Le Saviez-Vous ► 38 remèdes de grand-mère qui fonctionnent vraiment


Nos grands-mères avaient leurs propres remèdes. Ils ne sont pas tous efficaces, mais certains ont été approuvés par des études scientifiques. Cependant certains remèdes comme des aliments, des herbes dépendant de la qualité.
Nuage


38 remèdes de grand-mère qui fonctionnent vraiment

Essayez l'huile de clou de girofle comme remède de grand-mère pour vos douleur gingivale ou dentaire.GAYVORONSKAYA_YANA/SHUTTERSTOCK

Jen Mccaffery et Tina Donvito avec Jeanne Moncada

Remèdes de grand-mère, vraiment? Du miel pour les blessures, des cerises pour la goutte, de l’huile de foie de morue – berk! – pour la vue: votre grand-mère et ses médecins ne juraient que par ces remèdes maison, et la science moderne leur donne raison.


Au cours des dernières années, des centaines d’études en ont confirmé les vertus. Bien sûr, ils ne sont pas tous efficaces, aussi notre liste ne contient-elle que des traitements ayant fait leurs preuves. N’oubliez pas que même les produits naturels peuvent interagir avec des médicaments. Si vous prenez des pilules régulièrement ou souffrez d’une maladie chronique, consultez un médecin avant d’essayer quoi que ce soit.

Taches brunes: le babeurre

Ce riche dérivé du beurre contient de l’acide lactique et de l’acide ascorbique. Il pâlit efficacement les taches de vieillesse. Appliquez-le avec de l’ouate et rincez à l’eau claire après 20 min.

Allergies: la vitamine C

En plus de combattre le rhume, c’est aussi un antihistaminique naturel. Pas moins de 74 % des participants à une étude qui avaient inhalé de la vitamine C en aérosol ont déclaré que leur nez s’était dégagé, contre 24 % des sujets ayant utilisé un placebo.

Mal de dos: la consoude

Cette plante médicinale est employée depuis des siècles contre les douleurs articulaires et musculaires. Une étude sur 215 patients a établi que l’application d’un concentré de consoude en crème dans le haut et le bas du dos atténue la douleur musculaire. Se trouve dans les magasins de produits naturels et en pharmacie.

Ampoule: la vaseline

Une ampoule, c’est douloureux, et le frottement aggrave les choses. Après l’avoir nettoyée à l’eau et au savon, réduisez le risque de friction en la couvrant de vaseline sous bandage.

Piqûres d’insecte: la farine d’avoine

Elle apaise les démangeaisons depuis l’antiquité gréco-romaine. Sa réputation a un fondement biologique, notamment pour une variété spécifique, l’avoine Rhealba. On trouve des crèmes à l’avoine dans toutes les pharmacies; et on peut fabriquer soi-même une pâte avec des parts égales d’avoine et d’eau. Appliquez sur la peau irritée ou la piqûre d’insecte et rincez après 10 minutes.

Remedes.SHUTTERSTOCK

Brûlures: l’aloes

L’aloès dissipe la sensation de brûlure. Une étude a même prouvé qu’il était plus efficace que tout autre traitement pour les brûlures au deuxième degré. Veillez à l’employer pur, sans parfum. Si vous possédez une plante, cassez tout simplement une feuille et appliquez son suc sur la peau brûlée. Si la lésion est grave, voyez un médecin.

Cals et cors: l’aspirine

Pour ramollir un cor, il suffit de réduire cinq ou six comprimés en poudre fine et de la dissoudre dans une demi-cuillerée à café de jus de citron et le même volume d’eau. Étendez cette pâte sur la partie épaisse de la peau, couvrez-la d’un film plastique puis d’une serviette chaude. Retirez le tout après 10 min et frottez doucement avec une pierre ponce jusqu’à ce que la peau se détache. Seule contre-indication: une allergie à l’aspirine.

Aphte: le lait de magnésie

Les aphtes sont des ulcères buccaux qui peuvent être causés par une infection virale ou une blessure. Pour apaiser la douleur, rincez-vous la bouche avec du lait de magnésie ou appliquez-en sur l’aphte trois ou quatre fois par jour.

Les graines de lin, un atout santéSHUTTERSTOCK

Constipation: les graines de lin moulues

C’est à croire que la nature a conçu les graines de lin pour soulager la constipation. Elles sont très riches en fibres solubles et insolubles qui donnent du volume aux selles et stimulent la croissance des bonnes bactéries. Elles sont aussi une bonne source d’acides gras oméga 3 végétaux qui ramollissent les selles et favorisent le transit intestinal. Ajoutez-en deux ou trois cuillerées à soupe par jour à un régime déjà riche en fibres. Conseil: les graines de lin sont fragiles, elles s’oxydent vite. Conservez-les au réfrigérateur.

Toux: la tisane au thym

Le thym est un expectorant naturel qui décontracte les voies respiratoires et liquéfie le mucus. En association avec la primevère ou le lierre, il réduit la fréquence et la durée des quintes de toux. Pour faire une tisane, mettez deux cuillerées à soupe de thym frais (ou une cuillerée à soupe de thym sec) dans une tasse d’eau chaude, laissez infuser, puis tamisez. Sucrez au miel, si désiré. Vous pouvez aussi ajouter un trait de citron. Conseil: optez pour des ingrédients bio.

Diarrhée: la tisane de mûres

Les mûres contiennent beaucoup de tannins, substances qui tendent à resserrer les muqueuses intestinales. Elles sont employées depuis longtemps contre la diarrhée. Faites-en de la tisane en plongeant une ou deux cuillerées à soupe de mûres fraîches ou surgelées ou encore de feuilles séchées dans une tasse et demie d’eau que vous laisserez bouillir 10 min avant de tamiser. Buvez-en plusieurs fois par jour. On trouve de la tisane aux mûres dans le commerce ; assurez-vous qu’elle contient des feuilles de mûre, et pas seulement un arôme.

Essayez le concombr comme remède de grand-mère contre la fatigue oculaire.TANYA STOLYAREVSKAYA/SHUTTERSTOCK

Fatigue oculaire: le concombre

Étendez-vous sur le dos et posez une tranche de concombre d’environ un demi-centimètre d’épaisseur sur chaque œil fermé. Le concombre contient des antioxydants qui contribuent à atténuer l’enflure et la douleur. Changez les rondelles toutes les deux ou trois minutes pendant un quart d’heure.

Pieds malodorants: l’huile essentielle de lavande

Non seulement elle sent bon, elle possède aussi des propriétés germicides. Avant d’aller au lit, versez quelques gouttes sur vos pieds et massez pour faire pénétrer. Portez des chaussettes pour ne pas tacher les draps.

