L’Australie s’apprête à déverser un million de tonnes de boues près de la Grande Barrière de Corail


À cause de manque dans la loi, la boue accumulée lors des inondations dans le Queensland peut effectuer un déversement d’un million de tonnes de boue supplémentaire près de Grande barrière de corail. Le travail sera fait par l’entretien portuaire. La Grande barrière de corail perd déjà beaucoup, alors quoi penser de l’avenir suite a toute cette boue supplémentaire.
Nuage

 

L’Australie s’apprête à déverser un million de tonnes de boues près de la Grande Barrière de Corail

 

Des sédiments approchant de la Grande Barrière de Corail, au large de Townsville, après les inondations du Queensland, en Australie, le 13 février 2019 | Matt Curnock / AFP

Des sédiments approchant de la Grande Barrière de Corail, au large de Townsville, après les inondations du Queensland, en Australie, le 13 février 2019 | Matt Curnock / AFP

Repéré par Léa Polverini

L’interdiction de déverser des boues dans la région ne recouvre pas les opérations d’entretien portuaire.

Repéré sur The Independent

À peine deux semaines après les grandes inondations dans le Queensland qui ont ravagé le nord-est de l’Australie et laissé dans le Pacifique 14 milliards de mètres cubes de sédiments, l’Australie vient d’autoriser le déversement d’un million de tonnes de boue supplémentaire près de la Grande Barrière de Corail. Il s’agit d’un plan d’«élimination» des déblais issus du dragage industriel réalisé dans le port de Hay Point, l’un des plus gros terminaux charbonniers du monde

«Le rejet des boues de curage dans les eaux du patrimoine mondial revient à traiter notre récif comme une décharge», s’est indignée Larissa Waters, sénatrice du parti des Verts australiens.

Faille dans la loi

Le permis a pourtant été délivré par le Parc marin de la Grande Barrière, en vertu d’un point aveugle dans les textes de loi: si le déversement de boues dans la région est censé être illégal, l’interdiction ne couvre pas le rejet de déchets produits lors des travaux d’entretien du port.

«La politique du gouvernement doit changer pour interdire tout déversement en mer, de sorte que le Parc marin de la Grande Barrière ne puisse pas permettre d’utiliser les eaux du récif comme une alternative moins chère au traitement des boues», a déclaré Waters au Guardian.

De son côté, la Corporation des ports de vrac du Queensland septentrional a affirmé dans un communiqué que cette opération n’aura que peu d’impact sur l’environnement:

«Le dragage d’entretien consiste à transférer les sédiments qui se déplacent le long de la côte et qui s’accumulent au fil des ans à l’endroit où ont lieu nos opérations de transport maritime. […] Il est important de noter que nos rapports d’évaluation ont révélé que les risques pesant sur les zones protégées, dont le Parc marin de la Grande Barrière et les habitats sensibles, sont majoritairement faibles, avec quelques impacts de court terme possibles sur les fonds marins.»

Début février, les sédiments apportés par les inondations laissaient pourtant entrevoir la perspective de dommages irréparables sur le récif, l’accumulation de boue ayant pour effet de bloquer la lumière du soleil vers les profondeurs, empêchant la photosynthèse nécessaire à la survie du corail.

En trente ans, les récifs de la Grande Barrière ont perdu plus de la moitié de leur surface. Mais le dragage d’entretien du port débutera à la fin du mois de mars, et devrait durer une quarantaine de jours.

http://www.slate.fr/

Inondations en Australie: l’armée en renfort, des crocodiles en ville


Alors que chez moi, en janvier, il faisait très froid, l’Australie a cuit au soleil. Maintenant, c’est le tour des pluies et des moussons. C’est tellement intense que les gens pourraient se retrouver nez à nez avec un crocodile nageant à travers les rues inondées.
Nuage

 

Inondations en Australie: l’armée en renfort, des crocodiles en ville

 

Près de 20 000 habitations risquent d'être inondées si... (PHOTO REUTERS)

Près de 20 000 habitations risquent d’être inondées si les pluies persistent.

 

Agence France-Presse
Cairns

L’armée australienne a été déployée dans certaines zones du nord-est du pays en raison d’inondations exceptionnelles qui n’arrivent que « tous les cent ans », alors que des crocodiles ont été repérés dans des rues submergées.

Les militaires ont ainsi déployé des véhicules amphibies lundi pour aller récupérer des habitants équipés de lampes frontales qui étaient perchés sur le toit de leur maison, alors qu’un déluge s’abattait sur l’État du Queensland.

Le nord tropical de l’immense île-continent est habitué en cette saison aux pluies de mousson. Mais les précipitations des derniers jours sont largement supérieures aux normales, notamment dans la ville côtière de Townsville.

Les autorités ont été contraintes dimanche d’ouvrir les vannes contre les inondations, libérant des torrents d’eau.

Le Townsville Bulletin a rapporté que des crocodiles marins avaient été repérés dans des rues inondées.

De telles précipitations, « ce n’est pas un événement qui survient tous les 20 ans, c’est un événement qui survient tous les 100 ans », avait déclaré samedi la première ministre du Queensland, Annastacia Palaszczuk.

Le Bureau australien de la météorologie avait mis en garde dimanche contre de nouvelles pluies et le risque de tornades et de vents violents dans les jours à venir.  Près de 20 000 habitations risquent d’être inondées si les pluies persistent, selon le Bureau. Écoles et tribunaux sont demeurés fermés lundi.

Selon les météorologues, un système de mousson à déplacement très lent stationnait au-dessus du nord du Queensland, et certaines zones devraient recevoir l’équivalent de plus d’une année de pluviométrie, avant une amélioration.

