Ötzi, la plus vieille affaire criminelle enfin élucidée


Le plus vieux crime du monde à intéressé, un inspecteur qui a étudié le cas. La victime : Ötzi, alias l’homme de glaces, mort il y a 5.300 ans. Endroit : Entre la frontière de l’Autriche et de l’Italie. Indice : une flèche dans le dos. Pourquoi : Possiblement la vengeance. Suspect : Une ou des personnes de son propre village. Accusation : Aucune.
Nuage

 

Ötzi, la plus vieille affaire criminelle enfin élucidée

 

© reuters.

En 1991, le corps momifié d’un homme est retrouvé parfaitement conservé dans les glaces des Alpes austro-italiennes. Le début d’une longue enquête policière…

Ötzi, « l’homme des glaces », a donc été assassiné d’une flèche dans le dos il y a… 5.300 ans, c’est du moins le verdict d’une longue investigation menée par la police de Munich, relate le New York Times, relayé par Le Courrier international. 

3.300 avant Jésus-Christ

L’inspecteur Alexander Horn avait en effet été contacté par le Musée archéologique de Bolzano (nord-est de l’Italie) pour tenter de faire toute la lumière sur cette énigme antédiluvienne: découvrir les causes de la mort d’Ötzi, tué dans les Alpes de l’Ötztal (dont il tire son nom), à la frontière entre l’Italie et l’Autriche, vers 3.300 avant Jésus-Christ.

Ötzi, 45 ans

Selon les conclusions de cette enquête aussi minitieuse qu’inédite, Ötzi devait avoir 45 ans, « soit un âge respectablement vieux pour le Néolithique », mesurait 1,65 mètre et pesait 50 kilos. Il aurait été impliqué dans une violente dispute dans son village et en serait sorti vainqueur avant de déplacer son campement en altitude.

Une flèche dans le dos

Il aurait été surpris par un archer qui lui aurait décoché une flèche dans le dos « à une distance d’environ 30 mètres ». Rien ne semble démontrer que la victime s’attendait à subir des représailles car elle venait de prendre un repas chaud autour du feu peu de temps avant sa mort. Il s’agit donc bel et bien d’un assassinat motivé par la vengeance d’un villageois. 

Évolution relative

Malheureusement, le coupable, lui, ne sera sans doute jamais retrouvé:

« Tant dans la vie que dans la mort, l’Homme des glaces semble étrangement familier à ses descendants modernes », souligne Katharina Hersel, directrice adjointe du musée de Bolzano. « On continue de se tuer les uns les autres, peut-être n’y a-t-il pas eu tant d’évolution que ça après tout… »

http://www.7sur7.be/

L’homme des glaces Ötzi avait mangé du lard avant de mourir


Après 5 000 ans, les scientifiques peuvent savoir ce qu’ Ötzi a mangé avant d’être tué par une flèche » Une découverte qui démontre aussi qu’à cette époque lointaine, ils avaient la technique du séchage de viande
Nuage

 

L’homme des glaces Ötzi avait mangé du lard avant de mourir

 

Le fait qu'Ötzi avait mangé du bouquetin avant... (Andrea Solero, archives AFP)

Le fait qu’Ötzi avait mangé du bouquetin avant d’être tué par une flèche il y a plus de 5000 ans sur les hauteurs de la vallée de l’Ötz, à 3210 mètres d’altitude, était connu depuis 2011. Mais les chercheurs pensaient jusqu’à présent qu’il s’agissait de viande cuite.

ANDREA SOLERO, ARCHIVES AFP

Agence France-Presse
Vienne

 

L’homme des glaces Ötzi, dont la dépouille momifiée fut découverte en 1991 dans un glacier alpin à la frontière entre l’Italie et l’Autriche, avait probablement mangé du lard de bouquetin peu avant sa mort, a annoncé le directeur de l’institut chargé des recherches sur la momie.

« Il a mangé en dernier une viande très grasse et séchée, sans doute une sorte de lard », a déclaré le directeur de cet institut basé à Bolzano (Italie), Albert Zink, lors d’une conférence à Vienne mercredi soir.