Reflux gastro-œsophagien et brûlures d’estomac: l’extrait d’artichaut

Les feuilles d’artichaut contiennent de l’acide caféoylquinique qui stimule la sécrétion de bile et atténue donc les nausées, rots, ballonnements et autres symptômes du reflux gastro-œsophagien et des brûlures d’estomac. Comme ces feuilles ne sont que partiellement comestibles, achetez des capsules d’extrait d’artichaut.

Goutte: les cerises

Les personnes qui consomment une vingtaine de cerises par jour sont moins sujettes aux crises de goutte, selon une étude sur 633 patients souffrant de cette maladie. Ces drupes contiennent des substances qui aident à neutraliser l’acide urique. Les tisanes de queue de cerise sont également un diurétique efficace.

La médecine ayurvédique, née en Inde, est reconnue pour ses multiples bienfaits depuis des millénaires.SHUTTERSTOCK

Maux de tête: l’huile essentielle de menthe poivrée

Elle rafraîchit la peau et atténue la douleur d’un mal de tête dû à la tension aussi bien que le paracétamol. Mélangez-en quelques gouttes à de l’huile d’olive pour ne pas irriter la peau, puis massez délicatement le front et les tempes.

Hoquet: le sucre en poudre

Une cuillerée de sucre fait passer plus facilement les remèdes amers, mais s’agissant du hoquet (contractions du diaphragme), c’est le remède. L’explication est avant tout mécanique: avaler des cristaux de sucre vous oblige à déglutir plus fortement que d’habitude, et ça décontracte le diaphragme et donc stoppe les spasmes.

Indigestion: le fenouil

Les minuscules graines que les restaurants indiens servent souvent dans des bols proviennent du fenouil. Ellescontiennent des agents carminatifs qui expulsent les gaz des intestins. Mâchez-en une pincée pour prévenir les rots de digestion.

De la valériane pour un sommeil régénérateur. SHUTTERSTOCK

Insomnie: la valériane

La valériane est une herbe qui accélère l’assoupissement sans vous «assommer» comme certains somnifères. Elle se lie aux mêmes récepteurs cérébraux que les tranquillisants habituellement prescrits. Prenez une demi à une cuillerée de teinture de valériane ou deux capsules de racine de valériane 30 min avant le coucher.

Douleur articulaire: le thé vert

Un puissant antioxydant du thé vert, le gallate d’épigallocatéchine (EGCG), peut apaiser la douleur articulaire et l’inflammation arthrosique. Deux ou trois tasses par jour sont idéales.

Calculs rénaux: le jus de citron

La plupart des calculs se forment quand l’oxalate — molécule qu’on trouve dans les épinards, le son et les frites, entre autres — s’accumule dans l’urine et «colle» au calcium, donnant des cristaux. Boire au moins 125 ml de jus de citron par jour peut être utile parce que l’acide citrique empêche la cristallisation des molécules de calcium et d’oxalate à l’origine des calculs. Le Dr Olivier Traxer, urologue à Paris et membre du comité «lithiase urinaire» de l’Association française d’urologie recommande également le verre de jus d’orange du matin. Prendre un grand verre d’eau citronnée pour commencer la journée est une habitude quotidienne qui peut vous faire du bien.

SHUTTERSTOCK

Lèvres gercées: l’huile d’olive

Quand vous avez des gerçures, badigeonnez vos lèvres d’huile d’olive. Ce lubrifiant naturel adoucit et hydrate la peau, de même que toute autre huile végétale d’ailleurs.

Symptômes de la ménopause: l’hypnose

Selon un article publié dans Menopause, des femmes qui ont suivi cinq séances d’hypnose par semaine ont éprouvé 74 % de bouffées de chaleur de moins que le groupe témoin pendant les 12 semaines de l’expérience. Mieux, elles ont déclaré que les bouffées dont elles souffraient étaient moins fortes qu’auparavant.

Nausée: le gingembre

Le gingembre peut atténuer les nausées dues à la chimiothérapie, à la grossesse ou au mal des transports. On suppose qu’il agirait en bloquant, au niveau de l’intestin, l’action de la sérotonine à l’origine de certaines nausées. Il stimule peut-être aussi la sécrétion d’enzymes qui favorisent la digestion. Buvez de la tisane au gingembre ou encore mâchez de la racine de gingembre confite.

Douleur cervicale: la digitopression

Avec le pouce ou le bout des doigts, exercez une pression constante sur la zone douloureuse du cou pendant trois minutes. Il est prouvé que cette pression suffit à relâcher les muscles contractés, donc à atténuer la douleur

.

Essayez le soja comme remède de grand-mère contre l'ostéoporose.SOMRAK JENDEE/SHUTTERSTOCK

Ostéoporose: le soya

Selon une méta-analyse de diverses études effectuées à l’université de Caroline du Nord (États-Unis), les personnes qui mangent beaucoup d’aliments riches en soya ont une ossature plus saine et subissent moins de fractures. On ne connaÎt pas encore quels composés produisent cet effet, mais parmi les bonnes sources de protéines de soya, on peut citer les graines et le lait de soya, le miso, le tempeh et le tofu.

Psoriasis: la capsaïcine

C’est ce qui rend le poivre de Cayenne si brûlant, et des recherches ont démontré que, en crème, elle tend à apaiser les démangeaisons psoriasiques.

Feu du rasoir: l’avocat

L’avocat est riche en vitamines et en huiles qui adoucissent et hydratent la peau, atténuant l’échauffement dû au rasage. Appliquez de la pulpe broyée ou de l’huile d’avocat directement sur la peau irritée.

EUCALYPTUS.SHUTTERSTOCK

Sinusite: l’huile d’eucalyptus

Traitez vos sinus congestionnés à la vapeur. Mettez quelques gouttes d’huile d’eucalyptus dans une casserole d’eau, portez à ébullition et retirez du feu. Couvrez-vous la tête et les épaules d’une serviette, puis penchez-vous au-dessus de la casserole. Tenez votre visage à une cinquantaine de centimètres de l’eau et inhalez profondément. La vapeur fera pénétrer des gouttelettes d’huile dans vos sinus et atténuera la congestion. Des études ont révélé que le principal composé de l’huile d’eucalyptus, le cinéol, favorise une guérison plus rapide de la sinusite aiguë.

Mal de gorge: la tisane de marrube

Le marrube est une plante apparentée à la menthe qui réduit l’enflure et l’inflammation des tissus de la gorge tout en diluant le mucus qui l’encombre, ce qui facilite son expectoration. Pour une tisane, laissez infuser deux cuillerées à café de marrube frais haché dans une tasse d’eau bouillante 10 min, puis tamisez.

Douleur gingivale ou dentaire: l’huile de clou de girofle

L’huile de clou de girofle peut parfois calmer la douleur d’une inflammation dentaire. Elle possède des propriétés bactéricides et anesthésiques. Mélangez à un peu d’huile d’olive pour éviter toute irritation et gargarisez-vous.