La région reçoit en moyenne 2000 millimètres de pluie chaque année, mais certaines villes pourraient dépasser ce seuil en seulement quelques jours.

L’Australie venait de connaître son mois de janvier le plus chaud jamais enregistré, qui a aggravé la sécheresse qui frappe l’intérieur de l’est et du sud du pays et alimenté les incendies de forêt.

Les chaleurs brûlantes ne sont pas rares durant l’été austral. Mais d’après les experts, le changement climatique a provoqué la hausse des températures, sur terre comme en mer, ce qui augmente le nombre de journées extrêmement chaudes et les risques d’incendies.

https://www.lapresse.ca/

Une ingénieure explique pourquoi le mur de Trump serait inefficace


Le fameux projet du mur-frontière de Donald Trump aurait été imaginé par des entrepreneurs et non par des ingénieurs. Ils n’ont pas pensé du point vu technique de ce mur qui serait vraiment inefficace et surtout à un prix exorbitant. Il serait un obstacle en cas d’inondation et le moyen d’escalader ce mur demande un minimum d’imagination.
Nuage

 

Une ingénieure explique pourquoi le mur de Trump serait inefficace

 

© afp.

L’ingénieure civile américaine Amy Patrick estime que le mur imaginé par Donald Trump pour séparer les États-Unis du Mexique n’est pas réalisable et serait totalement inefficace.

Dans un long message qui a fait le buzz sur Facebook Outre-Atlantique, Amy Patrick a expliqué pourquoi, d’un point de vue technique, le mur est « un véritable désastre ». 

« Trump n’a pas embauché d’ingénieurs pour concevoir la chose. Il a sollicité des offres auprès d’entrepreneurs, pas d’ingénieurs. Cela signifie que le mur n’a pas été conçu par des professionnels », a écrit la jeune femme, qui est licenciée en génie civil, en ingénierie des structures et qui a « plus de dix ans d’expérience sur des projets de haute performance ».

Selon Amy Patrick, le mur pourrait entraîner des dommages écologiques et augmenterait même le risque d’inondation.

« Cela perturbera notre capacité à drainer les terres lors d’inondations subites. Tout ce qui empêche l’eau de se rendre à l’endroit où elle doit aller (peu importe qu’il y ait des trous dans le mur ou non) augmentera considérablement le risque d’inondation », a-t-elle expliqué. 

Si le coût du mur semblait déjà gigantesque (il avait premièrement été fixé à 15 milliards de dollars), il aurait pourtant été sous-estimé.

« Il ne tient pas compte des reprises, des complexités au-delà de la conception du prototype, des paramètres permettant d’empêcher la création d’inondations et de risques pour l’environnement, de la refonte de l’ingénierie, etc. Il sera supérieur à 50 milliards de dollars ».

Un mur inefficace

En plus des problèmes apportés par le mur, Amy Patrick estime qu’il sera totalement inefficace.

« Je pourrais acheter une échelle coulissante de neuf mètres et mettre une selle pas chère sur le dessus du mur pour l’enjamber facilement ».

Sans parler des drones, en plein développement, qui pourront bientôt soulever une personne sans difficulté.

« Ils sont suffisamment bas, silencieux et petits pour permettre aux personnes de passer rapidement au-dessus de tout mur que nous pourrions construire sans être détecté avec notre configuration de surveillance actuelle ».

« Je ne sais pas à qui ils ont parlé de la conception du mur et de son efficacité, mais il est certain que ce n’était pas quelqu’un qui faisait preuve d’imagination technique », a-t-elle lancé.

La conclusion de l’ingénieure est sans équivoque:

« Assurons la sécurité à la frontière, évidemment, mais faisons-le intelligemment. Le mur n’est pas une solution intelligente. Ce n’est pas efficace. Ce n’est pas bon marché. Les rendements diminueront également à mesure que la technologie progressera. C’est une idée ridicule qui ne sera jamais exécutée avec succès et, en tant que telle, constituerait un gaspillage monumental d’argent ».

https://www.7sur7.be/

Le gazon n’est pas si vert, conclut une étude


Depuis que j’ai vu aux nouvelles, il y a quelques années, un couple faire son jardin en avant de la maison au lieu d’avoir un gazon, je doute de l’utilité d’avoir un beau gazon qui demande des soins comme la tonte et certains mettent des produits chimiques pour éviter d’avoir des mauvaises herbes. Point de vue écologique, cela affecte les insectes pollinisateurs et qu’il serait mieux dans bien des cas de remplacer une pelouse par une végétation basse qui est bon pour l’écosystème
Nuage

Le gazon n’est pas si vert, conclut une étude

 

JEAN-THOMAS LÉVEILLÉ
La Presse

Il est peut-être vert, mais il en fait bien peu pour l’environnement. Le gazon arrive bon dernier en matière de « performance écologique » des espaces verts, conclut une étude que La Presse a obtenue. La bonne nouvelle, c’est que le potentiel d’amélioration est immense. Et il pourrait se faire à coût nul.

Lutte contre les îlots de chaleur, amélioration de la qualité de l’air, enrichissement de la biodiversité, prévention des inondations : les espaces verts jouent plusieurs rôles écologiques.

Mais les surfaces gazonnées sont celles qui « offrent les moins bonnes performances », conclut une étude obtenue par La Presse et qui sera dévoilée à l’occasion du Sommet sur les infrastructures naturelles et les phytotechnologies, qui se tient aujourd’hui au Stade olympique de Montréal.

