Certains jeux vidéo endommageraient le cerveau


Longtemps, on disait que les jeux vidéo sont nocifs, puis les chercheurs ont trouvé des points positifs pour le cerveau. Aujourd’hui, on cible des jeux vidéo qui seraient nocif pour le cerveau et pourraient même amener certaines personnes à des maladies neurologiques et psychologiques
Nuage

 

Certains jeux vidéo endommageraient le cerveau

 

Certains jeux vidéo endommageraient le cerveau

Photo Fotolia

 

Agence QMI

 

Certains types de jeux vidéo, et plus précisément, les jeux de tir à la première personne, endommageraient le cerveau, selon une étude du Centre de recherche en neuropsychologie et cognition de Montréal.

«Notre étude a permis de constater qu’il y avait une atrophie d’une partie du cerveau qui s’appelle l’hippocampe chez 85 % des joueurs, mais ce n’est pas pour tous les jeux», a expliqué en entrevue Véronique Bohbot, chercheuse à l’Institut Douglas et à l’Université McGill.

Les jeux d’action, particulièrement ceux de tir à la première personne, comme «Call of Duty» «Doom», «Quake» et plusieurs autres, vont stimuler une partie du cerveau qu’on appelle les noyaux caudés au détriment de l’hippocampe.

L’hippocampe est une partie du cerveau impliquée dans les déplacements dans l’environnement, la mémoire en générale, et la mémoire des événements.

«Beaucoup d’études ont montré que lorsqu’il y a une atrophie de l’hippocampe, cela est un facteur de risque pour plusieurs maladies neurologiques et psychologiques. On parle de la dépression, la schizophrénie, ou même la maladie d’Alzheimer», a indiqué Mme Bohbot en entrevue à 100 % Nouvelles.

Les gens qui ont un hippocampe plus petit sont plus à risque d’avoir un diagnostic de maladie d’Alzheimer, notamment.

«En plus, les patients qui ont la maladie d’Alzheimer ont de plus gros noyaux caudés, cette même structure observée chez les gens qui jouent à des jeux de tir à la première personne», a ajouté la chercheuse.

Les individus observés pour cette recherche jouaient en moyenne 1 heure par jour, alors que plusieurs joueurs dépassent largement cette durée.

«Il y a des gens qui jouent jusqu’à 5 à 6 heures par jour. Les gens qui sont accros vont jouer plus de 10 heures», a précisé Mme Bohbot.

«Si le joueur a un risque génétique, ou un risque qui dépend de l’environnement (jouer à des jeux de tir à la première personne) va vraiment augmenter les risques de maladies», a ajouté la chercheuse.

D’autres types de jeux vidéo sont toutefois bénéfiques pour la santé. Les jeux de plateforme comme «Super Mario Bro 64» vont stimuler l’hippocampe.

Les chercheurs recommandent de limiter l’utilisation de jeux de tir à la première personne à 3 heures par semaine.

«Le reste du temps si on joue à des jeux de logique, de plateforme, des jeux qui vont solliciter la mémoire spatiale sont favorables à l’hippocampe», a ajouté Mme Bohbot.

La recherche a été publiée dans la revue «Molecular Psychiatry».

http://fr.canoe.ca/

Publicités

6 règles d’or pour que votre cerveau continue de fabriquer de nouveaux neurones


Peu importe l’âge que nous avons, des neurones meurs alors que d’autres sont en fabrication. Il y a quand même des conditions pour améliorer cette fabrique de neurones. Elles sont simples, comme une bonne alimentation, activité physique, voir des gens, apprendre des choses utiles etc ..
Nuage

 

6 règles d’or pour que votre cerveau continue de fabriquer de nouveaux neurones

 

Cerveau : 6 règles d'or pour continuer à fabriquer des neurones

Représentation d’un neurone sur fond noir.

© SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Par Stéphane Desmichelle

Saviez-vous que, à n’importe quel âge, votre cerveau a le pouvoir de fabriquer en permanence de nouveaux neurones ? A condition de respecter quelques principes.

La production de nouveaux neurones ne s’arrête jamais. Des chercheurs ont observé que dans une région du cerveau impliquée dans la formation des souvenirs et la gestion des émotions – l’hippocampe -, les anciens neurones étaient remplacés par d’autres, fraîchement produits à partir de cellules souches. Et chacun de nous aurait ce potentiel, quel que soit notre âge. Rassurant. Sauf que, d’après le Pr Pierre-Marie Lledo, lors de la deuxième édition du colloque S3 Odéon, les expériences chez les souris ont montré que cette capacité pouvait diminuer, voire même disparaître (en cas de stress) selon l’environnement. Au contraire, dans un environnement adapté, la neurogenèse chez les rongeurs a été multipliée par trois en quelques semaines. Le directeur du département de neurosciences à l’institut Pasteur nous livre six principes à respecter pour conserver un cerveau jeune jusqu’à la fin de ses jours.

