Une île norvégienne souhaiterait être le premier lieu au monde à abolir l’heure


Ce n’est pas le seul endroit que la nuit ou le jour sont plus long de quelques mois. Sur une île en Norvège, on veut supprimer l’heure, car pour eux, cela ne sert pas à grand chose. Je doute par contre que ce soit une bonne chose, même si l’idée est séduisante.
Nuage


Une île norvégienne souhaiterait être le premier lieu au monde à abolir l’heure

sommarøy abolition heure

La magnifique île de Sommarøy, où certains résidents désirent supprimer l’heure. | Getty Images/Cultura RF

Jean-Jerrold Pierre

Des Norvégiens résidant sur une minuscule île où le jour et la nuit peuvent persister plusieurs jours de suite, ont signé une pétition sur la suppression de l’heure. Une décision qui montre tout de même des complications tant au niveau professionnel que biologique.

À Sommarøy (ou île de l’été en norvégien), une petite île au nord de la Norvège, le heures ont peu de significations. En effet, le Soleil est complètement absent de Novembre à Janvier, et du 18 Mai au 26 juillet (seule période où son nom correspond), il ne se couche pas.

La plupart des habitants de ce village de pêcheurs ont laissé tomber leurs horloges et montres pour se contenter de leur propre notion du temps. Pour eux, il n’y a aucun problème à travailler à 2 heures du matin, ou recevoir des appels à des heures qui seraient considérées comme inconvenables pour nous.

Kjell Hveding, 56 ans, est l’un d’entre eux. Récemment, il a lancé une pétition dans le but de faire de l’île la première région au monde à supprimer l’heure.

Il explique que son application ne changera pas les habitudes de la majorité des villageois. Ce ne serait qu’une formalisation de leur train de vie qu’ils pratiquent depuis des générations, et cela pourrait éliminer le stress de la vie quotidienne imposé par les horaires.

Sur cette île où résident environ 320 habitants, Hveding a pour l’instant récolté une centaine de signatures. À présent, il souhaiterait que les membres du parlement signent également.

« Lorsque le gouvernement discute de la nouvelle loi sur l’hiver ou l’été ou avance le temps, nous rions encore ici, parce que cela n’a pas d’importance », déclare t-il sur CBC Radio.

Cependant, de nombreux inconvénients rendent l’abolition complète de l’heure difficile, voire impossible. Pour certains résidents, l’heure est encore nécessaire pour déterminer quand aller au travail, à l’école ou pour fixer des rendez-vous. Hveding avoue lui-même que l’horloge ne pourra jamais totalement disparaître de l’île, mais que l’application de la pétition dont les propositions sont encore confuses pourrait permettre une certaine autonomie et flexibilité que les signataires recherchent.

Un autre inconvénient est le corps humain lui-même. En effet, son fonctionnement sur 24 heures est régulé par le rythme circadien, qui permet de déterminer, par le biais d’hormones, l’heure du réveil, des repas, ou encore du sommeil. Généralement, ce cycle est synchronisé avec la lumière du Soleil. On pourrait penser que passer sa vie dans cette région où les alternances jour/nuit sont « déréglées » causerait une réadaptation du cycle circadien, mais Hanne Hoffman, éthologiste de l’Université d’État du Michigan, explique que ce n’est pas le cas.

« Le problème est que l’Homme n’a pas évolué dans l’Arctique. Nos corps se sont adaptés à ce cycle de 24 heures généré par la rotation de la Terre. Nous ne pouvons pas vraiment nous opposer à l’évolution, et c’est ce qui se passe dans ces endroits. Vous allez à l’encontre de ce que nous sommes programmés à faire ».

En résumé, le corps humain sait exactement comment se réguler même en l’absence du soleil. De nombreuses recherches ont prouvé des effets néfastes sur la santé dues à la perturbation de ce cycle, avec un risque accru de maladies cardiaques, de dépression, ou encore de cancers.

Même si la pétition est appliquée, les différents facteurs biologiques de la régulation du cycle finiront toujours par rattraper les personnes qui auront jeté toutes leurs montres et horloges, mais une chose est sûre : elle attirera l’attention de nombreux curieux dans le monde, qui voudront tester ce mode de vie, ce qui pourrait favoriser le tourisme dans La région.

