Découverte de traces de pas vieilles de 800 000 ans


On rêve tous de laisser sa trace dans l’histoire, et ces gens, il y a plus de 800 000 mille ont laisser leur trace pour qu’ils puissent être redécouverts à notre époque et ainsi rajouter quelques hypothèses sur la présence humaine a cette époque
Nuage

 

Découverte de traces de pas vieilles de 800 000 ans

 

Les traces humaines trouvées sur la côte est de la Grande-Bretagne

Les traces humaines trouvées sur la côte est de la Grande-Bretagne Photo :  AP/British Museum

Des scientifiques britanniques ont découvert des traces de pas humains en Angleterre datant d’au moins 800 000 ans, faisant d’elles les plus anciennes empreintes trouvées hors d’Afrique et la première preuve d’une présence humaine dans le nord de l’Europe à l’époque.

Une équipe de chercheurs du British Museum, du National History Museum et de l’Université de Londres a découvert des empreintes de cinq personnes en bord de mer dans de la boue d’un ancien estuaire à Happisburg, sur la côte est du pays.

Il existe seulement deux sites plus anciens et ils sont situés tous les deux en Afrique : à Laetoli en Tanzanie, où on a retrouvé des traces datées de 3,5 millions d’années, et à Koobi Fora au Kenya (1,5 million d’années).

L’archéologue du British Museum, Nick Ashton, a qualifié la découverte – annoncée vendredi et publiée dans la revue scientifique PLoS ONE – « d’exceptionnelle » et de « lien tangible avec nos premiers parents humains ».

Conservées dans des couches de limon et de sable pendant des millénaires avant d’être exposées par la marée basse l’année dernière, les traces ont été rapidement photographiées et analysées, notamment à l’aide d’un balayage 3D.

Ces traces proviennent d’un groupe comprenant au moins deux enfants et un adulte de sexe masculin. Les individus pourraient être une famille se nourrissant sur les rives d’une rivière que les scientifiques croient être l’ancienne Tamise, à côté de prairies où vivaient bisons, mammouths, hippopotames et rhinocéros.

Les chercheurs pensent que les humains qui ont laissé les empreintes pourraient s’apparenter à l’Homo antecessor, dont les restes fossilisés ont été trouvés en Espagne et qui a disparu il y a environ 800 000 ans.

M. Ashton estime que les empreintes datent d’il y a 800 000 ans à 1 million d’années. Elles seraient ainsi au moins 100 000 ans plus anciennes que les premières preuves de vie humaine précédemment découvertes en Grande-Bretagne.

Il s’agit d’une découverte importante, car il y a 700 000 années, la Grande-Bretagne avait un climat chaud de style méditerranéen. La période antérieure était beaucoup plus froide, semblable à la Scandinavie moderne.

« Cela nous fait reconsidérer la capacité de ces premiers peuples à faire face à des conditions un peu plus froides qu’aujourd’hui », affirme l’archéologue du Natural History Museum, Chris Stringer.

« Peut-être qu’ils avaient des adaptations culturelles au froid il y a 900 000 ans que nous n’avions même pas jugées possibles. Portaient-ils des vêtements? Avaient-ils fait des abris, des brise-vent et ainsi de suite? Utilisaient-ils le feu à l’époque? », poursuit-il.

Cette découverte arrive à point pour le British Museum, dont la nouvelle exposition intituléeGrande-Bretagne: un million d’années d’histoire humaine doit débuter la semaine prochaine.

http://ici.radio-canada.ca/