1. Fuir la routine

Le cerveau se nourrit du changement. En effet, la stimulation provoquée par le changement entraîne les cellules souches à produire de nouveaux neurones. Il faut, selon Pierre-Marie Lledo, fuir la routine, « respecter la libido sciendi, c’est-à-dire la soif de comprendre et d’apprendre ».

2. Lutter contre l’infobésité

Le cerveau est malléable et l’information invite directement les circuits à se régénérer. En revanche, la question à se poser est : quelle information ? L’écosystème numérique dans lequel nous vivons entraîne une avalanche d’informations certes… Trop selon le médecin.

« L’information qui nous fait juste savoir est absolument délétère, et n’incite pas le cerveau à produire de nouveaux neurones. Bien au contraire, ce dernier, bombardé d’informations, est alors condamné à l’anxiété ».

Concrètement, il est indispensable de trier cette information : choisir l’utile, celle qui nous fait comprendre, et se débarrasser de la futile, celle qui nous fait juste savoir.

3. Bannir anxiolytiques et somnifères

L’objectif des anxiolytiques et des somnifères est d’empêcher le cerveau, celui qui cherche à comprendre, de fonctionner. Leur consommation permet de mettre le cerveau en « marche automatique ». Leur utilisation chronique est donc une entrave à la production de nouveaux neurones.

4. Bouger !

« Il nous faut lutter contre la sédentarité car la science nous dit que, en cas d’activité physique, les muscles produisent des susbtances chimiques (nommés facteurs trophiques) qui, par voie sanguine, viendront agir sur le cerveau et particulièrement sur la niche de cellules souches », explique le Pr Lledo.

Il existe donc une corrélation directe entre activité musculaire et production de nouveaux neurones.

5. Cultiver l’altérité

Certaines parties de notre cerveau, que nous ne pouvons pas contrôler, ne sont engagées que lorsque ne nous sommes exposé à autrui.

« C’est ce qu’on appelle globalement le cerveau social, ajoute le médecin. Plus vous allez cultiver votre altérité, et plus vous allez soigner votre cerveau car il sera enclin à produire plus de nouveaux neurones ».

6. Soigner le microbiote

Très récemment, les neurosciences, associées avec la microbiologie, ont montré qu’il y a une flore intestinale qui communique en permanence avec notre cerveau. Notre régime alimentaire a donc un rôle important : la consommation de fibres, un régime varié, incitent à la prolifération de certaines espèces bactériennes concourant justement à la prolifération de neurones. A l’inverse, une nourriture peu variée, riche en sucres, en graisses, favorise la prolifération d’espèces bactériennes qui ne permettront plus aux cellules de produire de nouveaux neurones, quel que soit l’âge.

https://www.sciencesetavenir.fr/

L’exercice physique aide à consolider les connaissances


L’exercice physique serait un atout important pour retenir des nouvelles notions. Ce qui démontre bien que tout le corps profite quand on bouge
Nuage

 

L’exercice physique aide à consolider les connaissances

 

Pour mieux se souvenir des notions que l'on vient tout juste de mémoriser, il... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

PHOTOTHÈQUE LE SOLEIL, JEAN-MARIE VILLENEUVE

La Presse Canadienne
Montréal

Pour mieux se souvenir des notions que l’on vient tout juste de mémoriser, il suffit de s’entraîner quatre heures plus tard, selon une nouvelle étude néerlandaise.

Les chercheurs ont demandé à leurs sujets de se souvenir de 90 endroits associés à des images. Ils les ont ensuite divisés en trois groupes: un groupe qui s’est entraîné immédiatement après la séance de mémorisation, un groupe qui ne s’est pas entraîné du tout et un groupe qui s’est entraîné quatre heures plus tard.

L’entraînement consistait en 35 minutes d’entraînement par intervalles à vélo.

Quand les sujets sont revenus deux jours plus tard, ceux qui s’étaient entraînés quatre heures après la séance retenaient mieux l’information que tous les autres.

Les scientifiques s’expliquent mal cet effet, mais l’exercice physique semble profiter à l’hippocampe, une région du cerveau cruciale à l’apprentissage et à la mémoire. Des expériences réalisées sur des animaux mettent aussi en cause des substances chimiques appelées catécholamines, que l’organisme produit notamment lors d’un effort physique.

