Néophobie alimentaire: terrorisés de goûter


Parmi les troubles alimentaires, la néophobie alimentaire, cette phobie est très peu connu et ceux qui en souffre sont souvent mal jugé pour le refus de manger certains aliments. Il semble que les aliments les plus redoutés soient les fruits, légumes et viandes. Imaginez le stress dans des restaurants ou à un repas de famille. Il y a plusieurs thérapies qui peuvent aider à élargir leur choix d’aliments.
Nuage

 

Néophobie alimentaire: terrorisés de goûter

Notre alimentation n'a jamais été aussi variée. Les médias ne cessent de nous... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

MARIE-EVE FOURNIER
La Presse

Notre alimentation n’a jamais été aussi variée. Les médias ne cessent de nous faire découvrir de nouveaux ingrédients. Les foodies courent les restaurants pour tester leur menu. À l’opposé, des personnes ne mangent que deux ou trois fruits, car elles ont peur de goûter aux autres. D’autres évitent des catégories entières d’aliments. Incursion dans le monde intime et méconnu des adultes souffrant du trouble de l’alimentation sélective et évitante.

Plus que des caprices

Des pommes et des bananes. Des petits pois, du brocoli et des pommes de terre. Du poulet et du boeuf. Deux fromages. Des féculents. Aucun condiment. Aucune sauce. Aucun fruit de mer. Des oeufs, seulement s’ils sont cuits d’une certaine manière. Voilà de quoi se compose essentiellement l’alimentation de Julie Dawson. Qui, pourtant, n’est pas difficile. Ni capricieuse.

Pourquoi ne mange-t-elle pas de fraises, de bacon, de sauce BBQ? Elle n’y a jamais goûté. Et l’idée de le faire l’effraie, comme d’autres ont peur des araignées, des foules ou de l’avion. Sa phobie porte un nom: néophobie alimentaire, un trouble qui touche une bonne proportion d’enfants d’âge préscolaire et certains adultes. Une réalité méconnue, taboue, peu documentée.

«Ce n’est pas juste « je n’aime pas ça, ça me lève le coeur ». Ça va beaucoup plus loin que ça. […] Ce n’est pas que tu ne veux pas goûter. C’est que tu n’es pas capable de le faire. Il se passe quelque chose dans ton corps», explique la psychologue Chantal Bournival, directrice de la Clinique des troubles de l’alimentation. La personne peut paniquer, recracher, vomir…

Malgré les préjugés et l’incompréhension, Julie Dawson a accepté de témoigner pour venir en aide à d’autres néophobes en démystifiant ce trouble. Car s’il existe de nombreux écrits sur les enfants qui refusent de goûter les légumes, la science n’a rien à dire ou presque sur les plus grands.

En fait, la recherche sur le sujet est tellement embryonnaire que le taux de prévalence chez l’adulte, même approximatif, est inconnu, rapporte la Dre Mimi Israël, spécialiste de la question à l’Institut universitaire en santé mentale Douglas. Le trouble de la restriction ou évitement de l’ingestion d’aliments (une nomenclature qui regroupe divers troubles, dont la néophobie) n’est entré dans la bible des troubles mentaux, le fameux DSM-5, qu’en 2013.

Incompréhension de l’entourage

«Les amis que j’ai depuis longtemps et ma famille comprennent, confie Julie Dawson. Mais si je rencontre quelqu’un de nouveau, c’est dur d’expliquer pourquoi je ne mange pas quelque chose. Ça me fait toujours angoisser.»

Ainsi, au lieu d’admettre qu’elle n’a jamais goûté à un aliment, elle dit qu’elle ne l’aime pas, pour simplifier.

Malgré tout, on lui pose parfois des questions aux réponses évidentes.

«Mon père me demande encore si je veux du ketchup! Je ne sais pas s’il oublie ou s’il a espoir», raconte la femme de 40 ans qui a déjà goûté au condiment une fois «par accident dans un hamburger».

La psychologue Chantal Bournival constate qu’il y a «beaucoup d’incompréhension chez l’adulte», et précise que la néophobie peut engendrer des tensions dans les couples – lorsque vient le temps d’aller souper dans la belle-famille, par exemple – ainsi qu’à l’arrivée d’un enfant. Les néophobes pourront se faire accuser d’être responsables de la néophobie de leur progéniture pourtant normale dans leur développement. Ils vont aussi se mettre beaucoup de pression pour que leur enfant mange de tout.

«C’est très complexe, plus chez l’adulte que chez l’enfant. Et ça provoque de l’isolement social. La personne se sent jugée, ce qui crée de l’anxiété à manger avec d’autres personnes.»

«C’est pire de manger chez des gens qu’au restaurant, où on peut faire un choix», poursuit la psychologue, en ajoutant que le trouble provoque aussi des carences nutritionnelles.

Hypersensibilité aux odeurs et aux textures

Louise Nadeau n’est pas très attirée par les fruits, elle non plus. Elle mange des fraises, des framboises, des pêches. Pas de porc, d’agneau, de veau, de gibier, d’abats, de fruits de mer. Le boeuf ne doit présenter aucun gras, aucun os, idem pour le blanc de poulet.

«Tout le monde est pâmé sur les sushis. Moi, vous ne réussirez jamais à me faire manger ça. Je ferais une syncope. Pourquoi ? Je ne le sais pas», explique la femme de 60 ans qui n’a pris conscience de son trouble que l’an dernier, et qui rêve de «retrouver sa liberté alimentaire».

