Sur 17.000 portefeuilles perdus dans le monde, combien ont été rendus ?


Une étude un peu étrange, mais intéressante ! De temps à autre, on lit des anecdotes de portefeuilles ou sac à main rendu au propriétaire. Il semble que le meilleur moyen pour retrouver son portefeuille soit d’avoir de l’argent dedans et plus s’il y a une clé. Il y a plus de gens honnête que l’on croit ? Peut-être pas, mais par contre, il se peut que le sens moral est plus fort que de voler le contenu. Malheureusement, le Canada est en 17e position ….
Nuage


Sur 17.000 portefeuilles perdus dans le monde, combien ont été rendus ?

Existe-t-il des pays où l’on est plus honnête qu’ailleurs ? où vous retrouverez à coups sûrs votre portefeuille si vous le perdez ? La question peut sembler absurde mais pourtant des chercheurs ont réussi à établir un classement des endroits où le sens civique est plus prononcé. Toutefois, leur étude révèle quelques surprises. 

L’honnêteté a beaucoup été étudiée par les psychologues et les économistes, mais rarement dans la vie réelle, et jamais dans 40 pays à la fois. Une équipe de chercheurs a testé le civisme de milliers de personnes à qui étaient confiées un portefeuille « perdu ».

Les résultats, publiés jeudi dans Science, révèlent des différences flagrantes entre les pays, la Suisse et les nations scandinaves étant les plus honnêtes, tandis que Chine, Maroc, Pérou et Kazakhstan ferment le classement.

Mais un phénomène remarquablement similaire a été observé dans quasiment tous les pays : plus le montant dans le portefeuille augmentait, plus les gens contactaient son propriétaire. En moyenne, 40 % des portefeuilles sans argent ont été rendus, contre 51 % de ceux contenant de l’argent. La malhonnêteté n’augmente apparemment pas avec le montant du gain potentiel du vol, contredisant la vision d’un être humain purement motivé par l’intérêt matériel.

Un altruisme… pas très honnête

Pour l’équipe de chercheurs, des universités de Zurich, du Michigan et de l’Utah, ces travaux et des sondages complémentaires démontrent deux ressorts fondamentaux du comportement humain : l’altruisme mais aussi le rôle moteur de l’image de soi et de la peur de se voir en voleur. 

« Quand les gens peuvent profiter grandement d’un comportement malhonnête, le désir de tricher augmente, mais le coût psychologique de se voir soi-même comme un voleur augmente aussi – et parfois, celui-ci domine celui-là », écrivent les auteurs.

Le contenu d'un portefeuille utilisé pour l'expérience menée dans 40 pays: des cartes de visite, une liste de course, une clé et de l'argent. © Christian Zünd, Science, AFP

Le contenu d’un portefeuille utilisé pour l’expérience menée dans 40 pays: des cartes de visite, une liste de course, une clé et de l’argent. © Christian Zünd, Science, AFP

L’expérience, qui a coûté 600.000 dollars, est inédite par son ampleur. Plus de 17.000 portefeuilles identiques ont été déposés par des assistants de recherche aux comptoirs de diverses institutions (hôtels, banques, commissariats..), environ 400 fois par pays. Ils déclaraient à un employé avoir trouvé le portefeuille par terre et lui demandait de s’en occuper, avant de filer. Chaque portefeuille, en plastique transparent, contenait trois cartes de visite (avec adresse mail), une liste de course, une clé et soit aucun argent, soit l’équivalent en pouvoir d’achat et en monnaie locale de 13,45 dollars.

La Suisse, en haut du classement

La proportion de portefeuilles rendus a dépassé 70 % en Norvège et en Suisse. En Chine, moins de 10 % des employés l’ont fait pour un portefeuille vide, et plus de 20 % quand il y avait des Yuans. Aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Pologne, les chercheurs ont aussi fait l’expérience avec 94,15 dollars, dopant les retours à… 72 %.

Preuve de l‘altruisme, des portefeuilles déposés sans clé étaient moins rendus.

« Quand il y a de l’argent, les gens ont soudain l’impression de voler, et l’impression est encore plus forte quand le montant augmente », dit Christian Zünd, doctorant à l’université de Zurich.

