Le chat d’appartement et les doudous : pourquoi en a-t-il besoin ?


Des chats aussi peuvent avoir une doudou, que ce soit une peluche, coussin ou autre, cela est normal, mais quand certain comportements sont présents, mieux vaut s’attarder sur les causes qui peuvent être un stress pour le félin
Nuage

 

Le chat d’appartement et les doudous : pourquoi en a-t-il besoin ?

 

Crédits photo : Paul Kamblock – Flickr

Marie-Hélène Bonnet
Comportementaliste du chat

Une peluche, un morceau de tissu, un vieux vêtement… Les chats aussi ont parfois besoin d’un doudou, pour se rassurer, se rappeler leur maman, compenser un manque.

Comportementaliste du chat, Marie-Hélène Bonnet nous en dit plus sur le chat et son doudou, la relation qu’il entretient avec lui, les raisons pour lesquelles il se réfugie auprès de lui :

Parlons doudou. Le Doudou avec un grand D. Celui que Minou traine derrière lui depuis des années, et qu’il prend parfois pour son petit…

A quoi sert le doudou du chat ?

Comme chez nos enfants humains, le chat a besoin de se rassurer parfois. Une odeur familière, une texture qui rappelle le ventre doux et chaud de la chatte quand il la tétait encore, il n’en faut pas plus à Minou pour ronronner.

Le doudou sert tantôt de proie, tantôt de petit que l’on toilette, que l’on réchauffe contre son ventre, ou que l’on éduque d’un miaulement ou d’un coup de patte ! Il compense les instincts de notre petit félin préféré.

On constatera qu’un chat vivant seul aura plus facilement un doudou qu’un chat vivant en communauté. En effet, le chat ayant des relations sociales avec ses congénères comblera son instinct maternel/paternel avec un chat plus jeune, et surtout il ne laissera pas voir ses « faiblesses » à son compagnon de vie : le doudou pourrait devenir un point faible !

On pourra aussi se dire qu’une chatte a plus facilement un doudou qu’un mâle, le besoin de faire perdurer la race fait qu’elle a besoin de ce substitut, et ce même si elle est stérilisée.

On peut bien entendu trouver 1001 justifications au doudou ou à son absence dans la vie du chat, le principal à en retenir c’est qu’un chat qui se sent un peu contrarié ira très vite se consoler sur ce dernier.

Un comportement à surveiller

Et quand le stress monte, on le prendra à patouner dessus, une tentative de sa part de revenir dans le passé, de se remémorer l’époque où au moindre souci maman était là… Parfois même on verra Minou téter le doudou, là encore il refait son flash back dans le passé.

Toutefois, si Minou patoune son doudou, on a compris qu’il s’agissait de stress qu’il tente de faire partir, mais s’il le tète tout laisse à penser que son stress augmente et que le simulacre représenté par le patounage ne suffit plus.

Dans ce cas il faudra être attentif sur plusieurs points :

– Trouver ce qui stresse Minou, et faire en sorte de le rassurer, quitte à lui donner les fleurs de Bach adaptées à son stress pour l’aider à le gérer.

– Vérifier qu’il n’avale pas de morceaux du doudou, plastique ou tissus, cela pourrait entraîner un PICA, et aller jusqu’à l’occlusion intestinale qui pourrait s’avérer fatale si on ne la détecte pas assez rapidement.

Evidemment, il ne s’agit pas d’interdire un doudou à Minou, mais de faire en sorte que cela ne devienne pas pathologique en cas de problèmes.

Autres points importants : ne tentez pas de retirer le doudou de votre chat lorsqu’il est avec, ne le grondez pas, et ne le transformez pas en jouet. S’il vous l’amène, c’est comme s’il vous présentait ses chatons, ayez une attitude adaptée, flattez-le, il vous rapportera l’objet tant adulé à l’avenir. Evitez aussi de cacher le doudou, ce qui pourrait le stresser, encore une fois il faut bien différencier jouets, jeux et doudous !

http://wamiz.com/

Une façon simple de détecter les mensonges


Nous voyons beaucoup de séries policières ou de documentaires des gestes, des réactions subtiles qui dénotent un mensonge. Pourtant, il semblerait que nous avons cette capacité de détecter les mensonges de notre interlocuteur sous forme de message subliminal et que si nous écoutions cette petite voix que notre cerveau nous envoie, nous pourrions même distinguer entre le vrai et le faux
Nuage

Une façon simple de détecter les mensonges

 

Sébastien Bohler

Comment savoir si on vous ment ? A notre insu, notre cerveau note tous les signes imperceptibles qui trahissent le menteur. Il crée un sentiment diffus qu’il faut savoir écouter.

