Des fouilles archéologiques près des restes de 6000 Irlandais


Des fouilles archéologiques sont prévues dans un des plus anciens quartiers de Montréal. Une pierre noire commémorative qui souligne les Irlandais immigrés qui sont venus au pays et sont mort du typhus sera déplacé dans un endroit plus approprié
Nuage

 

Des fouilles archéologiques près des restes de 6000 Irlandais

 

OLIVIER ROBICHAUD

Olivier Robichaud journaliste, politique municipale

Le maire Denis Coderre a réitéré sa promesse de créer un site plus propice à la commémoration d’un tel drame.

Denis Coderre se recueille devant le monument Black Rock avec des membres de son équipe.

Des fouilles archéologiques commenceront sous peu près du monument Black Rock, qui marque l’endroit où 6000 immigrants irlandais morts de typhus ont été enterrés. Le maire Denis Coderre a réitéré sa promesse de créer un site plus propice à la commémoration d’un tel drame.

Au bout du chemin des Irlandais, dans Pointe-Saint-Charles, se dresse une énorme pierre noire avec une inscription en anglais, qui se traduit

«Pour empêcher la profanation des restes de 6000 immigrants qui sont morts de la fièvre des vaisseaux entre 1847 et 1849, cette pierre est érigée par les travailleurs de MM. Peto, Brassey et Betts, employés pour la construction du pont Victoria en 1859».

Ces restes avaient été découverts par les travailleurs, Irlandais pour la plupart, pendant la construction du pont. Une décennie plus tôt, l’endroit accueillait des camps de fiévreux principalement occupés par des réfugiés qui fuyaient la Grande Famine en Irlande. Des milliers de personnes sont mortes et ont été enterrées aux extrémités du camp. Même le maire de Montréal, John Easton Mills, qui a visité les camps, est mort de typhus en 1847.

Or, ce monument se trouve aujourd’hui sur un simple terre-plein, au milieu de la rue Bridge.

«De l’avis de tous, le site commémoratif actuel […] ne convient pas à une mission aussi symbolique et importante», souligne le maire de Montréal, Denis Coderre.

La communauté irlandaise souhaite depuis longtemps déménager la pierre au terrain situé en face du monument, actuellement occupé par un stationnement. Mais cet endroit a été acquis par Hydro-Québec afin d’y construire un nouveau poste électrique.

Vendredi, M. Coderre a annoncé la formation d’un comité de travail avec Hydro-Québec afin d’intégrer le monument Black Rock au projet de poste électrique. Selon la société d’État, des fouilles archéologiques commenceront à la mi-octobre. La date exacte n’a pas encore été déterminée puisque le contrat est en cours de négociation.

Les artéfacts trouvés seraient mis en valeur dans le nouveau monument.

«La communauté irlandaise attend ceci depuis longtemps. Nous faisons un grand pas en avant», affirme Daniel Doyle, ex-président de l’organisme United Irish Societies of Montreal et candidat d’Équipe Denis Coderre dans le district qui comprend Pointe-Saint-Charles.

La découverte éventuelle de corps pourrait compliquer les travaux. Selon la Fondation du parc du monument irlandais de Montréal, les corps ont été enterrés sur un large périmètre et l’emplacement des fosses n’est pas connu avec exactitude. En 1942, certains corps ont été découverts par accident et inhumés ailleurs.

Vendredi, M. Coderre n’était pas en mesure de dire ce qui arrivera si les archéologues exhument des restes humains. Des protocoles stricts sont en place pour de tels cas aux niveaux fédéral et provincial, notamment pour déterminer si ces restes doivent être remis à une nation autochtone. Des permis d’exhumation pourraient aussi être nécessaires.

http://quebec.huffingtonpost.ca

Publicités

Des inondations, pourquoi maintenant?


Nous avons présentement dans plusieurs villes du Québec, surtout au Sud des inondations importantes. Les causes : Nous avons eu des grosses bordées de neiges tardives et le tout a fondu rapidement en plus d’une fin d’hiver et début de printemps très pluvieux ce qui n’aide pas à la situation, et j’avoue quand je vois l’eau dans ma rue, et même si on me dit que je ne risque rien étant donné que le terrain du bloc que j’habite a une légère pente, cela ne me rassure pas vraiment. Vivement que cette pluie qui ne finit pas s’arrête …
Nuage

 

Des inondations, pourquoi maintenant?