Le constat le plus frappant concerne les îlots de chaleur : les chercheurs ont relevé que la température au sol, par temps ensoleillé, pouvait être supérieure de 20 °C sur une surface gazonnée à celle sur les trois autres types de « végétation basse » étudiés.

Les « champs herbacés non entretenus », les « friches arbustives non entretenues » et les « haies arbustives entretenues » abritent également une plus grande quantité et un plus grand nombre d’espèces d’invertébrés que le gazon.

Pis encore : « la tonte du gazon a pour effet de faire disparaître la quasi-totalité des [rares] invertébrés », affirme l’étude, qui a noté un « faible rétablissement » quatre semaines après la tonte.

« Une grande partie des insectes éliminés par la tonte des gazons sont des pollinisateurs naturels. »– Jérôme Dupras, coauteur de l’étude et professeur au département des sciences naturelles de l’Université du Québec en Outaouais, en entrevue avec La Presse

Ces invertébrés entrent également dans la chaîne alimentaire de plusieurs petits animaux, comme les oiseaux et les chauves-souris ; leur présence ajoute donc « une couche de biodiversité », ajoute Jérôme Dupras, par ailleurs bassiste des Cowboys Fringants.

Il s’agit de l’une des premières études sur la question, affirme Jérôme Dupras, qui a trouvé « très peu de littérature scientifique sur la végétation basse ».

IMPACT « MAJEUR », COÛT « NUL »

Il y a 68 000 hectares de terrain ayant « le potentiel d’améliorer la quantité et la qualité des services écosystémiques » sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), qui regroupe 82 municipalités, sur lequel s’est penchée l’étude.

Elle exclut donc plusieurs surfaces minéralisées qui pourraient être reverdies, soulignent les auteurs, qui recommandent à la CMM d’inclure l’aménagement d’autres zones de végétation basse que des surfaces gazonnées dans sa planification d’infrastructures naturelles.

« On aurait un impact majeur sur les îlots de chaleur, le contrôle des eaux [et] la biodiversité. » – Jérôme Dupras

L’augmentation des espaces verts à haute performance écologique offrirait également « une résilience face aux changements globaux », estime le chercheur.

Il cite l’exemple des espèces invasives, dont la « colonisation de nouveaux milieux est favorisée par des écosystèmes fragiles ».

Déjà, diverses études ont évalué que les infrastructures naturelles fournissaient des services écosystémiques d’une valeur de 2 milliards de dollars par année sur le territoire de la CMM, rappellent les chercheurs, somme qui pourrait être décuplée si le potentiel était mieux exploité.

Améliorer l’aménagement des espaces verts « peut se faire à coût nul », s’enthousiasme Jérôme Dupras.

« Ça coûte cher en termes de main-d’oeuvre et d’équipements de faire des tontes de gazon », illustre-t-il.

FACILE POUR LES PARTICULIERS

L’étude ne recommande pas de renoncer à toutes nos pelouses verdoyantes.

« C’est culturel, dit Jérôme Dupras. On ne va pas évacuer complètement le gazon. »

D’autant que le gazon a tout de même certaines utilités, surtout récréatives.

Mais sans renoncer au gazon, il est possible d’améliorer la performance écologique des espaces verts, même pour les particuliers, explique le chercheur, qui suggère d’ajouter des « graminées », par exemple.

« En diversifiant les types de végétation, on vient diversifier les niches écologiques. Ça peut rester à caractère ornemental. Ça va aider les pollinisateurs, les oiseaux. »– Jérôme Dupras

Simplement « retarder les épisodes de tonte » du gazon peut aussi faire une différence, ajoute-t-il, tout comme mettre des fleurs sur son balcon quand on n’a pas de terrain.

Jérôme Dupras espère aussi que les municipalités aideront leurs citoyens à améliorer la performance de leurs espaces verts, en procédant à des dons d’arbustes ou en leur fournissant des « trousses à outils ».

« Quand on donne des outils simples aux gens, on voit qu’ils se les approprient. »

https://www.lapresse.ca

L’humanité face à un risque de catastrophes climatiques simultanées


Les années à venir seront difficiles,et les catastrophes seraient de plus rapproché et plus violent sans compter qu’ils pourront être défilée en cascade comme a vécu entre autre la Floride
Nuage

 

L’humanité face à un risque de catastrophes climatiques simultanées

 

L'an dernier la Floride a subi une grave... (Photo HECTOR RETAMAL, AFP)

 

L’an dernier la Floride a subi une grave sécheresse, des températures record, une centaine d’incendies et l’ouragan Michael. Sur cette photo, une scène de désolation laissée par Michael.

PHOTO HECTOR RETAMAL, AFP

 

Agence France-Presse
Paris

D’ici à la fin du siècle, certaines régions du monde pourraient faire face à des catastrophes climatiques multiples, jusqu’à six en même temps, de la canicule aux incendies en passant par les inondations, selon une nouvelle étude.

« L’humanité va être confrontée aux impacts dévastateurs combinés d’aléas climatiques multiples qui interagissent », a indiqué l’un des auteurs Erik Franklin, chercheur à l’Institut de biologie marine de l’université d’Hawaii.

« Ils se produisent aujourd’hui et ça va continuer à empirer », a-t-il déclaré à l’AFP.

Les émissions de gaz à effet de serre à l’origine du changement climatique sont déjà responsables de l’augmentation de la température de la planète. 

Dans les régions sèches, cela peut conduire à la sécheresse voire à des incendies dévastateurs. Dans les zones plus humides, pluies et inondations se multiplient tandis que des super tempêtes se forment au-dessus des océans réchauffés.

