Le Saviez-Vous ► Pourquoi certains animaux hibernent et d’autres pas ?


Les animaux qui hibernent ont un récepteur insensible au froid, je profite aussi de ce billet pour faire la différence entre hibernation et hibernation. Comme les marmottes dorment tout l’hiver, ils sont en hibernation, alors que les ours peuvent se réveiller durant l’hiver, ils sont donc dans un état d’hibernations
Nuage

 

Pourquoi certains animaux hibernent et d’autres pas ?

 

Ecureuil en hibernation

Spermophile rayé (Ictidomys tridecemlineatus) en train d’hiberner.

GRACHEVA LAB

Par Hervé Ratel

En hiver, certains animaux hibernent et d’autres en sont incapables. Qu’est-ce qui les distingue? La réponse se niche au cœur des cellules, a découvert une équipe américaine.

Difficile de s’endormir quand il fait froid. Tout notre corps semble programmé pour ressentir les basses températures et nous faire grelotter, nous empêchant de sombrer dans un sommeil profond qui pourrait nous être fatal si le mercure chute trop drastiquement. Pourtant, certains animaux y parviennent aisément. Durant l’hiver, ils entrent dans un état d’hypothermie contrôlée qui leur permet de conserver leur énergie aux moments où il est difficile de trouver de quoi se remplir le ventre. Qu’est-ce qui distingue ces animaux hibernants*, marmottes, hérissons et certains hamsters, de ceux qui ne le sont pas? Une équipe de chercheurs de l’université Yale (États-Unis) s’est penchée sur les cellules de plusieurs rongeurs afin de déterminer si la capacité à hiberner ne dépendrait pas de facteurs moléculaires.

Plus spécifiquement, ils ont regardé l’expression du TRPM8, un récepteur à la surface de certains neurones et dont on sait qu’il joue un rôle essentiel dans la perception du froid. Il est ainsi activé dès que la température descend en dessous d’un certain seuil. Mais il l’est également en face d’un froid “agréable“, par exemple quand on suce une pastille au menthol.

Un récepteur moins sensible au froid

Or, ce que les chercheurs ont découvert c’est que ce récepteur est moins sensible au froid chez les rongeurs qui hibernent. Alors que chez les souris, son activité augmente quand la température chute de 30 à 10°C, le TRPM8 des hibernants reste, lui, inactif. Une désensibilisation qui pourrait être considérée comme un désavantage, mais qui permet, au contraire, aux animaux qui en sont porteurs de supporter ces moments critiques où la nourriture se fait rare et qu’il vaut mieux ne pas mettre la truffe dehors et roupiller tranquille en attendant le dégel.

* Contrairement aux idées reçues, l’ours n’hiberne pas. Sa température corporelle reste stable et il peut être facilement réveillé durant hiver. On dit plutôt qu’il hiverne.

https://www.sciencesetavenir.fr/

Il y a une distinction à faire entre les verbes hiberner et hiverner.

Il y a une distinction à faire entre les verbes hiberner et hiverner. En effet, selon l’Office québécois de la langue française (OQLF),

 hiberner s’emploie en parlant de certains animaux pour dire qu’ils passent l’hiver dans un état d’engourdissement ou de profonde léthargie, tandis que le verbe hiverner signifie « passer l’hiver à l’abri, dans un lieu quelconque ».

 Ce dernier terme était utilisé pour parler de navires, de troupes, qui devaient passer l’hiver dans un lieu protégé en attendant la belle saison. Hiverner peut également se dire d’animaux qui vont se réfugier dans un abri ou dans un lieu tempéré sans être pour autant en hibernation.

Exemples :

– La marmotte, qui a hiberné tout l’hiver, est sortie de son terrier dernièrement.

– Prisonnier des glaces, le navire dut hiverner dans la baie.

– Les oiseaux hivernent dans des régions plus chaudes.

http://www.lacsq.org

Ces tortues respirent par leur anus pour survivre dans le froid


Quand je suis arrivée dans l’Outaouais, on m’avait parlé qu’ils y avaient des tortues. Comment des tortues peuvent vivre avec nos hivers ? Et pourtant, j’en ai vu, de vraie tortue qui se réchauffaient sur un rocher au soleil. Ces espèces des tortues ont des poumons et respirent comme n’importe quel animal, mais en hibernation, elles ont un atout vraiment inusité
Nuage

 

Ces tortues respirent par leur anus pour survivre dans le froid

 

Marie-Céline Jacquier
Journaliste

En hiver, des tortues aquatiques, comme la tortue peinte, au Canada, hibernent dans l’eau des rivières, lacs et étangs, sous la glace. Ectothermes, elles n’ont pas besoin de chauffer leur corps. Et pour respirer… elles utilisent leur anus et leur cloaque : c’est la respiration cloacale.