 

Des inondations à Rigaud

Des inondations à Rigaud Photo : La Presse canadienne/Paul Chiasson

La crue atteint un niveau inégalé dans certaines régions du Québec. Un phénomène qui inquiète, d’autant plus que d’autres précipitations sont prévues dans les prochains jours. Comment expliquer les crues exceptionnelles cette année? Voici quelques éléments de réponses.

La fonte des neiges

Les crues exceptionnelles en Mauricie, en Outaouais, à Lanaudière et dans les Laurentides s’expliquent par une combinaison de facteurs, mais le premier est lié à la fonte des neiges.

Au printemps, les rivières, gorgées par la fonte des neiges, sont généralement hautes. Mais cette année, la neige est restée particulièrement longtemps dans plusieurs régions et ne s’est mise à fondre que dernièrement.

Les précipitations anormales

À la fonte des neiges s’ajoutent les précipitations abondantes des dernières semaines. Frédéric Fabry, professeur au département des sciences atmosphériques et océaniques à McGill, parle de « mauvaises séquences » de pluie qui surviennent une fois par quelques années.

Seulement à Montréal, 156 millimètres de pluie sont tombés en avril, plus du double de la moyenne (67,7 millimètres), selon Environnement Canada. Le record s’établit à 159 millimètres en 2005.

« Pour faire déborder une grosse rivière qui se nourrit de ruisseaux et de rivières, il faut beaucoup de pluie sur une très longue période », résume le professeur Fabry.

« On est rendu à notre troisième dépression provenant du Texas, chacune laisse une cinquantaine de millimètres de pluie, sans compter les rivières qui sont déjà pleines de neige fondue », souligne pour sa part Marc Thibodeau, météorologue à Environnement Canada.

La fonte de la neige et les pluies répétées font aussi en sorte que le sol est déjà gorgé d’eau et ne peut en absorber beaucoup plus.

La pluie et la fonte des neiges avaient également fait monter l’eau de la rivière Richelieu et du lac Champlain en Montérégie, lors des inondations records en 2011.

Et les barrages?

Dans certaines régions du Québec, des résidents se sont inquiétés du lien de cause à effet qu’il pourrait y avoir entre les inondations et la gestion que fait Hydro-Québec de ses barrages et réservoir. Plusieurs croient que la société d’État fait preuve de négligence en laissant l’eau s’écouler alors qu’elle n’aurait qu’à fermer les vannes.

Néanmoins, les experts estiment que l’influence d’Hydro-Québec sur le débit des cours d’eau reste limitée.

« L’ampleur du phénomène est tel que rien ne peut être fait avec les infrastuctures existentes. Techniquement, on peut fermer un barrage, mais il y a tellement d’eau que ça risque de les faire déborder ou de les briser », dit Frédéric Fabry.

Par ailleurs, le Pr Fabry n’entrevoit pas une recrudescence d’inondations au Québec dans un avenir rapproché, ni n’attribue le phénomène au réchauffement climatique, du moins pas directement.

« Dans un contexte de réchauffement climatique, il y aura moins de neige à fondre », souligne-t-il.

http://ici.radio-canada.ca/

Des jeunes s’adonnent à un jeu périlleux sur un pylône d’Hydro-Québec


Il y a des jeunes qui ne sont pas futés et risquent leur vie pour des jeux stupides. Malgré la prévention, les avertissements, les jeunes continuent a grimper sur des pylônes de haute tension. Il faudrait des sanctions pour dissuader ces jeunes à continuer à faire des âneries
Nuage

 

Des jeunes s’adonnent à un jeu périlleux sur un pylône d’Hydro-Québec

 

 

Des adolescents de Saint-Adèle, dans les Laurentides, s’adonnent à un jeu dangereux pendant leur pause du midi à l’école secondaire Augustin-Norbert-Morin. Les jeunes risquent leur vie en escaladant un pylône d’une ligne à haute-tension située à quelques minutes de marche de l’école.

« Yo, vous allez vous électrocuter, vous allez mourir », crie un garçon de 12 ans qui a tourné une vidéo de l’ascension de ses camarades. Ce dernier a averti sa mère de la dangereuse activité à laquelle s’adonnaient quelques camarades de classe sur l’heure du dîner.

