privé mais basé aux États-Unis, l’Icann. Débuts de Google, qui deviendra le premier moteur de recherche en ligne.

– 2000: le virus ILOVEYOU infecte des millions d’ordinateurs dans le monde, causant des milliards de dollars de dommages et mettant en lumière l’importance de la sécurité en ligne.

L’emballement autour d’internet et de ses startups emmène l’indice boursier américain Nasdaq, à dominante technologique, à un record de 5048 points plus jamais égalé à ce jour. L’explosion de la «bulle» le ramènera à 1114 points en 2002.

– 2001: le populaire service de partage de musique en ligne Napster est fermé par la justice américaine, un symbole des débats sur les droits d’auteurs en ligne.

– 2005: internet compte un milliard d’utilisateurs dans le monde

– 2007: l’Estonie organise la première élection parlementaire en ligne

– 2012: le réseau social en ligne Facebook dépasse le milliard d’utilisateurs. Le robot Curiosity de la NASA s’enregistre sur l’application de localisation Foursquare depuis la planète Mars. La France débranche son Minitel.

– 2012: un traité controversé de l’ONU sur le règlement des télécommunications est signé par 89 États, mais 55 autres, dont les États-Unis et la France, s’y opposent au nom de la liberté d’internet. Certains pays critiquent le contrôle trop important des États-Unis sur la toile.

– 2013: 40% de la population mondiale, soit environ 2,7 milliards de personnes, sont connectées à internet. Le chinois dépasse l’anglais comme langue dominante.

http://fr.canoe.ca/

Internet Explorer va se mettre automatiquement à jour


Pour ma part cela ne me dérange pas, et pour ceux qui aurait des ancienne version comme XP par exemple, il semblerait que Microsoft détecterait leur version pour ne pas mettre le bon Internet Explorer
Nuage

 

Internet Explorer va se mettre automatiquement à jour

image:http://assets.branchez-vous.net/admin/images/techno/ie_1.jpg

Utilisateurs d’Internet Explorer, réjouissez-vous! A partir du mois de janvier, les installations des nouvelles versions du navigateur de Microsoft se feront automatiquement.

La firme de Redmond l’a annoncé jeudi 15 décembre sur le blogue officiel d’Internet Explorer. Visiblement fatigué d’attendre que les utilisateurs mettent à jour leur version du navigateur maison, Microsoft décide de prendre les devants.

L’objectif est à la fois simple et… simple! Viser toute version d’Internet Explorer qui n’a pas sa place sur chaque version du système d’exploitation Windows.

Ainsi, pour Windows XP, si Internet Explorer 6 ou 7 est détecté, alors il passera à la version 8. Pour Vista: si il y a Internet Explorer 7 ou 8, ce sera donc un passage à la version 9 et enfin pour Windows 7, si internet Explorer 8 est installé, il faudra voir le navigateur passé à la version 9.

Le responsable business et marketing pour Internet Explorer, Ryan Gavin, explique que l’éditeur souhaite désormais mettre à jour les systèmes de la manière la plus simple et la plus efficace possible. Selon lui, il s’agirait d’une question de sécurité, puisque chaque nouvelle version du navigateur est mieux armée contre les agressions que les précédentes.

De plus, même si cela n’est pas dit pour des raisons évidentes, Microsoft souhaiterait par la même occasion se débarrasser définitivement d’Internet Explorer 6.

Rappelons en effet, que, selon les chiffres de StatCounter en novembre 2011, Internet Explorer 6 était encore installé sur plus de 2% des machines à l’échelle mondiale. Au Canada, ce chiffre était inférieur à 1% dès le mois d’octobre.

Si pour une raison ou pour une autre vous souhaitez bloquer ces installations (malgré les recommandations), cela restera possible à vos risques et périls.

http://www.branchez-vous.com