Jusqu’à maintenant, les scientifiques se sont penchés sur ces catastrophes principalement par type. Mais l’étude publiée lundi dans la revue Nature Climate Change met en garde contre la possibilité, voire la probabilité qu’elles se déchaînent en cascade.

L’an dernier la Floride a subi une grave sécheresse, des températures record, une centaine d’incendies et l’ouragan Michael. 

« Se concentrer sur un risque peut cacher les impacts d’autres aléas, conduisant à une évaluation incomplète des conséquences du changement climatique sur l’humanité », a commenté l’auteur principal Camilo Mora, de l’université de Hawaii.

La probabilité de cette simultanéité dépend de la géographie et des efforts à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Si, comme le prévoit l’accord de Paris sur le climat de 2015, le monde parvient à limiter son réchauffement au pire à +2 °C par rapport à l’ère pré-industrielle, New York subira probablement un aléa climatique unique chaque année à la fin du siècle.

Mais si les émissions de C02 continuent au rythme actuel, la mégalopole américaine pourrait en subir jusqu’à quatre en même temps, tout comme Mexico ; Sydney et Los Angeles trois et les côtes atlantiques brésiliennes cinq.

Même selon les scénarios optimistes, « l’exposition cumulée et croissante à une multitude d’aléas climatiques va frapper les pays riches et pauvres de la même façon », souligne l’étude.

Les chercheurs se sont basés sur des milliers d’études se penchant sur 10 aléas spécifiques, la plupart un à la fois (incendies, inondations, augmentation du niveau de la mer, tempêtes, sécheresses, acidification de l’océan…) et ont regardé leur impact sur six aspects de la vie humaine (santé, alimentation, eau, économie, infrastructure et sécurité).

« Si nous ne prenons en compte que les effets les plus directs du changement climatique, canicules ou tempêtes par exemple, inévitablement, nous serons pris de court par des menaces plus importantes qui, en se combinant, peuvent avoir un effet plus large sur la société », a commenté un autre auteur, Jonathan Patz, de l’Université du Wisconsin.

Si les zones côtières tropicales devraient être les plus touchées, les zones tempérées proches des régions polaires, comme la Tasmanie ou certaines parties du Canada et de la Russie, pourraient être davantage épargnées.

Dans le pire scénario, « le Groenland semble être le moins touché par des aléas climatiques multiples », a noté Franklin.

https://www.lapresse.ca/

L’ouragan Florence «ravage» la Caroline du Nord et fait deux morts


Même si l’ouragan Florence a baissé d’intensité à catégorie 1, elle demeure quand même destructrice à cause des vents et des pluies torrentielles. La Caroline du Nord, subit des inondations qui risquent de durer quelques jours. Des gens qui ont voulu affronter Florence se sont retrouver pris au piège
Nuage

 

L’ouragan Florence «ravage» la Caroline du Nord et fait deux morts

 

Déversant des pluies torrentielles et provoquant des crues spectaculaires, l’ouragan Florence est en train de «ravager» la Caroline du Nord, a déploré vendredi le gouverneur de cet État américain, mettant en garde contre le risque d’«inondations catastrophiques» alors que des dizaines d’habitants se sont déjà retrouvés piégés.

«Nous sommes très inquiets du fait que des localités entières puissent être détruites», a lancé le gouverneur Roy Cooper en conférence de presse.

Aucun décès n’est pour l’instant à déplorer, selon lui. Au moins une personne a été blessée dans la chute d’un arbre à Wilmington, dans le sud-est du pays, et les pompiers craignent que le bilan ne s’alourdisse.

L’ouragan Florence a touché terre près de Wrightsville Beach, en Caroline du Nord, à 07h15 (11h15 GMT), avec des vents maximum estimés à 150 km/h, selon le Centre national des ouragans (NHC).

Légèrement retombés depuis, ses vents restaient toutefois violents, à 130 km/h à 11h00 (15h00 GMT), selon le NHC. L’ouragan est classé en catégorie 1 sur l’échelle Saffir-Simpson qui en compte cinq.

«Des inondations catastrophiques de cours d’eau douce sont attendues dans des zones de la Caroline du Sud et du Nord», prévoient les météorologues du NHC.

La région fera face à une «menace importante» pendant encore au moins un jour, voire 36 heures, selon un responsable de l’Agence fédérale américaine des situations d’urgence (Fema), Jeff Byard.

Facteur aggravant: Florence avance lentement, à 6 km/h, et déverse donc ses pluies torrentielles pendant de longues heures sur les mêmes régions alors que les sols sont gorgés d’eau après déjà deux semaines d’importantes précipitations.

Des pluies de cette intensité n’arrivent «qu’une fois tous les mille ans», a lancé Roy Cooper.

La rivière Neuse a gonflé jusqu’à trois mètres au-dessus de son niveau habituel, a-t-il précisé, et le niveau des rivières «va monter pendant des jours».

Dans la ville portuaire de Wilmington, des arbres ont été déracinés, des panneaux renversés et des vitres brisées sous la force du vent et des trombes d’eau.

Fouad Iliou, un Brestois, était venu rendre visite à sa soeur, installée depuis des années à Wilmington.

«Le vent a fait de gros dégâts, un arbre est tombé dans le jardin et un autre dehors à côté des voitures. Mais je n’ai pas eu peur, les Bretons, surtout à Brest, sont habitués aux tempêtes», a-t-il témoigné.

Habitants pris au piège

À plus d’une centaine de kilomètres au sud, la célèbre station balnéaire de Myrtle Beach, en Caroline du Sud, s’est transformée en ville-fantôme. La force de l’ouragan commençait à se faire sentir nettement à la mi-journée, et un rideau serré de pluie s’abattait sur l’océan, accompagné d’éclairs.

