Halifax Elle trouve un gros montant d’argent et le retourne à son propriétaire


Je salue l’acte de cette femme qui a rapporté l’argent. Elle aurait pu le garder et personne n’aurait rien su, et elle a préféré remettre l’argent pour qu’il soit restitué au restaurateur
Nuage

 

Halifax

Elle trouve un gros montant d’argent et le retourne à son propriétaire

 

Elle trouve un gros montant d'argent et le retourne à son propriétaire

Crédit photo : archives, agence QMI

Agence QMI

Une femme de Halifax a fait preuve d’une honnêteté remarquable en retournant à son propriétaire une somme d’argent substantielle qu’elle a trouvée dans la rue, samedi.

La police de Halifax a été informée samedi qu’un restaurateur de la rue Argyle avait perdu une enveloppe contenant ses recettes de la journée précédente.

Peu de temps après, une jeune femme s’est rendue dans un poste de police pour donner aux autorités une enveloppe pleine d’argent qu’elle avait trouvée au centre-ville de la capitale néo-écossaise.

«Il s’agit d’une somme substantielle, emballée comme le font les restaurateurs», a indiqué le sergent Don Moser à l’Agence QMI, précisant que la police ne dévoilerait pas le montant exact.

L’argent a ensuite été rendu au propriétaire qui était très reconnaissant et qui a chaudement remercié la jeune fille.

Selon le sergent Moser, toute personne qui trouve de l’argent devrait le retourner à la police.

«C’est une chose de trouver 10 dollars sur son chemin, et un autre de trouver une enveloppe contenant les recettes d’un commerce. Dans ce dernier cas, il faut faire comme la jeune fille», a indiqué le porte-parole.

http://tvanouvelles.ca/

Le cerveau des fraudeurs fiscaux


 

Notre cerveau a une zone d’honnêteté, mais, les fraudeurs fiscaux, des gens qui vendraient n’importe quoi même si le produit n’est pas adapté pour leurs clients ou que le produit à des défauts, ont un défaut dans une zone du cortex.
Nuage

 

Le cerveau des fraudeurs fiscaux

 

Pourquoi payons-nous nos impôts ? Certains personnages s’en dispensant au plus haut de l’État, pourquoi n’en ferions-nous pas autant ? Tout simplement, parce qu’il semblerait que nous soyons – quasiment tous – câblés pour être honnêtes.

 Une équipe de chercheurs américains vient de découvrir que les comportements honnêtes sont en partie contrôlés par une zone cérébrale située à l’avant de la tempe, et nommée cortex préfrontal ventromédian. Si cette zone est endommagée ou détruite, des comportements de triche, de fraude et de mensonge se développent.

Des lésions pas très claires

L’équipe de l’Université de Virginie a examiné une trentaine de personnes chez qui cette partie du cerveau était lésée à cause de chocs ou de ruptures de vaisseaux sanguins. Ils ont testé leur comportement dans des jeux où il s’agit de vendre des produits dont certains présentent des défauts ou des vices de fabrication. Les vendeurs sont mis en présence d’acheteurs potentiels et l’on observe s’ils précisent ou non que le produit n’est pas parfait. On constate que la majorité des sujets ne peuvent s’empêcher de dire la vérité, mais que les patients atteints de cette lésion cérébrale ne disent rien du défaut du produit.

Voilà donc une partie bien précise du cerveau sans laquelle nous ne pouvons être honnêtes ! Cette structure cérébrale est impliquée dans le contrôle des désirs pulsionnels. Ce résultat suggère donc que l’honnêteté est avant tout une qualité d’inhibition : inhibition de désirs personnels pour respecter la règle sociale ou morale.

Cerveaux sans foi ni loi

Pourquoi certains personnages puissants s’en affranchissent-ils ? Nombre d’entre eux présentent des niveaux élevés de narcissisme, et l’une des caractéristiques du narcissisme est la conviction que les règles ne s’appliquent qu’aux autres. Ce qui fait voler en éclats l’action inhibitrice du cortex préfrontal ventromédian. Le pouvoir qu’ils détiennent peut aussi réduire la peur des sanctions, qui est un autre facteur qui encourage l’inhibition. Respect des règles et peur d’être pris constituent deux stades du développement moral dits conventionnel et préconventionnel. Il en reste un troisième, le stade postconventionnel. Il s’appuie sur des convictions morales larges comme l’empathie ou le souci du bien. Pour résister aux vicissitudes du pouvoir, ce stade postconventionnel doit être particulièrement efficace…

http://www.pourlascience.fr/

Ontario : Un voleur de bonbons se repend plusieurs décennies après son méfait


On dit souvent qui vole un oeuf, vole un boeuf, mais voilà une personne qui a eu des remords pour un simple bonbon. Devenir adulte et honnête même pour les erreurs du passé, c’est un bel exemple
Nuage