Le meilleur des détecteurs de mensonges, c’est vous. Et vous ne le savez pas. Pourquoi ? Parce que, dès l’instant où vous voulez savoir objectivement si une personne ment ou non, votre cerveau devient aveugle à tous les détails imperceptibles que vous envoie son corps, son visage et sa voix. Pour retrouver l’accès à ces messages subliminaux, il faut se laisser aller, et écouter son instinct. Essayer d’entendre cette petite petite voix qui vous sussurre à l’oreille :

« Je ne sais pas pourquoi, je sens que cette personne ne dit pas la vérité ».

C’est ce que les psychologues appellent la détection inconsciente du mensonge.

Une expérience de mensonge subliminal

Dans leur article publié dans le journal Psychological Science, Leanne ten Brinke et ses collègues de l’Université de Californie, à Berkeley, ont fait visionner à des sujets tests des vidéos d’individus en train de mentir ou de dire la vérité. Puis, les spectateurs devaient réaliser une tâche, apparemment simple, consistant à classer le plus rapidement possible des mots comme fiable, authentique, trompeur, faux, honnête, triche, valide, selon deux catégories : MENSONGE ou VÉRITÉ. Mais avant la présentation de chaque mot, les scientifiques faisaient apparaître sur l’écran d’ordinateur, pendant un temps trop court pour être perçu consciemment (17 millièmes de secondes) l’image d’un des individus visionnés auparavant (menteur ou sincère).

Ils ont constaté que, après avoir perçu de manière subliminale l’image d’un menteur, les sujets classaient plus vite les termes associés au mensonge. Après avoir vu en image subliminale une personne disant la vérité, ils classaient plus vite les termes associés à la vérité.

L’explication serait aussi simple que surprenante : notre cerveau « inconscient » reconnaît des signes du mensonge sur les visages. Lorsque de tels signes lui sont présentés en mode subliminal (par des images ultrabrèves), il reçoit l’image du mensonge ce qui explique qu’il classe plus vite les concepts liés au mensonge.

Concrètement, qu’en tirer ?

Autrement dit, n’essayez pas de voir chez les autres tel ou tel signe du mensonge. Ces signes échappent à notre conscience. Contentez-vous de passer un moment avec cette personne. Votre cerveau enregistre tout. Puis, une fois sorti, laissez votre sensation affleurer. Que ressentez-vous ? Avez-vous confiance, ou non ? La capacité d’écoute de ses propres intuitions est sans doute ce qu’il faut développer le plus en pareille circonstance. Si vous savez l’entendre, l’inconscient vous montrera la voie…

http://www.pourlascience.fr/

Ce chien tente-t-il de sauver la vie de poissons ?


Est-ce qu’un chien peut savoir que l’eau est vitale pour les poissons ? Est-ce que ce chien essaie tant bien que mal à sauver des poissons qui se sont échoués ?
Nuage

 

Ce chien tente-t-il de sauver la vie de poissons ?

 

Par Sophie Le Roux

Crédits photo : Youtube – liea

Oui, les chiens sont bien nos meilleurs amis et nous le prouvent chaque jour. Mais leur dévouement, ils ne le réservent pas aux seuls humains. Nos chers toutous se fichent bien de savoir à quelle espèce appartiennent ceux à qui ils viennent en aide.

Les internautes ne sont alors qu’à peine étonnés de voir un brave chien tenter de ramener à la vie des poissons échoués. Filmée en Thaïlande, dans la province de Phetchaburi, la scène a été visionnée par près de 300 000 personnes en seulement deux jours. Mais voilà, il se pourrait bien que ces milliers d’internautes se soient émus à tort.

Sur ces images, le chien tente de recouvrir des poissons avec de l’eau, comme s’il voulait les réanimer. Mais si en réalité ce toutou ne voulait pas sauver les poissons mais simplement les enterrer pour les cacher et venir les chercher plus tard ? N’ayant rien d’autre sous la patte, et obéissant à son instinct, il utiliserait l’eau comme il pourrait utiliser de la terre.

Le débat fait rage sur la toile, certains étant persuadés que le chien essaie réellement de réanimer les poissons, les autres affirmant qu’il s’agit là d’un simple comportement naturel n’ayant rien à voir avec de la compassion.