«Cela fait peur mais c’est beau», a confié à l’AFP Scott Brauer, retraité de 71 ans qui se promenait en bord de mer peu avant l’arrivée de la tempête.

Environ 1,7 million d’habitants ont été sommés de se mettre à l’abri, loin du littoral, la plupart dès mardi. Mais certains n’ont pas suivi cette consigne.

En Caroline du Nord, les secouristes ont dû venir en aide à entre 150 et 200 personnes dans la ville de New Bern, construite sur les flancs d’une rivière, selon David Daniels de la police de la ville. Les opérations se poursuivaient vendredi pour secourir des dizaines d’autres résidents.

«En quelques secondes, l’eau est montée jusqu’à la taille, maintenant elle est à hauteur d’épaule», a raconté à CNN une habitante de la ville, Peggy Perry, réfugiée avec trois membres de sa famille au sommet de sa maison.

À Jacksonville, plus de 60 résidents d’un hôtel ont également été mis à l’abri dans la nuit après l’effondrement d’une partie du toit.

Certaines zones inondées sont trop dangereuses pour que «nos secouristes interviennent», a expliqué Jeff Byard.

Environ un demi-million de personnes sont déjà privées d’électricité en Caroline du Nord qui compte quelque 10 millions d’habitants, selon Roy Cooper, et ce nombre va croissant.

Quelque 20 000 personnes ont trouvé refuge dans plus de 150 centres d’accueil en Caroline du Nord.

Un couvre-feu a été instauré dans plusieurs localités de la côte atlantique pour éviter les pillages.

L’ouragan doit s’enfoncer vers l’intérieur des terres, à travers l’extrême sud-est de la Caroline du Nord et la pointe est de la Caroline du Sud jusqu’à samedi. Il virera alors vers le nord, selon le NHC, avec une «perte importante d’intensité» dès ce weekend.

Deux morts en Caroline du Nord

L’ouragan Florence a fait ses deux premiers morts aux États-Unis, une femme et son bébé, a annoncé vendredi la police de Wilmington, en Caroline du Nord.

«Une femme et son bébé ont été tués lorsqu’un arbre est tombé sur leur maison. Le père a été blessé et hospitalisé», a écrit la police sur Twitter.

 Accompagné de pluies torrentielles et de vents violents, l’ouragan a touché terre en Caroline du Nord vendredi matin.

 

 

 

 

 

 

http://journalmetro.com/mond

L’ouragan Florence s’essouffle mais menace de graves inondations


Les Américains dont les états sont directement concernés par l’ouragan Florence doivent être stressés, depuis des jours ont annonce que Florence sera un ouragan destructeur, puis baisse d’intensité, mais les pluies seront par contre diluvienne et ils prévoient donc de grandes inondations.
Nuage

 

L’ouragan Florence s’essouffle mais menace de graves inondations

 

AP

La côte est des États-Unis n’a plus que quelques heures à attendre avant l’arrivée de l’ouragan Florence, qui s’est encore un peu essoufflé mais qui reste extrêmement dangereux car il draine des pluies diluviennes et un risque d’inondations catastrophiques.

«Des bandes de pluies accompagnées de rafales de vents dignes de la force d’une tempête tropicale arrivent sur les côtes des Outer Banks en Caroline du Nord», a indiqué jeudi le Centre national des ouragans (NHC) dans son bulletin de 8h00 (12h00 GMT).

«Une montée des eaux et des chutes de pluies potentiellement mortelles sont attendues», a-t-il prévenu.

L’oeil de l’ouragan, qui a été rétrogradé dans la nuit de mercredi à jeudi en catégorie 2 (175 km/h), sur une échelle Saffir-Simpson qui en compte cinq, «va approcher les côtes de Caroline du Nord et du Sud plus tard aujourd’hui».

Il menace des millions d’habitants sur les côtes et à l’intérieur des terres car, outre la hausse du niveau de l’océan (jusqu’à près de 4 mètres), il est gorgé d’eau (jusqu’à un mètre de pluie). Il se déplaçait à 20 km/h mais devrait ralentir, donc déverser ses pluies au-dessus des mêmes zones.

«Nous sommes totalement prêts pour l’ouragan Florence, tandis que la tempête grossit encore et est plus puissante. Soyez prudents!», a tweeté jeudi matin le président Donald Trump.

Environ 1,7 million de personnes ont été sommées de se mettre à l’abri loin du littoral de la Caroline du Sud, de la Caroline du Nord et de la Virginie. Ces trois États de la côte atlantique sont les plus menacés, mais la Géorgie a aussi décrété, mercredi, l’état d’urgence pour débloquer des moyens matériels par précaution.

Wilmington, station balnéaire de Caroline du Nord comptant un peu plus de 100 000 habitants, s’est préparée à l’impact. Jeudi matin, Florence se trouvait à 275 km des côtes.

Les rues étaient quasi désertes mercredi déjà, les commerces et les habitations calfeutrés derrière des planches de contreplaqué, les supermarchés vidés et les pompes à essence à sec.

«Wilmington reste soudée», «Flo, tu n’es pas la bienvenue ici», pouvait-on lire sur la devanture du bar Tavern Law.

«Evacuez»

Les appels à évacuer rapidement les zones à risques se sont multipliés mercredi.

«Après aujourd’hui, il sera vraiment trop tard. N’attendez pas la dernière minute», a lancé Brenda Bethune, la maire de Myrtle Beach, célèbre station balnéaire de Caroline du Sud.

