Un chat survit à deux euthanasies


Un chat qui ne voulait pas mourir, mais je trouve quand même barbare qu’en Utha on utilise une chambre a gaz pour euthanasié les animaux … Déjà que je n’aime pas l’idée de tuer des animaux sans famille, je suis bien contente que ce chat a pu grace a sa mésaventure trouver une famille
Nuage

Utah

Un chat survit à deux euthanasies

Un chat survit à deux euthanasies

Crédit photo : archives

TVA Nouvelles

Andrea, un chat de West Valley dans l’Utah a utilisé deux de ses neuf vies. Il a en effet survécu à deux tentatives d’euthanasie.

Le félin à qui on n’avait pas trouvé de famille adoptive, devait mourir dans une chambre à gaz d’un refuge pour animaux. À cet endroit, les animaux qui ne sont pas adoptés dans les 30 jours sont tués.

Ainsi, Andrea était condamnée à mort.

Le félin a d’abord été «gazé» une première fois, mais la mort ne l’a pas trouvé. Ainsi, les employés de l’endroit ont répété l’opération.

À la suite de la deuxième tentative d’euthanasie, le chat ne présentait plus de signes vitaux. Les employés ont donc disposé du corps: Andrea a été placée dans un sac de plastique dans une glacière portative.

Quand les responsables sont revenus voir la pseudodépouille, ils ont constaté, avec incrédulité, que le félin était toujours vivant. Le pauvre chat avait vomi dans son sac et était en état d’hypothermie.

Le refuge pour animaux a jugé que la résurrection du félin était extraordinaire. Ils y ont vu un signe du destin et ont donné au chat une nouvelle chance.

En entrevue au Salt Lake Tribune, le porte-parole de la ville de West Valley, Aaron Crim a expliqué l’évènement :

«Ils ont pensé que ce chat veut vraiment vivre. Laissons-lui la chance de trouver une famille».

Le journal a rapporté que depuis l’incroyable incident, Andrea a finalement été adopté.

Les responsables du refuge tentent toujours de comprendre pourquoi la chambre à gaz n’a pas fonctionné comme il se doit.

http://tvanouvelles.ca

Guide pour «éduquer» les enfants Accusés du meurtre de leur fille, ils blâment un livre


Comment peut-on manquer autant de jugement envers un enfant, ne pas comprendre sa fragilité. Qu’est ce qu’on attend d’un enfant qui ne mange pas à sa faim, qui est traité pire qu’un animal .. Comment se fait t’il que des parents vont accepté qu’un livre pour éduquer leur enfants n,a aucun sens C’est vrai qu’éduquer un enfant n’est pas nécessairement innée chez les parents mais on apprend au fils des jours
Nuage

Guide pour «éduquer» les enfants

Accusés du meurtre de leur fille, ils blâment un livre

Accusés du meurtre de leur fille, ils blâment un livre

Crédit photo : Agence QMI

Par Thane Burnett | Agence QMI

Accusé du meurtre de sa fille adoptive, victime il y a quatre mois d’hypothermie, un couple rejette la faute sur l’auteur américain Michael Pearl et son livre To Train Up a Child, un guide qu’ils ont suivi pour «éduquer» leurs enfants.

La petite Hana Grace-Rose Williams, 13 ans, était arrivée d’Éthiopie en 2008. Elle a été retrouvée morte, amaigrie, presque nue, avec de la boue dans la bouche après avoir dormi dehors, dans la cour arrière de son domicile, à Sedro-Woolley, dans l’État de Washington.

Carri et Larry Williams avaient choisi d’élever leurs enfants selon les préceptes de la Bible, et ils se seraient fiés au livre de Michael Pearl, qui conseille entre autres aux parents d’utiliser une «baguette magique» pour donner la fessée à leurs enfants. Les Williams avaient ainsi opté pour un tuyau de plomberie flexible.

La mère de la fillette trouvait le livre si intéressant qu’elle l’aurait recommandé à une autre maman. Mais cela n’a pas beaucoup aidé Hana, «la rebelle», comme l’appelait sa mère le 12 mai dernier, alors qu’elle était en communication avec un répondant du service 911.

Des documents judiciaires indiquent que Carri Williams disait que sa fille adoptive titubait à l’extérieur de la maison et qu’elle n’était pas obéissante avant d’être retrouvée morte.

Selon la police, elle et son mari ne donnaient pas à manger à Hana, ils la faisaient dormir dans une grange et la lavaient à l’eau froide, au tuyau d’arrosage. L’enfant était autorisée à venir à table uniquement lorsqu’il y avait des invités, mais elle n’avait le droit de manger que du pain. Elle avait perdu 13 kilos (30 lb) depuis son arrivée aux États-Unis.

Le guide de Michael Pearl serait aussi lié à la mort d’au moins deux autres enfants aux États-Unis : Sean Paddock, 4 ans, de Caroline du Nord, en 2006, et Lydia Schatz, 7 ans, de Californie, l’année dernière.

Les auteurs du livre controversé, Michael and Debi Pearl. (Photo: Courtoisie, No Greater Joy Ministries)

Le procureur de Butte County, Mike Ramsey, qui a enquêté sur le sujet, n’a pourtant rien trouvé de valable pour accuser formellement l’auteur de To Train Up a Child.

Il a toutefois estimé que ce livre «est extrêmement dangereux s’il est suivi au pied de la lettre», déclarant que les instructions de Michael Pearl sont faites pour élever un enfant comme on élève un chien ou un âne.

L’auteur, lui, a assuré que le comportement présumé des Williams était diamétralement opposé à sa philosophie.

«Nous sommes attristés de la mort de Hana, comme de celle des 1700 autres enfants qui meurent chaque année aux États-Unis à cause de négligence parentale ou d’abus», a écrit M. Pearl lors d’un échange de courriels, ajoutant qu’il est fidèle à l’enseignement biblique et qu’il met toujours en garde les parents contre les abus.

Selon lui, son livre n’est pas responsable de la mort d’Hana, «de même qu’un livre de régime n’est pas responsable de l’obésité de celui qui le lit ».

http://tvanouvelles.ca/