 

Ontario : Un voleur de bonbons se repend plusieurs décennies après son méfait

 

d82072f8-7715-41c6-9adf-3a6babd7ae37

Photo Fotolia

«Il y a plusieurs années, j’ai volé un bonbon dans votre magasin», peut-on lire dans la lettre.

CHATHAM, Ontario – Torturé par le remord, un voleur de bonbons a finalement décidé d’avouer son crime et de donner une compensation financière aux propriétaires du magasin général de Chatham, en Ontario, où il a commis son crime il y a plusieurs décennies.

Frank Bonvarlez et sa femme Pat ont été très surpris de recevoir une lettre anonyme d’un individu affirmant avoir volé un bonbon dans le commerce dont ils étaient propriétaires pendant de nombreuses années, jusqu’en 1980.

«Il y a plusieurs années, j’ai volé un bonbon dans votre magasin, peut-on lire dans la lettre. Je n’ai jamais oublié combien c’était mal et combien je me suis senti coupable. Je vous envoie cet argent pour réparer mes torts. Merci.»

Un billet de 20 $ était inclus avec la lettre. Le couple l’a donné à un organisme de charité.

Les Bonvarlez ont attiré l’attention des médias sur cette lettre, tout simplement pour envoyer le message qu’il n’est jamais trop tard pour faire le bien.

Touchés par la démarche de l’auteur de la lettre, les Bonvarlez veulent lui signifier qu’ils sont «fiers de la personne honnête» qu’il est devenu.

http://www.journaldequebec.com

La lettre insolite d’une petite fille de 3 ans à une librairie de Lannion


Et oui, il existe encore du monde honnête, et c’est très louable a la maman de la petite fille, d’avoir écrit la lettre au nom de l’enfant pour réparation, c’est un bon exemple a donner a sa fille et ce même si elle n’a que 3 ans et demi
Nuage

 

La lettre insolite d’une petite fille de 3 ans à une librairie de Lannion

 

INSOLITE – C’est certainement la bonne surprise de cette rentrée littéraire dans la librairie Gwalarn de Lannion. Ça n’est pas un premier roman mais la lettre de Mathilde, 3 ans et demi, qui confesse avoir « pris un livre sans le payer ».

Ce mardi 2 septembre, les employés de la librairie ont reçu d’adorables aveux sur papier. Une lettre accompagnée d’un dessin, et d’un chèque de 5,60€, soit le prix du livre dérobé.

« Mesdames et messieurs les libraires de Lannion,
Je vous prie de m’excuser d’avoir pris un livre sans le payer. Ce n’était pas mon attention (sic). Il me faisait très envie et ma maman n’a pas vu que je l’avais mis dans son sac. J’aimais vraiment tous vos livres dans votre belle librairie. Mathilde, 3 ans et demi »,
peut-on lire sur la missive vraisemblablement rédigée par la maman de Mathilde et
publiée sur Facebook par le libraire.

« C’est juste la classe, je trouve », explique le libraire David Bars sur son compte Facebook.

Et il n’est pas le seul à avoir apprécié la lettre de Mathilde et l’initiative de ses parents. Repérée par L’Express, la photo de cette lettre a déjà été « aimée » plus de 700 fois ce mardi et dans les dizaines de commentaires, les félicitations ne manquent pas. Un auteur jeunesse propose même d’offrir son dernier livre à Mathilde.

Pour le renseigner sur les goûts de cette jeune lectrice, Mathilde semble aimer les histoires fantastiques. Le livre sur lequel elle a jeté son dévolu dans la librairie de Lannion s’intitule « L’os prodigieux » et raconte la rencontre de la jeune Perle avec un os qui parle toutes les langues, imites tous les sons et possède bien d’autres pouvoirs magiques.

os prodigieux

De quoi attendrir un peu plus encore les amoureux des livres.

http://www.huffingtonpost.fr

Insolite : les lève-tôt mentent plus facilement la nuit


Je suis une lève-tôt, mais heureusement que je me couche aussi de bonne heure… Je suis quand même septique sur cette étude.
Nuage

 

Insolite : les lève-tôt mentent plus facilement la nuit

 

Insolite : les lève-tôt mentent plus facilement la nuit

© istock

L’honnêteté varie en fonction du moment de la journée. Plus particulièrement selon qu’on est lève-tôt ou lève-tard.

