Il est minuit


Pour ceux qui cherche et ne trouve pas l’amour de leur vie
Pour ceux qui ont tant rêver,  mais rien ne viens
Peut-être un jour, ou un soir quelqu’un viendra frapper a votre porte
Nuage

 

Il est minuit

Il est minuit 
Et tout est calme
Le rêve s’enfuit
Mais sans vacarme

Dans mon château
Ou mon palais
Plus rien n’est beau
Plus rien me plait

J’attends l’appel
Qui ne viens pas
Destin cruel
Quel embarras !

Les chiens aboient
Pour adoucir
Mon désarrois
Vers l’avenir

On nous surnomme
Les oubliés
Qui sont en somme
Des estropiés

Quêtant pitance
D’un peu de vie
Sans arrogance
Ni eau-de-vie

Il est  minuit 
J’attends encore
Et je m’ennuie
Mais ont m’ignore

Comme autrefois
Dans la nuit sombre
J’attends ta voix
À travers l’ombre

À cet instant
Tout m’abandonne
Tout est distant
Que j’en frisonne

Dois-je ruser ?
Ou bien mentir ?
Dois-je oser ?
Ou m’abêtir ?

Le moi devient scène
Jouant tragédie
Avec ton haleine
Noyant l’hérésie

Mes nerfs sont rouillés
Mes cellules éclatent
Ma peau est mouillé
Mon coeur se dilate

Il est minuit 
J’attends  toujours 
Qu’il me réjouit
Ce grand  amour 

Seul sur ce point
Coupé du monde
Le mal s’enjoint
Puis se féconde

À mon chagrin
Qui se poursuit
Vers le déclin
Comme la nuit

Une déception
Ou bien la peur
Ou suspicion
D’idées trompeurs

Tout ce silence
Prive mon coeur
D’une joie immense
D’ou ma rancoeur

Il est minuit
Puis je m’endors
Sans aucun bruit
Dans les remords

Me réveillé ?
Non, non et non
Me réveillé
?
Encore non

Rachel Hubert (Nuage) Saïd
12 Mars 2004