Trump serait-il arrêté s’il tirait sur quelqu’un? Débat surréaliste à New York


Une bonne question, enfin, dit qu’elle arrive en retard de plus de 3 ans quand Donald Trump prétendait en 2016 qu’il pouvait impunément tuer quelqu’un en pleine rue et il ne perdrait aucun électeur. Les avocats ne veulent pas donner les documents demandés soit son rapport d’impôts, pourquoi il aurait des passes droit. Faut-il croire qu’il a vraiment quelque chose à cacher qui pourrait mettre en péril sa présidence ?
Nuage


Trump serait-il arrêté s’il tirait sur quelqu’un? Débat surréaliste à New York

Trump serait-il arrêté s’il tirait sur quelqu’un? Débat surréaliste à New YorkPhoto: Tom Pennington/Getty ImagesLe président des États-Unis, Donald Trump

Donald Trump est-il au-dessus des lois au point que personne ne l’arrêterait s’il tirait sur quelqu’un en pleine rue à Manhattan? La question paraît saugrenue, mais a été posée jeudi au maire de New York, qui a tranché sans hésitation.

«Quiconque tire sur quelqu’un sera arrêté. Je me fiche de savoir s’il s’agit du président des États-Unis ou de quelqu’un d’autre», a répondu le maire démocrate, Bill de Blasio, lors d’un point de presse.

«On l’arrêterait. C’est aussi simple que ça», a renchéri Benjamin Tucker, un des chefs de la police new-yorkaise, au milieu des rires.

L’échange suivait des propos tenus mercredi par un avocat du président devant des juges fédéraux de Manhattan, qui doivent déterminer si le président américain est obligé d’obéir à une injonction du procureur de Manhattan, qui réclame des déclarations d’impôts de Trump.

Les avocats du président refusent de communiquer ces documents, faisant valoir que, tant qu’il est en fonction, Donald Trump ne saurait être poursuivi pour aucun délit.

Un des juges a demandé mercredi aux avocats si cela vaudrait même dans le cas où le milliardaire new-yorkais tirerait sur quelqu’un sur la très célèbre 5e Avenue de Manhattan, référence à ses déclarations pendant la campagne présidentielle de 2016.

«Je pourrais être au milieu de la 5e Avenue et tirer sur quelqu’un, je ne perdrais pas d’électeur,» s’était alors vanté l’ancien magnat de l’immobilier.

Dans ce cas, «personne ne pourrait rien faire?» a interrogé le juge. «C’est correct», a répondu un des avocats, William Consovoy.

La réponse a été contestée, par le maire de New York, anti-Trump notoire, mais aussi par des experts en droit qui soulignent que l’immunité dévolue au président ne vaut, selon la jurisprudence, que pour les actions qu’il prend dans le cadre de ses fonctions officielles.

Bien qu’originaire du quartier du Queens, à New York, Trump est très impopulaire dans la métropole américaine. Les manifestations sont fréquentes devant son ancien domicile, la Trump Tower, située sur la 5e Avenue près de Central Park.

https://journalmetro.com/

Des milliardaires américains réclament un impôt sur eux-mêmes


Surprenant que des milliardaires signent un message pour tout partie politique qu’ils devraient augmenter les impôts des plus fortunés aux États-Unis et non faire comme celui qui est le 3e plus riche des USA qui se vante qu’il paie moins cher d’impôt que son secrétaire. En tout cas, cela mérite pour une fois, d’accéder aux demandes des plus riches.

Nuage


Des milliardaires américains réclament un impôt sur eux-mêmes

George Soros... (PHOTO LUKE MACGREGOR, ARCHIVES REUTERS)

George Soros

PHOTO LUKE MACGREGOR, ARCHIVES REUTERS

Agence France-Presse
New York

« Taxez-nous plus » : tel est le message d’un petit groupe de milliardaires américains comprenant l’homme d’affaires George Soros, le cofondateur de Facebook Chris Hughes et des héritiers des empires Hyatt et Disney aux candidats à la Maison-Blanche.

Dans une lettre publiée en ligne lundi, ce club de très riches Américains apporte son soutien à l’idée d’un impôt sur la fortune.

« Nous écrivons à tous les candidats à la présidence, qu’ils soient républicains ou démocrates, pour apporter notre appui à une taxe modérée sur les fortunes d’un dixième des 1 % des Américains les plus riches – sur nous », y affirment-ils.

La richesse de ce 0,1 % de la population est presque aussi importante que celle de 90 % de la population américaine.

« Tout nouveau dollar émanant de nouvelles taxes doit venir des plus aisés financièrement, pas des Américains de la classe moyenne ou populaire », ajoutent les 18 signataires, issus de 11 familles. 

Plusieurs candidats à la primaire démocrate, dont Pete Buttigieg, le maire de South Bend dans l’Indiana, ou Beto O’Rourke, ancien élu de la Chambre des représentants, ont déjà exprimé leur soutien à une telle mesure. 

Mais la lettre met en avant la proposition spécifique de la sénatrice Elizabeth Warren, qui prévoit de taxer les ménages disposant de plus de 50 millions de dollars d’actifs, ce qui correspondrait à environ 75 000 familles. Elle pourrait, selon les estimations, rapporter 2750 milliards en 10 ans.