 

http://wamiz.com

Les chats hybrides, des animaux domestiques dangereux ?


Je trouve que ces chats sont magnifiques, cependant, jouer avec la génétique des chats domestiques en les croissants avec des chats sauvages pourrait être dangereux. Car les chatons héritent autant des deux espèces. De toute manière, il y a déjà tellement de chats sans abris et de plusieurs races que nous peinons a trouver des familles pour eux
Nuage

 

Les chats hybrides, des animaux domestiques dangereux ?

 

Par Charlotte Grenier

Crédits photo : AussieGold – Flickr

Les félins hybrides rencontrent un succès de plus en plus important parmi les amateurs de chats. Issus d’un croisement entre des chats domestiques et des félins sauvages, dont le plus connu est le Savannah, ces hybrides séduisent par leur physique particulier et leur exotisme.

Aux États-Unis, le grand public est particulièrement friand de ces croisements leur donnant l’impression d’avoir un animal sauvage chez eux. Mais les spécialistes commencent à regretter une législation trop laxiste au sujet de ces félins. Des groupes de protection animale, soucieux des conséquences de la présence de tels chats dans les foyers, ont lancé une pétition pour limiter leur possession et leur élevage dans le pays.

Un instinct sauvage encore très présent

L’un des arguments les plus soutenus par les signataires de cette pétition est que les hybrides n’ont pas de sauvage que l’apparence. Un tel physique irait de pair avec un comportement très proche de celui de leurs ancêtres prédateurs, ce qui peut entraîner rapidement des problèmes dans la maison.

« Ils sont passionnants au début, et adorable quand ils sont petits, mais en grandissant ils peuvent devenir des animaux dont les gens ne sont pas capables de s’occuper », explique Daniel Lutz, membre de l’Animal Legal Defense Group.

Daniel Lutz, tout comme les autres associations signataires de la pétition, craint que ces félins hybrides très exigeant ne finissent par être abandonnés par leurs maîtres. Or, les populations de chats errants posent déjà un certain nombre de problèmes, comme la mise en danger de certaines espèces animales leur servant de nourriture. On imagine alors très bien les conséquences d’une population d’hybrides sauvages errant, des prédateurs encore plus redoutables !

Contrôler la population comme celle des grands félins

La pétition en question demande donc que les chats hybrides soient traités de manière similaire aux grands félins (lynx, puma etc…), de sorte que leur population ne devienne jamais hors de contrôle. Parmi les signataires, on compte d’ailleurs quatre sanctuaires pour grands félins, bien conscient de la menace que peut représenter une population sauvage d’hybrides.

© Shayhaas – Flickr

Particulièrement restrictive, la pétition entend entre imposer la stérilisation systématique des chats issus d’un croisement avec un félin sauvage, que leur adoption nécessite un permis spécial et que les hybrides de compagnie soient au moins issus de la quatrième génération depuis le croisent entre le félin sauvage et le chat domestique.

Des demandes très strictes donc, qui ne sont pas sans déplaire aux éleveurs de ces races très particulières. Car à leurs yeux, ces chats sont d’exceptionnels animaux de compagnie, qui ont déjà prouvé à de multiples reprises qu’ils s’entendent à merveille avec les enfants et les autres animaux. 

http://wamiz.com

L’instinct paternel du chat et son rôle dans l’éducation du chaton


En général c’est la chatte qui s’occupe de ses chatons, mais pour x raisons quand les petits sont en âge pour commencer a manger, le papa chat peut prendre en charge l’éducation si le besoin s’en fait sentir
Nuage

 

L’instinct paternel du chat et son rôle dans l’éducation du chaton

 

Crédits photo : randomix – Flickr

 

Si l’on parle bien plus souvent du rôle primordial de la mère dans l’éducation du chaton, la présence du père ne doit pas être négligée, car elle peut elle aussi avoir son importance.

Marie-Hélène Bonnet, comportementaliste du chat, nous en dit plus sur l’instinct paternel du chat et son rôle dans l’éducation et le développement des chatons.

Un instinct de survie

Au-delà d’un instinct paternel pur et simple il s’agit surtout d’un instinct de survie de l’espèce chez le chat mâle. Un chat mâle qui trouve un chaton viable en âge de se nourrir seul, ou un jeune chaton dont la mère est défaillante mais le nourrit, va prendre en charge le chaton, voir la portée entière et l’éduquer comme la mère l’aurait fait elle-même.

