Un énorme rat découvert aux îles Salomon


Ceux qui n’aiment pas trop les rats, seraient mieux d’éviter les îles Salomon, car là-bas, une espèce connue des indigènes vient enfin d’être découverte par les scientifiques. Il est très gros et il est capable de croquer dans une noix de coco
Nuage

 

Un énorme rat découvert aux îles Salomon

 

Représentation artistique du Uromys vika    Photo : Field Museum/Velizar Simeonovski

Une espèce géante de rat, qui est capable de percer les noix de coco avec ses dents, vit dans la dense forêt tropicale des îles Salomon.

Un texte d’Alain Labelle


L’espèce nommée Uromys vika a été identifiée par la mammalogiste américaine Tyrone Lavery du Field Museum de Chicago.

La scientifique avait entendu parler de l’existence de l’animal lors d’un premier voyage aux îles Salomon en 2010. Il était décrit par la population locale depuis des décennies, mais n’avait jamais été identifié de façon formelle.

Les habitants l’appelaient « vika » et affirmaient qu’il vivait dans les arbres.

La scientifique a donc décidé de partir à la recherche de ce rat dont la grosseur « légendaire » rappelle celle d’un opossum. Et elle est finalement arrivée à ses fins.

La nouvelle espèce est assez spectaculaire. C’est un gros rat, un rat géant. Tyrone Lavery

C’est la première espèce de rat identifiée en plus de 80 ans aux îles Salomon.

Un spécimen de Uromys vika

Un spécimen capturé de Uromys vika   Photo : Tyrone Lavery

Des îles isolées

Ce pays, situé dans l’océan Pacifique, est constitué d’une série d’îles isolées sur le plan biologique.

En fait, plus de la moitié des mammifères qui vivent sur les îles Salomon ne se trouvent nulle part ailleurs sur la Terre, ce qui en fait un endroit intéressant pour les scientifiques.

Quand j’ai rencontré des habitants de l’île Vangunu, ils m’ont parlé de ce rat qui vivait dans les arbres. J’étais excité parce que je commençais mon doctorat et que j’avais lu des livres au sujet des aventures de personnes qui partaient à la découverte de nouvelles espèces. Tyrone Lavery

Mais des années de recherche n’ont pas permis d’observer le fameux rat géant. La scientifique s’est même mise à douter de l’existence d’une espèce distincte du rat noir.

Et puis finalement, un rat bien spécial a été observé sortant d’un arbre abattu.

« Dès que j’ai examiné le spécimen, je savais qu’il était différent des huit espèces indigènes de l’île seulement en regardant son crâne. », explique Tyrone Lavery.

L’examen de son ADN a ensuite permis d’établir qu’il s’agissait bel et bien de l’identification d’une nouvelle espèce. Son nom latin, Uromys vika, fait référence à celui donné par la population de l’île.

Un très gros rat

Le vika est beaucoup plus gros que les rats noirs communs (Rattus rattus) qui se sont répandus sur le globe à la faveur de la colonisation européenne. Par exemple, le rat noir pèse environ 200 grammes alors que celui-ci atteint le kilo. Il est environ quatre fois plus gros et atteint un pied (30 cm), du nez au bout de sa queue.

Cette découverte fait l’objet d’un article publié dans le Journal of Mammalogy.

http://ici.radio-canada.ca

8 îles du Pacifique déjà englouties à cause du réchauffement climatique


Un chercheur a recensé 8 îles et peut-être plus qui serait disparus entre 2007 et 2014. Avec les changements climatiques, cela ne s’arrêtera pas là et c’est dans le Pacifique que les risques sont plus grands
Nuage

 

8 îles du Pacifique déjà englouties à cause du réchauffement climatique

 

Xavier Demeersman

Journaliste

 

Dans l’ouest du Pacifique, où la montée des eaux est plus rapide qu’ailleurs, huit petites îles ont été englouties ces dernières années. Elles s’ajoutent aux cinq autres identifiées comme déjà disparues. Cela donne un aperçu de ce qui va advenir aux territoires situés aux plus basses altitudes dans le monde au cours du XXIe siècle.

CE QU’IL FAUT RETENIR

  • La montée des eaux atteint 12 mm par an dans l’ouest du Pacifique.
  • Au moins huit petites îles ont été englouties.
  • Les îles du Pacifique vont être les plus frappées par les effets du changement climatique.

En 2016, des recherches avaient révélé que cinq des îles Salomon avaient disparu dans le Pacifique au cours de la deuxième moitié du XXe siècle. Patrick Nunn, de l’université de la Sunshine Coast, en Australie, s’est rendu en Micronésie, sur l’île de Pohnpei, pour mener à son tour une enquête. Il y a rassemblé des témoignages des habitants et consulté minutieusement les images satellite, à la recherche d’îles submergées.

Il en a recensé huit (mais, selon lui, il y en a probablement d’autres). Il s’agit de Kepidau en Pehleng et Nahlapenlohd, ainsi que de six autres, d’environ 100 m2 chacune, dans les archipels de Laiap, Nahtik et Ros. Elles ont vraisemblablement été englouties entre 2007 et 2014.

Plusieurs îles de Micronésie ont disparu sous les eaux du Pacifique. © Peter Hermes Furian, Fotolia

Plusieurs îles de Micronésie ont disparu sous les eaux du Pacifique. © Peter Hermes Furian, Fotolia

Certaines îles du Pacifique résistent mieux grâce aux mangroves

À l’origine de leur disparition, il y a, bien sûr, la montée des eaux provoquée par le changement climatique en cours. Dans le monde, celle-ci est actuellement de 3 mm par an en moyenne — les prévisions les plus optimistes du Giec tablent sur 40 cm d’ici 2100 et 126 cm pour les plus pessimistes, si rien n’est fait — mais, dans le Pacifique ouest, principalement en raison d’un cycle naturel des alizés accumulant plus l’eau dans cette région, l’élévation y est plus importante et rapide qu’ailleurs : 12 mm par an depuis les années 1990. Tempêtes et typhons ont achevé de les rayer de la carte…

Pour le chercheur, ces changements en Micronésie sont un aperçu de ce qui va arriver à d’autres territoires à faible altitude au cours du XXIe siècle. Car cette menace est devenue très sérieuse pour plusieurs îles peuplées, comme les îles Carteret, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, ou Kiribati (110.000 habitants) et Tuvalu (12.000 habitants). 

« Ce sont les premiers endroits sur Terre à connaître des taux vraiment importants d’élévation du niveau de la mer […] et ils donnent une excellente idée de ce qui peut arriver, commente Simon Albert, de l’université du Queensland, qui a signé l’étude de 2016. Mais nous constatons qu’il existe une grande diversité de réponses, et toutes les îles ne vont pas s’éroder ».

En effet, le point positif constaté par chacun des deux chercheurs est que plusieurs îles de faible altitude résistent bien à l’érosion, notamment celles entourées de mangroves et, pour dans certains cas, celles qui sont protégées des vents, des grandes vagues ou lorsque les sédiments sont piégés par les barrières de corail. 

« Les mangroves agissent comme un tampon en absorbant l’énergie des vagues et en piégeant les sédiments. »

http://www.futura-sciences.com