Louise Nadeau refuse divers aliments en raison de leur texture ou de leur température, ce qu’on appelle le trouble de l’alimentation sélective (TAS).

«Je ne peux pas manger de pain avec des graines. Je ne peux pas mélanger le mou et le dur.» La crème glacée, c’est non. «Je n’aime pas le froid.» La variété d’une seule marque de yogourt passe le test. «Du grec, ce serait impossible: c’est granuleux!»

«Le pire, c’est la pomme»

Robin Belley est encore plus sensible à l’acidité des fruits. Il n’en a jamais mangé un seul. Même bébé, sa mère ne réussissait pas à lui en faire manger en purée.

«Je criais, je pleurais, je vomissais, je ne voulais rien savoir», relate-t-il.

Adulte, il a réussi à intégrer le jus d’orange à son alimentation. Mais c’est tout.

Quel fruit le rebute le plus?

«Le pire, c’est la pomme. Je ne suis pas capable. Mais je ne sais pas pourquoi, je n’ai pas investigué.»

 Il n’est pas dégoûté, mais les fruits lui font faire «des faces». C’est comme si sa langue était trop sensible, le goût trop intense pour être supportable, décrit-il.

Les odeurs (poissons, fromages, oeufs) et des aversions provoquées par un événement anxiogène sont également à l’origine de certains TAS, explique Chantal Bournival, qui précise que deux troubles – néophobie et TAS – se confondent facilement et que plusieurs personnes souffrent des deux à la fois.

«Moi, je me considère comme quelqu’un de joyeux, qui aime la vie et qui est ouvert d’esprit. Et je me retrouve avec un secret comme celui-là… Ça clashe!», lance Louise Nadeau.

L’angoisse au menu

À l’université où Julie Dawson travaille, ses collègues sont des foodies qui se précipitent chaque jour de paie dans un resto à la recherche d’expériences culinaires excitantes. Julie les accompagne «pour parler», pour faire partie du groupe. Mais chaque fois, «c’est difficile».

«Mes amis ne me jugent pas. Mais ils me poussent un peu. L’autre jour, j’ai pris un taco. Seulement la coquille et le boeuf dedans.»

Lorsque nous lui avons parlé, ses collègues venaient de lui apprendre que leur prochaine destination était le LOV, un resto végétarien à la mode à Montréal.

«Je vais prendre des frites et manger autre chose en revenant au bureau», prévoyait-elle.

Car évidemment, elle regarde toujours les menus d’avance pour voir si elle pourra commander quelque chose (en demandant un changement, généralement) ou si elle devra s’organiser en mangeant avant ou après. Un comportement que la psychologue Chantal Bournival voit chez tous ses patients néophobes ou souffrant d’un TAS.

«En regardant d’avance le menu, je sais ce que je vais manger. J’ai l’air relaxe et personne ne se doute de rien», explique Louise Nadeau, atteinte de néophobie alimentaire.

La Dre Israël, qui a traité depuis cinq ans une cinquantaine de cas extrêmes (des personnes présentant un important sous-poids et des carences nutritionnelles), dit que ses patients «ne vont jamais au restaurant» tant cela les angoisse.

Le confort italien

Comme bien d’autres néophobes, Julie Dawson ne fréquenterait dans un monde idéal que les restaurants italiens.

«La vie serait plus simple s’il y avait juste des restaurants italiens et du blanc de poulet», concède Louise Nadeau, qui se limite généralement à manger de la soupe ou des salades au resto.

Évidemment, pour un néophobe, les repas chez les connaissances ou la famille éloignée, ainsi que les cocktails dînatoires avec de petites bouchées composées de plusieurs ingrédients (fruits de mer, poisson, fromages, sauces) et les buffets gastronomiques sont de véritables sources de stress. Et de mise en place de stratégies: manger avant ou après, prétendre ne pas avoir faim, se bourrer de pain en cachette, s’inventer des allergies, etc.

«On a un problème si l’anxiété est assez présente pour être en anticipation», note la Dre Israël.

Et les voyages?

Tandis que Mme Nadeau s’empêche de voyager à certains endroits comme le Mexique et l’Asie parce qu’elle sait qu’elle n’aimera pas la nourriture, Julie Dawson, elle, ne s’en priverait pas même si son niveau d’angoisse «serait très élevé».

«En France, il y a des Subway et des McDo partout. Je ne suis pas foodie, alors je me fiche de ce que je mange. Je veux juste trouver quelque chose pour survivre.»

La question des voyages lui rappelle une anecdote survenue en Australie.

«Je mange des Cheerios ordinaire tous les matins. Mais en Australie, ça goûtait un peu différent, un peu plus le miel. Je ne pouvais pas en manger.»

Louise Nadeau est encore marquée par un repas en France.

«À Lyon, quand j’ai vu la carte d’un restaurant gastronomique avec du cerveau, de la langue et des rognons, je ne pouvais pas croire que des humains mangeaient ça!»

Qu’est-ce qu’un bon resto?

«Un resto qui sert quelque chose que j’aime», répond Julie Dawson.

Merci à Anderson Cooper

Le journaliste vedette de CNN Anderson Cooper a beaucoup contribué à faire connaître la néophobie alimentaire chez l’adulte en abordant le sujet sur diverses tribunes. Il a déjà dit à un magazine qu’en voyage, il commande sa nourriture dans le menu pour enfants des hôtels puisqu’il a «le palais d’un jeune de 7 ans». Il a aussi révélé à Jerry Seinfeld qu’il n’avait jamais goûté à une gaufre, même s’il aime les crêpes.

