Votre vocabulaire prédit combien de temps vous allez vivre


Est-ce qu’avoir une attitude négative, et le verbaliser raccourci une vie ? Peut-être ! En tout cas, le pessimiste montre la vie bien sombre et rend difficile d’être heureux
Nuage

 

Votre vocabulaire prédit combien de temps vous allez vivre

 

© thinkstock.

Non, les mots ne sont pas « que des mots ».

C’est la science qui le dit: les mots que nous utilisons peuvent prédire combien de temps nous allons vivre.

Dans leur étude, des psychologues ont analysé 197 livres et discours, en accordant une attention toute particulière aux mots qui avaient une connotation négative, et qui induisaient l’échec, c’est-à-dire des mots associés à des attitudes comme l’impuissance, le fatalisme ou encore le pessimisme.

Les chercheurs ont ensuite mis en corrélation le nombre de fois que les mots « négatifs » avaient été utilisé dans les œuvres, et la durée de vie de leurs auteurs. Et il s’avère que les auteurs à avoir utilisé le plus souvent des mots induisant l’échec… étaient généralement décédés plus jeunes.

Évidemment, les mots à connotation négative ne vous tuent pas littéralement, mais il existe un véritable lien entre le fait de penser à l’échec, le verbaliser, et une durée de vie plus courte. Rester positif et utiliser des mots qui le sont aussi ne pourra donc définitivement pas vous faire de mal!

http://www.7sur7.be/

La peur


Il y a des peurs qui sont justifié pour nous mettre en garde et nous préserver ou du moins porter au danger potentiel. Mais il y a d’autres peurs qui n’ont peut-être pas leur raison d’être … Y faire face, explorer ses peurs permettra d’aller de l’avant
Nuage

 

La peur

Vous avez souvent peur ? Peur de tout, d’échouer, de la réaction des autres, de l’avenir,…

Avoir peur est humain, ce n’est pas synonyme de faiblesse ou d’impuissance, c’est un sentiment. La peur est un signal, une mise en garde, néanmoins elle ne devrait pas vous bloquer ni freiner votre épanouissement.

Si c’est le cas, analysez si cette peur est réellement justifiée.

Michel Poulaert