Bienfaits et vertus des canneberges pour prévenir les infections urinaires.SHUTTERSTOCK

Infection urinaire: le jus de canneberges

Une étude sur 373 femmes souffrant d’infections urinaires à répétition a montré que celles qui buvaient un verre de jus de canneberges (cranberry) par jour avaient réduit le nombre d’infections de 40 % par rapport à celles qui prenaient un placebo. D’autres études ont eu des résultats moins clairs, mais on pense qu’un composé de ce jus empêche les bactéries d’adhérer aux parois urinaires.

Troubles de la vue: l’huile de foie de morue

Cette huile est non seulement riche en vitamine D, mais aussi en acides gras oméga 3 qui augmentent l’irrigation sanguine des yeux et réduisent le risque de glaucome et, peut-être aussi, de dégénérescence maculaire. Prenez-en une cuillerée à café par jour. Consommer de l’huile de foie de morue est l’une des 8 façons de manger plus d’aliments riches en vitamine D.

Verrue: le sparadrap

Une étude a constaté que couvrir une verrue de sparadrap et le remplacer tous les six jours avait un effet supérieur de 25% à celui de la cryothérapie, pour nettement moins cher.

SHUTTERSTOCK

Blessures: le miel

Depuis l’Antiquité égyptienne, on applique du miel sur les blessures. Il est d’ailleurs régulièrement utilisé au Centre hospitalier universitaire de Limoges pour soigner les blessures qui cicatrisent mal. À l’état pur, le miel contient une enzyme, la glucose-oxydase, qui induit une réaction chimique dégageant du peroxyde d’hydrogène, un antiseptique. La puissance antibactérienne variant beaucoup d’un miel à l’autre, on recommande le miel de manuka néozélandais, qui contient un autre composé accroissant son efficacité. Appliquez-le directement sur la blessure toutes les 12 à 24 heures et couvrez-la de gaze stérile.

Candidose: le sel de mer

Remplissez la baignoire d’eau tiède, versez-y une tasse de sel marin et prenez un long bain pour calmer les démangeaisons et la douleur.

Essayez l'huile de theier comme remède de grand-mère contre votre acné.ISTOCK/CHRISTOPHER AMES

Acné: l’huile de théier

D’après une étude, un gel à 5 % d’huile de théier est aussi efficace contre les poussées d’acné qu’une lotion de peroxyde de benzoyle à 5 %, avec moins d’effets secondaires.

https://www.selection.ca/

Le Saviez-Vous ► 11 bruits étranges de l’organisme et leur explication


Notre corps peut émettre toutes sortes de bruits parfois gênants. Ces sons peuvent provenir du système digestif, de la respiration, des articulations …
Nuage

11 bruits étranges de l’organisme et leur explication

Le ventre qui gargouille

Le ventre qui gargouille

Le gargouillis du ventre répertorie des bruits parfois gênants que l’on entend à peu près tous les jours, en général vers midi. Normal : à midi, on a faim, et quand on a le ventre qui gargouille, c’est que notre organisme se prépare à manger et à digérer les aliments.

Eh oui, les bruits de gargouillis sont en réalité la somme de deux activités parallèles qui ont lieu parce que notre tube digestif se prépare à travailler. D’une part, l’estomac qui produit un acide pour faciliter la digestion des aliments, et d’autre part, les muscles situés sur les parois de notre intestin qui se contractent pour acheminer la nourriture digérée en direction du côlon. Et tout ça, ça fait du bruit. Alors quand notre estomac ne contient que de l’air, forcément, le bruit est amplifié !

La flatulence

Qu’on le dénomme pet, vent, flatulence ou gaz, c’est un bruit toujours gênant quand notre organisme l’émet en public ! Mais il s’explique assez facilement : quand on ingère des aliments, l’estomac produit un acide pour les réduire en bouillie et les digérer plus facilement.

Or, certains aliments contiennent des composés que notre organisme n’arrive pas à digérer entièrement. Ils arrivent donc dans notre gros intestin partiellement digérés. Ce qui fait le bonheur des bactéries présentes dans l’intestin, qui s’en régalent. Sauf que lorsqu’elles mangent, les bactéries produisent du gaz. Et plus elles mangent, plus on stocke du gaz à l’intérieur de notre intestin. Et quand il y a trop de gaz qu’on ne peut plus retenir à l’intérieur, il faut bien qu’il s’évacue…

Le rot

Roter (ou éructer), c’est ce qui arrive quand on avale trop d’air trop vite par la bouche : notre tube digestif, mécontent de ce trop-plein de gaz, le renvoie directement par où il est venu ! De manière plus ou moins bruyante, en fonction de la vibration de notre orifice œsophagien. Il peut également s’agir de dioxyde de carbone en cas d’ingestion de boissons gazeuses.

Comme dans les sociétés occidentales le fait de roter est assez mal vu, si on veut limiter les éructations intempestives, il est conseillé de mastiquer la bouche fermée, de ne pas parler en mangeant, de limiter notre consommation de tabac et de chewing-gum. En somme, d’éviter tout ce qui nous fait avaler de l’air en excès !

Le hoquet

Le hoquet

Le hoquet, c’est un phénomène presque toujours bénin. Mais quand il tombe mal et qu’on ne parvient pas à s’en débarrasser, quelle plaie ! Le hoquet est un réflexe totalement involontaire, qui survient après un repas trop copieux, une quinte de toux, voire un fou rire…

Le hoquet et le bruit caractéristique (« hic ») qui l’accompagne résultent de deux phénomènes qui se produisent dans notre organisme. Le premier, c’est la contraction irrégulière et répétée de notre diaphragme, qui va créer une grosse arrivée d’air dans les poumons. Le second, c’est la fermeture de la glotte, qui bloque l’arrivée de l’air, et produit le fameux hic !

La toux

La plupart des gens associent toux et maladie. Mais en réalité, on peut tout à fait tousser sans être malade  : la toux est un réflexe naturel et sain, que notre organisme met en route pour débarrasser les bronches des éléments parasites qui viennent les encombrer.

En effet, pas besoin d’avoir un rhume ou une infection pour que des sécrétions se déposent sur nos bronches et viennent obstruer nos voies respiratoires. Il suffit d’attendre la nuit quand notre organisme est au repos. Voilà pourquoi de nombreuses personnes toussent légèrement le matin

Le bâillement

Le bâillement

Le bâillement est un phénomène qui se décompose en plusieurs étapes : d’abord, on inspire profondément, puis on ouvre la bouche, on ferme les yeux, on coupe rapidement notre respiration, et on expire. De manière plus ou moins bruyante et élégante, c’est selon.