Des féculents du matin au soir

Certains blogues tenus par des néophobes et des études menées sur des enfants rapportent que ce sont les fruits qui provoquent le plus d’angoisse. Viendraient ensuite les légumes et les viandes. Ainsi, certaines personnes racontent n’avoir mangé que des féculents toute leur vie.

La Dre Mimi Israël, de l’Institut universitaire en santé mentale Douglas, ne peut dire si ce palmarès est véridique ou pas, faute d’études sérieuses sur le sujet. De son côté, la psychologue Chantal Bournival a déjà effectivement rencontré des patients qui ne mangent que des féculents et constate dans sa pratique que les fruits, les légumes et la viande sont les trois catégories d’aliments les plus souvent rejetées par ses patients. C’est le cas de l’auteure du site phobie-alimentaire.fr, Marie Perchey, une jeune femme de 29 ans qui travaille à Paris. Pendant 20 ans, raconte-t-elle, elle n’a mangé pratiquement que des frites, du riz, des pâtes au beurre, des pommes de terre, du pain et des bananes. Elle a réussi à varier son alimentation au moyen de diverses stratégies qu’elle détaille et explique sur son site rempli de références intéressantes.

Les caractéristiques du trouble de la restriction ou évitement de l’ingestion d’aliments selon le DSM-5

– Perte de poids importante

– Carences nutritionnelles importantes

– Dépendance envers les suppléments nutritionnels

– Perturbation du fonctionnement psychosocial (incapacité à manger avec d’autres, anxiété à aller au restaurant ou chez des amis)

– Aucune volonté de perdre du poids, aucun lien avec l’image corporelle

Les problèmes nutritionnels ne s’expliquent pas par un accès insuffisant aux aliments ou une pratique culturelle (tel le jeûne religieux)

Il n’est pas nécessaire d’avoir tous les symptômes pour avoir un diagnostic. La perturbation du fonctionnement psychosocial, par exemple, suffit, note la Dre Mimi Israël.

Source: Programme canadien de surveillance pédiatrique

Les solutions

Il y a de l’espoir pour les adultes qui rêvent de varier leur alimentation et d’être capables de manger n’importe quels entrée et plat principal au restaurant.

La thérapie cognitivo-comportementale

Cette thérapie expose graduellement la personne à ce qui lui fait peur. Ce traitement permet d’obtenir «de bons résultats», dit la psychologue Chantal Bournival. On commence par faire la pyramide des aliments angoissants en plaçant les plus phobiques au sommet. Et on apprivoise d’abord ceux à la base.

«Certaines personnes ne peuvent même pas s’imaginer ouvrir un pot de yogourt, alors on ne leur en donnera pas une bouchée!», dit Mme Bournival.

L’exposition progressive peut commencer par le fait de regarder une image de l’aliment, l’entrer dans la pièce, le toucher, le couper et finalement y goûter. Souvent, le thérapeute mange l’aliment avec le patient.

L’enchaînement alimentaire

Cette méthode consiste à essayer de nouveaux aliments similaires à ceux qui sont déjà aimés. Par exemple, une personne qui mange des pâtes et des pommes de terre bouillies pourrait tester les gnocchis. Les pépites de poulet pourraient mener aux poitrines de poulet, la trempette au yogourt. Le rapprochement avec les aliments jugés sûrs peut se faire en se basant sur la couleur, la texture, la forme ou l’odeur. Pensez aussi à piger dans le même groupe alimentaire. Il peut être astucieux de tester l’aliment sous différentes formes et textures : râpé, en tranches, en cubes, bouilli, grillé.

Le pairage des aliments

Cette technique consiste à s’habituer à un aliment non toléré en l’associant à un autre qui est aimé. Par exemple, une personne qui n’aime pas le fromage pourrait en mettre un peu sur du pain.

«Il faut éviter l’évitement, explique la Dre Mimi Israël, de l’Institut Douglas. Il faut réentraîner le cerveau à ne pas avoir peur en lui montrant qu’il n’y aura pas les conséquences désagréables auxquelles il croit.»

http://www.lapresse.ca/

La dépression post-partum existe aussi chez les pères


On sait qu’il arrive qu’une nouvelle naissance puisse amener une dépression post-partum chez la mère, il est aussi possible que la paternité soit aussi source de dépression post-partum et d’hypersensibilité qu’il faut mieux en tenir compte pour l’harmonie de la famille
Nuage

 

La dépression post-partum existe aussi chez les pères

 

Crying Man | Thoroughly Reviewed via Flickr CC License by

Crying Man | Thoroughly Reviewed via Flickr CC License by

Repéré par Thomas Messias

Repéré sur UPI

Si les mères sont les premières victimes de la dépression post-partum, les pères sont également susceptibles de vivre cette situation. La clé: une baisse de leur niveau de testostérone.

Touchant officiellement 10 à 15% des mères (sans compter celles qui ne sont pas diagnostiquées), la dépression post-partum peut aussi bien résulter de variations hormonales –baisse des oestrogènes et de la progestérone– que de profonds changements du système immunitaire ou du métabolisme. Le tout est bien évidemment aggravé par un sentiment accru de solitude et un manque de sommeil croissant.