Quand il fait froid, notre organisme utilise de l’énergie pour maintenir sa température constante. Ce n’est pas le cas des tortues, qui sont ectothermes : leur température corporelle dépend de la température extérieure. Dans l’eau froide, en hiver, la température du corps de l’animal, qui hiberne, reste relativement stable. Le métabolisme des tortues est ralenti et nécessite moins d’énergie et d’oxygène. Mais comment celles-ci respirent-elles quand elles hibernent dans l’eau sous la glace ?

Sur le site The Conversation, Jacqueline Litzgus, professeur de biologie à l’université Laurentienne (Canada), nous livre quelques-uns des secrets des tortues aquatiques. Dans l’Ontario, les hivers sont longs et beaucoup de tortues sont inactives pendant plus de la moitié de leur vie. L’équipe de Jacqueline Litzgus étudie des espèces de tortues qui vivent et hibernent dans l’eau. Beaucoup d’entre elles sont menacées d’extinction.

Une respiration cloacale adaptée aux faibles besoins en oxygène

Les tortues possèdent des poumons pour utiliser l’oxygène de l’air, mais elles ne s’en servent pas pendant l’hibernation. Quand elles hibernent sous la glace, elles absorbent l’oxygène de l’eau grâce aux surfaces de leur corps sur lesquelles affleurent des vaisseaux sanguins. Cela suffit pour leur apporter la quantité d’oxygène nécessaire à leurs faibles besoins. Une région du corps de la tortue est très vascularisée : le derrière. Les tortues respirent donc grâce à leurs régions anale et cloacale…

Au cours de l’hiver, l’oxygène peut manquer dans un étang. Certaines tortues comme la tortue peinte, une espèce d’Amérique du Nord, peuvent alors s’accommoder de cette situation en adaptant leur métabolisme, de manière à ne plus avoir besoin d’oxygène du tout. Au printemps, ces tortues anaérobies, pleines de crampes, s’exposent au soleil pour augmenter leur température corporelle, activer leur métabolisme et éliminer les acides produits.

http://www.futura-sciences.com

Les ours ne dorment plus et les lièvres sont morts de peur


 

Si l’absence de grands froids et de neige fait le plaisir des uns, il fait aussi le malheur des autres, c’est aussi vrai dans le monde animal.
Nuage

 

Les ours ne dorment plus et les lièvres sont morts de peur

 

Les ours sont plus grognons, les orignaux sont attaqués par des tiques, les chevreuils s’empiffrent d’herbe et les lièvres blancs courent pour leur vie comme jamais. Ce mois de décembre anormalement chaud dérègle le monde animal.

«Les ours ne dorment pas, mais il n’y a plus de petits fruits dehors. Est-ce qu’ils auront assez de nourriture?» s’inquiète Bruno Dumont, directeur de la faune à la Fédération des pourvoiries du Québec (FPQ).

«Les ours, a rappelé Bruno Dumont, aiment se laisser enterrer par la neige sous un arbre renversé.»

Proies faciles

Difficile d’hiverner ainsi, vu que la neige n’a pas recouvert tout le Québec.

La chaleur est aussi problématique pour les orignaux dans le sud-ouest du Québec.

«L’orignal vit dans un écosystème affecté», a résumé Bruno Dumont.

La tique d’hiver continue de s’y agripper et d’en sucer le sang, puisqu’elle n’est pas paralysée par le froid ni ensevelie sous la neige. Les orignaux perdent leurs poils à force de se gratter pour s’en débarrasser. Certains meurent.

Quant aux lièvres, ils ont de quoi trembler de peur. Chaque fin d’automne, le pelage de ces petits mammifères devient blanc pour qu’ils puissent se camoufler dans la neige pendant l’hiver. Résultat cette année: ils «brillent» dans des forêts sans neige. Leurs prédateurs et les chasseurs les repèrent de loin.

«Les chasseurs qui ont un peu de loisirs vont peut-être aller faire un petit tour dans les bois», estime Daniel Blanchard, président du Club de chasse, pêche et tir de Farnham.

Être une proie aux poils blancs ces jours-ci «n’est pas excellent», compatit Daniel Fortin, professeur au Département de biologie de l’Université Laval.

Il n’y a cependant pas de quoi s’angoisser pour la survie des lièvres, car, même s’ils passent un sale quart d’heure, ils se reproduisent trois ou quatre fois par an.

«Je ne m’inquiète pas trop pour eux. Je vais bien dormir ce soir», a-t-il dit en souriant.

De l’herbe à profusion

Pour l’instant, l’absence de neige fait quand même des heureux. Les chevreuils et les dindons sauvages n’ont qu’à se baisser pour manger de l’herbe.

«Ils n’ont pas besoin de gratter la neige», a dit Bruno Dumont de la FPQ.

Les écureuils, eux, se gavent tellement que certains deviennent obèses cette année, constate Patricia Presseau, directrice des collections du zoo Écomuseum à Sainte-Anne-de-Bellevue.

«Le sol n’est pas gelé, alors ils continuent à manger des matières végétales au sol», a-t-elle expliqué.

http://www.tvanouvelles.ca/