Le chat n’a pas la notion de père ou de mère comme chez l’humain, il voit plutôt sa paternité comme une continuité de l’espèce, une obligation éducative, un devoir. Il se laissera faire comme une chatte sans tenir compte de sa virilité (notion plus humaine).

Ainsi un chat se laissera mordiller, griffouiller, chahuter par des jeunes ; il fera mine de se faire attaquer et vaincre par les jeunes. Et bien au-delà il ira jusqu’à se laisser téter, afin d’assouvir le besoin de succion du jeune chat, qui doit pouvoir téter jusqu’à 3 mois, la lactation étant secondaire.

Bien sûr un nouveau né aura besoin de s’alimenter en tétant, mais un chaton passé 1 mois s’alimente seul ou presque. L’action de téter est plus liée au bien-être, à la compréhension du jeune et à son apaisement. Les phéromones relâchées au moment de la tétée sont rassurantes, calmantes et indispensables à l’équilibre comportemental du chaton.

Le fait de patouner en tétant a aussi un effet mécanique rassurant. L’adulte profite de se moment de détente pour toiletter les chatons, indiquant ainsi aux petits qu’un dominant peut faire une toilette, c’est plus une forme de respect mutuel qu’un signe de soumission (là encore énorme différence avec les chiens !).

Une mère de substitution

Il est entendu toutefois que les dominés feront la toilette des dominants en premier, mais en guise de remerciement, les dominants rendront la pareille; nous avons ici un exemple de ce qu’un père chat peut apprendre à sa portée en agissant comme éducateur assumant pleinement sa fonction.

On peut d’ailleurs plus parler de respect d’ancienneté et de position dans la hiérarchie du clan plutôt que de dominant, cette notion n’existant pas naturellement chez le chat. La part éducative du chaton est donc primordiale à son développement physique et psychique, les codes sociaux font aussi partis de cette éducation. Le père fera donc en sorte de se substituer à la mère absente.

Là encore on peut souligner que chez le chat il n’y a pas de notion « papa » ou « maman » mais éducateur au sens large.

Toutefois il est imprudent de laisser un chat mâle entier approcher d’une portée de quelques jours au risque qu’il tue les chatons, dans le seul but de faire retomber la femelle en chaleur et saillir rapidement…

On retiendra donc que le père ne devra pas être totalement isolé de la portée, il est même recommandé de le laisser avec ses chatons dès qu’ils commencent à sortir du nid (4 semaines). La socialisation et la sociabilisation du chaton n’en seront que renforcées !

Marie-Hélène Bonnet
Comportementaliste du chat
www.comportement-chat.com

http://wamiz.com/

Un chien sauve un enfant maltraité par sa baby-sitter


Les chiens le savent quand il y a quelque chose qui cloche et certain d’entre eux ont un tempérament pour défendre même un être humain si petit soit-il
Nuage

Un chien sauve un enfant maltraité par sa baby-sitter

 

Crédits photo : Facebook – Hope Jordan

Par Sophie Le Roux

L’instinct et le dévouement de nos meilleurs amis à 4 pattes ne cesseront jamais de nous surprendre, et nous émouvoir. L’histoire de ce petit garçon, sauvé par son chien des mains d’une femme qui le maltraitait, n’est qu’une nouvelle illustration de ce que les animaux de compagnie sont capables de faire pour leur famille.

Sauvé par l’instinct de son chien

Quand Hope et Benjamin ont embauché Alexis Khan pour garder leur fils Finn, alors âgé de sept mois, ils ont eu un bon pressentiment. La jeune fille de 22 ans leur semblait sérieuse. Mais après plusieurs semaines, le couple a commencé à avoir des doutes. C’est le comportement de leur chien qui leur a fait prendre conscience que quelque chose n’allait pas.

L’animal se montrait étrangement protecteur avec Finn lorsqu’Alexis était là. Il est devenu agressif, et Hope et Benjamin ont été contraints à plusieurs reprises d’éloigner leur compagnon de la baby-sitter pour éviter un drame.

Crédits photo : Facebook – Hope Jordan

Ils ont alors décidé de vérifier ce qu’il se passait réellement en leur absence.  Le couple a caché un téléphone pour le savoir. De retour chez eux le soir, Hope et Benjamin ont écouté l’enregistrement, et découvert que la jeune femme maltraitait l’enfant.

