Un hibou accro au dessin sur une tablette ! (Vidéo)


Encore un oiseau qui devrait être dans son environnement naturel, cependant, il semble apprécier le travail technique
Nuage

 

Un hibou accro au dessin sur une tablette !

 

 

Le hibou qui s’initie au dessin !

Perchée sur les doigts de fée de son maître, un illustrateur japonais nommé Satsuma selon les internautes qui ont visionné 500 000 fois la vidéo depuis sa mise en ligne fin mai, la bête semble apprécier les mouvements de va-et-vient de l’artiste dessinant sur sa tablette graphique. Malgré les gestes de plus en plus accélérés de Satsuma, le hibou reste fermement accroché au stylet, se baladant ainsi tranquillement sur l’écran. Voilà un compagnon bien paisible pour travailler ! À très vite sur meltyBuzz pour de nouvelles vidéos cute d’animaux accro à la technologie !

http://www.meltybuzz.fr

Après les bars à chats, les bars à chouettes


Je trouve cela inquiétant si on commence à prendre des animaux sauvages pour faire commerce. Alors que les bars a chats sont différents étant donné qu’ils sont des animaux domestiques C’est aussi pire que les Cirques ou les zoos a mon avis. Bien sur que nous aimerions voir de près ces beaux oiseaux, mais le contact avec l’homme n’est jamais bien bon.
Nuage

Après les bars à chats, les bars à chouettes

 

Après la tendance des bars à chats, qui s'est exportée jusqu'à Paris, les... (Photo shutterstock.com)

PHOTO SHUTTERSTOCK.COM

RelaxNews

Après la tendance des bars à chats, qui s’est exportée jusqu’à Paris, les salons de thé qui développent la thématique de la chouette prennent de l’essor au Japon.

Selon le site Kotaku, les bars à chouettes, fukurou, ont commencé à éclore l’année dernière en terres nippones, mais gagnent de plus en plus d’adeptes depuis cet été alors que de nouvelles adresses développant cette thématique ouvrent leurs portes à Tokyo et Osaka.

Suite au succès de «Owl Shop» et «The Cafe with Birds», d’autres cafés-chouettes ont vu le jour à Tokyo et Osaka ces derniers mois, dans lesquels on peut venir caresser ces rapaces et déguster des gâteaux en forme d’oiseaux dans des assiettes à l’effigie de hiboux et autres tasses à gros yeux. Les petits mammifères nocturnes sont des résidents permanents des lieux et peuvent se laisser toucher et parfois porter par les clients.

Alors que le bar à chats était un concept exclusivement japonais, il s’est décliné en Europe, à Paris avec l’ouverture en grande pompe du Café des Chats, alors qu’une adresse londonienne serait en cours d’aménagement. On estime à plus de 150 le nombre de bars à chats au Japon, alors les hululements prendront-ils le pas sur les miaulements ?

Ce concept de bars animaliers a surtout la cote dans les grandes zones urbaines japonaises où la taille des appartements rend difficile la vie avec un animal de compagnie.

Il y a quelques années, ces rapaces ont connu un engouement jamais égalé grâce à la saga Harry Potter, et grâce au rôle crucial que jouait Hedwige, la chouette blanche apprivoisée du jeune sorcier.

http://www.lapresse.ca/

Une nouvelle espèce de hibou découverte en Indonésie


Les cris des hiboux sont différents selon l’espèce, ils ont donc leur propre langage ce qui permet de mieux distinguer chaque espèces et découvrir ceux qui ne sont pas encore répertorié
Nuage

 

Une nouvelle espèce de hibou découverte en Indonésie

 

L'espèce, qui pourrait être baptisée <i>Otus jolandae</i>, fait la taille d'un merle.
L’espèce, qui pourrait être baptisée Otus jolandae, fait la taille d’un merle. Crédits photo : Philippe Verbelen/Plos One

Un nouveau rapace nocturne a été identifié sur l’île de Lombok grâce à son hululement par plusieurs chercheurs indépendants.

Une nouvelle espèce de hibou du genre des petit ducs (Otus) a été découverte par des chercheurs indépendants qui ont publié mercredi dernier un article dans la revue scientifique Plos One . Cette espèce endémique ne vit qu’au nord de l’île volcanique de Lombok, près de Bali en Indonésie. Ce petit rapace nocturne fait la taille d’un merle.

On connaissait cet oiseau par des dessins et des spécimens empaillés rapportés par des collectionneurs d’animaux à la fin du 19e siècle, mais il n’avait jamais été considéré comme une espèce à part entière. Il faut dire que les espèces de hiboux sont difficiles à distinguer les unes des autres par le simple physique. Leur plumage et leur mode de vie se ressemblent beaucoup d’une espèce à l’autre au sein d’un même genre.

