L’administration Trump est «inepte», selon l’ambassadeur du Royaume-Uni à Washington


Une fuite de mémo de l’ambassade du Royaume-Uni qui donne ses impressions de Donald Trump. De toute façon, je suis certaine que bien des gens pensent la même chose que le Président des États-Unis n’est pas à sa place face ses décisions envers des pays étrangers, les propos dont il n’a aucune connaissance, comme dans son discours lors de la fête nationale des USA et bien d’autres choses.
Nuage


L’administration Trump est «inepte», selon l’ambassadeur du Royaume-Uni à Washington


Le diplomate aurait affirmé que la présidence Trump... (PHOTO J. SCOTT APPLEWHITE, AP)

Le diplomate aurait affirmé que la présidence Trump était susceptible de « s’écraser en flammes » et de « s’achever dans la disgrâce »

PHOTO J. SCOTT APPLEWHITE, AP

Agence France-Presse
Londres

L’administration de Donald Trump est « inepte » et « unique dans son dysfonctionnement », estime l’ambassadeur du Royaume-Uni aux États-Unis, Kim Darroch, selon des câbles diplomatiques qui ont fuité, publiés par le Mail on Sunday.

Le diplomate aurait ainsi affirmé que la présidence Trump était susceptible de « s’écraser en flammes » et de « s’achever dans la disgrâce », dans ses mémos et rapports transmis à Londres, selon l’hebdomadaire.

« Nous ne pensons pas vraiment que cette administration va devenir substantiellement plus normale, moins dysfonctionnelle, moins imprévisible, moins divisée, moins maladroite et inepte diplomatiquement », écrit ainsi Kim Darroch dans un de ses messages, selon le Mail on Sunday.

Le président américain est « instable » et « incompétent », a encore estimé le diplomate de 65 ans.

Un autre mémo à propos de la visite d’État controversée de M. Trump le mois dernier à Londres rapporte que le président américain et son équipe ont été « éblouis », mais que malgré tout la Grande-Bretagne pourrait ne pas conserver longtemps sa belle image car « c’est toujours le pays de l’Amérique d’abord ».

L’ambassadeur écrit encore que les informations « le chaos et les luttes féroces » qui agitent la Maison-Blanche-des « fake news », selon Donald Trump – sont « pour la plupart véridiques ».

Kim Darroch est l’un des diplomates les plus expérimentés en poste à Washington, où il est arrivé en janvier 2016, avant la victoire de Donald Trump à la présidentielle américaine.

Selon le Mail on Sunday, les mémos qui ont fuité, vraisemblablement divulgués par un fonctionnaire britannique, couvrent une période qui commence en 2017.

Dans un des messages les plus récents, daté du 22 juin, M. Darroch critique la politique du président américain sur l’Iran, qui a fait craindre un conflit armé : M. Trump a à ce sujet des positions « incohérentes », « chaotiques ».

Et le fait qu’il ait renoncé au dernier moment à des frappes de missiles contre le régime de Téhéran en représailles après qu’un drone américain a été abattu, semble-t-il car 150 Iraniens risquaient d’être tués, est un argument qui « ne tient pas ».

« C’est plus sûrement parce qu’il n’a jamais été complètement convaincu par cette solution, et il était inquiet de comment ce revirement par rapport à une de ses promesses de campagne de 2016 serait perçu en 2020 », indique M. Darroch, faisant référence à la prochaine présidentielle.

Le ministère britannique des Affaires étrangères n’a pas contesté la véracité de ces mémos diplomatiques.

« Les Britanniques sont en droit d’attendre que nos ambassadeurs donnent à nos ministres des évaluations honnêtes sur les politiques de leur pays », a indiqué une porte-parole. « Leurs vues ne sont pas nécessairement celles de nos ministres ou de notre gouvernement ».

« Notre équipe à Washington a des relations solides avec la Maison-Blanche et nul doute qu’elles résisteront à de tels comportements mesquins », a encore dit la porte-parole à propos d’éventuelles retombées après ces fuites.

https://www.lapresse.ca/

Si Trump était femme


Si le Président des États-Unis aurait été une femme ayant les mêmes défauts que Donald Trump, aurait-elle pu durer 2 ans au pouvoir ? J’en doute ! Il y aurait eu des protestations, des révoltes, elle aurait été destituée bien avant 2 ans.
Nuage

 

Si Trump était femme

 

DENISE BOMBARDIER

Samedi, dans Le Journal, Mathieu Bock-Côté opposait parité et compétence. Vaste et passionnant débat. Mais que dire de Trump, un incompétent ubuesque en train de déchirer son pays de manière irréversible ?

 D’abord, s’il était une femme, il ne serait pas au pouvoir. Vous imaginez un clone de Trump, présidente des États-Unis, qui se vanterait de mettre la main au pénis à tous les mâles qu’elle fréquente ?

 À l’inauguration de la nouvelle présidente, qu’aurait-on pensé des déclarations de celle-ci affirmant que Washington n’avait jamais réuni autant de spectateurs pour assister à son investiture, un total de plus de deux millions de personnes, alors que les pelouses du National Mall étaient à moitié vides ? Cette pratique du mensonge et des demi-vérités aurait eu vite fait de mettre un terme au régime d’une Trumpette. 

 Aurait-il été possible que cette présidente s’entourant à la Maison-Blanche de ses propres enfants comme conseillers sur les affaires internationales survive après de telles nominations ? 

Insultes

 Croit-on que cette présidente aurait traité en toute impunité les Mexicains de violeurs et de criminels ? Qu’une partie des citoyens américains l’auraient encensée et lui auraient emboîté le pas ? Aurait-elle insulté à longueur de semaine la presse et interpellé les journalistes, les accusant d’être des salauds et des enfants de … ?

Serait-elle encore au pouvoir après avoir congédié tant de proches collaborateurs de son administration ? Aurait-elle pu critiquer le président de la Banque mondiale pour ensuite mousser la candidature de sa fille à ce poste ? Jamais une femme n’aurait survécu à la tête du pays. La révolte aurait été générale.

L’immoralité, la grossièreté, l’inculture, l’ignorance de l’Histoire, l’incompétence politique et la désacralisation des institutions, toutes ces tares qui définissent Donald Trump seraient intolérables et auraient éjecté une Trumpette du pouvoir. Qui aurait l’outrecuidance de le nier ? L’égalité hommes-femmes demeure décidément un rêve utopique.

https://www.journaldemontreal.com/

La violence


Il est plus facile d’être violent que de chercher des compromis, des ententes. C’est une forme de paresse intellectuelle. Pourtant, physiquement, tout le corps réagit négativement.. C’est aussi une preuve de lâcheté, d’imbécilité et le reste
Nuage

 

La violence

 

La violence est le dernier refuge de l’incompétence

Isaac Asimov