Dans un camp de mobil-homes de la banlieue de Wilmington, les habitants s’apprêtaient à partir après avoir protégé portes et fenêtres.

«J’ai deux enfants et je veux les emmener aussi loin que possible d’ici et des dangers de l’ouragan», a expliqué à l’AFP Alondra Espinoza.

Solange Iliou Thompson, propriétaire du restaurant Indochine, a choisi de rester même si son établissement est fermé, faute de main d’oeuvre.

«Moi je reste ici, le bâtiment est solide, je n’ai aucune inquiétude, le bouddha va nous protéger», a témoigné cette Vietnamo-Bretonne, installée depuis plus de 40 ans aux États-Unis.

«Il n’y a rien à faire, on ne peut pas arrêter Mère Nature», a-t-elle ajouté, alors que le vent a commencé à se lever sur Wilmington en début d’après-midi mercredi.

«J’ai téléchargé des films coréens pour passer le temps et nous avons de quoi faire avec le vin et les réserves du restaurant», a-t-elle expliqué.

À 300 km plus au sud, Charleston comptait aussi des irréductibles.

«J’ai fait Hugo», a dit à l’AFP un électricien de 50 ans rencontré à une station-essence de Charleston, ville touristique de Caroline du Sud, en faisant référence à l’ouragan qui avait ravagé l’État en 1989. «Il y aura un peu plus d’eau mais on va s’en sortir, j’ai confiance. On a tout ce qu’il faut, on est prêt».

Florence va «être comme un direct de Mike Tyson sur la côte» des Carolines, a prévenu Jeff Byard, responsable de l’Agence fédérale de gestion des situations d’urgence (Fema).

Selon le fournisseur d’électricité Duke Energy, basé à Charlotte (Caroline du Nord), entre un et trois millions d’usagers pourraient être victimes de coupures de courant dans les deux Etats de Caroline et les réparations pourraient durer plusieurs semaines.

Le gouverneur de Géorgie Nathan Deal a expliqué vouloir «mobiliser toutes les ressources disponibles» pour faire face au vents violents et à la pluie intense.

http://journalmetro.com/

Bangkok coule et pourrait être en partie submergée d’ici à 2030


Bangkok, capital de la Thaïlande avec plus de 10 millions d’habitants, s’enfonce de un à deux cm par année et risque de disparaitre d’ici quelques années à cause de la montée des eaux et de l’érosion. Elle serait l’une des mégapoles la plus menacée en Asie. Des moyens pour diminuer l’impact semble compromise à cause de l’argent est plus important que l’environnement.
Nuage

 

Bangkok coule et pourrait être en partie submergée d’ici à 2030

 

Bangkok Observation TowerLa toute nouvelle tour d’observation de Bangkok sera inaugurée courant 2019.

Montée du niveau de la mer, érosion du rivage, urbanisation galopante: Bangkok, qui accueille du 4 au 9 septembre la réunion préparatoire de la COP-24, la prochaine conférence de l’ONU sur le climat, s’enfonce inexorablement et pourrait être en partie submergée d’ici à 2030.

Construite sur des terres marécageuses à 1,5 mètre au-dessus du niveau de la mer, la mégapole de plus de dix millions d’habitants «s’affaisse aujourd’hui de un à deux centimètres par an et risque de subir des inondations très importantes dans un futur proche», relève Tara Buakamsri, directeur de Greenpeace Thaïlande, dans un entretien à l’AFP.

Lors des grandes inondations de 2011, plus d’un cinquième de la ville avait été submergé. Les zones périphériques avaient été particulièrement touchées, tandis que le quartier des affaires avait été épargné grâce à des digues dressées à la hâte.

Un scénario qui est amené à se reproduire de plus en plus fréquemment: «près de 40%» de la ville pourrait être inondés dès 2030, selon des prévisions de la Banque mondiale, qui classe la mégapole comme l’une des plus menacées d’Asie, avec Jakarta.

Bangkok, «ville obèse sur un squelette d’enfant» selon l’expression du géologue Thanawat Jarupongsakul, est d’abord victime de son développement frénétique: le poids des gratte-ciel, qui ne cessent de grimper dans la cité en perpétuelle transformation, contribue à son engloutissement progressif.

Et «les nombreux canaux qui traversaient la capitale, appelée autrefois la Venise de l’Orient, ont en partie disparu, recouverts par l’important réseau routier. Ils constituaient pourtant un bon système de drainage naturel», relève Suppakorn Chinvanno, expert sur le climat à l’Université Chulalongkorn de Bangkok.

Nappe phréatique menacée

Le problème vient aussi des millions de mètres cube d’eau pompés dans la nappe phréatique pendant des décennies.

L’utilisation des eaux souterraines est désormais réglementée mais certains continuent à les ponctionner en toute illégalité: en janvier, la police thaïlandaise a ainsi inspecté des dizaines de maisons closes, accusées de les siphonner pour offrir des «massages savonneux» à leurs clients.

La ville est aussi victime du changement climatique qui fait grimper les eaux du Golfe de Thaïlande de 4 millimètres par an, plus que la moyenne mondiale.

«Aujourd’hui, elle est déjà en grande partie sous le niveau de la mer», note Tara Buakamsri.

Quant aux kilomètres de littoral qui bordent la capitale, ils subissent une importante érosion. 

«On y a construit de nombreuses fermes de crevettes, ce qui a accentué le phénomène», souligne Suppakorn Chinvanno.

Menacée au sud par la mer, la ville est, au nord, très vulnérable aux crues de mousson, et «les spécialistes anticipent des tempêtes de plus forte intensité dans les années à venir», ajoute-t-il.