Sans trouver d’excuses à tous les pères qui ne s’occupent pas suffisamment de leur bébé et de sa mère, il faut néanmoins savoir que certains d’entre eux peuvent également être touchés par la dépression post-natale. S’il est encore difficile de quantifier le nombre de pères concernés, une étude vient de démontrer la réalité de cette dépression chez les hommes, et de pointer son origine: la baisse de la quantité de testostérone, explique le site UPI.

Un effet sur les mères

Une paternité récente peut faire diminuer la testostérone de certains hommes. Parmi les conséquences les plus fréquentes de cette diminution, on note l’apparition de symptômes dépressifs. Plus étonnant: cette baisse aurait aussi des effets indirects sur les mères, faisant naître chez elles des signes de dépression (ou les amplifiant s’ils étaient déjà présents). La recherche a donc tout intérêt à travailler conjointement sur les dépressions des pères et des mères, l’une ayant tendance à alimenter l’autre.

L’étude montre que la naissance d’un enfant peut également avoir l’effet inverse chez une partie des pères: leur taux de testostérone aurait tendance à augmenter, ce qui les rendrait plus agressifs et accroîtrait leur hypersensibilité. Si leur corps et leur situation professionnelle ne sont pas affectés par la venue au monde d’un enfant, les pères seraient néanmoins victimes de dérèglements hormonaux qui ne doivent pas occuper le devant de la scène mais nécessitent néanmoins d’être pris en compte afin d’assurer l’équilibre de chaque foyer.

http://www.slate.fr

Quand notre cerveau déprime


La dépression peut toucher tout le monde à des moments de la vie qui est souvent en baisse de nos capacités physique, économique et psychologique. Il n’est pas facile pour les proches de voir une personne qui s’écroule et souvent, ils ne sont pas assez outillés pour l’aider d’ou l’importance de chercher de l’aide
Nuage

 

Quand notre cerveau déprime

 

François Richer Devenir fan
Chercheur en neuropsychologie, professeur à l’UQAM

Tout le monde sait que la dépression est un trouble de l’humeur. Mais alors, pourquoi certaines personnes déprimées peuvent être irritables ou apathiques plutôt que tristes? La dépression est bien plus qu’un trouble de l’humeur. C’est une panne de plusieurs systèmes du cerveau.

Les stresseurs importants déclenchent des émotions négatives (déception, tristesse, peur, irritation) qui nous mobilisent pour trouver des solutions ou pour s’adapter (changer nos habitudes, mieux prévoir les coups …). Mais quand on atteint les limites de l’adaptation, des états émotifs plus durables peuvent nous envahir tel que l’épuisement, le deuil, les blues ou la dépression. La dépression frappe souvent les personnes vulnérables (personnes âgées, seules, démunies …). Mais elle frappe aussi ceux qui ont tendance à amplifier le stress parce qu’ils sont impatients, impulsifs, anxieux ou susceptibles. Selon nos fragilités, les stresseurs peuvent dérégler plusieurs systèmes cérébraux différents et déclencher une dépression.

1) L’attachement: La dépression est souvent similaire au deuil lié à la perte d’un être cher, un manque douloureux qui rappelle les symptômes de sevrage d’une drogue.

Comme le manque, les sentiments de tristesse ou de vide et le besoin criant d’amour et de réconfort sont liés à des perturbations du système d’attachement. Ce système est aussi impliqué dans la dépendance aux drogues comme l’héroïne et les opiacés. Les stress d’attachement comme les deuils, les séparations et les déracinements provoquent facilement des dépressions. S’ennuyer de ses enfants ou de son conjoint est la version plus bénigne de ce sentiment de manque. Mais parfois, on ne sait pas de quoi on manque et on construit des interprétations (ex.: «Ma vie manque de sens»). On cherche à combler ce vide (par le travail, le sport, la télé, la fiction, les fantasmes…) . Ou encore on cherche à l’exprimer. Cette sensibilité extrême a inspiré de nombreux auteurs et artistes. Les personnes qui ont des peurs de l’abandon exagérées (anxiété de séparation, personnalité limite) sont fortement sujets à la dépression. Parfois, le blues survient quand on sort d’un stress, d’un effort soutenu ou d’une maladie qui structurait notre vie et qui contribuait à notre identité (perdre sa raison d’être). L’écoute, l’amitié et la chaleur humaine combattent la dépression parce qu’elles réduisent le sentiment de manque.

2) La douleur: Dans la dépression, le manque est souvent accompagné d’une détresse psychologique qui peut ressembler à une torture insoutenable et qui peut conduire aux idées suicidaires. Le système de douleur du cerveau s’emballe comme dans certaines douleurs chroniques. Dans certains cas les traitements anti-douleur peuvent soulager la dépression.

3) L’assurance: Plusieurs stresseurs nous rappellent que nous ne sommes pas invincibles (maladies graves, échecs, rebuffades, intimidation, humiliation, catastrophes naturelles, conflits, insécurité …). Ces stresseurs peuvent provoquer une perte d’assurance ou de combativité (doutes, hésitation à foncer, auto-critique). Dans la dépression, le système de fierté ou d’assurance se met souvent en mode soumission comme si on devait soudainement s’adapter à la misère à la souffrance ou à la défaite. On peut ressentir des niveaux irréalistes de honte ou de culpabilité, ou vivre de véritables hallucinations émotives de dévalorisation ou de grande fragilité. On amplifie les signes qui confirment notre auto-évaluation négative comme nos erreurs et nos défauts. Le regard des autres est anticipé comme négatif, ce qui favorise l’isolement et la non-affirmation. Le virage négatif du système d’assurance se répand aussi à nos évaluations des situations, on devient pessimiste à outrance, on a une perte d’espoir («Pourquoi se battre si on va tous crever?») La perturbation de l’assurance contribue aussi à l’indécision chronique d’une personne qui a subi un choc ou à la crise existentielle d’un adolescent qui se sent à part. Les succès, les encouragements et la reconnaissance combattent la dépression parce qu’ils réduisent la tempête dans le système d’assurance.