Quoi qu’il en soit, personne n’est aujourd’hui en mesure d’affirmer qu’il détient LE pourquoi du bâillement. On a longtemps pensé que c’était pour apporter de l’oxygène à notre cerveau…Une théorie maintenant réfutée, et qui a laissé place à de nombreuses autres. Parmi elles, la plus courue du moment : si l’on bâille, ce serait en fait pour refroidir notre cerveau afin qu’il fonctionne mieux1.

Les articulations qui craquent

Faire craquer ses doigts, c’est un petit « jeu » que l’on a tous essayé de faire au moins une fois dans sa vie. Et si le petit bruit de craquement nous amuse quand on le fait volontairement, on rigole moins quand avec l’âge, nos articulations se mettent à craquer d’elles-mêmes !

Mais puisqu’on ne se casse absolument rien quand on se fait craquer les doigts, d’où provient le « crac » ? Eh bien contre toute attente, ce bruit provient… d’un gaz ! Quand on fait craquer une articulation, un creux se crée entre les deux parties de l’articulation. Un gaz vient alors y prendre place, avant d’être expulsé lorsque les deux parties se remettent en place. D’où le bruit !

La respiration sifflante

La respiration sifflante

Inspirer et expirer sont des gestes que nous faisons tous au quotidien sans nous en apercevoir. Mais quand notre respiration devient sifflante, c’est qu’il y a un problème quelque part…

Le sifflement lors la respiration (qui survient souvent lors de l’expiration) est le signe d’un dysfonctionnement au sein de notre organisme ; l’air qui est censé circuler normalement et sans problème dans le nez, le pharynx, le larynx la trachée et les bronches, a du mal à passer, en raison d’un rétrécissement au niveau de ces 5 voies. Et comme l’air circule moins bien, on est obligé de forcer un peu notre respiration dans des voies respiratoires obstruées, ce qui crée des sifflements.

Le ronflement

Le ronflement, quel exemple parfait d’un bruit involontaire mais très bruyant… et qui est à l’origine de maintes disputes de couples ! Le mécanisme du ronflement est en fait assez simple : lorsque l’on respire, l’air passe par notre nez et notre bouche puis dans la gorge pour arriver aux poumons. Mais quand on dort, les muscles et les muqueuses situées dans la gorge se détendent, et l’air qui passe dans notre organisme fait vibrer la langue, le voile du palais, les amygdales, etc.

Ça n’a l’air de rien comme ça, mais ces vibrations peuvent être tellement sonores et intenses qu’elles réveillent parfois même le dormeur (en plus de son conjoint !). Le ronflement peut être aggravé par un surpoids, la prise d’alcool ou de médicaments avant le sommeil, et le fait de dormir sur le dos.

Les acouphènes

Les acouphènes

Pour bien comprendre ce qu’est un acouphène, il peut être intéressant de se pencher sur l’étymologie de ce mot. En effet, le terme « acouphène » nous vient du grec, et a été formé en juxtaposant les verbes « paraître » et « entendre ». Eh oui : quand on a un acouphène, on a l’impression d’entendre quelque chose !

Il peut s’agir d’un sifflement, d’un bourdonnement, d’un tintement, que l’on perçoit soit dans une oreille, soit dans les deux, voire à l’arrière du crâne. Même si en réalité, ce son ne provient de nulle part, et n’existe pas.

Dans l’écrasante majorité des cas, les acouphènes sont dits subjectifs : ils ne se manifestent que chez la personne qui en est atteinte. Même si les acouphènes sont souvent plus pénibles que graves, cette nuisance est difficile à appréhender, et donc à traiter.

L’éternuement

L'éternuement

Atchoum ! L’éternuement est un bruit de l’organisme parmi les plus cocasses, souvent incontrôlé, dont le son et l’intensité varient selon les individus. En réalité, lorsque l’on éternue, on expire de l’air par le nez et par la bouche, à une vitesse qui peut atteindre les 200 km/h1.

Mais pour quelles raisons nos muscles expirateurs (diaphragme et muscles intercostaux en tête) se mettent-ils à expulser de l’air hors de notre corps à une si grande vitesse ? Et bien parce qu’un intrus essaye de se glisser dans notre organisme via notre nez ! En effet lorsqu’un élément indésirable et irritant (poussière, grain de poivre, pollen, etc.) se glisse dans nos narines, il est stoppé par les muqueuses de notre nez. Et pour évacuer l’intrus hors de notre corps, le cerveau lui ordonne d’éternuer pour faire un coup de balai !

https://www.passeportsante.net/

    Le Saviez-Vous ► 9 choses étranges que votre corps fait en guise de mécanismes de défense


    C’est important d’entretenir notre corps, déjà qu’il a lui-même des mécanismes de défense. Si nous l’entretenons en santé, il ne sera que plus fort
    Nuage

     

    9 choses étranges que votre corps fait en guise de mécanismes de défense

     

    Les bâillements.

    © shutterstock.com

    Le but premier du bâillement est de refroidir le cerveau après qu’il ait surchauffé ou été saturé.

    Les éternuements.

    © istockphoto

    Généralement, nous éternuons lorsque nos voies nasales sont encombrées par de trop nombreux allergènes, microbes, poussières, ou autres irritants. Éternuer est un moyen pour notre corps de se débarrasser de ces « encombrants ».

    Les étirements.

    © shutterstock.com

    Nous nous étirons instinctivement afin de préparer notre corps à la charge physique que nous lui réservons durant la journée. Dans le même temps, les étirements font travailler les muscles, rétablissent la circulation sanguine, et améliorent notre humeur.

    Le hoquet.

    © gettyimages

    Lorsque nous mangeons très rapidement, que nous avalons de gros morceaux de nourriture, ou que nous mangeons simplement trop, notre nerf pneumogastrique peut devenir irrité. Il est étroitement connecté à notre estomac et notre diaphragme. Ce qui résulte donc en une série de hoquets.

    Les contractions myocloniques.

    © fotolia

    Cela fait référence à la sensation étrange que vous pouvez avoir lorsque vous vous allongez pour vous endormir, que vous vous assoupissez, et que votre corps est secoué pendant une seconde par ce qui semble être un choc électrique. À ce moment, tous vos muscles subissent un spasme si fort que vous tombez presque du lit, et vous vous réveillez brutalement.

    Ce phénomène est le résultat du fait que lorsque vous commencez à vous endormir, la fréquence de votre respiration chute rapidement, tandis que votre pouls ralentit légèrement et vos muscles sont relaxés. Étonnamment, votre cerveau interprète cela comme des signes annonciateurs de la mort. Il essaie donc de vous sauver en vous donnant un choc.

    Les plissements de la peau.

    © hottubbliss

    Les plis qui apparaissent sur la peau de vos mains jouent un rôle essentiel. Ce phénomène est causé par le fait que lorsque votre corps rencontre une quantité importante d’humidité il comprend que l’environnement pourrait devenir glissant. La peau de vos mains commence donc immédiatement à changer de manière à faciliter la prise sur des surfaces lisses.