Explications.

Etes-vous plutôt du soir ou du matin ? Cette question indiscrète pourrait bien déterminer votre niveau d’honnêteté à un moment de la journée. Des psychologues de différentes universités américaines (Harvard, université Johns Hopkins, université de Georgetown et de Washington) ont dressé un constat surprenant : les personnes plus alertes le matin ont tendance à plus tricher et à se conduire de façon malhonnête le soir.

Autrement dit, l’horloge interne (ou le chronotype qui définit le moment où on a le plus envie de dormir ou celui où on a le plus d’énergie) de chaque personne et les choix éthiques seraient liés.

Pour s’en rendre compte, des jeux et des tests destinés à mesurer l’honnêteté ont été menés auprès de 200 personnes, sans que celles-ci ne devinent la finalité de l’exercice. Des récompenses étaient attribuées si les exercices étaient réussis.

Résultat, les lève-tôt ont davantage triché le soir pour toucher les gains. Et les lève-tard ont eu un comportement moins éthique le matin, au moment où ils se sentent le moins en phase avec leur chronotype.

L’influence de l’horloge interne

Cette étude pourrait amener à réfléchir sur les horaires et l’organisation des temps de travail en fonction des horloges internes des salariés. Une idée intéressante mais légèrement utopique puisque cela supposerait que tous les patrons demandent à leurs salariés s’ils sont plus du matin ou du soir avant de leur confier un poste ou certaines tâches.

Reste que le profil lève-tôt ou lève-tard intéressent les chercheurs et influenceraient non seulement l’honnêteté mais aussi la propension au bonheur. Une étude de l’université de Toronto a ainsi établi que les lève-tôt étaient plus heureux que les couche-tard…

http://www.topsante.com

Les valeurs humaines


Si seulement l’être humain pouvait comprendre que pour aller mieux dans le monde serait si simple en réfléchissant sur nos valeurs
Nuage

 

Les valeurs humaines

 

« L’honnêteté, la sincérité, la simplicité, l’humilité, la générosité, l’absence de vanité, la capacité à servir les autres – qualités à la portée de toutes les âmes- sont les véritables fondations de notre vie spirituelle.  »

Nelson Mandela

Un itinérant est puni pour un bon geste… six mois plus tard


Si l’homme aurait gardé la somme trouvés, il n’aurait jamais été puni par les services sociaux et aurait reçu ses prestations. Je peux comprendre que les règlements sont fait pour être respectés, car il y a souvent des écarts de conduite, mais quand un homme qui n’a rien de rien dans la vie remet une somme qui pourrait lui procurer un super repas, des vêtements neufs etc. et qu’après cette somme on la lui donne .. Pourquoi le punir !!! Il n’a pas travaillé au noir mais trouvé de l’argent et ce n’est pas une fortune quand même
Nuage

 

Un itinérant est puni pour un bon geste… six mois plus tard

 

Un bon geste est revenu hanter un ancien itinérant du nord du New Jersey. (Photo Archives La Presse)

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Un bon geste est revenu hanter un ancien itinérant du nord du New Jersey.

James Brady a découvert 850 $ US sur une promenade de la ville de Hackensack, en avril dernier, et a remis le tout à la police. L’homme s’est finalement vu remettre la somme, six mois plus tard, après que personne n’eut contacté les autorités pendant la période d’attente prévue.

Récemment, le quotidien The Record a rapporté que M. Brady s’était vu refuser des prestations d’aide sociale et d’assurance-maladie par le département des Services sociaux de la ville, et ce jusqu’au 31 décembre, parce qu’il n’avait pas déclaré les 850 $ US comme un revenu qu’il aurait reçu.

Au dire du directeur des Services sociaux, il ne s’agit là que du respect des règles.

M. Brady vivait dans la rue lorsqu’il a découvert l’argent, mais a depuis trouvé un logement. Il a fait les manchettes partout aux États-Unis pour avoir remis la somme à la police, malgré ses propres problèmes financiers.

http://www.lapresse.ca