« Elle a commencé à jurer. Puis nous avons entendu des bruits de gifles, et les pleurs de Finn se sont transformés en cris de détresse et de douleur«  racontent les parents du petit garçon.

« Finn aurait pu être tué par la baby-sitter« 

Le couple a tout de suite appelé la police. Alexis a été arrêtée, et a plaidé coupable pour coups et blessures. Condamnée à une peine de prison, elle a été placée sur un registre des enfants maltraités, et ne pourra donc plus jamais travailler auprès d’enfants.

« C’est une nouvelle fantastique pour nous. De savoir que le supplice enduré par Finn a peut être sauvé la vie d’un autre enfant dans le futur. Si notre chien ne nous avez pas alerté et si l’instinct de ma femme ne nous avait dicté de faire quelque chose, Finn aurait pu être tué par la baby-sitter, qui sait ?«  déclare Benjamin Jourdan.

Les parents de Finn assure que l’enfant est aujourd’hui en sécurité, et ne semble pas montrer de signes de traumatisme. Nul doute qu’un lien très particulier est né entre lui et le fidèle animal qui a volé à son secours en alertant ses parents.

http://wamiz.com

 

L’espoir


Cette citation m’a fait rappeler qu’une fois mon Fripon décédé depuis, aimait ramener des cadeaux souris, oiseaux … une fois il avait amener une petite souris vivante .. il voulait jouer avec .. mais elle s’est enfuit derrière un meuble. Nous voulions la mettre dehors et nous l’avons entouré .. Elle s’est levé sur ses deux pattes pour nous confronter, Elle était prête a se battre jusqu’à la fin .. Les animaux n’ont que faire du désespoirs Ils foncent c’est tout, sans se poser de question ..
Nuage

 

L’espoir

 

 

« L’espoir est un instinct que seul peut tuer un raisonnement de l’esprit. Les animaux ne connaissent pas le désespoir.  »

Graham Greene

Le chat et les bisous : pourquoi les refusent-ils ?


 

Un chat refuse souvent de se faire prendre .. et s’il est pris dans les bras de quelqu’un, il perd son sa stratégie de fuite en cas de besoin … et les animaux n’ont pas la même façon que nous de voir la position sociale .. il faudrait peut-être sans souvenir pour que le chat se sentent en sécurité et respecté
Nuage

Le chat et les bisous : pourquoi les refusent-ils ?

 

On me demandait récemment pourquoi un chat refusait les bisous, lui si gentil, si câlin, si patient, il a tendance à ne pas aimer être pris dans les bras et à repousser avec sa patte le visage de son humain qui lui fait un bisou.

On le sent mal à l’aise, il a envie de sortir de nos bras, quitte à revenir se blottir sur nos genoux !

Mais pourquoi il refuse cette gentille manifestation d’affection alors qu’il en demande d’autres ?

Revenons une fois encore à notre chat non domestiqué, communément appelé chat haret.

Les prédateurs sont légions, être pris en embuscade est vite arrivé il faut toujours veiller à pouvoir s’évader rapidement d’un endroit.

Le bisou, une marque de respect pour le chat

Les bras emprisonnent le chat. S’il est attaqué, il ne pourra pas s’échapper ! Et oui, son instinct est plus fort que son amour pour vous, d’autant que les bisous chez le chat sont une marque de respect !

Enfin bisous… chez le chat c’est une lichette, une forme de toilette de l’autre, afin de lui faire voir qu’on respecte sa position sociale.

Si vous embrassez votre chat, vous lui dites que vous le respectez. Or vous êtes au dessus de lui, il ne peut donc accepter la place offerte par ce bisou ! Ce n’est pas logique, l’illogisme mène à l’anarchie,l’anarchie est inacceptable chez le chat.

La socialisation du chat est basée sur le respect, sans parler de dominance, mais plutôt de position sociale dans la ritualisation (la vie du chat repose sur des rituels qui ne doivent en aucun cas être modifiés). Donc le chat respectera un congénère ou un humain s’il peut pratiquer ses rituels librement sans empiéter sur ceux des autres, une sorte de respect mutuel.

Ce bisou si anodin pour nous est un symbole fort de laisser-aller chez le chat, il ne comprend pas que vous remettiez en question une affaire bien huilée et qui fonctionne, cela remet en question sa raison d’être elle-même, et peut le perturber grandement si vous insistez.