« Les États-Unis ont la responsabilité morale, éthique et économique d’imposer plus lourdement notre fortune », écrivent les signataires.

L’argent récupéré grâce à cet impôt supplémentaire pourrait servir à « aider à faire face à la crise climatique, à améliorer l’économie, à améliorer le système de santé, à créer plus d’égalité dans les opportunités, et à renforcer nos libertés » en ralentissant la croissance des inégalités, assurent-ils. 

Un tel impôt est aussi à leurs yeux « patriotique » puisque tous les Américains ont comme devoir de contribuer à hauteur de leurs moyens au succès du pays.

« Et les plus riches ne doivent pas faire exception. »

Dans la lettre, les signataires font notamment référence à l’investisseur Warren Buffett, 3e fortune américaine, qui rappelle régulièrement qu’il paye relativement moins d’impôt que son secrétaire.

L’idée d’un impôt spécifique sur la fortune est, font-ils par ailleurs remarquer en s’appuyant sur des sondages, soutenue par une majorité d’Américains.

https://www.lapresse.ca

Le Saviez-Vous ►La pièce pour payer l’impôt sur la barbe


Il fut un temps en Russie que porter était interdit, puis contre la grogne des gens du pays, elle était autorisée moyennant une taxe. Alors qu’en Angleterre, était plutôt signe d’un statut social
Nuage

 

La pièce pour payer l’impôt sur la barbe

.

impot-barbe

En 1699 le tsar de Russie Pierre le Grand avait interdit complètement le port de la barbe dans le pays mais la contestation était telle qu’en 1704 il a du revenir en partie sur sa décision en l’autorisant à nouveau en échange du paiement d’une taxe.

Cette belle pièce servait à payer cet impôt, l’inscription dessus signifie « La taxe a été perçue« .

L’impôt sur la pilosité faciale n’était pas vraiment une idée originale, en Angleterre, le roi Henri VIII en avait déjà introduit un en 1535 qui était proportionnel au niveau social du barbu.

barbe-taxe-caricature

Une caricature du l’époque

http://www.laboiteverte.fr

Attention aux messages textes frauduleux, rappelle la SQ


Que ce soit par courriel ou par message texte (texto) toujours se méfier des fraudes en rapport avec les comptes bancaires et les impôts, même si le message semble être authentique. Sitôt que le message demande des informations personnelles, il y a un signe que c’est une fraude
Nuage

 

Attention aux messages textes frauduleux, rappelle la SQ

 

La Sûreté du Québec (SQ) attire l’attention sur une fraude par message texte, qui est fréquente en ce moment.

Des personnes ont reçu l’un de ces deux messages, faussement attribués à Desjardins :

1) « Votre compte bancaire en ligne Desjardins a été suspendu en raison de vérifications de sécurité. Connectez-vous ci-dessous pour valider votre profil », avec un lien cliquable semblable à celui du site web de l’institution financière.

2) « Desjardins a détecté une activité inhabituelle sur votre compte. Veuillez vérifier votre profil immédiatement », avec un lien cliquable semblable à celui du site web de l’institution financière.

La SQ rappelle qu’il est important de ne pas répondre et de ne pas cliquer sur le lien en question. La police suggère aux citoyens de contacter leur institution financière s’ils ont des doutes sur leur compte.

Il ne s’agit pas du seul type de message frauduleux en vogue : une internaute nous a fait suivre un faux message de l’Agence du revenu du Canada lui suggérant de cliquer sur un lien pour obtenir son retour d’impôt. Le texto provenait d’un numéro ontarien avec le code régional 289.

http://quebec.huffingtonpost.ca

Le Saviez-Vous ► La pièce pour payer l’impôt sur la barbe


Je crois que cette taxe serait vraiment contestée aujourd’hui,  si les hommes devaient payer pour avoir le droit de porter la barbe
Nuage

 

La  pièce pour payer l’impôt sur la barbe

En 1699 le tsar de Russie Pierre le Grand avait interdit complètement le port de la barbe dans le pays mais la contestation était telle qu’en 1704 il a du revenir en partie sur sa décision en l’autorisant à nouveau en échange du paiement d’une taxe.

Cette belle pièce servait à payer cet impôt, l’inscription dessus signifie « La taxe a été perçue« .

L’impôt sur la pilosité faciale n’était pas vraiment une idée originale, en Angleterre, le roi Henri VIII en avait déjà introduit un en 1535 qui était proportionnel au niveau social du barbu.

barbe-taxe-caricature

Une caricature du l’époque

http://www.laboiteverte.fr/

Le Nouveau-Monde


Aujourd’hui, on se bat pour avoir le droit au travail, pour garder ce que l’on gagne sans tout donner aux gouvernements
Nuage

Le Nouveau-Monde

 

Lorsque l’homme blanc a découvert ce pays, les Indiens le dirigeaient. Il n’y avait aucun impôt, aucune dette, les femmes accomplissaient tout le travail. L’homme blanc pensait qu’il pouvait améliorer un système comme celui-ci.

Cherokee