La richesse ou pauvreté relative ne suffit pas à expliquer les différences entre pays, précise Alain Cohn, professeur à l’université du Michigan.

Ramener un portefeuille ? Plus souvent s'il contient de l'argent. © Simon Malfatto, AFP

Ramener un portefeuille ? Plus souvent s’il contient de l’argent. © Simon Malfatto, AFP

Les valeurs culturelles locales et le système politique semblent influer. Par exemple, plus les liens familiaux sont historiquement forts dans un pays, moins les portefeuilles étaient rendus — l’Italie apparaît moins civique que la France. C’est peut-être parce que les gens sont plus habitués à se préoccuper de leur petit groupe que d’inconnus, suppose Christian Zünd. L’équipe a aussi demandé à 279 économistes de prédire si les portefeuilles garnis seraient plus ou moins rendus. Moins d’un sur trois a prédit correctement le résultat.

Ce qui fait dire à Alain Cohn que « même les experts ont une vision trop pessimiste des motivationsd e gens ».

Les gens sont plus moraux que l’on ne croit ; les pouvoirs publics feraient mieux de s’en inspirer pour manier plus de carottes morales et moins de bâtons, dit-il. Quant à la première place de la Suisse, d’où viennent trois des quatre coauteurs, Alain Cohn répond :

« Bien sûr, nous étions heureux de voir la Suisse en haut du classement ».

CE QU’IL FAUT RETENIR

  • Des chercheurs ont évalué le degré de civisme, dans 40 pays, auprès de milliers de personnes auxquelles ils ont confié un portefeuille perdu.

  • Plus le portefeuille contenait de l’argent, plus les gens contactaient son propriétaire ; ceux sans clé étaient moins rendus.

  • Mais les ressorts de cet altruisme n’étaient peut-être pas toujours mus par l’esprit civique mais par l’image négative renvoyée à soi-même en tant que voleur.

  • Ce qui fait dire à l’un des chercheurs que le sens moral des gens est sans doute plus fort qu’on ne le pense.

https://www.futura-sciences.com

L’honnêteté


L’honnêteté est un atout inestimable pour garder la tête haute, même si cela demande des sacrifices
Nuage

 

L’honnêteté

 

L’honnêteté te fera sûrement perdre des gens, mais te permettra de garder tes valeurs

Alexandra Julien

Les gauchers pensent et ressentent les choses différemment


Il existe de 10 à 15 % de gaucher (Mon petit frère en fait partie) et cela existe depuis fort longtemps donc, cela serait génétique.Le cerveau ne fonctionne pas comme un droitier, les scientifiques émettent bien des hypothèses. Cependant, ils sont certains qu’il y a des différences physiologique et neurologique en rapport aux droitiers
Nuage

 

Les gauchers pensent et ressentent les choses différemment

 

Le Huffington Post  |  Par Carolyn Gregoire

    Jusqu’à une époque relativement proche, la particularité des gauchers était considérée comme un défaut, voire une tare. Ils étaient obligés d’apprendre à écrire de la main droite, ce qui les plaçait souvent dans une position très défavorable.

    Bien entendu, nous savons aujourd’hui qu’il n’y a rien de mal à être gaucher. Comme le psychologue Stephen Christmas, de l’université de Toledo, l’a expliqué au magazine Scientific American, rien ne prouve que les gauchers soient naturellement désavantagés sur le plan physique ou psychologique. D’abord ils constituent environ 10 à 15 % de la population mondiale depuis des milliers d’années. Le fait que cette particularité se soit transmise de génération en génération suggère qu’elle ne constitue pas un handicap au niveau évolutif, comme le pensaient naguère beaucoup de spécialistes.

    Cependant, la main avec laquelle on écrit est liée à certaines spécificités physiologiques et neurologiques. La recherche est alors incomplète, mais voici ce que nous savons sur les particularités cognitives et psychologiques des gauchers :

    Ils réfléchissent peut-être plus vite

    Les gauchers pourraient accéder aux hémisphères de leur cerveau plus rapidement et plus efficacement.

    D’après une étude australienne publiée en 2006 dans la revue Neuropsychology, les connexions entre les hémisphères du cerveau sont plus rapides chez les gauchers, ce qui se traduit par un traitement plus rapide de l’information. Les auteurs de l’étude en question ont confié aux participants une tâche qui leur permettait de mesurer le temps de transfert entre les hémisphères, et une autre qui nécessitait de se servir des deux hémisphères en même temps.

