Comme l’arbre


Au cours de la vie, les expériences acquises nous changeons bien des choses, ce qui compte, c’est de ne pas oublier ce que l’on est vraiment, et de ce que l’on tient, de nos principes, notre moralité
Nuage

 

Comme l’arbre

 

 

Bref, faites comme l’arbre changez vous feuilles et garder vos racines
Changer vos idées et garder vos principes

Inconnu

Être artisan de son malheur


Être artisan de son malheur ? Bon, je sais qu’on va me dire oui, mais si quelqu’un fonce dessus avec son auto et je me casse les côtes, c’est un malheur causé par une tierce personne. Mais après, c’est notre attitude, notre manière de penser, nos réactions qui peuvent faire toute la différence
Nuage

 

Être artisan de son malheur

 

Je suis le principal artisan de mon malheur. Les événements et les autres ne sont que des occasions au sujet desquelles j’entretiens des idées qui causent mes émotions. Je peux changer mes idées et mes émotions, mais je n’ai aucun pouvoir pour changer celles des autres.

Ellis, Auger, Borgia

Le Saviez-Vous ► 8 idées bizarres… qui ont marché!


Quand il y a une difficulté, on cherche des solutions. Parfois, ce sont des idées un peu fofolles et contre toute attente qui résout les problèmes. Il fallait juste l’essayer
Nuage

 

8 idées bizarres… qui ont marché!

 

De temps en temps, quelqu’un lance une idée franchement idiote. « Allons, pourquoi ne pas essayer ? » propose un interlocuteur avisé. Et voilà, ça marche ! Voici 8 exemples d’idées bizarres qui ont marché!

Grève de « relations »

Crédit photo : iStock

De mémoire d’homme, l’unique route qui reliait le petit village colombien de Barbacaos au reste du monde avait toujours été très mauvaise. Si bien qu’il fallait une demi-journée pour parcourir les 56 km qui le séparent de la ville voisine.

Les demandes de réparation avaient toutes été ignorées. La mort d’une jeune femme et de son enfant à naître dans l’ambulance restée coincée sur la route qui menait à l’hôpital fut la tragédie de trop. En juin 2013, les femmes entreprirent de manifester dans les rues et lancèrent « le mouvement des jambes croisées ».

Bref, pas de galipettes tant que la route ne serait pas réparée. Même le maire eut à en souffrir quand sa femme décida de dormir dans une autre pièce.

…Et ça a marché !

La grève fut levée en octobre de la même année quand des bulldozers et autres gros engins commencèrent les travaux de réparation. Grâce à la nouvelle route, il faudra six heures de moins pour relier Barbacaos à la ville la plus proche.

En jupe sur les rails

Crédit photo : iStock

À l’été 2013, une vague de chaleur submergea le nord de Stockholm.

Les cheminots décidèrent donc de porter un short au travail. La direction leur fit remarquer que cela contrevenait au code vestimentaire des chemins de fer. Les hommes enfilèrent aussitôt la jupe.

…Et ça a marché !

Les hommes peuvent porter la jupe parce que les femmes la portent, déclara un porte-parole de la société ferroviaire. « Soutenir le contraire serait discriminatoire », expliqua-t-il.

Un changement officiel du code vestimentaire autorisant le short suivit rapidement cette action. La compagnie de chemins de fer prétend que l’affaire des hommes en jupe n’y est pour rien.

Retour à l’envoyeur

Crédit photo : iStock

Les chiens sont des créatures merveilleuses, mais ils ont un gros défaut. Ils refusent de ramasser ce qu’ils sèment derrière eux. C’est particulièrement délicat à Brunete, en Espagne, où les propriétaires de chien ne ramassent pas les crottes non plus.

Or, l’agence de publicité McCann concocta un coup de génie : renvoyer le caca à son propriétaire. À l’initiative de l’agence, le projet fonctionne de cette façon : en discutant avec un propriétaire négligent, un volontaire découvre le nom de son chien.

Après leur départ, il s’emploie à retrouver l’identité et l’adresse du propriétaire en soumettant le nom et la race du chien à une base de données via son téléphone portable. Il ramasse la crotte, la dépose dans un petit paquet estampillé « Objet perdu » qu’il fait ensuite livrer par coursier à son propriétaire.

…Et ça a marché !

Il y eut pas moins de 147 livraisons au cours de la campagne, et la quantité d’excréments laissés dans les rues chuta de 70 %.

De l’herbe aux cochons

Crédit photo : iStock

Aux États-Unis, avec la légalisation de la marijuana dans l’État de Washington, les cultivateurs d’herbe se demandaient comment rentabiliser les racines et les tiges inutilisées. Entre-temps, les éleveurs de porcs des environs ne supportaient plus le coût élevé de la nourriture qui entamaient leurs profits. Un éleveur proposa une solution : intégrer les restes de marijuana (moins coûteux) à l’alimentation des cochons.