    La perte de mémoire.

    © twine

    La perte de mémoire intervient souvent après avoir traversé des expériences déplaisantes. Notre cerveau efface littéralement les pires moments de notre mémoire.

    La chair de poule.

    © flickr

    La fonction primaire de la chair de poule est de réduire la quantité de chaleur perdue par notre corps via les pores de la peau, ce qui nous permet de nous réchauffer plus aisément sous des conditions climatiques inhospitalières.

    Les larmes.

    En plus de protéger la muqueuse de nos yeux lorsque des objets étrangers entrent en contact avec eux, les larmes servent également d’instrument de « défense émotionnelle ». Les scientifiques pensent que dans des situations stressantes le corps crée une nouvelle et puissante source d’irritation afin de distraire une personne de la douleur qu’il endure.

    Ce ne sont que quelques-unes des raisons pour lesquelles nous devrions tous être reconnaissants envers nos corps de nous protéger quotidiennement. Vous n’avez plus qu’à vous détendre, votre corps se charge de tout !

    http://bridoz.com/

    Le Saviez-Vous ►Les 10 cas médicaux les plus surprenants en 2016


    En 2016, il y a eu des cas vraiment bizarres côté médicale. Un piment fort perce un œsophage, un AVC causé par le venin d’une guêpe, et bien d’autres tout aussi insolites les un des autres
    Nuage

     

    Les 10 cas médicaux les plus surprenants en 2016

     

    Marie-Céline Jacquier, Futura-Sciences

    Publié le 28/12/2016

    Du piment qui troue un œsophage à une femme devenue cleptomane après une chirurgie esthétique, voici dix cas médicaux révélés en 2016. Ces patients pas comme les autres amènent de nouvelles interrogations sur le fonctionnement de l’organisme.

    Quel risque y a-t-il à inhaler un dépoussiérant pour ordinateur ? Les smartphones rendent-ils aveugles ? Pour le savoir, lisez ces cas médicaux étranges dont la presse scientifique s’est fait l’écho en 2016.

    Un piment troue un œsophage

    Sur l’échelle de Scoville qui sert à mesure la force d’un piment, la sauce Tabasco fait un score de l’ordre de 7.000, tandis que celui du piment Bhut Jolokia, l’un des plus puissants au monde, s’élève à un million. Un homme de 47 ans vivant en Californie en a fait la dure expérience en mangeant un hamburger avec de la sauce contenant ce piment, dans le cadre d’un « concours alimentaire » (eating contest). Son cas a été décrit dans Journal of Emergency Medicine.

    Après avoir mangé le piment Bhut Jolokia, l’homme s’est mis à vomir violemment, au point de perforer son œsophage, ce qui peut être mortel sans traitement. Il a été hospitalisé, intubé, opéré et 23 jours plus tard, est rentré chez lui avec une sonde gastrique.

    Un syndrome de Raiponce

    Un syndrome de Raiponce, du nom de la princesse aux immenses cheveux, a été décrit dans BMJ Case Reports chez une femme de 38 ans. La maladie est causée par un désordre psychiatrique, la trichophagie, où l’individu avale de manière compulsive ses cheveux. Dans ce cas particulier, les médecins ont retiré deux boules de cheveux lors d’une opération chirurgicale : l’une, située dans son estomac, mesurait une dizaine de centimètres, tandis que l’autre, plus petite, se trouvait dans l’intestin.

    Ne sniffez pas les dépoussiérants pour ordinateur

    Un article paru dans Journal of Bone and Mineral Research décrit le cas d’un homme de 28 ans qui a développé une maladie rare des os, la fluorose osseuse. Cette maladie est plutôt présente dans des pays où les niveaux d’ions fluorure sont trop élevés dans l’eau de boisson, ce qui provoque une densité élevée des os et des déformations. Les médecins se sont aperçus que l’homme avait comme habitude d’inhaler des produits dépoussiérants pour ordinateurs. Ces sprays contiennent du difluoroéthane qui, dans l’organisme, libère du fluorure.

    Une guêpe provoque un AVC

    Une heure après avoir été piqué par une guêpe, un homme de 44 ans a montré des signes évoquant un AVC (difficultés à parler, paralysie d’un côté du corps), d’après Journal of Emergency Medicine. Grâce aux soins qu’il a reçu, le patient s’est rétabli par la suite, mais la cause exacte de son AVC reste obscure. Une hypothèse est que des composés du venin de la guêpe conduisent à la formation d’un caillot dans la circulation sanguine, d’où l’AVC. Des molécules du venin pourraient aussi provoquer une constriction des vaisseaux sanguins. De plus, dans le cas d’une allergie, la pression sanguine du patient peut s’effondrer, d’où une mauvaise irrigation de la tête.

    Une piqûre de guêpe a provoqué un AVC. La raison n’est pas claire. © xuuxuu, Pixabay

    Une piqûre de guêpe a provoqué un AVC. La raison n’est pas claire. © xuuxuu, Pixabay

    Une morsure de serpent fait perdre l’odorat

    Après avoir été mordu par un serpent venimeux (serpent de la Mulga), un Australien de 30 ans a perdu le sens de l’odorat. Suite à sa morsure, il s’est rendu à l’hôpital mais n’a pas eu d’antivenin car les médecins ont estimé que ses symptômes n’étaient pas suffisamment graves. Plusieurs jours plus tard, son odorat s’est détérioré et il a progressivement perdu ce sens, d’après Journal of Clinical Neuroscience.

    Le smartphone qui rend temporairement aveugle

    Deux femmes britanniques, sans lien apparent, ont expliqué à leur médecin qu’elles avaient des problèmes pour voir d’un œil quand elles étaient au lit. Ces problèmes avaient lieu après avoir regardé leur smartphone, couchées sur le côté. Leur cas est décrit dans New England Journal of Medicine. D’après les médecins, le problème viendrait du fait que les femmes ne regardaient leur smartphone que d’un œil, lorsqu’elles étaient couchées, l’autre étant caché. Dans cette situation, l’œil rivé sur le smartphone s’adapte à la lumière, tandis que l’autre s’adapte à l’obscurité. Lorsque le smartphone s’éteint, l’œil qui était adapté à la lumière devient aveugle le temps qu’il s’adapte à l’obscurité.

    Un don de sang bon pour la santé du donneur

    Donner son sang peut sauver des vies. Mais un donneur de sang de 83 ans a découvert qu’il en avait tiré des bénéfices pour sa santé. Cet acte de générosité lui a épargné pendant des années les symptômes d’une maladie héréditaire, l’hémochromatose, qui conduit l’organisme à absorber trop de fer. Or un excès de fer est nocif pour le foie. Pour traiter la maladie, il faut retirer le fer de l’organisme, en enlevant du sang, ce que l’homme a fait régulièrement en ignorant sa maladie.