Des câlins très stressants

Vous pensez qu’il prendra l’habitude, or ce ne sera jamais le cas. Et si cela peut être amusant pour nous, cela perturbe le chat à un point très élevé de stress, encore une fois sa vie entière se remet en cause à chaque fois, imaginez vous à sa place, cela n’amuserait personne !

Donc voilà 2 raisons de refuser ce bisou.

Il faut surtout retenir que le chat n’aime pas se mettre en position de danger sans issues de secours, ce qui explique que certains chats dont les instincts sont plus puissants que chez d’autres, n’accepteront pas d’aller dans une litière fermée dans laquelle on se sent piégée

Si vous voulez faire un câlin à votre chat, sans être frustré, et sans le rendre mal à l’aise, laissez le venir à vous ne le prenez pas dans les bras, laissez le libre près de vous ou sur les genoux, et caressez-le !

Vous pouvez aussi frotter votre joue sur sa tête, mais évitez de le prendre dans les bras ou même de le lever ce qui le perturbe aussi grandement, avoir une ou plusieurs pattes dans le vide.

Voici quelques notions simples à appliquer et qui pourront vous aider à mieux comprendre votre chat !

Marie-Hélène Bonnet
Comportementaliste du chat

http://www.comportement-chat.com/

http://wamiz.com

Une chatte adopte une portée de hérissons orphelins


Un autre exemple que les animaux même étant des prédateurs peuvent avoir la compassion envers des petits êtres fragiles
Nuage

 

Une chatte adopte une portée de hérissons orphelins

 

© DR

L’instinct des animaux ne cessera jamais de nous surprendre. Il les pousse à faire des choses incroyables, et souvent très touchantes, donnant lieu à de très belles histoires.

De belles histoires comme celle de cette chatte, en Russie, qui après avoir mis au monde une portée de chatons, a adopté des petits hérissons ayant perdu leur maman.

La chatte a pris sous son aile, ou plutôt sous ses pattes, quatre bébés dont elle s’occupe à merveille. Elle les nourrit, les cajole, sans faire aucune différence avec ses propres petits.

Une drôle de famille

Les maîtres de cette maman aimante et dévouée donnent très peu de détails sur cette jolie histoire.

Mais à défaut de nous raconter comment leur chat a adopté cette portée de hérissons, ils ont publié une vidéo et de très belles photos de la drôle de famille qu’ils hébergent sous leur toit.

Comment ne pas fondre devant ces images des petits hérissons blottis contre leur mère adoptive ?

Un phénomène étonnant, mais pas rare

Voir des animaux adopter des petits d’une autre espèce que la leur est toujours incroyable. Mais ce phénomène n’est pas rare.

Récemment, une chienne a recueilli une portée de chatons orphelins en Alabama, aux Etats-Unis. Plus surprenante encore, l’histoire de ce chien ayant adopté un lionceau abandonné cet été. Il est devenu un véritable père, et bien plus encore pour lui.

© DR

© DR

© DR

© DR

 

© DR

© DR

http://wamiz.com

L’instinct médical des animaux ►Quand les animaux se soignent..


Les animaux ont leur propre pharmacie et savent par instinct quoi faire en cas de nécessité. D’où l’importance de préserver cette nature pour qu’elle puisse continuer a soigné les animaux et a nous de mieux comprendre cette flore médicinale
Nuage

L’instinct médical des animaux  ►Quand les animaux se soignent..

 

 

Afin d’accélérer l’accouchement de leur bébé dont la gestation touche à sa fin, les éléphantes d’Afrique mangent des arbustes de la famille des boraginaceae

Beaucoup d’animaux semblent savoir comment s’y prendre pour guérir leurs maux, et ce, sans avoir besoin d’un médecin ni du pharmacien. À l’état sauvage, la faune dispose des vastes ressources de la nature pour se débarasser des parasites, pour panser les plaies, pour éliminer les bactérie set pour conserver une santé robuste.

 

hippopotame dans un bain de boue

Manger de la terre se rouler dedans pour conserver la santé ?  Il semblerait que cela soit une bonne idée, car plusieurs animaux le font L’argile surtout possède des vertus qui lui permettent, entre autres, de neutraliser les bactéries pathogènes intestinales et leur toxines et de soulager les maux d’estomac ainsi que la diarrhée.

Les chimpanzés et les gorilles des montagnes consomment de l’argile pour tous ces problèmes.  Cette terre appliquée sur le corps, élimine de nombreux parasites accrochés à la peau.