…Et ça a marché !

Ce surplus d’herbe fit baisser les coûts de la nourriture pour l’éleveuse Susannah Gross, avec un bénéfice supplémentaire : l’appétit de ses bêtes. En effet, les porcs qui avaient dévoré la marijuana pesaient de 10 à 15 kilos de plus que ceux qui n’en avaient pas profité.

Aboyer contre les vilains

Crédit photo : iStock

À New Haven, au Connecticut, deux présumés voleurs de voitures refusaient de sortir de la maison où ils étaient planqués. La police menaça d’envoyer la brigade canine. Le seul souci ? Un manque cruel de chiens sur place. Quelques agents décidèrent alors de s’approcher de la porte et se mirent à aboyer.

…Et ça a marché !

Terrifiés, les intrus sortirent aussitôt pour se livrer à la police

Chasser les ennuis

Crédit photo : iStock

Une grave sécheresse combinée au mauvais entretien du réseau a eu raison des égouts de Bulawayo, au Zimbabwe. À cause de la pression insuffisante de l’eau, les canalisations étaient sans cesse bouchées, ce qui les faisait parfois éclater.

…Et ça a marché !

Devant l’impossibilité de recourir à un débouchoir à ventouse géant, que pouvait faire la ville ? C’est simple, proposa le conseil municipal. Deux fois par semaine, les citoyens doivent tous en chœur actionner la chasse pour générer suffisamment de pression d’eau dans les conduites et déloger les bouchons. Et ça a marché !

Un résident raconte à l’Associated Press :

« Jusqu’ici, l’opération chasse d’eau est un succès. »

Fuite musicale

Crédit photo : iStock

Portland, en Oregon, ne doit pas être un endroit très dynamique, à moins que sa gare soit particulièrement attrayante, puisque les jeunes hommes ont visiblement décidé del’investir. Les nombreuses tentatives pour les en déloger sont restées vaines. Les autorités ont consulté les jeunes eux-mêmes pour trouver une solution. Question : « Qu’est-ce qui vous chasserait de là ? » Réponse : « L’opéra et la musique classique. » Aussitôt dit, aussitôt fait, des haut-parleurs de la gare leur en beuglèrent lors d’un programme pilote.

…Et ça a marché !

La présence des jeunes de 18 à 25 ans a chuté dès que la musique a retenti dans la gare. L’un d’eux a pris ses jambes à son cou alors que la Carmen de Bizet proclamait son amour à celui qui ne l’aimait pas. À l’autre bout du monde, la Royal Navy fit hurler du Britney Spears pour chasser les pirates somaliens.

« Ces hommes ne supportent pas la musique occidentale », confie un officier à metro.co.uk. Dès qu’ils se prennent une dose de Britney, ils déguerpissent au quart de tour. C’est tellement efficace que les gardes ont rarement besoin de recourir aux armes à feu. »

Miroirs au sommet

Crédit photo : iStock

En Norvège, jusqu’à récemment, l’hiver à Rjukan était déprimant. En effet, la ville, nichée au creux d’une vallée, ne reçoit pas de lumière directe du soleil près de six mois par an. Quelques esprits éclairés, c’est le cas de le dire, ont eu l’idée de reprendre un projet proposé régulièrement depuis un siècle : installer sur le versant de l’une des montagnes des miroirs géants qui réfléchiraient les rayons du soleil sur la place principale du village.

…Et ça a marché !

Grâce à des moteurs contrôlés par ordinateur, trois imposants miroirs suivent le parcours de l’astre solaire. Pour la première fois de l’histoire de Rjukan, le soleil d’automne a brillé sur la place en 2013 ! Pour célébrer l’événement, quelques villageois ont siroté un cocktail en se faisant bronzer sur une chaise longue ; d’autres ont joué au volley sur une plage improvisée.

« L’idée était un peu folle, mais la folie est notre plus grande qualité », a précisé un coordonnateur du projet à l’Agence France-Presse. « Après s’être prélassés au soleil, les gens sont rayonnants. »

Il y a de quoi. Les miroirs éclaireront la place durant tout l’hiver.

http://selection.readersdigest.ca/

Se discipliner a être positif


Ce n’est pas le genre de texte positif que je préfère mais c’est vrai .. pour l’avoir moi-même fait la transformation sans le faire exprès 😉 Mais un choix de pensée que je me  suis imposées .. Bien sur, il y a des jours qui sont envahis de noirceur .. mais le jour fini toujours par apparaitre
Nuage

 

Se discipliner a être positif

 

Il est possible d’apprendre à discipliner son esprit pour des choses positives et constructives !!