    Le portable reste dans l’estomac

    Un prisonnier irlandais a avalé son téléphone et les médecins ont eu bien du mal à le lui retirer. Le téléphone était resté dans l’estomac, sans emprunter les voies digestives naturelles. Comme décrit dans International Journal of Surgery Case Reports, les médecins ont essayé de le faire ressortir en passant par l’œsophage, mais en vain. Finalement, il a été retiré par chirurgie.

    Un hoquet mystérieux

    Un homme de 35 ans s’est présenté deux fois à l’hôpital avec un hoquet récalcitrant, comme décrit dans BMJ Case Reports. Les médecins lui ont donné un traitement, mais le hoquet revenait toujours. La troisième fois, les médecins ont trouvé qu’il avait une tumeur à l’arrière du cou qui exerçait une pression sur le nerf phrénique. Ce nerf transmet des signaux du cerveau vers le diaphragme, le muscle situé sous les poumons et qui contrôle la respiration. La compression du nerf envoyait des signaux perturbés au diaphragme, d’où le hoquet. La tumeur a été retirée.

    Cleptomane après une chirurgie esthétique

    Plusieurs jours après son opération de chirurgie esthétique, une Brésilienne de 40 ans a ressenti des pulsions la poussant à voler. D’après l’article paru dans BMJ Case Reports, l’explication serait liée à des problèmes  d’irrigation dans le cerveau qui auraient provoqué la cleptomanie. Ensuite, ces symptômes ont disparu.

    http://www.futura-sciences.com/

    Le Saviez-Vous ► 9 mécanismes de défense de l’organisme


     

    Tous les jours, notre corps réagit à son environnement. Ses réactions sont utiles pour nous protéger, nous avertir qu’il y a un changement
    Nuage

    9 mécanismes de défense de l’organisme

    Nos corps sont un ensemble complexe de nombreux cycles biologiques et de systèmes qui peuvent parfois être difficiles à comprendre. Les mécanismes de défense de l’organisme sont un exemple de ces systèmes. Ils nous protègent 24 heures par jour, 7 jours par semaine de toutes les choses possibles qui peuvent éventuellement nous nuire.

    Voici neuf choses fascinantes sur les mécanismes de défense du corps, que vous ne connaissiez probablement pas.

    1. Bâiller

    La principale raison pour laquelle on bâille est pour se détendre ou refroidir le cerveau s’il est en surchauffe ou en surcharge.

    yawning

    ARTBISTRO.MONSTER.COM

    2. L’éternuement

    Nous éternuons généralement lorsque les voies nasales sont remplis avec des allergènes, des microbes, des bactéries, de la poussière et d’autres choses gênantes. Par le biais des éternuements le corps balaye au loin les « ordures ».

    nysa

    ISTOCKPHOTO

    3. S’étirer

    Le corps s’étire instinctivement le matin, pour se préparer à l’effort physique durant la journée. Tout en s’étirant on soulève les muscles, on restaure le flux sanguin et cela nous rend de bonne humeur.

    stretching

    HUFFINGTONPOST

    4. Le hoquet

    Lorsque nous mangeons très rapidement, et avalons de gros morceaux de nourriture ou tout simplement lorsque nous mangeons trop, nos nerfs dans le diaphragme s’irritent. Ils veulent enlever rapidement la menace et déclenchent la répétition inconsciente que nous appelons le hoquet.

    hickan

    PEXELS

    5. Sursauts dans le sommeil

    Ce sentiment étrange quand nous sommes sur le point nous endormir, fait que l’on ressent comme des saccades dans différentes parties du corps, presque comme un choc électrique. Les raisons à cela sont difficiles à expliquer mais de nombreux scientifiques conviennent que les muscles n’ont pas le temps de comprendre quand le cerveau s’endort et ils se manifestent alors.

    sova

    RD

    6. Les doigts fripés

    Ce phénomène se produit lorsque votre corps s’adapte à un climat humide, et qu’il comprend que l’environnement autour de lui devient glissant. La peau de vos mains, et parfois des pieds, peut immédiatement changer de telle sorte que vous augmentez votre capacité à avoir une bonne adhérence sur les surfaces glissantes.

    russin

    HOTTUBBLISS

    7. La perte de mémoire

    La perte de mémoire est fréquente après que nous ayons connu divers traumatismes ou d’autres inconvénients. C’est le moyen d’éliminer ces terribles souvenirs de notre cerveau. Cela ne se produit pas toujours, mais il est plus fréquent pour les situations désagréables dont nous ne voulons pas nous souvenir.

    minnes

    HPLUSMAGAZINE

    8. La chair de poule

    Certains ont la chair de poule quand ils éprouvent du plaisir, mais la grande majorité l’ont quand ils ont froids. C’est le moyen pour le corps de sortir sa « fourrure » pour se réchauffer à nouveau. Ceci est un réflexe qui vient clairement de nos ancêtres qui étaient beaucoup plus poilu que nous.

    gashud

    FLICKR

    9. Les larmes

    Les larmes protègent la membrane et les muqueuses de l’œil, mais elles servent aussi comme un instrument dans notre « défense émotionnelle ». Les chercheurs croient que dans des situations stressantes, le corps veut créer un nouveau, irritant puissant pour nous distraire de la douleur que nous vivons réellement.

    tarar

    PIXABAY

    Ce sont quelques-unes des raisons pour lesquelles nous devrions être reconnaissants pour notre corps incroyable. Il nous protège tous les jours. Rappelez-vous de le respecter – votre corps prendra soin de vous!

    http://incroyable.co/

    8 Remèdes de Grand-Mère Qui Ont Fait Leur Preuves Scientifiquement.


    Les recettes de grand-mères souvent boudée au profit des médicaments peuvent soigner, mais sans pour autant ne pas négliger les symptômes. Si les choses ne s’arrangent pas, mieux vaut consulter
    Nuage

     

    8 Remèdes de Grand-Mère Qui Ont Fait Leur Preuves Scientifiquement.

     

    Découvrez ici l’explication scientifique qui se cache derrière des remèdes de grand-mère connus. Évidemment, personne ne dénigre les merveilles de la médecine moderne.

    Que ferions-nous sans un médicament comme la pénicilline pour guérir les infections ? Mais les remèdes faits-maison ont aussi des pouvoirs secrets.

    Voici l’explication scientifique de 8 remèdes de grand-mère qui ont fait leurs preuves :

    1. Du Ruban Adhésif

    En 2002, un groupe de médecins a comparé l’efficacité du ruban adhésif avec de l’azote liquide pour éliminer les verrues. Après avoir porté quotidiennement le ruban adhésif pendant 2 mois, et en utilisant une pierre ponce 1 fois par semaine pour exfolier les peaux mortes, 85% des verrues des patients avaient disparu.