Tommy est arrivé de l’école, lundi, et il m’a montré la vidéo », explique sa mère, Marie-Anne Pasieka. « J’ai tout de suite contacté l’école et la Sûreté du Québec (SQ), le policier de l’école, et j’ai envoyé la vidéo à la direction de l’école. »

« J’ai réalisé que ça n’avait pas de sens, le danger que courait les jeunes sur l’heure du dîner », poursuit la mère de famille en soulignant que les jeunes pouvaient être électrocuté ou tout simplement perdre pied et faire une chute d’une hauteur vertigineuse.

« Le voltage est de 120 000 volts, explique Mme Pasieka. C’est 1000 fois plus que ce que nous avons dans les prises à la maison. Ça peut être mortel. Les jeunes qui sont montés ont été très chanceux. »

« En tant que parent, je vous dirais que je suis effrayé par ce que j’ai vu sur cette image-là, confie un porte-parole d’Hydro-Québec, Serge Abergel. Mon message est : parlez à vos enfants. Prenez les temps de leur parler et expliquez-leur les dangers de l’électricité. »

«C’est comme laisser jouer un enfant avec une arme chargée ou jouer à la roulette-russe.» – Serge Abergel

Le directeur de l’école est intervenu mardi auprès des jeunes de l’école pour les prévenir des dangers qu’ils risquent en escaladant le pylône, mais l’intervention s’est avérée insuffisante. L’élève de 12 ans, qui avait prévenu sa mère de la situation, a ramené de nouvelles photos montrant un jeune dans le pylône le lendemain.


Hydro-Québec a dépêché des employés à Sainte-Adèle où des jeunes escaladent un pylône. Photo: Radio-Canada

Mme Pasieka a décidé de mettre la vidéo de son fils sur YouTube lorsque ce dernier est revenu de l’école avec de nouvelles photos de ses camarades qui avaient récidivé le lendemain de son avertissement.

« J’ai prévenu un de mes amis qui travaille à Hydro-Québec, poursuit Mme Pasieka. Il s’est rendu sur place mercredi matin. »

La commission scolaire a envoyé une lettre aux parents des élèves pour les sensibiliser aux dangers que comporte l’escalade des pylônes d’Hydro-Québec.

« Je trouve qu’ils n’ont pas agi assez rapidement parce que moi, mercredi, je suis allé sur les lieux. Hydro-Québec était là et il y avait un jeune qui grimpait. »

«C’est dangereux, les jeunes continuent de grimper.»Marie-Anne Pasieka

Mme Pasieka estime qu’il devrait y avoir un surveillant en permanence sur les lieux pendant un certain temps. Hydro-Québec se rendra à l’école de Sainte-Adèle, aujourd’hui, afin de faire de la prévention.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

VERGLAS Toujours 9000 abonnés sans électricité au Québec


Manqué de l’électricité en été, ce n’est pas trop pire, mais l’hiver, quand c’est beaucoup moins drôle surtout si la seule source de chaleur est alimentée par l’électricité. Comme une période de l’année que les familles se regroupent, il a dû avoir nombre de désagréments
Nuage

 

VERGLAS

Toujours 9000 abonnés sans électricité au Québec

 

PHOTO ARCHIVES / AGENCE QMI

Les pannes sont situées principalement en Montérégie et en Estrie.

Plus de 9000 abonnés d’Hydro-Québec se sont réveillés dans le noir jeudi matin, les pannes étant majoritairement situées en Estrie et en Montérégie.

À 6 h jeudi, 6383 clients estriens et 574 abonnés de la Montérégie n’avaient pas l’électricité à la maison. 451 bris sont à signaler dans ces zones. Les précipitations de pluie verglaçante de dimanche ont causé la chute d’innombrables branches et arbres sur les lignes électriques.

Le bilan dans cette région s’est amélioré depuis mercredi soir. À 22 h, Hydro-Québec dénombrait 7400 abonnés privés de courant.

Fait à souligner, plus de 2000 abonnés de la Mauricie ont été ajoutés à la somme des pannes québécoises. Hydro-Québec rapporte un seul bris à réparer dans cette région. Les clients affectés sont situés dans les environs de Shawinigan.

70 000 pannes à Toronto

À Toronto, en Ontario, le réseau électrique a aussi été durement touché par la pluie verglaçante. Mercredi à 23 h, Hydro Toronto signalait dans un communiqué que près de 70 000 de ses abonnés n’avaient pas accès à l’électricité depuis la tempête du 22 décembre.

Les trois quarts des clients ont été rebranchés depuis le pic des pannes. Hydro Toronto mentionne que ses employés sont maintenant rendus à réparer des bris dans les quartiers et sur les rues, ce qui prend plus de temps.