4) La motivation: On a tous eu des petites pannes de motivation ou d’intérêt. Un environnement démotivant ou conflictuel qui conduit à l’épuisement, à une perte d’enthousiasme et d’inspiration. La dépression, elle, fausse nos signaux de valeur, elle réduit le plaisir anticipé et la fierté d’accomplir quelque chose et elle exagère notre évaluation des efforts nécessaires, ce qui conduit souvent à l’apathie («Bof, ça ne vaut pas la peine»). Les personnes déprimées peuvent voir comme une montagne le simple fait de ranger la vaisselle ou de sortir du lit. La motivation peut aussi fluctuer entre l’apathie et l’inspiration euphorisante (manie). Ces fluctuations peuvent être étendues sur plusieurs mois (maladie bipolaire) ou sur quelques jours. La motivation est aussi touchée chez les personnes désillusionnées ou désabusées. La baisse de motivation a des coûts humains et économiques astronomiques. Elle affecte l’ambition et le gout du risque, les bases de l’innovation et de l’amélioration de notre sort. Les sources de l’épuisement motivationnel et les personnes qui en sont atteintes devraient être la première priorité des employeurs. La passion et l’inspiration des autres peuvent améliorer l’épuisement motivationnel.

5) L’irritabilité: On oublie trop souvent qu’une personne irritable peut être déprimée et que sous les élans désagréables se cache souvent de la souffrance. L’irritabilité peut même être le signe prédominant de la dépression chez les enfants et chez les hommes. Plusieurs râleurs chroniques pleurent des idéaux ou des attentes déçues et certains restent fâchés pendant des décennies envers tout ce qui ne va pas comme ils le souhaiteraient. L’irritabilité et les colères sont liées à un système d’agressivité défensive qui est hypersensible aux stresseurs y compris les contrariétés ou les déceptions.

6) L’anxiété: Les préoccupations excessives et l’hypersensibilité au stress sont des compagnes fréquentes de la dépression qui peuvent l’entretenir. L’anxiété nous fait aussi éviter des situations qui pourraient atténuer notre souffrance comme les évènements sociaux, les échanges humains ou les petits efforts jugés trop stressants. L’anxiété est liée à l’activité du système de peur qui entretient des boucles d’idées inquiétantes. La réactivité émotive excessive peut aussi entretenir la dépression en biaisant nos pensées (dramatiser, généraliser, sauter aux conclusions).

7) Le Google du cerveau: Manque de concentration, oublis, perte d’imagination, les moteurs de recherche du cerveau sont aussi affectés dans la dépression et leurs ratés contribuent à nous faire sentir dysfonctionnel. Les difficultés cognitives peuvent en outre nous faire oublier nos buts, nous priver de nos idées et de notre imagination, ou nous faire perdre de la cohérence.

8) Les fonctions corporelles: La dépression affecte souvent les fonctions vitales comme l’appétit (ex.: perdre 10 kg en 3 semaines), le sommeil (ex.: se réveiller trop tôt), la libido et même les réponses immunitaires (résistance aux infections, aux cancers…). En plus, un dérèglement immunitaire peut affaiblir les systèmes émotifs du cerveau et faire apparaitre la dépression. De nombreuses pathologies (infections virales, troubles métaboliques…) favorisent la dépression en affectant le système immunitaire. Plusieurs maladies dégénératives qui perturbent les réponses immunitaires du cerveau (Alzheimer, Parkinson…) commencent par une dépression. Même lors d’un évènement heureux comme un accouchement, les réponses immunitaires peuvent interagir avec les perturbations hormonales et les fragilités pour déclencher une dépression.

La dépression est un des problèmes de santé qui a le plus d’impact négatif sur notre vie. Elle est plus handicapante que bien des handicaps physiques, mais comme elle moins visible, elle attire moins l’empathie (ex.: «Pourquoi il/elle ne se prend pas en main?»).

Trop de personnes doivent la subir pendant des années, car les traitements actuels sont souvent d’une efficacité limitée. On sait que l’exercice physique améliore nettement la motivation et l’assurance. Ce traitement naturel réduit la sensibilité au stress et l’inflammation et il favorise le rétablissement métabolique des neurones. On sait aussi que les proches ont un rôle capital pour panser notre détresse et nos manques, mais aussi en nous aidant à réévaluer nos capacités et nos réactions. Un jour on pourra évaluer la fragilité de différents systèmes du cerveau chez un individu et peut-être développer des interventions ciblées ou même prévenir la dépression. L’espoir fait vivre.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Pour comprendre l’hypersensibilité, voici 13 choses à retenir selon une psychologue


Vous connaissez sûrement des hypersensibles, que leurs émotions sont à fleur de peau, pour un de bons ou mauvais moments. Ces personnes le sont tout simplement parce qu’une zone du cerveau relié en l’empathie est plus stimulée que d’autres personnes
Nuage

 

Pour comprendre l’hypersensibilité, voici 13 choses à retenir selon une psychologue

 

Hero Images via Getty Images

  Par Lindsay Holmes

    Quand j’étais en maternelle, un garçon de ma classe a jeté mon livre préféré par­ dessus la barrière de l’école. Je me rappelle avoir énormément pleuré, non pas à cause du livre mais parce que j’en voulais à ce petit tyran. C’était probablement l’une des premières fois que je manifestais mon hypersensibilité, un torrent d’émotion que je continue à gérer au quotidien.

