L’Idéal


Une façon très originale d’exprimer un monde idéal
Nuage

 

L’Idéal

 

L’idéal serait d’avoir le coeur dans la tête et le cerveau dans la poitrine. Comme cela nous penserions avec amour et nous aimerions avec sagesse.

Mafalda personnage animée

Nous sommes contradictoire


C’est vrai qu’en temps qu’être humain nous sommes très souvent contradictoire.. Nous voulons telle chose mais nous choisissons de rester dans les sentiers tortueux … Alors So ! So ! So ! solidarité, So ! So ! So ! solidarité,
Nuage

Nous sommes contradictoire

 

Sur son lit de mort, le roi des Scythes réunit ses fils, et leur
tendant un faisceau de nombreuses branches, leur demanda de le
rompre.
 
Malgré leur jeunesse, malgré leur vigueur, malgré leur acharnement,
nul de ses fils n’y parvint. Le vieux père défit alors le faisceau,
et en brisa une à une les branches avec une facilité déconcertante.
 
Il dit alors à ses fils intrigués:
« Tant que vous serez unis,
nul ne pourra vous vaincre. Mais le jour oû vous ne serez plus
solidaires sera le commencement de votre chute. »
 
Ce conseil vaut, je crois, pour toute entreprise. Mais il vaut
aussi et encore plus pour chaque être.
 
Car c’est connu l’homme est légion.
 
Nous avons en nous une multitude de personnalités. Et la plupart
du temps elles sont contradictoires.
 
Une partie de nous sait qu’il est mauvais de fumer, qu’un jour
nous en contracterons peut-être le cancer
(de la bouche, du pharynx,
des poumons)
, et pourtant une autre partie de nous-même ne peut
résister à la tentation d’allumer une nouvelle cigarette, même
si fumer ne nous apporte pas vraiment de satisfaction…
 
De même nous souhaitons être mince, par coquetterie, ou par un
souci tout légitime de conserver notre santé, et pourtant nous
faisons des excès qui compromettent notre idéal.., et notre tour
de taille!
 
De manière plus subtile, nous désirons ouvertement le succès,
mais lorsqu’une occasion en or se présente enfin, nous faisons
tout en notre pouvoir pour la saboter, comme si nous ne nous
croyions pas digne de réussir, comme si le succès n’était que pour
les autres…
 
Il faut donc tenter d’être solidaire… avec soi-même!
 
D’éliminer la partie obscure de nous, la haine, la peur, l’ennui,
et faire triompher la lumière qui nous habite, l’amour, la joie
dont nous sommes faits: la Vie en somme.
 
Avoir un idéal, et le garder en tête, malgré les contrariétés,
malgré les déceptions, malgré les retards…
 
Avoir un but et le poursuivre avec volonté, avec patience, avec
foi et discipline.
 
Comme il a été dit des centaines de fois avant moi – ce qui
n’enlève rien à la sagesse de cette vérité:

« Qui sème une action
récolte une habitude. Qui sème une habitude récolte un caractère.
Qui sème un caractère récolte un destin ».

« Caractère égale destinée », a dit Héraclite 
.

Et me rappeler que le bonheur lui aussi est une habitude.
Parce qu’il est un état d’esprit.
Pour être heureux, je dois être solidaire avec moi-même.
 
(extrait de Le bonheur et autres mystères, de Marc Fisher, Editions
Un  Monde Différent, avec l’accord de l’auteur)

Soyez inspiré, ayez un idéal


Travailler pour gagner sa croûte est nécessaire, travailler pour se payer un certain confort et souvent plus que le nécessaire est sans doute intéressant,. mais après il se passe quoi ? Combien de gens qui ont tout mais sont malheureux ..? Nous avons tous besoin de se sentir vivant, utile, c’est pourquoi qu’il faut trouver un cheval de bataille que nous pourrions nous épanouir intérieurement
Nuage

 

Soyez inspiré, ayez un idéal

« Le sens de la vie est de donner un sens à la vie. »
Ken Hudgins

La vie moderne nous incite à focaliser sur l’aspect matériel de choses. Tous ceux qui ont « réussi matériellement » finissent un jour ou l’autre par être déçus, s’ils n’ont pas de vie intérieure active. Et c’est normal, car ils vivent en surface. Ils négligent l’essentiel. La satisfaction matérielle abusive est un cul-de-sac. Il n’est donc pas étonnant de voir autant des gens « réussir dans la vie » et ne pas être heureux, car il leur manque un élément essentiel, un idéal élevé.

Les plaisirs physiques ne sont pas mauvais en soi. Ils le deviennent lorsqu’on en fait notre objectif de vie, c’est-à-dire lorsque l’on nourrit l’illusion que le succès matériel est nécessaire pour être heureux. On n’obtient pas le bonheur en sur satisfaisant nos besoins physiques, mais plutôt en se vouant à un but louable.

« Rien n’est plus important que d’avoir un haut idéal. »
Omraam Mikhaël Aïvanhov

Les personnes heureuses travaillent pour une idée inspirante et c’est cette idée qui les inspire. Si vous travaillez pour un idéal élevé auquel vous croyez vraiment, même si vous n’êtes pas payé, vous vous sentirez quand même grandement récompensé. Mettez un idéal noble dans votre tête, travaillez pour cet idéal, et vous verrez ce que ce dernier fera pour vous : il améliorera toute votre existence.

« Vous ne trouverez le sens de la vie
qu’en vous mettant au service d’un idéal sublime. »
Omraam Mikhaël Aïvanhov

Exemple :

Pierre considère que ses objectifs de vie sont atteints. Il a un travail stable qui lui procure une existence confortable. Mais il fait un peu tout par automatisme, sans grande motivation ni passion. Il est essentiellement comblé matériellement et il se demande pourquoi il n’est pas heureux.

Pierre décide de donner un sens à sa vie en se vouant à un idéal. Il choisit la défense des droits de l’homme. Au début, il a un intérêt passif pour cette cause, c’est-à-dire que ce n’est pas une passion.

Alors, il fait en sorte de développer davantage cet intérêt. Il s’impose dans un premier temps de lire un peu sur ce sujet tous les jours. Puis, il devient membre d’un groupe qui milite pour cette cause : Amnistie internationale. Ceci a entre autres pour effet de parfaire ses connaissances. De plus, il peut voir clairement le résultat des actions de ce groupe de militants. Plus il apprend sur ce sujet, plus son intérêt grandit. Finalement, l’appartenance à Amnistie internationale fait en sorte qu’il est en contact régulièrement avec des gens passionnés par la cause des droits de l’homme. La passion étant contagieuse, la participation assidue à Amnistie internationale développe en lui avec le temps un intérêt vif pour ce sujet. Après toutes ces étapes de transformation, Pierre voit la vie différemment. Son idéal, dont l’objectif est d’aider des gens dans le besoin, a donné un sens profond à sa vie.

Conclusion :
Certains considèrent les idéaux comme des abstractions sans importance ni conséquences concrètes. Au contraire, ceux-ci ont un effet jusque dans les profondeurs de notre être. Observez votre passé et vous verrez combien certaines grandes orientations de vie ont pu contribuer à votre mieux-être ou à l’inverse. Il est donc très important de développer un idéal élevé, car il sera la nourriture de votre âme.

Denis St-Pierre