Les conclusions de cette étude ont été publiées récemment par le journal scientifique Current Biology.

http://www.lapresse.ca/

Une amnésique qui épate les scientifiques


La recherche sur le cerveau est bien loin d’être finie, surtout avec cette dame qui par maladie qui a détruit une partie de son cerveau et son hippocampe a perdue tous ses souvenirs de sa vie Et sa vie était bien remplie. Pourtant, curieusement, certains souvenirs sont resté, des souvenirs plus techniques et c’est ce qui intrigue les scientifiques
Nuage

 

Une amnésique qui épate les scientifiques

 

Une amnésique qui épate les scientifiques

L’hippocampe pourrait ne pas être aussi important qu’estimé auparavant.Photo Fotolia

Elle peut vous expliquer ce qu’est un arpège mais se trouve incapable de chantonner Happy Birthday. En 2007, Lonni Sue Johnson a dû combattre une terrible maladie, une encéphalite à laquelle elle a survécu. Toutefois, cette inflammation du tronc cérébral a eu de sérieuses conséquences: elle a détruit une partie de son cerveau et notamment son hippocampe. Des lésions qui ont causé au final la perte de tous les souvenirs d’une vie.

Aujourd’hui, la femme de 64 ans, pilote d’avion, musicienne et artiste, ne se souvient plus de rien, ou presque, comme on peut le lire sur le site de l’université Johns Hopkins, à Baltimore, où Johnson est suivie. En effet, une partie de sa mémoire est restée, à la grande surprise des scientifiques.

Intrigués par son cas, des neurologues suivent l’évolution de Lonni Sue Johnson depuis son accident. Lorsque l’hippocampe est atteint, la capacité des patients à se souvenir et à  emmagasiner de nouvelles informations est fortement impactée. Sur ce point, la femme ne fait pas exception.

Depuis qu’elle travaille avec Barbara Landau et ses collègues de l’université de Johns Hopkins, elle ne les reconnaît pas. Elle ne se souvient pas de ses dix années de mariage, n’identifie plus ses peintres préférés. Mais les scientifiques ont été étonnés de découvrir qu’elle pouvait encore expliquer les techniques de l’aquarelle très précisément.

Elle pouvait même décrire comment faire décoller un avion sans même avoir repris des cours de pilotage qu’elle aurait de toute façon immédiatement oubliés. Des explications qui ne devraient pas être possibles si sa mémoire explicite était atteinte comme les chercheurs le croyaient précédemment.

DES NEUROLOGUES STUPÉFAITS

Depuis le début du suivi, l’équipe a publié différents articles. Le dernier en date, paru dans la revue Cognitive Neuropsychology, explique la complexité de la mémoire mise en avant par le cas spécial de Johnson. Après avoir prouvé les grosses pertes qu’elle a subies, les scientifiques montrent qu’il lui reste un type de mémoire bien particulier.Les chercheurs nomment cela les «connaissances déclaratives liées aux compétences». Le fait que ces connaissances soient toujours présentes suggère que ce type de mémoire pourrait bénéficier d’un traitement différent dans le cerveau.

Pour vérifier cette hypothèse, l’équipe a posé 80 questions à Lonni Johnson sur les domaines où elle excellait – l’art, la musique, le pilotage et la conduite. Étonnamment, ses réponses étaient du niveau d’expert en ce qui concerne l’art et la conduite et largement meilleures que celles des amateurs pour la musique et le pilotage.

Les résultats obtenus suggèrent que le cerveau et la mémoire seraient encore plus complexes qu’on ne le pensait jusqu’ici. L’hippocampe pourrait ne pas être aussi important qu’estimé dans le traitement d’un certain type de mémoire, mais les raisons ne sont pas encore connues.

http://fr.canoe.ca/

Cet hippocampe va donner naissance à… 2000 bébés


Le mâle expulse 2000 bébés, mais moins de 10 vivront, d’ou la neccessité pour eux d’avoir des nombreux enfants. Sans compter qu’avec la pollution, les changements climatiques, sans oublier la médecine traditionnelle chinoise, certaines espèces d’hippocampes sont menacées d’extinction
Nuage

 

Cet hippocampe va donner naissance à… 2000 bébés

 

Par Anne-Sophie Tassart

FAMILLE NOMBREUSE. Les hippocampes sont des animaux monogames et fidèles : le couple est uni pour la vie.

