Moins de courriels, moins de carbone


    Internet a besoin d’énormément de serveurs partout sur la planète. C’est du quart du CO2 émis par le numérique. Ce qui aide, c’est quand les serveurs utilisent l’hydroélectricité comme au Québec, alors qu’ailleurs, c’est la combustion du pétrole. Comme nous sommes dépendant d’Internet, il y a quand même des gestes que nous pouvons faire pour diminuer l’impact, comme diminuer les courriels en évitant par exemple de s’abonner aux infolettres ou tout autres courriels inutiles, vider régulièrement la corbeille de courriels etc ..
    Nuage


    Moins de courriels, moins de carbone

    PHOTO GETTY IMAGES

    Trier, supprimer et filtrer ses courriels permettent de réduire son empreinte écologique.

    On ne s’en rend pas compte, mais chaque clic de souris sur l’internet génère du CO2. Pour réduire leur empreinte sur la planète, certaines personnes ont décidé de mieux gérer leur boîte courriel.

    THOMAS DUFOUR

    LA PRESSE

    Internet pollue. La raison : 45 milliards de serveurs situés aux quatre coins de la planète. À eux seuls, ils sont responsables du quart du CO2 émis par le numérique, selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie.

    Au Québec, ces serveurs sont relativement verts puisqu’ils utilisent l’hydroélectricité. Mais dans certains pays, ces gros disques durs sont alimentés par de l’énergie issue de la combustion du pétrole.

    Malheureusement, il est presque impossible de savoir si nos courriels sont stockés dans des serveurs polluants.

    « Il vaut mieux avoir une saine gestion de son hygiène numérique, afin de réduire son empreinte », dit Jean-François Boucher, professeur en écoconseil à l’UQAC.

    Prendre sa boîte courriel en main

    Laurianne Landry-Duval travaille fort pour réduire son impact sur l’internet. Elle a commencé il y a quelques années à trier, à supprimer et à filtrer ses courriels.

    Elle dit avoir toujours aimé mettre de l’ordre dans ses affaires. Lorsqu’elle a appris que l’internet était polluant, ç’a été naturel pour elle de réduire.

    « J’évite les mails dont je n’ai pas besoin. Je ne m’abonne pas aux infolettres et je supprime les courriels qui ont cinq, sept, dix ans. » — Laurianne Landry-Duval

    Elle s’assure aussi de vider sa corbeille de temps à autre puisque les documents qui y sont contenus utilisent encore de l’espace sur les serveurs.

    Elle porte une attention particulière aux fichiers joints puisqu’ils utilisent beaucoup d’espace de stockage.

    « Souvent, je ne conserve que le courriel écrit et je supprime le reste », dit celle qui travaille au Conseil régional de l’environnement de Lanaudière.

    Quand Laurianne Landry-Duval parle de gestes écoresponsables avec ses proches, elle n’aborde pas nécessairement la gestion de courriels.

    « Ce n’est pas le sujet préféré autour d’une table. »

    Bien qu’elle soit consciente du réel impact des données sur la planète, elle mise plutôt sur du « concret ».

     « Je vais parler de zéro déchet et montrer qu’il est possible de faire une différence », dit-elle.

    Elle est dans un processus constant d’amélioration.

    « Mon objectif est de réduire au maximum mon empreinte, mais progressivement pour le restant de ma vie. »

    D’autres pistes

    Mais il n’y a pas que les courriels qui rejettent des gaz à effet de serre dans l’atmosphère. L’utilisation de l’internet pollue de manière générale.

    « Toutes les fenêtres ouvertes sur votre ordinateur consomment de l’énergie. Il est bon de ne pas les multiplier. » — Jean-François Boucher

    Les vidéos comptent pour une bonne partie des données stockées à l’échelle de la planète.

    « On peut dire à Facebook de ne pas jouer automatiquement les vidéos, ajoute le professeur. C’est une façon d’éviter une consommation incroyable d’énergie. »

    Certaines entreprises comme Google compensent les émissions polluantes de leurs serveurs.

