Non, la Terre n’a pas capté de signal radio extraterrestre


Les amateurs extraterrestres vont être déçus que l’étrange signal radio qu’on croyait venir de l’espace il y a quelques jours, serait plus que probable originaire de la Terre
Nuage

 

Non, la Terre n’a pas capté d’extraterrestre

 

De tout temps, l’humain s’est demandé s’il était seul dans l’univers.   PHOTO : ISTOCK

Les Terriens ne sont pas sur le point de parler à des extraterrestres. Le puissant signal radio qui a été récemment détecté par des scientifiques russes n’est pas un signe d’intelligence extraterrestre ailleurs dans l’Univers, comme il avait été évoqué plus tôt cette semaine.

Une équipe d’astronomes menée par Nikolai Bursov de l’Académie russe des sciences avait détecté un curieux signal, le 15 mai 2015, grâce au radiotélescope RATAN-600 situé dans la République russe de Karatchaïévo-Tcherkessie, près de la frontière avec la Géorgie.

Rapidement, différentes théories ont circulé sur l’origine du signal.

Les chercheurs croyaient notamment que le signal de 11 gigahertz provenait du voisinage de l’étoile HD164595, située à 95 années-lumière de la Terre. Cette étoile de la taille du Soleil possède au moins une planète en orbite autour d’elle. Celle-ci est toutefois trop proche pour abriter de la vie.

Cette nouvelle avait suscité une intense spéculation sur la possible présence d’extraterrestres.

Mais des analyses plus poussées ont confirmé que le signal était probablement d’origine terrestre, affirment maintenant les scientifiques.

« Nous pouvons dire avec confiance que nous n’avons pas encore détecté de signaux extraterrestres », disent les scientifiques russes dans un communiqué.

Le groupe américain SETI (Search for Extra-Terrestrial Intelligence), qui tente de décoder les signaux radio provenant d’autres mondes depuis 1984, a lui aussi confirmé qu’il n’avait pas réussi à détecter de nouveau le signal dont parlaient les scientifiques russes.

http://ici.radio-canada.ca/

Pour trouver des extraterrestres, il faudra comprendre les dauphins


Que ce soit les dauphins ou autre animal, pourrait permettre de comprendre les signaux, que nous prenons que pour du bruit… Peut-être que cela aiderait à détecter d’autres civilisations quelque part dans l’espace,Enfin, qui sait !!!
Nuage

 

Pour trouver des extraterrestres, il faudra comprendre les dauphins

Dolphin-Research-Center_Florida-Key's Reinhard Link via Flickr CC License by

Dolphin-Research-Center_Florida-Key’s Reinhard Link via Flickr CC License by

Repéré par Vincent Manilève

Comment prétendre communiquer avec une race supérieurement intelligente si on ne peut même pas parler avec les animaux les plus évolués qui nous entourent?

Connaissez-vous le très sérieux Ordre du Dauphin? Cette société plus ou moins secrète a été lancée en 1961 autour d’un neuroscientifique du nom de John Lilly, connu jusque-là pour avoir lancé l’idée que les dauphins avaient leur propre langage, capable de rivaliser avec le nôtre. Le but de cette société était d’explorer une hypothèse en apparence très farfelue: si l’on veut être en mesure de déchiffrer un langage extraterrestre, il faut d’abord être en mesure de comprendre la langue complexe des dauphins.

Depuis, le travail de Lilly et de son Ordre a perdu de son éclat et suscité un intérêt aléatoire au sein de la communauté de scientifiques en charge de trouver une intelligence extraterrestre. En 2013, le Wall Street Journal expliquait même que les preuves d’existence d’un langage chez les dauphins étaient inexistantes, même si ces derniers possèdent des signatures de reconnaissances qui leur sont propres, comme des noms.

Mais, aujourd’hui, comme le raconte le site Nautilus, cette démarche particulière «est de nouveau à la mode, grâce à de nouvelles applications de la théorie de l’information et des avancées technologiques, comme le Cetacean Hearing Telemetry (CHAT), un ordinateur submersible qui établit une communication basique avec les dauphins».

Syntaxe

Sans aller jusqu’à parler de langage pour désigner la façon de communiquer des dauphins, beaucoup de scientifiques estiment désormais que leurs «bruits» manquent de caractéristiques linguistiques, certains chercheurs comme Laurance Doyle persistent dans la voie tracée par Lilly.

«Certains estiment que les signaux des dauphins peuvent même être utilisés pour transmettre des choses comme l’humeur, le sexe, ou l’âge du dauphin», écrit Nautilus.

Doyle a repris les travaux d’un linguiste d’Harvard des années 1930, George Zipf, et a découvert que, comme pour le langage humain, les dauphins ont probablement une syntaxe.

«Pourquoi une telle syntaxe existerait? Pour une raison, cette syntaxe permet de compenser les erreurs dans la transmission, qui a définitivement une valeur en matière de survie, explique Laurance Doyle. Un exemple humain pourrait être le déchiffrage de lettres manquantes dans un manuscrit mal copié en utilisant les règles de l’orthographe.»

Ces travaux pourraient ainsi aider les astronomes à détecter des sons cosmiques dont la structure laisse apparaître les bases d’une forme linguistique, comme on a pu le faire chez les dauphins et d’autres espèces animales. Étudier notre propre planète est donc indispensable pour ne pas manquer, un jour peut-être, le premier «Coucou» venant d’une autre planète.

http://www.slate.fr/