Le mâle possède une poche incubatrice que la femelle remplit copieusement de petits œufs que le futur père va ensuite féconder de manière interne. Au bout de quatre semaines, le mâle expulse plusieurs centaines de petits hippocampes déjà entièrement formés comme le démontre cette vidéo publiée sur le site du National Geographic. Sur les 2000 bébés relâchés ici, moins de 10 vont survivre d’où la nécessité de produire une quantité importante d’œufs.

Sur les 35 espèces d’hippocampes connues, de nombreuses sont menacées d’extinction à cause de la pollution, de la destruction de leur habitat mais aussi à cause de la médecine traditionnelle asiatique qui transforme ces petits poissons en « poudre de perlimpinpin ».

http://www.sciencesetavenir.fr/

Le Saviez-Vous ► L’hippocampe, un prédateur insoupçonné et très efficace


La plupart des prédateurs visent sur la vitesse ou leur camouflage pour attraper leur proie  Les hippocampes qui sont des animaux marins lents et semblent être peu dégourdis réussissent quand même à faire bonne chasse
Nuage

 

L’hippocampe, un prédateur insoupçonné et très efficace

 

L’hippocampe s’approche furtivement de ses proies grâce à son museau allongé. © David Littschwager

L’hippocampe s’approche furtivement de ses proies grâce à son museau allongé. © David Littschwager

Les hippocampes bougent maladroitement dans l’eau, ils n’ont pas de dents et leurs aliments de prédilection – de minuscules crustacés appelés copépodes – sont très difficiles à trouver. Alors comment ce poisson qui nage à la verticale réussit-il à attraper 90 % des proies qu’il poursuit ? Tout est dans la tête, répond Brad Gemmell, biologiste marin.

À l’aide d’un microscope équipé d’un laser et d’une caméra à haute vitesse, il a découvert que le museau de l’hippocampe permettait à celui-ci de s’approcher de sa cible sans créer de gros remous.

Cela est essentiel, car les copépodes sont aveugles et se fient aux fluctuations des courants pour savoir quand prendre la fuite.

« Les hippocampes sont considérés comme des animaux lents et passifs, explique Gemmell. Mais, en réalité, ce sont des prédateurs très efficaces.»

http://www.nationalgeographic.fr/

L’hippocampe, une forte tête qui ne fait pas de vagues


Un de plus belles créatures des mers, à mon avis est bien l’hippocampe. Cet animal marin m’a toujours passionné. Comment un animal lent peut-il se nourrir de proies plus rapides que lui
Nuage

 

L’hippocampe, une forte tête qui ne fait pas de vagues

 

Comment l'hippocampe, mauvais nageur, parvient-il à se nourrir de proies bien... (PHOTO ARCHIVES)

PHOTO ARCHIVES

Agence France-Presse
PARIS

Comment l’hippocampe, mauvais nageur, parvient-il à se nourrir de proies bien plus rapides que lui? Tout est dans la tête, répondent des chercheurs dans une étude publiée mardi par la revue Nature Communications.

«L’hippocampe est un des poissons les plus lents, mais il arrive à capturer des proies qui nagent à des vitesses incroyables pour leur taille», souligne le principal auteur de l’étude, Brad Gemmell (Université du Texas à Austin, Etats-Unis).

Il se nourrit de copépodes, de tout petits crustacés qui forment la base du plancton.

Pour attraper sa proie, l’hippocampe tourne rapidement la tête et l’aspire. L’attaque se joue en moins d’un millième de seconde, alors que le temps de réaction du copépode est de 2 à 3 millièmes de seconde. Une fois qu’il est à portée de l’hippocampe, le crustacé n’a donc aucune chance.

Le problème est que cette méthode d’aspiration ultrarapide ne peut fonctionner qu’à très courte distance (de l’ordre du millimètre). La question pour les chercheurs est donc : comment l’hippocampe fait-il pour approcher aussi près de sa proie sans se faire repérer ? Car à la course, c’est lui qui n’a aucune chance.

En eau calme, les hippocampes attrapent leur proie dans 90% des cas. «C’est extrêmement élevé», a souligné Brad Gemmell, «et nous voulions savoir pourquoi».

Son équipe a donc utilisé un système sophistiqué de vidéo 3D pour capter très finement l’action. Les images ont montré que la forme de la tête de l’hippocampe est conçue pour minimiser les perturbations de l’eau en face de sa bouche, qui pourraient trahir son approche.

Il y a une sorte de «zone sans vagues»  juste au-dessus et devant ses narines, et l’hippocampe positionne sa tête par rapport à sa proie de telle sorte qu’aucune perturbation de l’eau ne le signale. L’hippocampe est en quelque sorte un poisson furtif.

http://www.lapresse.ca