    Plusieurs de mes amis me taquinent gentiment à ce sujet mais je n’y peux absolument rien. Certains sont tout simplement plus sensibles que d’autres, et ce n’est pas forcément une mauvaise chose. Je ne suis pas non plus un cas isolé : selon le docteur Elaine Aron, chercheuse et psychologue, les hypersensibles représentent environ 20% de la population. Cela signifie qu’il est hautement probable que vous connaissiez ou que vous soyez avec une personnalité de ce type.

    Voici quelques éléments à garder en mémoire.

    1. Nous pleurons

    Dès que nous sommes heureux, tristes ou en colère. Tout simplement parce que les hypersensibles ressentent les choses plus intensément et réagissent en conséquence.

    2. Nous ne sommes pas tous introvertis

    Introversion ne rime pas avec sensibilité. En fait, selon les recherches du Dr Aron, quelque 30% des hypersensibles sont extravertis.

    3. La prise de décision nous rend nerveux

    On sait que les hypersensibles ne sont pas doués pour faire des choix, même s’il s’agit uniquement de décider du restaurant où aller dîner. C’est principalement parce que nous sommes terrifiés à l’idée de prendre une mauvaise décision.

    4. Nous remarquons les changements d’inflexion les plus subtils

    Si vous avez l’habitude de conclure vos SMS avec un point d’exclamation et que, ces derniers temps, vous terminez par un point, vous pouvez être sûr que nous allons nous en apercevoir. Les hypersensibles sont en général plus réceptifs aux infimes nuances dans leur environnement et aux changements d’humeur de leur entourage.

    5. Nous sommes toujours là quand vous êtes en quête d’une oreille attentive

    N’hésitez pas à faire appel à nous si vous avez besoin d’une épaule sur laquelle vous appuyer parce que nous sommes enclins à verser dans l’empathie excessive : si vous souffrez, nous souffrirons aussi et nous ferons tout notre possible pour vous réconforter. C’est la raison pour laquelle les hypersensibles font de très bons professeurs, thérapeutes et responsables.

    6. Nous détestons les bruits forts et répétitifs

    Une mastication sonore, un train à grande vitesse, des collègues turbulents… Nous sommes sensibles à tout cela, et bien d’autres choses encore. D’après le Dr Aron, c’est parce que les environnements chaotiques ou excessivement stimulants perturbent davantage les hypersensibles.

    7. Nos habitudes de travail sont un peu atypiques

    L’idéal pour nous, c’est de travailler à la maison ou dans un endroit paisible. Notamment parce que cela nous permet de nous recentrer si nous sommes submergés par les émotions. Cela dit, cette préférence pour le travail solitaire ne doit pas vous préoccuper.

    « Les hypersensibles savent tirer profit de leurs capacités d’observation. […] pour donner le meilleur d’eux-mêmes », indiquait le Dr Aron au Huffington Post lors d’une précédente interview. « Ils savent faire progresser leurs idées sans se ridiculiser ni être pris de haut. »

    De même, leur esprit d’analyse et leur prévenance naturelle vis­-à­-vis des idées d’autrui en font de très bons coéquipiers (tant qu’ils ne sont pas obligés de prendre la décision finale).

    8. Ne nous emmenez pas voir un film d’horreur

    L’empathie dont nous faisons preuve à l’égard de notre prochain, combinée à l’hyperstimulation, ont pour effet de nous rendre les films gore ou violents particulièrement insoutenables.

    9. Nous supportons très difficilement la critique

    Par conséquent, nous préférons éviter tout ce qui est susceptible de nous embarrasser. Nous avons donc tendance à faire tout notre possible pour plaire aux autres ou à nous dévaloriser. En d’autres termes, nous sommes loin d’être parfaits.

    10. On ne cesse de nous répéter que nous prenons les choses de façon trop personnelle

    Evitez les plaisanteries à nos dépens, elles ne nous font pas rire du tout. C’est idiot, bien sûr, mais il est difficile de faire autrement quand on ressent les choses si vivement.

    11. Nous sommes très sensibles à la douleur

    De la glace, s’il vous plaît. Que l’on se casse le bras ou que l’on se cogne le petit orteil, toutes les blessures sont vraiment douloureuses. Et, effectivement, les recherches du Dr Aron ont montré que les hypersensibles étaient plus affectés par la douleur que les autres.

    12. Nous rêvons de relations profondes

    Selon notre spécialiste, les hypersensibles ont davantage tendance à s’ennuyer dans un mariage, surtout à cause du train-
    train quotidien qui s’installe avec le temps.
    Cela ne signifie pas pour autant que la relation ne nous satisfait pas. Nous devons simplement trouver un moyen d’avoir des conversations plus stimulantes.

    13. Nous ne pouvons nous empêcher d’être hypersensibles

    Une étude publiée en 2014 dans le journal Brain and Behavior a montré que les zones du cerveau associées à l’empathie et à la connaissance étaient davantage stimulées chez les hypersensibles lorsqu’on leur montrait des photos de personnes sous le coup de l’émotion. Autrement dit, nous sommes neurologiquement programmés pour agir comme nous le faisons.