Source : CNN

https://trustmyscience.com/

Le Saviez-Vous ► L’Église médiévale a inventé l’instrument de torture qui vous réveille tous les matins


Pour arriver à l’heure après un sommeil ou une sieste, mieux vaut mettre le réveil-matin. Et j’avais oublier de mettre mon réveil pour demain matin. Beurk ! Pauvre de nous, c’est cet objet qu’il soit sur le téléphone, une montre, un réveil-matin, un radio-réveil qui contrôle la fin de notre sommeil. Ce sont les moines du Moyen-Âge qui ont cru bon de trouver une solution pour que les frères désignés qui doivent veiller pour réveiller les autres. Car être un veilleur n’empêche pas pour autant de s’assoupir.
Nuage

 

L’Église médiévale a inventé l’instrument de torture qui vous réveille tous les matins

 

Horloge à eau et tambour hydraulique probable actionnant des clochettes (vers 1250) | Bible moralisée via Wikimedia Commons

Horloge à eau et tambour hydraulique probable actionnant des clochettes (vers 1250) | Bible moralisée via Wikimedia Commons

Florian Besson et Nonfiction

Chaque matin, c’est la même rengaine: votre réveil sonne. Mais qui doit-on remercier pour cette habitude?

Qui n’a jamais haï son réveil? Injurié silencieusement (ou pas) cette petite sonnerie qui vous intime de vous lever? Cherché à désobéir, à grappiller encore quelques minutes de sommeil, avant de céder? Tous les matins (ou presque), nous obéissons à une machine. Et si je vous disais que c’est la faute des moines médiévaux?

Le souci religieux de la ponctualité

Dès le haut Moyen Âge apparaît l’idée que les prières sont plus efficaces si elles sont simultanées. Dans les monastères, on va alors imposer un emploi du temps strict, articulé autour «d’heures» qui sont autant de moments de prières: soit, dans l’ordre, les vigiles (2h du matin), les matines (4h), les laudes (5h), prime (6h), tierce (9h), sexte (midi), none (15h), vêpres (19h). Parmi ces offices, les offices nocturnes, surtout les vigiles, sont les plus difficiles: ils imposent une servitude temporelle stricte en coupant en deux la nuit de sommeil.

Dès lors, comment réveiller les moines? Une solution serait de maintenir un veilleur qui compte le temps avec une clepsydre et va ensuite réveiller ses frères. C’est d’ailleurs le sens premier du mot «vigile»: celui qui reste éveillé, celui qui veille, qui voit. C’est la solution préconisée encore au VIe siècle par une règle monastique appelée la Règle du Maître: deux moines doivent rester réveillés, et on les appellera «les coqs vigilants». Mais, évidemment, ce n’est pas très fiable: facile de s’endormir quand on joue la sentinelle… Or pour un moine, rater une messe est gravissime.

Cette faute est bien sûr immortalisée dans une célèbre comptine qu’on retrouve dans toutes les langues européennes:

«Frère Jacques, dormez-vous, dormez-vous? Sonnez les matines…» (et voilà, maintenant vous l’avez dans la tête pour la journée. De rien.).

Les moines médiévaux avaient très peur d’être des frères Jacques malgré eux. Au XIe siècle, un moine, Raoul Glaber, rapporte ainsi qu’il a été visité un matin par le diable, qui le tente en lui conseillant de rester au lit:

«Pourquoi sautes-tu si vite du lit dès que tu as entendu le signal? Tu pourrais t’abandonner encore un peu à la douceur du repos, au moins jusqu’au troisième signal…».

C’est comme nous le matin, quand on active la fonction snooze pour voler quelques minutes! Raoul ne se laisse pas prendre au piège: il comprend que le diable veut lui faire rater la messe, ce qui pourrait compromettre son salut. Pensez-y, la prochaine fois que vous grognerez péniblement «Encore cinq minutes…».

Organiser le temps

Ce souci monastique de la ponctualité s’inscrit plus globalement dans une volonté de l’Église d’organiser le temps, à toutes les échelles. C’est ainsi qu’elle met en place un calendrier complexe, articulé autour de dizaines de fêtes et de célébrations. Plusieurs de ces fêtes sont dites «mobiles»: elles ne tombent pas à une date fixe mais dépendent du calendrier lunaire et/ou solaire. C’est le cas de la fête de Pâques, qui se décale chaque année (comme le début du Ramadan en terre d’islam). Pour calculer cette date, les meilleurs scientifiques du temps élaborent de savantes tables de calcul, les computs.