Au lendemain des inondations de 2011, le gouvernement avait dévoilé un plan de prévention qui a été abandonné après le coup d’État militaire de mai 2014.

«Nous devons suivre en permanence les facteurs météorologiques et géographiques et nous adapter chaque année», souligne Narong Ruangsri, directeur du département de drainage et d’assainissement de Bangkok.

Aujourd’hui, «nous disposons d’outils importants: un réseau de canaux atteignant 2 600 kilomètres, des stations de pompage et huit tunnels souterrains pour évacuer l’eau. Un autre tunnel gigantesque est en construction et trois autres sont à l’étude», détaille-t-il.

Un parc a également été construit en 2017, spécialement conçu pour drainer plusieurs millions de litres d’eau de pluies et les réorienter afin qu’elles n’inondent pas les quartiers environnants.

Ont aussi été construites des digues supplémentaires le long des voies d’eau, de nouveaux bassins de rétention, et des canaux ont été assainis.

Mais, pour certains experts, ces plans très coûteux pourraient se révéler insuffisants. 

«Il faut une politique claire de gestion des sols dans la ville», souligne Tara Buakamsri.

«Il faut aussi prévoir davantage d’espaces verts destinés à absorber les eaux d’inondation. Mais le prix du terrain très cher à Bangkok fait que les intérêts économiques sont prioritaires», déplore-t-il.

D’autres craignent aussi que les digues ne protègent certaines zones comme le quartier des affaires, aux dépens des quartiers périphériques populaires. 

http://journalmetro.com/m

Migrations: le défi est mondial


Le problème de migrants touche tous les continents. C’est des millions de personnes qui fuient quelque chose, que ce soit des conflits, génocides, pauvreté et autres. Il y a aussi les changements climatiques qui va augmenter ces migrants a trouver un endroit pour survivre. Nous ne pourrons pas fermer nos frontières
Nuage

 

Migrations: le défi est mondial

 

Le Bangladesh a dû faire face à une arrivée massive de réfugiés Rohingyas. Le plus grand camp de réfugiés du monde s'y trouve désormais, un demi-million de personnes.

MOHAMMAD PONIR HOSSAIN / REUTERS

Le Bangladesh a dû faire face à une arrivée massive de réfugiés Rohingyas. Le plus grand camp de réfugiés du monde s’y trouve désormais, un demi-million de personnes.

François LaRochelle

Ancien diplomate canadien

L’Agence pour les réfugiés des Nations Unies estime que l’on compte 66 millions de personnes déplacées à travers le monde: le nombre le plus élevé jamais connu.

La question migratoire est devenue un enjeu majeur dans de nombreux pays. Que ce soit en Europe ou en Amérique du Nord. Sans oublier l’Asie ou le Moyen-Orient. L’arrivée massive de migrants d’Afrique divise l’Union européenne. L’accueil fait par l’Allemagne au million et demi de réfugiés venant de Syrie et des environs a mis en péril la survie politique de la chancelière allemande Angela Merkel.

Chez notre voisin du sud, des politiciens se servent de l’immigration pour des fins démagogiques. En Hongrie et en Pologne, on évoque la «protection de la civilisation chrétienne» contre les «hordes» de musulmans pour refuser l’accueil de réfugiés. On se croirait revenu au temps où l’Empire ottoman menaçait Vienne! En Autriche et en Italie, les gouvernements ont été composés en fonction d’idées anti-immigration.

Ailleurs, c’est le Bangladesh qui a dû faire face à une arrivée massive de réfugiés Rohingyas. Le plus grand camp de réfugiés du monde s’y trouve désormais (un demi-million de personnes). Le Mexique sert d’escale aux migrants d’Amérique centrale et même d’Haïti, porteurs de l’espoir de traverser aux États-Unis. Sans oublier la Turquie, le Liban ou la Jordanie qui abritent des millions de Syriens.

Des millions de personnes déplacées

Au total, l’Agence pour les réfugiés des Nations Unies (HCR) estime que l’on compte actuellement 66 millions de réfugiés ou de personnes déplacées à travers le monde. Il s’agit du nombre le plus élevé jamais connu. Les raisons sont nombreuses: guerres au Moyen-Orient, violence et criminalité en Amérique centrale, pauvreté en Afrique, actions génocidaires en Birmanie, etc. La crise la plus récente voit deux millions de Vénézuéliens quitter leur patrie pour trouver refuge chez les pays limitrophes et même jusqu’au Chili.

Les changements climatiques provoqueront sécheresses et inondations, qui pousseront des populations à quitter leurs pays en quête de vie meilleure ou pour survivre.

Et malheureusement, ces statistiques ne feront qu’augmenter. Pas nécessairement parce que les conflits vont se multiplier, quoique, mais notamment parce que les changements climatiques provoqueront sécheresses et inondations, qui pousseront les populations touchées à quitter leurs pays en quête de vie meilleure ou pour simplement pour survivre.

L’ONU dans un rapport récent évoque que 800 millions de citoyens en Asie (Pakistan et Inde, en particulier) seront affectés négativement par les hausses de température. Ces pays ne sont évidemment pas équipés pour y faire face. Le manque de pluie nuit aux récoltes en Amérique centrale, poussant les paysans vers le nord. Il n’est sans doute pas à la veille de se résorber. La désertification en Afrique non plus. On peut prévoir que l’accès de plus en plus difficile à l’eau potable déstabilisera encore plus le Moyen-Orient, avec sa population en constante augmentation. L’Iran vit déjà ce problème. L’Égypte et ses 100 millions d’habitants ne comptent que sur le Nil.