La Ville de Toronto maintient ses services de centre d’accueil pour offrir nourriture, repos et chaleur aux citoyens touchés par les interruptions de courant.

http://www.journaldequebec.com/

Hydro-Québec: 35 000 foyers menacés de débranchement


Ne pas avoir de l’électricité en 2013 est un handicape sérieux et ce même si en principe l’été est une saison ou le chauffage est quasi inexistant. Quand on paie plus de la moitié de ses revenus pour se loger et payer les factures, il ne reste plus grand chose pour se nourrir et se vêtir et autres nécessités Dire qu’ailleurs hydro-Québec vend son électricité a rabais Reste à espérer que l’été sera clément pour ceux qui ne pourraient pas utiliser le chauffage ou l’air climatiser ou ne fut qu’un ventilateur
Nuage

 

Hydro-Québec: 35 000 foyers menacés de débranchement

 

En date du 30 avril, «il y a... (PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE)

En date du 30 avril, «il y a eu 35 000 avis d’interruption émis qui ont mené à 5385 interruptions de service», écrit dans un courriel Patrice Lavoie, conseiller stratégique aux affaires publiques pour Hydro-Québec.

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

CAROLINE D’ASTOUS
La Presse

Hydro-Québec a déjà envoyé plus de 35 000 avis d’interruption de service aux clients qui avaient des factures en souffrance en date du 30 avril, a appris La Presse. Une augmentation de 16,6% comparativement à l’année dernière pour la même période.

Du 1er décembre au 30 mars, la société d’État ne peut pas couper l’électricité aux clients ayant des comptes en souffrance pour des raisons humanitaires. En dehors de cette période, rien n’empêche Hydro-Québec de sévir en procédant, entre autres, à des débranchements.

Ainsi, en date du 30 avril, «il y a eu 35 000 avis d’interruption émis qui ont mené à 5385 interruptions de service», écrit dans un courriel Patrice Lavoie, conseiller stratégique aux affaires publiques pour Hydro-Québec. Il y a eu par contre 381 débranchements de moins qu’en 2012.

Dans le même sens, la société d’État a déjà procédé à «82 000 ententes de paiement avec les clients résidentiels, dont 23 000 étaient des ententes pour des clients à faible revenu», explique M. Lavoie.

Un scénario récurrent

La situation n’est pas nouvelle. En 2012, Hydro-Québec a envoyé 123 568 avis d’interruption pour l’ensemble de l’année. De ce nombre, 41 438 foyers ont subi un débranchement, selon le rapport annuel de la société d’État.

«En 2012, Hydro-Québec a conclu des ententes de paiement visant à faciliter le règlement de 183 888 ententes pour les clients résidentiels, dont 57 567 ententes pour des clients à faible revenu», poursuit Patrice Lavoie.

À noter, «le nombre d’ententes de paiement prises avec des clients à faible revenu en difficulté de paiement a augmenté de 49% en 2011, comparativement à 2010, et s’est généralement maintenu en 2012», a-t-il dit.

Ces mauvaises créances représentent des pertes financières pour Hydro-Québec. En 2012, elles s’élevaient à 80,2 millions de dollars, comparativement à 91,1 millions en 2011 et à 137,8 millions en 2010, selon des données fournies par la société d’État.

Des travailleurs pauvres

Pour les organismes de consommateurs, ce sont les «travailleurs pauvres» qui font souvent les frais des débranchements, remarquent-ils.

«Hydro-Québec a accentué les recouvrements pour la clientèle qui n’est pas forcément à faible revenu, mais en difficulté financière», remarque Karine Robillard, avocate et conseillère chez Option consommateurs.

«Il n’y a pas de solution pour les revenus modestes. On parle des travailleurs pauvres: ceux qui ont un emploi, mais pas assez de revenus pour payer l’ensemble des factures, par exemple», explique Émilie Bernet-Pelletier, de l’Association coopérative d’économie familiale de l’est de Montréal et membre de l’Union des consommateurs.

À noter, «une personne seule doit avoir un revenu mensuel brut de 2330$, incluant les diverses allocations, pour être considérée comme à faible revenu chez Hydro-Québec», rappelle Karine Robillard.