    « C’est rigoureux et solide, affirme Jean-François Boucher. Il faudrait que d’autres entreprises emboîtent le pas. »

    Chaque heure, entre 8 et 10 milliards de courriels sont échangés dans le monde. Ces messages parcourent en moyenne 15 000 kilomètres avant d’arriver à leur destinataire.

    https://www.lapresse.ca/

Deux tiers des plus longs cours d’eau du monde entravés par des structures humaines


Avec les inondations, on parle un peu, mais peut-être pas assez des infrastructures humaines qui sont construit sur des cours d’eau dont des barrages pour l’électricité. Quand on pense qu’il y a 2,8 millions de barrages dans le monde et plus de 3 700 de barrages hydroélectriques sont en construction ou du moins en projet. Cela a des effets autant chez les poissons que l’environnement lors des crues.
Nuage


Deux tiers des plus longs cours d’eau du monde entravés par des structures humaines

Les auteurs s'inquiètent notamment de la situation du... (PHOTO TANG CHHIN SOTHY, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Les auteurs s’inquiètent notamment de la situation du Mékong.

PHOTO TANG CHHIN SOTHY, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Agence France-Presse
Paris

Deux tiers des plus longs cours d’eau du monde sont entravés par des barrages et autres infrastructures, menaçant les écosystèmes et les communautés qui en dépendent, selon une étude qui s’interroge ainsi sur l’hydroélectricité comme alternative aux énergies fossiles.

Utilisant des données satellites et des modèles informatiques, une équipe internationale de scientifiques a analysé près de 12 millions de kilomètres de fleuves et rivières dans le monde, créant la première cartographie mondiale de l’impact des constructions humaines sur ces cours d’eau.

L’étude publiée cette semaine dans la revue Nature conclut que seuls 37 % des 246 cours d’eau dépassant les 1000 km sont encore « à courant libre », c’est-à-dire libre d’aménagement entravant son cours naturel, et seulement 21 fleuves gardent un cours ininterrompu entre la source et la mer.

Et les cours d’eau qui restent « sauvages » sont surtout dans des régions très isolées comme l’Arctique, l’Amazonie et le bassin du Congo.

Pourtant, « les cours d’eau à courant libre sont tout aussi importants pour les humains que pour l’environnement », a commenté Günther Grill, de l’Université McGill.

Ces écosystèmes et les poissons qui y vivent sont ainsi cruciaux pour la sécurité alimentaire de centaines de millions de personnes, mais ils permettent aussi de protéger contre les inondations et d’apporter les sédiments dans les grands deltas.

Les chercheurs pointent surtout la responsabilité des routes dans les plaines inondables, des réservoirs, mais surtout des barrages hydroélectriques.

Aujourd’hui, il existe 2,8 millions de barrages dans le monde, dont 60 000 barrages d’au moins 15 mètres de haut, selon l’étude. Et plus de 3700 barrages hydroélectriques sont en cours de construction ou en projet.

Les auteurs s’inquiètent notamment de la situation du Mékong.

« Dans ce bassin, plus de 60 % de la population dépend de la pêche et plus d’un million de tonnes de poissons d’eau douce sont pêchés chaque année », explique à l’AFP Bernhard Lehner, également professeur à McGill.

« Il y a de nombreux barrages prévus sur le Mékong, et il est probable qu’ils auront un impact négatif sur beaucoup d’espèces de poissons », a-t-il ajouté.

Dans un monde qui subit déjà les impacts du changement climatique, les chercheurs s’interrogent alors sur le développement de cette énergie plus propre que le pétrole ou le charbon en terme d’émissions de gaz à effet de serre.

« L’hydroélectricité a inévitablement un rôle à jouer dans la révolution des énergies renouvelables. Mais nous devons changer notre approche », a indiqué à l’AFP Michele Thieme, de l’ONG WWF, qui a également participé à l’étude.

« Les énergies renouvelables sont comme une recette : vous devez trouver le bon mélange pour avoir à la fois un réseau énergétique durable et un monde naturel prospère », a-t-elle ajouté, estimant que le solaire et l’éolien « bien planifiés » pouvaient être des « options plus viables pour les cours d’eau » et ceux qui en dépendent.

https://www.lapresse.ca/

Achat vert: des produits afficheront leur bilan carbone


Si les gens comprennent bien ce qu’est l’empreinte carbone lors de leur achats, il se peut que cela puisse faire la différence. De toute façon, plus nous connaitrons les produits québécois, mieux notre économie se portera ainsi que l’environnement
Nuage

 

 

Achat vert: des produits afficheront leur bilan carbone

Achat vert: des produits afficheront leur bilan carbone

 

Dix entreprises participent au projet-pilote visant à identifier le «bilan carbone» de produits: Yoplait, Bell, Chantiers Chibougamau, Rio Tinto Alcan, Alcoa, Aluminerie Alouette, Fibrek, Enerkem, Interplast et Laboratoire M2.

photo Stéphane Champagne

Sylvain Larocque
La Presse Canadienne

Si tout va comme prévu, les consommateurs québécois pourront, d’ici quelques années, connaître le «bilan carbone» de chacun des produits qu’ils achètent.