Le fait qu’Ötzi avait mangé du bouquetin avant d’être tué par une flèche il y a plus de 5000 ans sur les hauteurs de la vallée de l’Ötz, à 3210 mètres d’altitude, était connu depuis 2011. Mais les chercheurs pensaient jusqu’à présent qu’il s’agissait de viande cuite.

Or de nouvelles études moléculaires du contenu de son estomac ont établi qu’il s’agissait de viande séchée.

Celle-ci « conserve ses fibres », tandis que « ces structures sont détruites à la cuisson », souligne M. Zink.

Cette découverte prouve qu’Ötzi ou ses proches maîtrisaient la technique du séchage de la viande, disposant ainsi de la possibilité de conserver et de transporter celle-ci sans qu’elle ne se détériore, relève-t-il.

Découvert par des randonneurs le 19 septembre 1991, le corps et les équipements remarquablement conservés d’Ötzi sont une mine de renseignements inégalée pour les chercheurs.

L’analyse de bactéries trouvées dans son estomac a notamment suggéré qu’une grande vague migratoire du Proche-Orient vers l’Europe était survenue plus récemment qu’estimé auparavant.

La dépouille d’Ötzi, conservée au musée de Bolzano, attire quelque 260 000 visiteurs par an.

http://www.lapresse.ca/

Une fin encore plus brutale pour Ötzi


La science d’aujourd’hui on réussit a établir les causes de la mort de l’homme des glaces Ötzi. Il a dû souffrir avant sa son dernier souffle mais qui aurait dit qu’on aurait su une partie de son histoire de plus de 5000 ans
Nuage

 

Une fin encore plus brutale pour Ötzi

 

Reconstitution d'Ötzi

Reconstitution d’Ötzi  Photo :  South Tyrol Museum of Archaeology

Les derniers moments d’Ötzi furent encore plus tragiques que ce que les scientifiques avaient imaginé à ce jour : il aurait également subi des coups à la tête avant sa mort.

La momie de l’homme de 45 ans mort il y a 5300 ans a été découverte dans les glaces à 3200 mètres d’altitude à la frontière entre l’Autriche et l’Italie en 1991. Il avait été établi depuis qu’il était mort au bout de son sang après qu’une pointe de flèche eut traversé son omoplate pour atteindre une artère du bras.

Un examen du cerveau d'Ötzi Photo :  Krankenhaus Bozen

Or, de nouvelles analyses menées par une équipe européenne montrent qu’il a aussi reçu des coups à la tête qui ont formé des caillots au cerveau.

Le chercheur Frank Maixner de l’EURAC (European Academy of Bolzano/Bozen) et ses collègues en viennent à cette conclusion grâce à l’utilisation d’une nouvelle technique qui permet d’analyser les protéines contenues dans les cellules des tissus.

Ils ont ainsi extrait de son cerveau deux petits morceaux de la taille d’une tête d’épingle à partir de petits trous déjà existants.

Lors de sa découverte, deux zones sombres avaient été remarquées à l’arrière de sa tête, mais aucune investigation n’avait été réalisée jusqu’à aujourd’hui.

Cette technique pourra également être utilisée pour mener des tests sur d’autres momies.

En février 2012, des chercheurs avaient annoncé qu’ils avaient décrypté complètement le génome d’Ötzi. Les données montrent qu’il avait les yeux bruns, qu’il était du groupe sanguin O et qu’il était intolérant au lactose. De plus, il possédait des variations génétiques liées au durcissement des artères, ce qui explique peut-être les dépôts de calcium observé lors des examens par imagerie magnétique.

En 2008, des scientifiques avaient réalisé le séquençage du génome mitochondrial de l’homme et avaient établi qu’il contenait des mutations génétiques qui ne sont pas présentes dans les populations actuelles. Son chromosome Y possède des mutations qui se rapprochent de celles retrouvées chez les hommes vivant en Corse et en Sardaigne. Peut-être que son peuple aurait vécu dans toute l’Europe avant de s’éteindre ou de se métisser avec d’autres groupes, sauf sur ces deux îles.

Le saviez-vous?
En 2010, deux experts néerlandais avaient reconstitué le visage et le corps d’Ötzi. Les frères Adrie et Alfons Kennis ont ainsi répondu à l’invitation du Musée archéologique du Tyrol du Sud, en Italie, qui consacre une exposition à l’homme des glaces.

http://www.radio-canada.ca