Ce souci du temps est omniprésent et c’est même l’un des domaines scientifiques proprement médiévaux. Autant le Moyen Âge occidental est, par rapport à l’Antiquité romaine ou au monde musulman, en retard au niveau de la médecine, de l’optique, de l’ingénierie, autant il est en avance dans ce domaine-là: mesurer le temps.

Les machines disent l’heure

L’Église va dès lors apprendre à fabriquer des instruments mécaniques de réveil. Dès le VIIe siècle, on fabrique des clepsydres, de plus en plus perfectionnées. Le XIIIe siècle sera le temps des horloges mécaniques, qui se multiplient dans les grandes villes, mais aussi dans les abbayes. Elles permettent non seulement de savoir l’heure qu’il est, ce qui est crucial pour imposer un temps en commun, mais surtout les horloges servent à prévoir l’heure qu’il sera. Elles ne sont pas seulement des outils d’information, mais de maîtrise du temps.

On trouve cette dimension en toutes lettres dans la règle de l’abbaye de Villers, en 1268: s’adressant au sacristain, chargé de sonner les cloches de l’abbaye, la règle note

«Tu règleras soigneusement l’horloge, et alors seulement tu pourras dormir tranquillement».

La règle cistercienne, rédigée un siècle et demi plus tôt, consacre déjà de longs paragraphes aux soins à apporter aux horloges des abbayes.

Ces horloges sont en réalité des minuteries. On s’en sert encore pour les œufs à la coque: celles du Moyen Âge fonctionnent de la même façon, sauf que ça tictaque pendant des heures avant de sonner pour réveiller un moine. C’est le rôle de Frère Jacques: il doit se réveiller pour aller «sonner les matines» afin que les cloches réveillent tous les autres moines. En latin, on dit horologia excitatoria. Les contemporains ont eu conscience qu’il s’agissait de nouvelles machines, et ont forgé des nouveaux mots: les Hollandais disent klokke, les Anglais clock. Or, ce clock renvoie à la cloche: les premières machines à dire le temps furent des cloches automatisées. De même, en anglais montre se dit watch, c’est-à-dire littéralement garde, veille. Savoir l’heure, c’est donc avant tout pouvoir se réveiller.

Bref, l’Église médiévale invente du même geste le réveil-matin et l’autodiscipline temporelle. Comme des moines bien disciplinés, nous réglons, chaque soir, notre réveil avant d’aller dormir. Nous obéissons à la sonnerie, et nous nous levons en même temps que des dizaines de milliers de personnes. La diffusion des horloges a favorisé l’émergence de la notion d’horaire, de retard, d’emploi du temps. Ces notions contribuent à la naissance d’une société disciplinaire, comme l’analyse Michel Foucault: une société dans laquelle le pouvoir découpe le temps pour mieux contrôler les corps et les vies. Décidément, Frère Jacques aurait mieux fait de se rendormir: on ferait tous et toutes de belles grasses mat’, personne n’arriverait jamais en retard, on ne serait pas angoissés par l’idée de perdre son temps.

Quand on vous dit que c’est la faute des moines…

http://www.slate.fr

Il y a un milliard d’années, une journée durait un peu moins de 19 heures


Vous imaginez si les journées auraient encore environs 19 heures au lieu de 24 heures comme il y a des milliards d’années ? Plus la Lune s’éloigne plus la longueur du jour se rallonge par année. Bon, ce n’est pas quelque chose qu’on peut voir, mais dans un jour, les journées auront 25 heures …. jusqu’au jour que la Lune se stabilisera
Nuage

 

Il y a un milliard d’années, une journée durait un peu moins de 19 heures

 

La lune vue par la Nasa | Nasa via Unsplash CC License by

La lune vue par la Nasa | Nasa via Unsplash CC License by

Repéré par Nina Pareja

Repéré sur The Guardian

Et les jours rallongent encore de quelques fractions de secondes par an.

Si vous n’arrivez déjà pas à tout faire dans votre journée, rassurez-vous, il y a un milliard d’années, chaque jour comptait 18 heures et 41 minutes. La Lune était alors plus proche de la Terre de quelques 45.000 km. Or, plus elle s’éloigne, plus la rotation de la Terre ralentit. L’éloignement progressif des deux astres provoque un phénomène quasiment imperceptible: chaque année, les jours rallongent de 0,000013 seconde environ.