Imitant des pays comme la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, le Japon, la Corée du Sud, la Thaïlande et la Suède, le gouvernement du Québec a lancé lundi un projet pilote qui doit mener à l’implantation à large échelle de la certification de l’«empreinte carbone» des produits et des services.

À terme, dans le secteur de la grande consommation, la quantité de CO2 générée tout au long du «cycle de vie» de chaque produit (fabrication, distribution, utilisation et disposition) serait indiquée (en grammes) sur l’emballage.

L’initiative vise à encourager les consommateurs à choisir les produits ayant le plus faible bilan carbone possible. Le gouvernement fait le pari que la certification et l’étiquetage carbone favoriseront les entreprises québécoises, puisque la principale source d’énergie de ces dernières est l’hydroélectricité, qui est très peu polluante.

«Quand quelqu’un veut acheter un produit québécois et qu’il voit que son empreinte carbone est moins importante que pour un produit chinois, par exemple, ça donne un avantage à nos entreprises», a déclaré lundi le ministre du Développement économique, Sam Hamad, lors d’un point de presse.

L’entreprise Ultima, qui fabrique les produits Yoplait, fait partie du projet pilote. Il a toutefois été impossible de savoir auprès de l’entreprise à partir de quand les consommateurs pourront voir le bilan carbone de leur yogourt sur les étiquettes.

Produits industriels

La même logique s’appliquera dans le secteur des produits industriels comme l’aluminium et le bois d’oeuvre. La certification carbone pourrait faciliter les ventes à des clients soucieux de l’environnement et pourrait même accroître les exportations dans certains pays.

Par contre, en l’absence d’un marché mondial du carbone, les produits dont la fabrication a généré moins d’émissions de gaz à effet de serre n’ont pas, sauf exceptions, une plus grande valeur économique que les autres.

À court terme, les entreprises québécoises ne pourront donc pas demander plus cher pour leurs produits, aussi écologiques soient-ils. Il faudra voir si le démarrage d’un marché commun du carbone Québec-Californie (Western Climate Initiative), l’an prochain, changera la donne.

Mais pour Jean Simard, pdg de l’Association de l’aluminium du Canada, il est important de monter dans le train tout de suite. Les trois producteurs québécois d’aluminium – Rio Tinto Alcan, Alcoa et Alouette – participeront au projet pilote annoncé lundi.

«On se dit « pourquoi ne pas faire reconnaître (les faibles émissions générées par la fabrication de l’aluminium québécois)? » Le jour où on pourra valoriser (la certification), on l’aura», a affirmé M. Simard.

En plus des alumineries, les entreprises Interplast (contenants d’oeufs en plastique), Fibrek (pâte à papier) et Chantiers Chibougamau (bois d’oeuvre) font partie du projet pilote.

La certification carbone est également applicable dans le secteur des services. Bell Canada s’en servira pour chiffrer l’avantage écologique que représente pour ses clients l’utilisation de ses deux centres de données québécois (sur six au Canada).

Enerkem (valorisation des déchets) et Laboratoire M2 (désinfection) feront de même dans leurs domaines d’activités.

L’un des principaux défis du projet pilote sera de choisir parmi les différentes méthodologies qui existent dans le monde quant au calcul, à la vérification, à la certification et à la communication des émissions de gaz à effet de serre.

Par ailleurs, les effets bénéfiques de ce qu’on appelle aussi l’«affichage environnemental» ne sont pas garantis.

En Thaïlande, par exemple, un organisme environnemental a récemment constaté que si l’impact a été favorable pour plusieurs entreprises qui vendent à d’autres entreprises, il a été «très faible» dans le secteur du commerce de détail en raison d’un manque de compréhension du grand public.

Au terme du projet pilote, Québec versera aux entreprises qui veulent faire certifier leurs produits à faible empreinte carbone une aide financière pouvant atteindre 40% des dépenses admissibles de commercialisation, et ce, jusqu’à concurrence de 150 000 dollars. Le gouvernement a réservé 24 millions de dollars au total à cet effet.

www.cyberpresse.ca