Les produits ménagers, plus dangereux que les cigarettes (surtout pour les femmes)


On sait que les produits ménagers vendus dans les magasins ne sont pas inoffensifs. Il semblerait qu’en fait, ils sont plus dangereux pour la santé pulmonaire et les victimes sont surtout des femmes. Pourquoi ? Majoritairement, ce sont les femmes qui font le ménage. Il y a moyen de minimiser les risques, en fabriquant nous-même les produits de nettoyage
Nuage

 

Les produits ménagers, plus dangereux que les cigarettes (surtout pour les femmes)

 

Red spray bottle nozzle | Your Best Digs via Flickr CC License by

Red spray bottle nozzle | Your Best Digs via Flickr CC License by

Repéré par Thomas Messias

Repéré sur The Independent

Une étude norvégienne vient de mettre en lumière ce que l’on suspectait déjà, mais à un degré plus élevé encore : certains sprays ménagers auraient un impact particulièrement fort sur nos poumons. Et surtout sur ceux des femmes.

On se doutait bien que ça n’était pas forcément très bon pour la santé, ni d’ailleurs pour les nappes phréatiques, mais une étude récemment publiée par l’Université de Bergen vient de le confirmer avec fracas : certains produits ménagers seraient particulièrement dangereux. Leur utilisation régulière provoquerait même plus de dégâts sur les poumons des consommateurs et consommatrices que le fait de fumer 20 cigarettes par jour pendant 10 à 20 ans.

C’est en tout cas ce qu’affirme Cecilie Svanes, enseignante et chercheuse au sein de l’université norvégienne. Pour arriver à cette conclusion, son équipe a suivi plus de 6000 personnes sur une période de 20 ans, le but étant d’étudier l’impact de certains produits ménagers courants sur l’état de leurs poumons. Rapportés par The Independent, les résultats de l’étude montrent un incontestable déclin de la santé pulmonaire des utilisateurs… ou plutôt des utilisatrices.

Les femmes particulièrement touchées

Ce n’est pas vraiment une surprise pour qui s’intéresse à la charge mentale et au partage des tâches ménagères, mais les femmes seraient en effet bien plus touchées par ce phénomène que les hommes. Aucune étude n’ayant pour l’instant démontré que les poumons des femmes étaient particulièrement plus fragiles que ceux des hommes, la raison est sans doute à trouver ailleurs : dans le partage totalement inéquitable des activités de ménage.

Les femmes utilisant ces produits très fréquemment, et en particulier les femmes de ménage, s’exposeraient donc à des insuffisances pulmonaires extrêmement fortes. L’ingestion régulière de micro-particules émanant des bouteilles de sprays ménagers contribuerait peu à peu à dégrader leurs poumons de façon irréversible.

Plusieurs solutions simples sont à proposer. Un partage plus équitable des tâches ménagères permettrait déjà d’équilibrer les dommages entre hommes et femmes. L’utilisation d’équipements de protection (masques couvrant la bouche et le nez) est également conseillée. Mais la mesure la plus radicale consisterait tout simplement à ne plus utiliser ces produits achetés dans les grandes surfaces, et à utiliser des méthodes plus artisanales et plus saines pour nettoyer son intérieur ou celui des autres.

Savon noir, bicarbonate de soude, vinaigre blanc, citron : à l’aide de ces quelques produits simples, il est possible de fabriquer soi-même des produits d’entretien tout à fait efficaces. Un phénomène qui prend de l’ampleur, allant de pair avec la montée en puissance du «zéro déchet» qui semble séduire un nombre croissant de citoyens et de citoyennes. 

http://www.slate.fr

La fumée secondaire plus dangereuse chez les filles


Aujourd’hui, nous sommes de plus informés sur l’impact des cigarettes sur la santé des consommateurs ainsi que ceux qui sont exposés a la fumée secondaire .. car oui fumer et peut-être une décision personnelle, mais avec les connaissances d’aujourd’hui, nous devrions pas fumer en présence d’enfant .. Avoir su !!!
Nuage

 

La fumée secondaire plus dangereuse chez les filles

 

© Shutterstock

Les effets de la fumée secondaire semblent plus graves chez les petites filles que chez les garçons, selon une récente étude américaine.

La capacité pulmonaire des fillettes serait six fois plus affectée par la fumée secondaire que celle des garçons, selon une recherche effectuée par des scientifiques de l’University of Cincinnati College of Medicine.

Ils ont aussi découvert que les enfants exposés en bas âge à des taux élevés de fumée secondaire et qui avaient développé des allergies en bas âge, soit vers l’âge de deux ans, ont plus de risques de connaître des problèmes d’insuffisance pulmonaire à l’âge de sept ans.

«Il existe une interaction complexe entre l’exposition à la fumée secondaire, la période de l’exposition et la quantité de fumée, ainsi que plusieurs autres facteurs de risques comme l’asthme et les allergies», indique Kelly Brunst, auteure principale de cette étude.

Pour parvenir à ces résultats, les scientifiques ont analysé les données relatives à 476 enfants, de la naissance à l’âge de sept ans. Leur capacité pulmonaire était mesurée régulièrement et la prévalence de l’asthme évaluée. Ces informations ont été recoupées avec la présence ou non d’allergie chez les jeunes participants à l’étude.

Cette étude est la première à explorer les différences qui peuvent exister entre garçons et filles pour ce qui est des dommages pulmonaires causés par la fumée secondaire. Les résultats de ces travaux ont été publiés dans la revue scientifiquePediatric Allergy.

http://sante.canoe.com