À l’origine de cette découverte, une équipe de scientifiques de l’académie nationale des sciences des États-Unis (la NAS), dirigée par Stephen Meyer et Alberto Malinverno. Les scientifiques ont utilisé une combinaison de théories astronomiques et les signatures géochimiques de très anciennes pierres pour réaliser leurs calculs.

En gagnant 1,74 millième de seconde par an depuis 700 millions d’années, les jours ont rallongé. Tout porte à croire que ce processus va continuer pendant encore… quelques millions d’années.

Les cycles Milankovitch

En 1941, l’ingénieur et astronome Milutin Milankovitch avait déjà commencé à élaborer des calculs en rendant compte de l’alternance des cycles glaciaires et interglaciaires durant le Quaternaire. En fonction de trois paramètres (l’excentricité, l’obliquité et la précision), il a pu établir des cycles dits «cycles de Milankovitch» qui expliquent les changements climatiques naturels sur Terre.

Les scientifiques américains se sont inspirés de cette théorie et y ont ajouté les mesures d’oscillation de la Terre. Ils ont également mesuré la proportion de cuivre et d »aluminium dans des sédiments marins chinois et à l’intérieur de la Dorsale de Walvis, au sud de l’Atlantique, pour effectuer leurs calculs. Leur travail a permis de remonter plus loin qu’aucun autre scientifique auparavant.

«Nous cherchions à reconstruire les cycles de Milankovitch parce qu’ils fournissent un outil très puissant pour évaluer l’histoire de notre planète et aussi le système solaire. Ce sont un peu comme des panneaux de signalisation qui nous permettent de se déplacer dans l’histoire géologique, a expliqué Stephen Meyer au Guardian. Par exemple, l’identification des cycles de Milankovitch dans des sédiments traversant ces derniers millions d’années ont révolutionné notre compréhension de la nature de l’âge de glace, de l’instabilité de la calotte glacière et du fonctionnement du système climatique.»

Dans quelques millions d’années, la Lune devrait se stabiliser et les jours arrêter de rallonger. Mais ce jour-là, la Lune ne sera plus visible que par une moitié de la Terre.

http://www.slate.fr/

Le Saviez-Vous ►Pourquoi le temps va s’allonger d’une seconde fin juin 2015


Le 30 juin, nous allons pouvoir dormir plus longtemps, enfin une seconde de plus et ce n’est pas la première fois que cela arrive. Cependant à la longue, il est difficile de gérer cette seconde, sans compter les inconvénients que cela pourrait causer comme il est déjà arrivé : la synchronisation du web, des compagnies aériennes qui ont plantées. D’autres par contre comme Google s’y est préparé. Si on tient le statu quo, dans 2000 ans, il y aurait environ une heure d’écart entre UTC et le temps lié à la rotation de la Terre.
Nuage

 

Pourquoi le temps va s’allonger d’une seconde fin juin 2015

 

heure universelle seconde

Dans la nuit du 30 juin au 1er juillet, une seconde intercalaire sera ajoutée au temps universel.

TERRE – Dans la nuit du 30 juin au 1er juillet, le temps va très légèrement s’allonger. La minute comprise entre 1 h 59 et 2 heures va en effet durer 61 secondes. Pourquoi ?

Le temps risque de vous sembler un tout petit peu plus long le 30 juin 2015. Et ce ne sera pas sans raison : lors de la bascule entre le mois de juin et de juillet, une minute durera 61 secondes en lieu et place des habituelles 60 secondes. Pourquoi un tel changement ? Parce que notre univers a beau être une machine bien huilée, la rotation de la Terre par rapport aux astres n’a pas la précision de nos calculs scientifiques et des horloges atomiques.

Résultat : il faut faire un correctif.

Dans la nuit du 30 juin au 1er juillet, tous les pays du monde vont devoir faire une modification de ce qu’on appelle le « temps universel coordonné » UTC. Ainsi, la minute comprise entre 23 h 59 et 00 h 00 durera une seconde de plus que la normale. Pour la France, cette seconde « intercalaire » allongée aura lieu entre 1 h 59 et 2 heures du matin le 1er juillet.