On sait en revanche depuis les années 70 que chaque espèce hulule de façon spécifique. Ce caractère est inné, c’est-à-dire qu’il est inscrit dans les gènes. Ces sons caractéristiques permettent aux individus d’une même espèce de se reconnaître entre eux, notamment pour trouver un partenaire.

Trois découvertes indépendantes

 

En 2003, le Suédois George Sangster et la Néerlandaise Jolanda A. Luksenburg, deux biologistes venus à Lombok pour enregistrer entre autres le chant d’une espèce d’engoulevent découvrent un hululement inconnu dans leurs enregistrements. En diffusant ce son via des enceintes, ils réussissent alors à attirer plusieurs hiboux qui semblent appartenir à une même espèce. Une observation minutieuse démontre qu’ils ont bien découvert une espèce inconnue.

En 2008, les Belges Philippe Verbelen et Bram Demeulemeester, puis, en 2011 le Néerlandais Jan van der Laan, refont indépendamment la même découverte. Lorsqu’ils découvrent leurs travaux communs, tous les chercheurs décident de s’associer pour publier ensemble leurs résultats dans la revue Plos One.

Ils proposent de lui donner le nom scientifique Otus jolandae, en hommage à sa découvreuse. Avant d’entrer en vigueur, cette proposition doit être accréditée par la Commission internationale de nomenclature zoologique (ICZN) basée à Londres. Pour un usage plus courant, les chercheurs proposent le nom de «hibou de Rinjani», du nom du volcan située au nord de l’île de Lombok.

http://www.lefigaro.fr

États-Unis Un hibou coincé dans sa voiture (Vidéo)


Trois jours emprisonné dans le grillage d’une voiture .. Ce hibou a du trouver les journées bien longues avant qu’on puisse le libéré Au moins l’oiseau semble intact de sa mésaventure
Nuage

 

États-Unis

Un hibou coincé dans sa voiture

 

TVA Nouvelles d’après CNN

Un hibou a vu la mort de près après s’être fait frappé par un véhicule utilitaire. Heureusement, l’oiseau a survécu à l’incident non pas sans rester coincé derrière le grillage devant le véhicule.

La conductrice a bien senti lorsqu’elle a percuté le volatile. Elle ne s’est pas arrêté croyant qu’il était mort sur le coup.


(Crédit photo: capture d’écran, CNN)

 

«Je devais conduire à 100 km/h, il n’a pas bougé. J’ai dit « Oh mon Dieu! J’ai frappé un oiseau ». Je me sentais vraiment mal, mais il faisait vraiment noir, je ne me suis pas arrêtée», raconte Sonji Coney Williams.

Elle ne se doutait pas que le hibou avait survécu et qu’il s’était réfugié à l’avant de son véhicule.

Ce n’est que trois jours plus tard que Mme Williams s’est apperçu de la présence du hibou aux yeux jaunes.


(Crédit photo: capture d’écran, CNN)

«Une famille s’est stationnée devant ma voiture. Ils me montraient le devant de la voiture en me disant de ne pas bouger, que j’avais quelque chose de coincé dans le grillage de ma voiture», explique-t-elle.

L’oiseau a finalement pu être libéré et semblait en bonne santé.

http://tvanouvelles.ca

Facile de faire tourner la tête d’un hibou


Vous savez dans les films d’horreur on voit dans la noirceur de la nuit, sous la pleine lune inquiète, un hibou au regard perçant … tournant la tête a 270 degrés … c’est le temps d’avoir peur … ou d’apprendre pourquoi ces oiseaux ont cette capacité de se tourner la tête …
Nuage

 

Facile de faire tourner la tête d’un hibou

 

Facile de faire tourner la tête d'un hibou

Le hibou peut tourner sa tête jusqu’à 270 degrés | Photo AFP

Le hibou peut tourner sa tête presqu’entièrement sur elle-même sans arrêter la circulation sanguine dans le cerveau ni endommager ses vertèbres cervicales.

 

Ce  mystère a été résolu par des chercheurs, selon leur étude publiée dans la revue «Science».

La tête de ces oiseaux de nuit peut faire une rotation de 270 degrés, pour seulement 90 pour l’homme, afin d’élargir leur champ de vision. Car leurs yeux, de forme cylindrique, et non ronde comme chez les humains et de nombreux animaux, ne peuvent pas bouger latéralement.

«Jusqu’alors, les spécialistes comme moi des blessures humaines provoquées par des traumatismes des artères de la tête et du cou, étaient étonnés que les mouvements rapides et extrêmes de la tête des hiboux ne les tuent pas», explique à l’AFP le Dr Philippe Gailloud, neuroradiologue à l’université Johns Hopkins à Baltimore, dans le Maryland, et principal auteur de cette recherche.