    Gardez tout ceci en tête et sachez que la meilleure façon de nous aimer, c’est de nous soutenir. Tâchez de ne pas vous moquer de notre sensibilité et de nous rassurer quand nos émotions nous submergent. De notre côté, nous tâcherons de ne pas fondre en larmes face à tant de compréhension (mais je ne promets rien).

    Cet article, publié à l’origine sur Le Huffington Post (États-­Unis), a été traduit par Catherine Biros pour Fast for Word.

    http://quebec.huffingtonpost.ca/


L’ouïe, à l’ère des écouteurs


Cela fait un temps qu’on met des mises en garde contre les bruits fort dont ceux qui écoutent la musique avec des écouteurs .. Souvent le son est trop fort et occasionnera des problèmes dans les années futurs .. des problèmes que la musique n’aura de toute façon plus la même qualité ,, Est-ce que cela vaut vraiment la peine ???
Nuage

 

L’ouïe, à l’ère des écouteurs

 

Les experts recommandent une limite sécuritaire d'environ 75... (Illustration : Kevin Massé, La Presse)

Les experts recommandent une limite sécuritaire d’environ 75 décibels, que 60 % des adolescents dépassent tous les jours, selon une étude effectuée pour l’Institut national de santé publique du Québec en 2008.

ILLUSTRATION : KEVIN MASSÉ, LA PRESSE

VANESSA FONTAINE, COLLABORATION SPÉCIALE
La Presse

Alexandre Craig vit avec des acouphènes. Le tintement qu’il entend du matin au soir est parfois discret, parfois aussi strident que le sifflement d’une bouilloire, une condition qu’il qualifie lui-même de supplice:

«Tu vas vivre avec ce son-là en permanence, dit cet intervenant social de 27 ans. Le plus difficile, c’est de faire le deuil du silence.»

Comme plusieurs d’entre nous, il utilisait ses écouteurs constamment. Les premiers iPod sont apparus il y a un peu plus de dix ans et depuis, ils se sont infiltrés dans toutes les sphères de nos vies. On les utilise pour communiquer, écouter de la musique, des livres audio et des films, travailler, jouer, faire de l’exercice et apprendre. Ils figurent même sur la liste d’effets scolaires de certaines écoles, dès la première année du primaire.

Comme l’explique Julie Baril, audiologiste, «la différence, c’est la technologie. Quand moi j’étais plus jeune, j’avais un baladeur avec des piles. J’écoutais deux ou trois chansons des Backstreet Boys et je n’avais plus de piles, donc je faisais attention. Maintenant, on a des centaines de chansons, et c’est facile à charger, donc la plupart des gens finissent par écouter beaucoup plus de musique.»

Les experts recommandent une limite sécuritaire d’environ 75 décibels, que 60 % des adolescents dépassent tous les jours, selon une étude effectuée pour l’Institut national de santé publique du Québec en 2008.

Une loi en France impose d’ailleurs une limite de 100 décibels aux baladeurs. Aucune loi semblable n’existe ici, où le son des lecteurs numériques excède souvent les 120 décibels, soit un niveau comparable au moteur d’une tondeuse.

Les scientifiques continuent d’étudier les impacts du port des écouteurs, qui est après tout un phénomène relativement récent. De plus en plus, il est clair que les premières victimes de ce bruit constant sont nos oreilles. Le Regroupement québécois contre le bruit rapporte que le nombre d’appareils auditifs chez les 25 à 54 ans a augmenté de 44 % en 10 ans. Pendant la même période, les consultations pour des problèmes d’audition chez les 25 à 27 ans ont augmenté, elles, de 150 %.

Les problèmes auditifs sont encore plus marqués chez les jeunes, qui grandissent les écouteurs vissés aux oreilles et conservent leurs mauvaises habitudes une fois adultes. Un adolescent sur cinq est atteint d’une déficience auditive légère, selon le journal de l’Association médicale américaine. Cela signifie que ces jeunes ne peuvent percevoir ni les bruissements ni les chuchotements et ont de la difficulté à distinguer les consonnes comme les T et les K.

Le problème, selon Julie Baril, c’est que la perte auditive est extrêmement graduelle. «On ne remarque pas toujours la baisse tout de suite, particulièrement chez les jeunes. Souvent, on voit apparaître les premiers symptômes, comme l’hypersensibilité au bruit, mais la perte auditive apparaît un peu plus tard. C’est difficile de dire aux jeunes, n’écoutez pas de musique forte en ce moment, parce que dans cinq ou dix ans, vous allez avoir des difficultés d’écoute.»

Alexandre Craig, lui, utilisait ses écouteurs plusieurs fois par jour, tous les jours, à plein volume. Il remarquait que les acouphènes étaient de plus en fréquents et duraient de plus en plus longtemps. Et puis un jour, en 2007, le sifflement est réapparu, pour ne plus jamais disparaître. La surexposition au bruit avait pour lui plusieurs sources: passionné de musique, chanteur et guitariste dans deux groupes, il assistait à de nombreux concerts. Les écouteurs ont toutefois définitivement contribué à ses problèmes, selon lui.

«C’est sûr que je ressens une espèce de frustration, dit-il. Pourquoi on ne m’en a pas parlé avant? Pourquoi n’y a-t-il pas de sensibilisation, justement au niveau des écouteurs? C’est de plus en plus populaire, on voit tout le monde avec des gros «Beats by Dre» (marque d’écouteurs haut de gamme), mais personne ne parle des risques.»

