Aux oubliettes, l’indice de masse corporelle?


Une méthode beaucoup plus simple pour avoir un aperçu des risques de santé relier a l’obésité et qui viens de déloger le IMC qui depuis des années était une mesure de référence sur l’indice poids/taille Pas besoin de grand calcule … juste deux mesures et le tour est jouer
Nuage

 

Aux oubliettes, l’indice de masse corporelle?

 

«Adieu l'IMC», déclare le Dr. Pamela Peeke, fondateur... (Photo: Alexander Raths)

«Adieu l’IMC», déclare le Dr. Pamela Peeke, fondateur du Peeke Performance Center de Rockville (Maryland), à WebMD. «À vos mètres. Faites davantage attention à votre tour de taille et au rapport taille/tour de taille.»

PHOTO: ALEXANDER RATHS

RelaxNews

L’Indice de masse corporelle (IMC) pourrait bientôt être remplacé par un nouvel outil de mesure de la masse graisseuse et des risques médicaux associés : le «quotient taille-tour de taille» (waist to height ratio), selon un rapport présenté à l’occasion du 19e Congrès européen sur l’obésité qui s’est tenu à Lyon, en France, du 9 au 12 mai 2012.

Selon les résultats d’un ensemble de 31 études, le rapport entre taille et tour de taille permettrait d’anticiper le diagnostic de maladies telles que le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires, l’hypertension, les cancers, les attaques cardiaques et les problèmes respiratoires de façon plus précise que l’IMC.

Si l’IMC, un rapport poids/taille, a longtemps été considéré comme un indicateur des plus fiables, il ne prend pas en compte la masse musculaire, et peut donc conduire à une diagnostic erroné d’obésité, selon le Dr. Margaret Ashwell de l’université d’Oxford Brookes au Royaume-Uni.

WebMD rapportait le 15 mai qu’une autre recherche britannique, présentée lors de la même conférence, établissait qu’un

«homme de 30 ans non fumeur aurait une espérance de vie inférieure de 14% si son tour de taille dépasse la moitié de sa taille (en hauteur)».

«Maintenir un tour de taille inférieur à la moitié de sa taille (en hauteur) peut augmenter l’espérance de vie de toute personne», affirme la chercheuse Margaret Ashwell d’Ashwell Associates, in (Hertfordshire, Angleterre).

«Adieu l’IMC», déclare le Dr. Pamela Peeke, fondateur du Peeke Performance Center de Rockville (Maryland), à WebMD.

«À vos mètres. Faites davantage attention à votre tour de taille et au rapport taille/tour de taille.»

Elle ajoute que le meilleur moyen de mesurer son tour de taille est de placer le mètre au niveau du nombril.

http://www.lapresse.ca

Marcher réduirait les prédispositions génétiques à l’obésité


Quand j’était jeune, on écoutait certaines émissions le matin et le soir alors que le jours nous étions actif, aujourd’hui les moeurs ont bien changé avec de graves conséquences. La marche est l’exercice le moins couteux et peut se faire n’importe ou n’importe quand et a de grand bénéfique
Nuage

 

Marcher réduirait les prédispositions génétiques à l’obésité

 

PHOTO RELAXNEWS

Agence France-Presse
Washington, DC

Être sédentaire peut amplifier les prédispositions génétiques à l’obésité et il est possible de réduire ces effets de moitié en marchant à un rythme soutenu une heure chaque jour, selon une étude américaine.

«Notre étude montre que le fait de marcher à bonne allure quotidiennement réduit l’influence génétique sur l’obésité, et se traduit par une réduction de moitié de l’indice de masse corporelle», ou IMC (poids divisé par la taille au carré), expliquent les auteurs de ces travaux dévoilés lors de la Conférence sur la nutrition, l’activité physique et le métabolisme organisée par l’Association américaine pour le coeur à San Diego.

D’autre part, un mode de vie sédentaire, consistant par exemple à regarder la télévision quatre heures par jour, accroît l’influence des gènes sur le tour de taille et fait grimper l’IMC de 50%, ajoutent-ils dans un communiqué.

L’étude a été réalisée auprès de 7740 femmes et 4564 hommes. Les chercheurs ont collecté des données portant sur l’activité physique des participants et les heures passées devant le téléviseur pendant deux ans avant d’évaluer leur IMC.

Ils ont calculé l’effet des prédispositions génétiques sur l’obésité en se fondant sur 32 variations génétiques dont l’influence sur la prise de poids a été bien établie.

Chacune de ces variations génétiques peut accroître l’IMC de 0,13 kilo/mètre carré (kg/m2), selon ces chercheurs.

En revanche, constatent-ils, l’influence génétique peut être réduite chez les sujets effectuant le plus d’activités physiques –avec une baisse constatée de l’IMC de 0,15 kg/m2 contre 0,08 kg/m2 pour les sujets faisant moins d’exercice.

De même, l’effet génétique du sédentarisme sur l’IMC a été le plus prononcé chez les participants passant 40 heures par semaine devant la télévision par rapport à ceux y ayant consacré une heure ou moins. Les premiers ont gagné 0,34 kg/m2 d’IMC, les seconds 0,08 kg/m2.

Selon les auteurs de l’étude, l’Américain moyen regarde la télévision de quatre à six heures par jour.

http://www.cyberpresse.ca