Une rotation brutale de la tête et du cou chez les humains ou les animaux peut en effet déchirer l’enveloppe de ces vaisseaux qui alimentent le cerveau en sang, et provoquer la formation de caillots responsables d’embolie ou d’attaque cérébrale.

Recourant à des angiographies et des scanners, ces chercheurs ont examiné l’anatomie de plusieurs dizaines de hiboux morts de cause naturelle et découvert plusieurs adaptations biologiques permettant cette rotation extrême.

Tout d’abord la souplesse de son cou s’explique par le fait que le hibou possède quatorze vertèbres cervicales pour sept chez l’homme.

De plus, ses deux artères carotides se situent au centre du cou, et pas sur les côtés comme chez les humains et nombre d’animaux.

Le diamètre des carotides des hiboux ne se rétrécit pas en traversant le cou mais s’élargit même à la base de la tête, juste au-dessous de l’os de la mâchoire formant des réservoirs de sang qui aident à assurer le flux sanguin lors de rotations extrêmes de la tête.

En outre, les conduits osseux où se trouvent les artères vertébrales de ces oiseaux sont environ dix fois plus larges en diamètre, un espace qui se remplit d’air et forme une poche de protection. Or chez les humains ces canaux ont un diamètre très proche de celui des artères qu’ils contiennent.

Enfin, les hiboux ont de petits vaisseaux reliant les artères carotide et vertébrales, un peu comme des dérivations qui permettent une circulation ininterrompue du sang dans le cerveau en cas de blocage dans l’une de ces artères.

http://fr.canoe.ca/

Défense d’importuner les hiboux


Je trouve que c’est une très belle initiative que d’imposer une interdiction et ce en pleine ville pour protéger des hiboux qui viennent une certaines période de l’année Espérons que cela soit un exemple a suivre pour d’autres animaux ..c’est un partage de territoire
Nuage

 

Défense d’importuner les hiboux

 

À Kikinda, dans le nord-est de la Serbie, il est désormais interdit sous peine... (Photo: AFP)

PHOTO: AFP

Agence France-Presse
Belgrade, Serbie

À Kikinda, dans le nord-est de la Serbie, il est désormais interdit sous peine d’une sévère amende, d’importuner de quelque manière que ce soit les centaines de hiboux moyen-duc qui s’abritent chaque hiver dans les arbres du centre-ville.

La municipalité a indiqué à l’AFP vendredi avoir adopté un arrêté aux termes duquel, il est interdit d’organiser des manifestations publiques, de mettre en place des enseignes lumineuses à proximité des arbres où nichent ces rapaces, ou de les déranger par des cris voire tout autre moyen.

Les contrevenants risquent des peines d’amende pouvant aller jusqu’à 10 000 euros (13 200 $).

La municipalité a affiché le texte de l’arrêté sur des panneaux dans le centre de cette petite ville d’environ 40 000 habitants.

«Les hiboux moyen-duc sont une espèce protégée ce qui justifie l’adoption de cet arrêté afin de préserver ce phénomène insolite, emblème de notre ville», a déclaré à l’AFP Marijana Ilicin, directrice du bureau touristique local, à l’origine de cette initiative.

Les autorités locales ont évalué à quelque 700 le nombre de hiboux moyen-duc s’emparant du centre-ville de Kikinda de novembre à mai.

http://www.lapresse.ca

Offre d’emploi insolite Payés pour se déguiser en hibou en la regardant dormir


Pour tout l’or du monde je ne voudrais pas d’un emploi de ce genre .. quoi de plus endormant que de regarder quelqu’un dormir, puis je ne trouverais pas plus rassurant de voir une personne étrangère dans sa chambre
Nuage

 

Offre d’emploi insolite

Payés pour se déguiser en hibou en la regardant dormir

 

Payés pour se déguiser en hibou en la regardant dormir

Crédit photo : archives

TVA Nouvelles

Le sommeil, ça n’a pas de prix, nous confirme une Australienne qui a décidé de recourir aux petites annonces pour chasser ses soucis.

Cette habitante de la ville de Melbourne, une insomniaque, propose près de 40$ de l’heure à ceux qui seraient prêts à veiller sur elle, pendant son sommeil, rapporte le site web belge 7 sur 7.

Les personnes qui souhaitent postuler doivent cependant prendre note qu’ils seront invités à porter un costume de petit hibou avant de s’assoir dans sa chambre pour la regarder dormir.

Pourquoi?

«J’ai toujours trouvé rassurant le fait que les hiboux veillent tout naturellement sur notre monde», explique celle qui se prénomme Susan. Ceux qui choisiront de ne pas se déguiser peuvent tout de même espérer être sélectionnés… mais ils risquent de gagner moins cher de l’heure, «peut-être 35$».

Ce n’est pas une blague, assure d’entrée de jeu la demandeuse sur le site Gumtree.com, avertissant ceux qui souhaiteraient lui faire perdre son temps de s’abstenir.