    Dans le même temps, la congélation à l’azote liquide n’a marché que pour 60% des cas.

    « La question en suspens est de savoir s’il y a quelque chose dans l’adhésif lui-même ou si c’est le fait que la peau ne respire pas qui entraîne la destruction de la verrue » se questionne le dermatologue Blum qui vit à New York, aux États-Unis.

    « L’autre idée est que le ruban adhésif provoque une irritation, ce qui stimule les cellules immunitaires de notre corps pour attaquer la verrue. »

    2. L’Avoine Pour Apaiser l’Eczéma

    Utilisez de l’avoir moulu contre l’eczéma

     « Ça marche vraiment ! Car l’avoine a des propriétés anti-inflammatoires », explique le Dr Blum.

    Que ce soit utilisé comme une pâte ou versé dans un bain, la plupart des experts recommandent de choisir de l’avoine finement moulue et de tremper la zone où il y a de l’eczéma pendant au moins 15 min.

    En plus de réduire l’inflammation, l’avoine est considéré comme ayant un effet antihistaminique, explique le Dr Blum. En abaissant les niveaux de l’histamine, qui est le déclencheur de l’inflammation, l’avoine supprime ou réduit les rougeurs.

    3. Le Yaourt Contre la Mauvaise Haleine

    Une mauvaise haleine provient principalement de la bouche ou de l’estomac. Le yaourt contient des probiotiques qui aide à soigner les problèmes d’estomac.

     « Le yaourt n’a aucun effet sur les bactéries qui vivent sur ​​la langue, car il ne reste pas assez longtemps dans la bouche », dit Robert Meltzer, un gastro-entérologue basé à New York aux États-Unis.

    Mais il a probablement un effet sur l’acide qui se trouve entre la bouche et l’estomac, y compris au fond de la gorge et de l’œsophage, explique t-il.

    « Je pense que n’importe quel produit à base de lait ou qui contient des bactéries vivantes aurait le même effet. »

    Le yaourt permet de se débarrasser de la mauvaise haleine qui résulte de problèmes gastriques, comme les remontées acides. Mais il n’a pas d’effet réel sur la mauvaise haleine liée aux problèmes de gencives, de foie ou des poumons, explique le dentiste Mathieu Messina qui vit dans l’Ohio aux États-Unis.

    4. Une Cuillerée de Sucre Pour Arrêter le Hoquet

    En 1971, Edgar Engelman a mené une étude pour savoir si une cuillerée de sucre était vraiment un remède efficace contre le hoquet. Il a réuni un groupe de 20 patients avec un hoquet de plus de 6 heures, et pour 8 d’entre eux, ayant un hoquet qui durait entre un jour à 6 semaines. Ensuite, chaque patient reçu une cuillère à café de sucre blanc à avaler. Pour 19 des 20 patients souffrant d’un hoquet, la guérison fut immédiate. André Dubois, gastro-entérologue dans le Maryland aux États-Unis, indiqua alors dans Le Livre des Médecins que

    « le sucre agissait probablement dans la bouche en modifiant les impulsions nerveuses. Conséquence, les muscles du diaphragme arrêtent de se contracter et les spasmes du hoquet avec. »

    5. Le VapoRub Pour Guérir les Mycoses des Ongles

    Saviez-vous que frotter 1 ou 2 fois par jour les ongles avec du VapoRub est un traitement efficace contre les mycoses des ongles ?

    En cherchant sur Internet, de nombreux témoignages personnels parlent de de ce remède contre les mycoses.

    « J’ai entendu beaucoup de patients dire que le VapoRub aide vraiment, mais je ne sais pas exactement pourquoi», admet le Dr Blum.

    Alors que certains affirment que c’est le menthol dans le baume qui tue les mycoses, d’autres pensent que c’est l’effet d’étouffement du gel épais. Dans tous les cas, en utilisant le VapoRub régulièrement, il a été montré qu’il peut non seulement se débarrasser des mycoses sur les ongles, mais aussi guérir un ongle de pied infecté, qui devient noir et finit par tomber. Et quand le nouvel ongle repousse, les mycoses ont disparu.

    6. Mordre un Crayon Pour Guérir un Mal de Tête

    Même si les médecins ne savent pas pourquoi nous le faisons, serrer les dents est un effet secondaire du stress.

    Selon Fred Sheftell, directeur du Centre des Migraines à Stamford aux États-Unis, quand nous serrons les dents, nous forçons et fatiguons le muscle qui relie la mâchoire aux tempes. Cela a pour conséquence de déclencher des maux de tête. En plaçant un crayon entre les dents, sans le serrer, nous détendons nos muscles de la mâchoire, ce qui élimine les tensions et réduit la douleur.

    Sachez que ce remède fonctionne uniquement pour les maux de tête. Il n’a pas d’effet sur les migraines ou maux de tête causées par des sinus congestionnés.

    7. Les Olives Contre le Mal des Transports

    Selon la Bibliothèque Nationale de Médecine des États-Unis, un des symptômes du mal des transports est l’augmentation de la salive dans la bouche.

    La salivation est une façon de protéger les dents en cas de reflux gastriques. Le vomi est en effet très acide. Le point néfaste est que cette plus grande salivation accroît le mal des transports.

    La solution : les olives, qui contiennent du tanin. Lorsqu’il est libéré dans la bouche, ce tanin permet de réduire le surplus de salive.

    Résultat, le symptôme du mal du transport disparaît.

    À noter : ce remède n’est efficace que pendant les premiers stades de la nausée, lorsque la salivation commence à augmenter.

    8. L’Eau Salée Contre le Mal de Gorge

    Quand vous étiez enfant et que vous aviez un mal de gorge, votre maman vous faisait peut-être faire des gargarismes d’eau chaude salée. Eh bien, votre maman avait une bonne intuition.

    Selon Dr Hoffman, auteur du site Internet The Medical Consumer’s Advocate, un mal de gorge est une réaction inflammatoire.

    Le remède : le sel, qui contribue à diminuer l’inflammation et la douleur qu’elle provoque dans la gorge.

    Il est conseillé de mettre 1 cuillère à soupe de sel dans un grand verre. Mais sachez qu’il vaut mieux en mettre trop que pas assez.

     Gardez à l’esprit que vous traitez les symptômes du mal de gorge et non la maladie.

    Comme le fait remarquer le Dr Hoffman sur son site :

    « Les effets du sel son bien réels, mais ils sont de courte durée car le gargarisme n’élimine pas la cause du mal gorge, juste l’un des symptômes. »

     

    http://www.comment-economiser.fr


    Infarctus : les symptômes que les femmes ignorent


    L’illégalité des sexes et ce même dans les symptômes annonçant un infarctus chez la femme. A vrai dire, il est facile même pour la victime de confondre ces symptômes tellement qu’ils ont l’air anodins.. Une fatigue soudaine, le hoquet etc ..
    Nuage

     

    Infarctus : les symptômes que les femmes ignorent

    Essoufflement, fatigue, maux d’estomac… Les symptômes de l’infarctus chez la femme ne sont pas les mêmes que chez l’homme. Moins bruyants, moins douloureux, voire parfois inexistants, ils entraînent un diagnostic tardif et dans 55% des cas une issue fatale.