Chercher des solutions au mouvement migratoire

Pour rassurer un certain électorat inquiet, les dirigeants occidentaux cherchent des solutions. Ainsi l’Union européenne essaye d’endiguer le mouvement migratoire en provenance d’Afrique par de l’aide financière aux pays d’origine ou de transit, comme c’est le cas au Niger. Avec un certain succès, semble-t-il.

Bruxelles aide la Libye à retourner les migrants qui s’y trouvent dans leur pays. Le président Trump martèle l’idée de son mur avec le Mexique et renforce le rôle des services frontaliers, quitte à séparer les enfants de leurs parents. Le Canada tente de convaincre les communautés haïtiennes ou centrales américaines aux États-Unis que de venir illégalement au pays ne se concrétise pas obligatoirement par l’obtention du statut de réfugié. On note une certaine diminution des arrivées sur les côtes européennes, à la frontière mexicaine et aussi au Canada. Mais pour combien de temps?

Il est illusoire de croire que les pays les plus riches pourront stopper complètement le flot de migrants frappant à leur porte.

Avec les problèmes liés au climat, à la présence de dirigeants incompétents qui s’accrochent au pouvoir comme au Vénézuéla, au Nicaragua, de sanglants conflits régionaux et du désespoir d’une jeunesse africaine ou maghrébine qui préfère prendre le risque de perdre la vie en traversant la Méditerranée que de mourir à petit feu chez elle, il est illusoire de croire que les pays les plus riches pourront stopper complètement le flot de migrants frappant à leur porte.

Face à ce constat, les gouvernements occidentaux n’auront finalement pas d’autres choix que d’accueillir davantage de migrants, choisis ou pas. Et de favoriser leur intégration. Il est statistiquement illusoire, malgré ce qu’en disent des dirigeants ou des candidats politiques de droite, de faire comme si de rien n’était et de croire qu’ils pourront empêcher les migrants économiques et les opprimés de vouloir améliorer leur sort en venant chez nous, légalement ou pas.

La solution serait, bien sûr, pour la communauté internationale, d’agir de manière concertée pour protéger l’environnement, pour trouver des solutions aux crises régionales et de travailler à l’amélioration économique des pays les plus pauvres. Malheureusement, il semble que cela ne soit plus envisageable pour l’instant avec certains de nos leaders, la montée des nationalismes et l’impuissance des nations à s’unir dans un monde de plus en plus éclaté.

Ce n’est pas avec des projets à courte vue, visant à compliquer l’arrivée de migrants ou leur intégration, que l’on règlera ce défi.

Ce n’est pas avec des projets à courte vue, visant à compliquer l’arrivée de migrants ou leur intégration, que l’on règlera ce défi. On ne fait que repousser l’inévitable. Il faut une stratégie internationale allant au-delà des slogans ou de promesses irréalisables. Il n’y a pas d’autre choix.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Inondations en Inde: alerte aux serpents avec la baisse des eaux


Quand chez moi, nous avons une inondation, le pire que l’on peut trouver a la baisse des eaux est du poissons. Dans un état de l’Inde, l’inondation a fait beaucoup de dégâts plus de 50 mille maisons et 10 milles km de détruit. Cependant, malgré la baisse des eaux, ils risquent quand même d’autres ennuis, des serpents qui peuvent se cacher partout dans les demeures encore debout.
Nuage

 

Inondations en Inde: alerte aux serpents avec la baisse des eaux

 

Getty Images/iStockphoto

Les hôpitaux de l’État indien du Kerala, touché par des inondations, préparent des sérums antivenimeux et la population a été mise en garde par les autorités face à la profusion de serpents lors du reflux des eaux, ont indiqué vendredi les autorités locales.

Les médias locaux ont alerté la population de la présence possible de serpents «cachés dans les placards», sous les tapis, dans les vêtements ou dans les machines à laver dans les maisons inondées par la mousson qui a ravagé une grande partie de la région et fait au moins 420 morts.

«Des serpents ont été repérés dans beaucoup de maisons inondées et des messages d’alerte ont été envoyés pour prendre des précautions en retournant chez soi», a déclaré vendredi le porte-parole du gouvernement du Kerala à l’AFP.

«Les hôpitaux ont été équipés pour faire face à la situation», a-t-il ajouté. «Des sérums antivenimeux et des médicaments sont stockés dans tous les hôpitaux, particulièrement dans ceux qui couvrent les zones touchées par les inondations.»

Selon les médias locaux, les hôpitaux du nord et du centre de l’État – les zones les plus touchées par les inondations – ont signalé une augmentation du nombre de patients pris en charge en raison de morsures de serpent.

Vava Suresh, un dresseur de serpents de la région, a déclaré au journal Hindustan Times avoir reçu 22 appels d’habitants inquiets, et avoir capturé cinq cobras dans la commune d’Ernakulam.

«L’un d’entre-eux a été retrouvé dans une armoire au deuxième étage d’une maison, un autre dans un placard», a-t-il indiqué.

Les autorités locales et les experts ont formé des équipes pour aider ceux qui trouvent des serpents dans leur maison.

Selon l’agence de presse PTI, le gouvernement a embauché un spécialiste des serpents qui conseille aux habitants d’utiliser un bâton pour trier leurs affaires et de ne pas manipuler les appareils électroménagers à mains nues.

Plus d’un million de personnes sont toujours hébergées dans des abris temporaires alors que le niveau des eaux baisse rapidement.


Les autorités affirment que 50 000 habitations et 10 000 km de routes ont été détruits.

http://journalmetro.com/