    Ces travaux ont démontré que les gauchers traitaient l’information plus rapidement d’un hémisphère à l’autre, un atout cognitif qui pouvait les avantager dans des activités comme les jeux vidéo ou le sport.

    Ils privilégient peut-être le côté gauche quand ils doivent prendre une décision

    Votre préférence manuelle pourrait influer sur la façon dont vous analysez des concepts abstraits, comme les valeurs, l’intelligence et l’honnêteté. Selon une étude de 2009 de l’université de Stanford, gauchers et droitiers favorisent peut-être leur côté dominant. Les participants étaient invités à regarder deux colonnes d’illustrations, puis dire lesquelles leur paraissaient les plus joyeuses, honnêtes, astucieuses et séduisantes. Les gauchers choisissaient spontanément les illustrations de la colonne de gauche, et les droitiers, celles de la colonne de droite.

    «Les gauchers pensent implicitement que les choses agréables sont du côté gauche, et les mauvaises, du côté droit, même quand la langue et la culture leur disent exactement le contraire», indiquait l’auteur principal de cette étude, Daniel Casasanto.

    Ils sont meilleurs dans certains sports

    Bien que les gauchers représentent moins de 15 % de la population, 25 % des joueurs de baseball professionnels sont gauchers. Pourquoi? Peut-être parce qu’ils ont un temps de réaction inférieur à celui des droitiers, comme l’a démontré l’étude australienne de 2006 citée plus haut.

    Mais il y a une autre raison. Différents chercheurs se sont aperçus que les gauchers semblaient avoir beaucoup plus de facilité dans les sports interactifs, comme la boxe, l’escrime, le tennis et le baseball, mais pas les activités solitaires, comme la gymnastique ou le plongeon. Peut-être parce qu’en raison de leur posture physique singulière, ils parviennent à décontenancer les droitiers qui ont l’habitude d’affronter d’autres droitiers.

    Leur cerveau gère peut-être les émotions différemment

    Votre préférence manuelle pourrait déterminer la manière dont votre cerveau traite les émotions. Une étude de 2012 publiée dans la revue PlaS ONE indique que la motivation des gauchers se traduit par une plus grande activité dans l’hémisphère droit, contrairement à ce qui se passe chez les droitiers.

    Ceci pourrait avoir des conséquences importantes dans le traitement de l’anxiété et des troubles de l’humeur, que l’on soigne parfois en stimulant le cerveau pour augmenter l’activité neuronale dans l’hémisphère gauche.

    «Au vu de nos conclusions, ce traitement, qui soulage les droitiers, pourrait faire du tort aux gauchers, ce qui n’est évidemment pas du tout l’effet recherché», a déclaré l’un des auteurs de l’étude, Geoffrey Brookshire.

    Les gauchers pourraient être plus créatifs

    De nombreux experts et diverses études suggèrent l’existence d’un lien entre le fait d’être gaucher et la créativité. Est-ce vraiment le cas? Certaines études ont en tout cas démontré que les gauchers étaient plus doués pour la pensée divergente (la capacité à trouver plusieurs solutions pour un même problème), une caractéristique cognitive de la créativité. Cependant, il convient de noter que ces études établissent une corrélation, et non une causalité. Ces conclusions ne sont donc pas véritablement probantes.

    Une autre possibilité, avancée par le psychologue Chris McManus, de l’University College de Londres, dans son livre «Right-Hand, Left-Hand», est que l’hémisphère droit du cerveau des gauchers est plus développé, ce qui influerait sur la créativité.

    Enfin, une théorie tout à fait fascinante avance qu’en grandissant dans la minorité des gauchers, ce qui les distingue de la plupart de leurs camarades, certains enfants finissent par acquérir une construction mentale privilégiant l’individualité. Cet état d’esprit peut les prédisposer à développer des traits de caractère comme l’indépendance et l’anticonformisme, que les psychologues associent à la créativité et l’innovation.