Tentés? Sachez d’abord que les moments pour aller aux toilettes doivent être choisis avec soin, «pour s’assurer [qu’elle ne se] réveille pas dans une chambre vide». Un bar à muesli mis à la disposition des travailleurs aux prises avec une petite fringale pourrait toutefois compenser ce léger inconfort.

http://tvanouvelles.ca

Les oiseaux de proies


Parmi les oiseaux qui font rêver, les oiseaux aux chants magiques, aux oiseaux colorés et de toutes beautés par leur fragilité, il y a aussi des oiseaux puissants par leur statures, aux regards menaçants et l’oeil alertes, ces oiseaux sont des prédateurs et malgré tout on un grand charme même les moins jolis
Nuage

 

Les oiseaux de proies


Aiglon

Photographie par Jacky Gerritsen


Duc d’Amérique

Photographie par Joe Dubberly


Vautour

Photographie par Marcello Spiazzi,


Grand hibou à cornes

Photographie par James Galletto


Duc d’Amérique

Photographie par Steven Besserman


Pygargue à tête blanche

Photographie par Ellen Shannon,


Trois bébés balbuzards

Photographie par Doc Baldwin


Épervier de Cooper

Photographie par Mary Ann Bridge


Faucon pèlerin

Photographie par Terry Piotraschke


Épervier de Cooper

Photographie par Katie Barnes


Nourrir les oiseaux

Photographie par Agnes Kiss,


Le roi vautour

Photographie par Jacky Gerritsen


Poule et Coq de Guinée

Photographie par Armando Mejia


Super Faucon

Photographie par Luc Ormand


http://animals.nationalgeographic.com

Fonds d’écran National Geographic


Un regard vers la vie, la ville, au soleil couchant ou danse les rideaux du ciel entendant au loin les hiboux chanter la nuit .. S’enfuir vers la vie, la nature du haut des montages, enlacer les nuages, courir sur les vagues dorée par le soleil de feu avec souvenir qu’un jour il a neigé
Nuage

 

Fonds d’écran National Geographic

 

http://www.nationalgeographic.fr

Harfang en visite pour de la nourriture


Harfang des neiges est un oiseau majestueux, d’une très grande beauté. Un oiseau qui vit beaucoup plus au nord viens quelques fois vers le sud pour trouver subsistance en des périodes plus difficile, C’est donc de la belle visite pour certaines régions qui ont la chance de l’apercevoir
Nuage

Harfang en visite pour de la nourriture

Harfang en visite pour de la nourriture

Denis Laurion | Agence QMI – Ce harfang des neiges se prélasse sur le toit d’une maison de Sainte-Catherine, loin de son habitat naturel du grand Nord.

David Penven | Agence QMI

Un oiseau qui vit normalement dans les régions arctiques a été aperçu dans la grande région de Montréal. Dernièrement il a été vu à Sainte-Catherine, proche de Saint-Constant, en Montérégie.

 

Beau et majestueux, le harfang des neiges attire l’attention de bien des gens en raison de ses visites plutôt rares.

«Cet oiseau niche principalement dans la toundra de l’Arctique canadien, indique Éric Santerre, porte-parole du ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec. Il n’est pas considéré comme une espèce migratrice. Il hiverne en Arctique tant que la nourriture est suffisante pour combler ses besoins.»

Toutefois, lorsque la nourriture vient à manquer, le harfang des neiges va migrer jusqu’au sud du Canada et au nord des États-Unis. Certains de ces déplacements migratoires sont effectués par un grand nombre d’individus et sont appelés «irruptions».

Le fait que plusieurs harfangs des neiges apparaissent dans le sud du Québec, habituellement un hiver sur quatre, laisse à penser que ces irruptions sont liées au cycle de lemmings, de petits rongeurs qui constituent la proie principale du harfang des neiges.

«Tous les quatre ans environ, les populations de lemmings diminuent drastiquement dans toute l’aire de nidification du harfang, forçant ce dernier à se déplacer sur de longues distances afin de trouver des proies», souligne M. Santerre.

Difficile à recenser

En raison de l’éloignement de son aire de nidification, de sa faible densité et des irrégularités de ses migrations, il est difficile d’obtenir une estimation fiable du nombre de harfangs des neiges.

«Toutefois, l’espèce n’est pas considérée menacée ou vulnérable au Québec, rappelle Éric Santerre. Le harfang des neiges est protégé comme tous les animaux sauvages par la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune et comme toutes les espèces d’oiseaux de proie, il est un animal à déclaration obligatoire.»

Depuis 1987, ce hibou est l’emblème aviaire du Québec à la suite d’une décision de l’Assemblée nationale. C’est aussi l’animal de compagnie d’un certain Harry Potter…

http://fr.canoe.ca