26 secondes ajoutées depuis 1976

Si les particuliers ne devraient s’apercevoir de rien, « les grands systèmes de navigation par satellites, les systèmes de synchronisation des grands réseaux d’ordinateurs devront prendre en compte cette modification sous peine d’encourir des bugs », indique à l’AFP Daniel Gambis, directeur du Service de la Rotation de la Terre, chargé de décider – au niveau international – de l’ajout de ces secondes intercalaires.

Car ce n’est pas une première mondiale, loin de là. Depuis 1976, pas moins de 26 secondes intercalaires ont été ajoutées (en 2008 et en 2012 notamment).

Objectif : faire coller le Temps Universel (TU) – basé sur les rotations de la Terre – et le Temps Atomique International (TAI), qui existe depuis 1971 et la mise en place d’un parc d’horloges atomiques. Précision, quand tu nous tiens…

http://www.metronews.fr/

Cette année comptera une seconde de plus


Si jamais votre navigateur fait un petit bug le 30 juin prochain, ce n’est pas bien grave, cela s’est parait-il passé en 2012 à la même date. La raison ? La journée sera plus longue d’une seconde. C’est fou quand même qu’une seconde peut changer bien des choses
Nuage

 

Cette année comptera une seconde de plus

 

L’horloge du Grand Central Terminal à New York. Photo Wikimedia CC par Ingfbruno

par Vincent Manilève

Une correction nécessaire pour se resynchroniser avec la rotation de la Terre.

Le Service international de la rotation terrestre et des systèmes de référence, basé à Paris, a annoncé que le 30 juin 2015, votre journée durera 24 heures et une seconde. Le spécialiste Nick Stamatakos, chef de la Earth Orientation Paramaters, a expliqué au journal australien ABC que cet ajustement est nécessaire car «la Terre ralentit un peu», et que notre horloge atomique est trop précise et régulière pour s’adapter à ce rythme aléatoire. Le 30 juin donc, la seconde suivant 23:59:59 sera 23:59:60, avant d’arriver à l’habituel 00:00:00. Ainsi, cette journée comptera 86.401 secondes au lieu de 86.400.

Ce «saut de seconde» a pour objectif de coordonner au mieux le temps universel coordonné (UTC), qui définit notre temps civil, et le temps universel (UT), qui dépend de la rotation de la Terre et de son orientation par rapport aux astres.

Ce genre de modification de notre heure est assez fréquent. Depuis les années 1970, on a compté plus d’une vingtaine d’ajouts de seconde, que ce soit le 30 juin ou le 31 décembre.

Mais comme le souligne Nick Stamatakos sur le site ABC, «la Terre n’est pas aussi lente que dans les années 1970. Depuis, elle a un peu accéléré», c’est pour cela que depuis une vingtaine d’années les ajouts sont moins fréquents.

En 2012, une autre seconde avait également été ajoutée le 30 juin, toujours pour les mêmes raisons, mais avait provoqué un certain nombre de bugs informatiques. Le magazine Wired rapportait alors que de nombreux sites et navigateurs Internet, comme Reddit, Mozilla ou Gawker, avaient subi des problèmes techniques.

«Beaucoup de systèmes informatiques utilisent ce qu’on appelle le Protocol de temps du réseau, ou NTP, pour conserver leur synchronisation avec l’horloge atomique mondiale, et quand une seconde en plus est ajoutée, certains ne savent juste pas comment la gérer», expliquait alors le site.

Mais les soucis liés à cette petite seconde en plus dépassent le domaine technique, ils sont aussi politiques. Les Etats-Unis ont estimé, comme le souligne le Telegraph, que cet ajout temporel posait problème à certains systèmes de navigation et de communication.

«Lors d’une conférence à Genève en 2012, des délégués ont fait savoir que les transactions d’argent précisément chronométrés pourraient s’égarer ou des véhicules pourraient être envoyés des dizaines de mètres plus loin que leur destination initiales.»

Mais les Britanniques, plus philosophes, ne sont pas du même avis:

annuler cette seconde intercalaire «briserait pour toujours le lien entre notre concept du temps et le lever et le coucher du Soleil».

http://www.slate.fr

Ses opinions


Je pense aussi du moins certaines opinions doit être revisé selon le contexte, les personnes présente ou absente .. et on a le droit aussi de se tromper … ou tout simplement changer d’avis
Nuage

 

Ses opinions

 

Il faudrait considérer ses opinions comme des costumes, et en changer selon la saison, l’heure et le milieu.

Jean-Paul Toulet