Les hippopotames, quant à eux, se roulent dedans.

Pour leur part, certains éléphant se rendent à un volcan éteint, à l’ouest du Kenya, où se trouvent de grandes cavernes. Ils y grattent la pierre tendre sur les murs pour l’ingérer. C‘est que cette pierre contient du sodium (100 fois plus que dans les plantes), du potassium, du calcium, des ingrédients importants pour défendre leur organisme contre les toxines qui se trouvent souvent dans les plantes mangées par ces géants herbivores.


Certaines espèces de perroquets et d’aras en Amérique du Sud grignotent le sol ayant une haute teneur en kaolin. Avaler ce minerai leur permet de contrer l’effet des poisons qui se trouvent parfois dans les semences des fruits que mangent ces animaux colorés

Les bibittes thérapeutiques


 
milles pattes

Les singes capucins ont compris que les mille-pattes est leur ami Pour se débarrasser des parasites dans leur fourure, ils se frottent au mille-pattes. Celui-ci contient des benzoquinones, des substances chimiques qui tuent les autres insectes.

Certains termites et fourmis émettent de l’acide formique, une substance parfaite pour éliminer les poux.

Les oiseaux, les écureuils, les chats et certains primates se roulent dans des colonies de ces insectes afin de se débarrasser des parasites.

Une salade curative

Les papillons monarques utilisent des plantes médicinales pour se guérir

Pour contrôler les infestations d’acariens, de poux et de bactéries dans leur nid. les étourneaux recouvrent son sol de plantes comme les carotte sauvage, l’achillée millefeuille et l’aigremoine eupatoire. Ces dernières contiennent des substances nocives au développement  de ces minuscules parasites.

Afin d’accélérer l’accouchement de leur bébé dont la gestation touche a sa fin, les éléphantes d’Afrique mangent des arbustes de la famille des boraginaceae Les feuilles de ces plantes ont des vertus qui facilitent la mise à bas, même chez les humains

Les papillons monarques utilisent des plantes médicinales pour se guérir, eux et leur progéniture, d’une maladie provoquée par un parasite intestinal.La consommation de certaines espèces de laiteron, par exemple,  contribue à réduire l’infection parasitaire du monarque.

Le singe-araignée, dans la nature, a trouvé une plante médicinale qui dégage une forte odeur, mais dont les feuilles soulagent la peau irrité lorsqu’il se frotte à elles.

Des dattes qui nettoient

Des babouins autour de la chute Awash en Éthiophie, ont découvert que la consommation de dattes du désert les aidait  à se débarrasser d’un ver, surtout trouvé dans les escargots qui parasite leur organisme. Comme ces fruits repoussent les escargots, les babouins ont peut-être remarqué que les manger chassait le ver parasitaire de leur organisme. Et c’est le cas.

Souffler le chaud et le froid

Bien à l’abri, les animaux lèchent leur plaies pour les nettoyer, mais aussi pour utiliser les principes de l’hydrothérapie, bien connus des amateurs de spa scandinave. Leur salive refroidit la plaie, réduisant ainsi l’inflammation.

En exposant ensuite les blessure au soleil, l’animal utilise la chaleur pour dilater les tissus, favoriser la circulation du sang et les échanges cellulaires. Il contribue ainsi à la guérison de son bobo.

Les chiens et le rat musqué sont les animaux que l’on voit le plus souvent utilisé cette  technique.

Des fruits interdits

Les éléphants savent détecté la présence de fruits du marula qui ont bien fermenté au sol, parfois même à une distance de 10 km. Ils accourent sur place pour les manger, comme s’il allaient a un 5 à 7 branché. Les éléphants semblent aimer l’effet de l’alcool dans ces fruits.

Selon, les recherches., ils soulageraient leur stress, mais leur donneraient également une riche dose de calories supplémentaires lors que la nourriture se fait rare.

La santé par la diversité

Les humains auraient quelques chose à apprendre des chimpanzés qui a une résistance beaucoup plus grande aux infections qu’eux. Alors que le chimpanzé, dans la nature, mange 123 variétés de plantes en une année, même le plus végétarien des humains en consommera tout au plus de 20 à 30.

En fait, 75 % de l’approvisionnement alimentaire de l’humanité provient de seulement 12 cultures.

 

La Semaine/Tout Connaître/Grand reportage/ Paul Therrien/ Juillet 2012