    Un essoufflement

    Chez la femme, l’infarctus peut être associé à une gêne respiratoire. Ce signe est une conséquence du retentissement de l’infarctus sur le fonctionnement de la pompe cardiaque.

    Description : « Souvent, les femmes indiquent comme seuls symptômes d’infarctus du myocarde une difficulté à respirer soudaine et inattendue » explique le Dr Jean-Loup Dervaux, ancien assistant des hôpitaux de Paris. Elles peuvent aussi se sentir essouflée.

    Que faire : « Les femmes doivent penser à leur cœur en cas d’essoufflement. Ces difficultés associées à une forte fatigue persistante, peuvent évoquer l’angoisse et orienter le diagnostic à tort vers une anxiété ou une dépression » prévient le Pr Claire Mounier de la FFC. Si vous êtes essouflée sans raison apparente, consultez sans attendre.

    Une fatigue inhabituelle

    Une fatigue inhabituelle et persistante ne doit pas être négligée. Chez la femme, elle peut être le signe caché d’un infarctus.

    Description : « Les femmes peuvent indiquer une grande faiblesse, une fatigue inhabituelle comme symptôme d’infarctus même si c’est plus rare » indique le Dr Jean-Loup Dervaux.

    Que faire : Devant toute fatigue qui persiste, surtout s’il y a une hypertension, un surpoids, un peu trop de cholestérol ou un tabagisme, il faut consulter rapidement un médecin. Une femme victime d’une crise cardiaque peut présenter des symptômes cliniques atypiques comme la fatigue, l’anxiété, des troubles gastriques, des palpitations, une douleur dans le dos ou à l’épaule alors qu’une autre peut les ressentir tous en même temps. Dans le doute, on consulte !

    Hoquet, éructations, douleurs dans l’estomac…

    estomac infarctus

    « Les femmes doivent se méfier des symptômes pris à tort pour des problèmes digestifs » prévient le Pr Claire Mounier Vehier, cardiologue et médecin vasculaire au CHRU de Lille, 1ère vice-présidente de la FFC. Ils peuvent parfois cacher un véritable infarctus du myocarde.

    Description : Hoquet et éructations (parfois incessantes), nausées, vomissements, sueurs, douleurs dans le creux de l’estomac… font parties des signes digestifs pouvant évoquer un infarctus.

    Que faire : En présence de ces signes, mieux vaut consulter un médecin surtout si vous avez des facteurs de risque cardio-vasculaires connus. Sachez que quand une femme ne se sent pas bien et présente un symptôme d’infarctus, son entourage met en moyenne une heure de plus que pour un homme avant d’appeler le numéro d’urgence. Une fois arrivée aux urgences, il y a encore en moyenne une heure de retard avant une prise en charge par un cardiologue.

    La douleur dans la poitrine

    douleur poitrine infarctus femme

    Chez l’homme, la douleur dans la poitrine va faire penser rapidement à l’infarctus. Chez la femme, le symptôme est souvent moins net.

    Description : La douleur se situe dans la poitrine, en arrière du sternum. Elle est intense, serre « comme un étau », oppresse, peut se propager au cou, à la mâchoire, au bras gauche ou aux deux bras, et parfois vers le dos ou le ventre. Et surtout, elle ne passe pas. La douleur de l’infarctus survient souvent au repos, la nuit ou le matin.

    Que faire : Toute douleur dans la poitrine persistant plus de 30 minutes est suspecte et nécessite l’appel du 15 (911 en Amérique). Le médecin régulateur du SAMU saura guider la prise en charge. Il n’y a jamais d’appel inutile en prévention !

    A savoir : Chez la femme, la douleur peut être tronquée, uniquement une lourdeur dans le bras, une douleur à l’épaule, un point de coté, une douleur dans le dos, une gêne dans la machoire. Toutefois, la douleur thoracique reste, même atypique, le signe d’alerte le plus fréquent d’infarctus du myocarde.

    Des infarctus sans symptômes chez la femme diabétique

    femme diabète infarctus signes

    Aussi étonnant que cela puisse paraître, l’infarctus* est parfois asymptomatique. En clair, pas de douleur, pas de gêne respiratoire, pas d’angoisse, pas de malaise.

    « C’est plus particulièrement le cas chez les femmes diabétiques, précise le Dr Jean-Loup Dervaux. L’infarctus est découvert à l’occasion d’un électrocardiogramme « systématique » par exemple lors d’un bilan de santé. »

    *Arrêt total de la circulation sanguine dans une partie du muscle cardiaque.

    Pour elles, c’est plus dur de s’en remettre !

    Les femmes sont pénalisées par le diagnostic souvent tardif de leur infarctus.

     Or, « la rapidité de prise en charge reste déterminante pour les chances de survie et de bon rétablissement » rappelle le Dr Nathalie Assez, médecin urgentiste au Samu au CHRU de Lille.

    Les femmes ont plus de risques de décéder ou de refaire un accident cardiovasculaire dans l’année qui suit leur infarctus, comparativement aux hommes.

    Notamment, parce qu’elles sont moins bien traitées et moins nombreuses à suivre un programme de réadaptation cardiaque. Ce programme de réadaptation est recommandé notamment quand l’infarctus a nécessité une chirurgie cardiaque ou une angioplastie coronaire. Il se compose d’exercices physiques progressifs pour rée-ntrainer le muscle cardiaque et de séances d’éducation thérapeutique. Participer à un tel programme permet de diminuer de moitié le risque de récidive d’infarctus avec de nouveaux réflexes d’hygiène de vie.

    A noter : La FFC avec ses clubs Cœur et Santé propose des remises en forme physique en groupe, avec des moniteurs diplômés. Elle vous propose aussi de tester vos facteurs de risque avec le test « J’aime mon coeur », téléchargeable gratuitement sur l’application Cardio info (tablettes et smart phones) ou en allant sur le site www.fedecardio.org. Vous bénéficierez ensuite d’un coaching cardiovasculaire personnalisé.

    Sources

    – Fédération française de cardiologie, brochure Cœur, artères et femmes : www.fedecardio.org

    Fondation cœur et artères

    – Infarctus et maladies cardio-vasculaires chez la femme, Dr Jean-Loup Dervaux, Editions Dangles, 2009

    Publié par Aurélie Blaize, journaliste santé et validé par Pr Claire Mounier-Vehier, cardiologue et médecin vasculaire au CHRU de Lille

    http://sante.planet.fr/