Selon l’audiologiste et professeur à l’Université de Montréal Benoît Jutras, les acouphènes sont souvent un premier signe que quelque chose ne va pas. «Lorsqu’on entend un sifflement ou un bourdonnement, c’est comme une alerte, un cri d’alarme des oreilles qui nous disent avoir été exposées à un bruit fort. C’est une fatigue de l’oreille.»

Les ramifications des troubles auditifs sont nombreuses. Alexandre Craig, par exemple, ne peut dormir sans le bruit d’un ventilateur, qu’il met en marche afin d’atténuer le sifflement qu’il entend même la nuit. Lorsqu’il voyage, il doit amener un ventilateur avec lui. Au travail, il a souvent besoin d’une musique de fond pour être capable de se concentrer.

Julie Baril est d’ailleurs convaincue qu’il y a un lien entre la santé mentale et la santé auditive, et y a même consacré son doctorat.

«Un exemple facile: vos oreilles silent, vous avez de la difficulté à dormir, donc vous êtes plus stressé, ce qui mène à une dépression, illustre-t-elle. De ne pas pouvoir communiquer amène éventuellement l’isolement.»

Un isolement qui est de plus en plus remarqué dans les recherches portant sur les écouteurs. Dès l’invention du Walkman par Sony en 1979, les sociologues notaient son caractère antisocial. Écouter de la musique devient depuis un acte de plus en plus solitaire.

Porter des écouteurs en permanence peut aussi avoir un effet sur notre santé physique. Tout bruit constant, même si c’est de la musique, est un agent stressant qui peut occasionner des problèmes. Les travailleurs exposés au bruit sont plus à risque pour les maladies cardio-vasculaires, par exemple. De plus en plus d’études démontrent par ailleurs que le bruit environnant affecte la santé, le sommeil, la concentration et l’apprentissage.

André Durocher, inspecteur au Service de police de la Ville de Montréal, croit que les écouteurs affectent aussi notre sécurité.

«On n’a jamais été aussi branchés, mais en même temps aussi débranchés de notre environnement, dit-il. Ce que je fais maintenant, dès qu’il y a un accident qui implique un piéton, ma première question aux enquêteurs est toujours: Est-ce qu’il portait des écouteurs ou était en train de texter?» Il explique que personnellement, il n’aime pas porter d’écouteurs à l’extérieur.

«J’aime savoir ce qui se passe autour de moi. Cela étant dit, si vous tenez absolument à vous promener avec des écouteurs, soyez conscient de votre environnement et assurez-vous d’être capable d’entendre ce qui se passe.»

Aujourd’hui, Alexandre Craig utilise encore ses écouteurs, mais plus rarement, et à plus faible volume.

«C’est sûr que ça me manque, sentir l’espèce de pulsation de la musique, dit-il, mais je la retrouve avec la musique live».

L’important, selon Julie Baril, c’est d’être prudent. «Quand on parle de musique, on parle de plaisir, alors il ne faut pas dire aux gens de ne plus écouter de baladeur. Il faut tout simplement adapter son écoute à ses oreilles et s’arrêter dès que l’on remarque des symptômes de fatigue auditive.»

http://www.lapresse.ca

Éliminer la douleur en supprimant la mémoire neuronale


Quand la douleur chronique devient insupportable, il est difficile de s’en débarrasser. Mieux comprendre comment cette douleur se propage, se présente aidera surement a mieux cibler le problème et a aider les patients a avoir une meilleur qualité de vie
Nuage

 

Éliminer la douleur en supprimant la mémoire neuronale

 

© Shutterstock / Agence QMI

MONTRÉAL – La suppression des souvenirs neuronaux pourrait aider à éliminer la douleur chronique, selon une étude menée par des chercheurs de l’Université McGill, à Montréal.

Terence Coderre et son équipe ont découvert comment les souvenirs de douleur sont emmagasinés dans le cerveau. On savait déjà que le système nerveux central se souvient d’expériences douloureuses, qui laissent une trace mnésique de douleur. Et lorsque surgit une nouvelle stimulation sensorielle, la trace mnésique présente dans le cerveau amplifie cette sensation, à un point tel qu’une caresse peut même devenir insoutenable.

Les travaux des chercheurs de l’Université McGill ont révélé que la protéine Kinase M zéta joue un rôle essentiel dans la construction et le maintien de la mémoire, et permet d’emmagasiner la douleur dans les neurones. Ils ont aussi constaté qu’en bloquant l’activité de cette protéine au niveau neuronal, on pouvait inverser l’hypersensibilité à la douleur développée par les neurones.

Supprimer ces souvenirs neuronaux permettrait donc de réduire la douleur chronique.

«Un grand nombre de médicaments ciblent la douleur au niveau des membres inférieurs et supérieurs, en réduisant l’inflammation ou en activant les systèmes analgésiques cérébraux pour réduire la sensation de douleur», a expliqué Terence Coderre.

«C’est la première fois que nous pouvons entrevoir des médicaments qui cibleront une trace mnésique de douleur comme moyen de réduire l’hypersensibilité à la douleur, a-t-il ajouté. Nous croyons qu’il s’agit d’une avenue qui pourrait offrir un nouvel espoir à ceux qui souffrent de douleur chronique.»

http://sante.canoe.com/