Nourrissez-le avec des souvenirs positifs, de vos réussites, de vos qualités de ce que vous allez donner avec des idées positives et des mots apaisants

Si vous persévérez vous acquerrez de nouveaux automatismes positifs et vous aurez au final plus de paix intérieure

Michel Poulaert
Source d’optimiste

Les bonnes idées


IL n’y a pas d’âge pour les idées bonnes ou mauvaises … mais c’est avec le temps qu’on peut voir s’ils ont de l’avenir ou non … Quand on pense qu’au téléphone, a l’électricité, la télévision, sûrement qu’au début on ne voyait pas l’impact que cela aurait sur la société …
Nuage

Les bonnes idées

 

 

« Les bonnes idées n’ont pas d’âge, elles ont seulement de l’avenir. 

Robert Mallet

Ils ont failli mourir de soif…


Nous avons tous des problèmes et quelques fois, nous ne voyons pas de solution. Peut-être qu’échangeant notre vision ou nous partageons avec une autre personne pour un conseil, nous verrons la clé pour la solution
Nuage

 

Ils ont failli mourir de soif…

 

Ils étaient 5 sur un bateau, partis à
l’aventure sur la rivière Amazone.

Pris dans une tempête, ils furent
projetés au large, en pleine mer.

Presque plus de vivres, plus d’eau
potable, complètement déshydratés, ils
commençaient à vivre les affres de la
soif.

Soudain, ils voient au loin un
bateau, font des signes.

« A boire, A boire! » Se mettent-ils à
crier au capitaine du bateau qui
s’approchait. »Nous n’avons plus d’eau
potable »…

« Mes amis, plongez vos seaux dans
l’eau autour de vous: vous êtes
ENTOURES d’eau potable!!! »

Ils ne savsient pas que la rivière
Amazone est un fleuve si puissant que
son eau douce s’étend sur des dizaines
de kilomètres dans la mer…

 Nous sommes tous comme ces naufragés.
 « De l’argent, de la prospérité,
donnez-nous des idées pour nous
enrichir!!! »

 « Mes amis, plongez vos regards dans
ce qui vous entoure: vous êtes ENTOURES
d’opportunités et de richesses que vous
ne voyez pas ».

 Un homme voit de la salade à laver,
le travail pénible que cela donne.
Un
autre y voit l’idée de livrer de la
salade déjà lavée et préparée.

Un autre se plaint d’avoir à laver
ses vitres.
Son voisin y voit une idée
d’affaire.

Chaque problème porte en lui une idée
de richesse.

Il suffit de chausser les lunettes de
la prospérité au lieu de chausser
celles du manque
.

Auteur inconnu

L’eau vive


Il y a des jours ou tout semble aller de travers, et quand ces jours gris sont présent il est temps de faire un arrêt. Nous avons de l’imagination, il faut s’en servir pour se mettre au neutre et reprendre notre journée en main
Nuage

 

L’eau vive

Quand j’ai les idées embrumées et que j’ai l’impression de flotter dans un monde étrange qui ressemble au Pays de Nulle Part…

Quand la souffrance se réveille et englue mes sentiments de gris et de noir… c’est que je suis souvent rendue au bout de mes forces! Je me suis laissée envahir par les tâches nombreuses et les chevaux de mon petit carrousel sont partis au galop! C’est le tintamarre dans ma tête

J’ai trouvé un bon moyen pour me recentrer. Je me ferme les yeux et je visualise une rivière qui coule sereinement… je la suis en pensée jusqu’à la chute! Je me laisse entraîner vers le « lac de la sérénité »… là où coule une belle cascade…

Je la laisse m’inonder et me mouiller toute entière! Elle me lave de tous mes soucis et j’en profite pour m’abreuver à celle-ci…
 l’automne de ma vie, l’arbre que je suis… a perdu sa plus belle feuille! Sa beauté, ses coloris chatoyants faisaient de celle-ci une feuille unique…

 chaque fois que mes pensées se dirigent vers elle, je l’imagine rendue au pied de sa cascade déferlante, tendant « sa » joue de feuille… à la caresse de l’onde bienfaisante… La rivière l’a sûrement emmenée à cet endroit magnifique que j’aime à m’imaginer!
Un grand bonheur jamais ne meurt car il continue de nous crier des « Je t’aime » en signe de « requiem »

Me tenir tout près de l’eau vive et voir l’arc-en-ciel se dessiner… Imaginer des angelots qui voltigent de nuage en nuage… Voir la colombe de la Paix intérieure… battre des ailes juste pour moi… Toutes ces belles « pensées magiques » m’aident à me détendre et à retrouver le sourire confiant en la Vie!

C’est ainsi que je garde « l’espoir » bien vivant en moi. Que je me purifie les idées quand la grisaille m’envahit… Peu importe que je sois chez-moi plutôt que dans la nature car je la visualise ! J’en fais une belle toile que je peux contempler quand je le veux… Sortez de votre « cadre! Venez me rejoindre! Â quand le rendez-vous?

Jovette Mimeault