Accoucher dans l’espace? Une entreprise néerlandaise y travaille


Un incubateur dans l’espace pour procréer un enfant. Est-ce que cela vaut vraiment la peine de risquer la vie d’un enfant conçu dans l’espace et accoucher en apesanteur  avec toutes les conséquences que cela risque d’entrainer?
Nuage

Accoucher dans l’espace? Une entreprise néerlandaise y travaille

 

© getty.

Une entreprise néerlandaise ambitionne un accouchement dans l’espace d’ici 2024, affirment lundi plusieurs médias néerlandais.

Un organisateur d’événements habitant d’Eindhoven, Egbert Edelbroek, a fondé, dans ce but, avec un associé une entreprise baptisée SpaceLife Origin.

L’an prochain, celle-ci ambitionne de lancer dans l’espace Missie Ark, un satellite contenant ovules et spermatozoïdes. Lequel devrait ensuite rester en orbite autour de la Terre pendant 25 ans et servir de back-up en cas de catastrophe majeure. En 2021, SpaceLife Origin souhaite programmer une fécondation dans l’espace à l’aide notamment d’un incubateur à embryons, Missie Lotus. L’accouchement en milieu spatial est prévu pour 2024 et portera le nom de projet de Missie Cradle.

Le projet suscite quelque incrédulité… Les scientifiques soulignent par exemple les problèmes de rayonnement ionique cancérigène et les accélérations fulgurantes liés à un vol spatial. En outre, il y a aussi les doutes engendrés par l’absence de pesanteur.

 « À quoi ressemblera un enfant en apesanteur? », s’interroge le Russe Valeri Poliakov, recordman de la durée de séjour dans l’espace (439 jours). « Sur Terre, on se tient debout, ce qui contribue à la formation du squelette et au développement des muscles… », avance-t-il.

Le financement du projet est, par ailleurs, loin d’être bouclé

https://www.7sur7.

Une couveuse en carton pour sauver des vies


Le système D, cet étudiant par son implication a créé une couveuse en carton avec presque les mêmes caractéristiques des couveuses dans les hôpitaux en Occident pour sauver des bébés prématurés dans des milieux moins nantis
Nuage

 

Une couveuse en carton pour sauver des vies

 

Une couveuse en carton pour sauver des vies

© Babylifebox_twitter

par Emilie Cailleau

La « babylifeBox », imaginée par un jeune étudiant indien, pourrait permettre de sauver des bébés prématurés dans les pays à faible revenu.

Une couveuse low-cost qui pourrait sauver la vie de milliers de bébés. Parfois les idées simples deviennent de grands projets. Malav Sanghavi, étudiant en master ingénieur du design à l’Imperial College de Londres, en apporte l’illustration avec son incubateur néonatal en carton. Son invention est destinée à pallier le manque d’infrastructures dans les pays en développement. Elle reproduit la même assistance médicale que les couveuses utilisées en périnatalité des pays développés. Si la matière première est en carton, l’incubateur est doté d’un chauffage, pour protéger le nourrisson du froid et réguler le niveau d’humidité. Une paroi vitrée en plexiglas sert de protection antibactérienne pour protéger l’enfant des bactéries.

Dans les services de néonatalité, les prématurés sont placés en couveuse pour les maintenir à 34°/35° C, température correspondante à celle du ventre de la mère. L’atmosphère de la couveuse doit par ailleurs présenter un taux d’humidité de 80 %, rappelle l’Inserm.

La « babylifebox » semble rudimentaire mais en réalité elle pourrait sauver des milliers de bébés prématurés qui décèdent faute de soins adaptés. Son inventeur pense en premier lieu à l’Inde. Il explique à l’AFP :

« L’Inde a le plus haut nombre de bébés qui meurent dans les 24 premières heures après la naissance dans le monde, plus de 300 000 par an. Selon notre recherche, nous avons constaté que l’Inde a les infrastructures adéquates pour les naissances « classiques », mais elle manque de centres et d’installations pour prendre en charge les enfants prématurés et en sous-poids ».

Première cause de mortalité chez les moins de 5 ans

15 millions de bébés naissent prématurés chaque année, soit un bébé sur 10, rappelle l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) . Or plus d’un million d’enfants décèdent chaque année de complications liées à la prématurité. La prématurité est la première cause de mortalité dans le monde chez les enfants de moins de 5 ans.

http://www.topsante.com/