Les organismes s’accordent cependant pour dire qu’Hydro-Québec a fait «de gros efforts» pour faciliter les ententes de paiement auprès des clientèles à faible revenu au cours des dernières années.

http://www.lapresse.ca

Saint-Hubert Un chat perché depuis 3 jours


Un chat a voulu se prendre pour un oiseau, une très mauvaise idée, car un coup monté en haut du poteau d’hydro-Québec, difficile d’en redescendre, Mais ce que je ne comprends pas, comment il se fait que cela a pris 3 jours pour que ce chat, soit secouru. Si les pompiers n’ont pas voulu répondre à l’appel (qui a mon avis, ils auraient pu y aller étant donné qu’ils sont équipés pour les hauteurs) un technicien d’hydro-Québec aurait pu se déplacer ..
Nuage

 

Saint-Hubert

Un chat perché depuis 3 jours

 

Un chat perché depuis 3 jours

Crédit photo : Karolanne, Saint-Hubert, MonTopo

TVA Nouvelles

Un chat qui avait visiblement soif d’aventure a choisi de monter tout en haut d’un poteau d’Hydro-Québec, pour ensuite être incapable d’en redescendre, dans l’arrondissement Saint-Hubert, à Longueuil, sur la Rive-Sud de Montréal.

Selon les citoyens qui habitent à proximité de l’endroit et qui ont contacté Mon Topo, le félin était dans cette fâcheuse position depuis mardi. Évidemment, l’animal n’a pu boire, ni manger depuis trois jours.

(photo: André, MonTopo)


Le Service de sécurité incendie de Longueuil ne répond plus à ce type d’appel. Ce vendredi, l’organisme à but non lucratif Urgences animales, qui a été contacté en matinée, est finalement intervenu pour le libérer de son perchoir en après-midi.

Avant de pouvoir aller le chercher, les intervenants ont toutefois dû attendre qu’Hydro-Québec coupe le courant dans le secteur de la rue Donat.

En arrêt cardio-respiratoire!

Certainement ébranlé par les évènements des derniers jours, l’animal est tombé en arrêt cardio-respiratoire une fois de retour sur la terre ferme.

Heureusement, une des intervenantes d’Urgences animales, qui se spécialise aussi dans les services ambulanciers pour animaux, est parvenue à le réanimer rapidement.


Une dame du voisinage, touchée par cette histoire, a choisi de l’adopter. Le chat, pour sa part, peut se compter chanceux d’avoir neuf vies!

(photo: Karolanne, MonTopo)

http://tvanouvelles.ca

Invasion de domicile: les voleurs étaient déguisés en employés d’Hydro


Si en plus, des voleurs prennent des accessoires pour se faire passer pour des travailleurs comme des employés d’Hydro-Québec, comment se méfier et ne pas ouvrir la porte ? Et je trouve cela tellement lâche quand des voleurs s’en prennent à des personnes âgées.
Nuage

 

Invasion de domicile: les voleurs étaient déguisés en employés d’Hydro

 

Des truands déguisés en employés d'Hydro-Québec ont rudoyé, séquestré et volé... (Photo André Pichette, Archives La Presse)

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

DAVID SANTERRE
La Presse

Des truands déguisés en employés d’Hydro-Québec ont rudoyé, séquestré et volé une dame de 69 ans, lundi après-midi à Longueuil.

Vers 15 h 20, un homme a frappé à la porte d’une résidence de la rue Boisbriand, portant des bottes de travail et un dossard jaune fluorescent.

La dame de 69 ans qui réside sur les lieux, dont l’époux était absent, ne s’est pas méfiée et a ouvert la porte. C’est alors qu’un second suspect s’est joint au premier pour entrer de force dans la demeure. Ils ont attaché la pauvre femme sur une chaise et ont fouillé la maison, volant des bijoux de bonne valeur.

Ils ont fui dans un véhicule utilitaire sport portant l’inscription Hydro-Québec, sans le logo au Q traversé d’un éclair.

« Nous croyons que le faux véhicule d’Hydro était une diversion pour permettre aux suspects d’observer les lieux sans se faire remarquer avant le vol », indique l’agent Martin Simard, porte-parole de la police de Longueuil, qui ajoute que la société d’État ne possède pas de véhicules utilitaires noirs.

Cela fait plusieurs braquages à domicile en Montérégie ces derniers mois, dont quelques-uns visant des personnes de plus de 60 ans. C’était toutefois la première fois qu’un faux véhicule d’Hydro était observé lors de la commission du crime.

http://www.lapresse.ca