  • http://quebec.huffingtonpost.ca/

Les personnes vulgaires apparaissent comme plus honnêtes


Cela expliquerait probablement l’élection de Donald Trump, mais pour ma part, une personne qui insulte et qui lance des jurons en toute occasion et ce même si c’est une personne connue du public, ne m’inspire aucune confiance,.. Bien sûr, les beaux parleurs non plus n’ont pas plus l’air plus honnête. Bref, pour moi, Donald Trump est un vrai mystère le pourquoi qu’il soit devenu Président
Nuage

 

Les personnes vulgaires apparaissent comme plus honnêtes

 

Donald Trump | Gage Skidmore via Flickr CC License by

Donald Trump | Gage Skidmore via Flickr CC License by

Repéré par Xavier Ridel

C’est le résultat d’une nouvelle étude qui explique en partie l’élection de Trump.

Quelqu’un qui jure beaucoup serait-il jugé plus honnête que les autres? C’est la question à laquelle tente de répondre une étude, relayée par Mashable.

«Nous avons trouvé une relation cohérente entre les jurons et l’honnêteté, avancent ainsi les chercheurs. La vulgarité est associée à un moindre degré de mensonges au niveau individuel, et à une plus grande intégrité au niveau de la société.»

L’étude, appelée Frankly, We Don’t Give A Damn, s’est divisée en trois parties. D’abord, 276 participants ont été réunis dans une pièce, et ont dû dire s’ils juraient souvent, et s’ils se considéraient comme honnêtes. Les profils et statuts de 74.000 utilisateurs de Facebook ont ensuite été analysés, avant que les chercheurs ne se penchent sur le cas des États-Unis en tant que nation. Les résultats sont concluants, mais les chercheurs précisent:

«Dans notre article, l’honnêteté signifie l’expression authentique du soi, dans les interactions avec autrui. […] Nos conclusions ne doivent pas être interprétées comme affirmant que plus une personne est vulgaire, plus elle aura des comportements éthiques, sérieux ou moraux.»

 

L’une des nombreuses compilations d’insultes de Trump se trouvant sur Youtube

De quoi sans doute aider à expliquer la victoire de Donald Trump sur Hillary Clinton, lors de l’élection présidentielle américaine. Le candidat républicain s’est démarqué grâce à son franc-parler, jusqu’à l’insulte. Gregory Guy, professeur de linguistique à l’université de New York, n’a pas pris part à l’étude mais note à ce propos:

«L’idée que les gens interprètent le juron comme une marque de véracité est quelque chose que je trouve assez convaincant. […] On l’a vu avec Trump, qui dit des choses outrageuses. […] Les électeurs pensent que c’est là un facteur d’authenticité.»

http://www.slate.fr/

À 10 ans, il retourne un porte-feuille perdu avec une note touchante


Pour ceux qui se sentent désabusés de ce monde, voilà de quoi à redonner espoir.
Nuage

À 10 ans, il retourne un porte-feuille perdu avec une note touchante

 

Une femme de la Californie qui avait perdu son porte-feuille le mois dernier ne pensait jamais le revoir, mais c’était sans compter sur un petit garçon honnête.

Taylor Sloan a perdu son porte-monnaie, contenant une quarantaine de dollars, sa carte de débit et son permis de conduire, le 30 janvier dernier lors d’une compétition de motocross qui se tenait à Oakland, a rapporté la chaîne FOX59.

C’est Nasim, un garçon de 10 ans, a trouvé le porte-feuille sur place et qui a décidé de lui posté accompagné d’une lettre très mignonne.

«Mon nom est Nasim Lawrence et j’ai 10 ans. J’ai trouvé votre porte-feuille par terre lors du Super Motocross à Oakland. Je sais comment on se sent quand on perd quelque chose et je voulais être certain que vous retrouviez votre porte-feuille. J’espère que je vous ai fait sourire et que vous êtes heureuse de retrouver votre argent et votre carte d’identité. Je suis content que ce soit moi qui l’aie trouvé et non pas une mauvaise personne qui vous aurait volé votre argent […] Cordialement, Nasim»

Touchée

Taylor Sloan a été si touchée par le geste du petit Nasim qu’elle a envoyé la lettre à une station de radio locale qui l’a ensuite partagée sur Facebook. La publication est vite devenue virale.

http://www.tvanouvelles.ca/