Évitez de sniffer ou d’embrasser les livres de votre bibliothèque !


Les livres ne sont pas juste pour se divertir, se cultiver. Il semble que certains livres, les plus emprunter sont dans un environnement nocifs et qui pourraient dans certains cas donner un positif dans un test antidopage.
Nuage

 

Évitez de sniffer ou d’embrasser les livres de votre bibliothèque !

 

Photo d'illustration.

Photo d’illustration. © François Guillot / AFP

Par FRÉDÉRIC THERIN, À MUNICH

On connaissait le « baiser contaminé », on découvre aujourd’hui la « lecture dopante ». Si le Français Richard Gasquet était parvenu à expliquer la présence dans son corps de traces de cocaïne en raison de baisers un peu trop poussés avec une belle amatrice de poudre blanche, les autres joueurs de tennis vont désormais pouvoir échapper aux contrôles antidopage en dévoilant leur passion pour les gros bouquins.

Une étude on ne peut plus sérieuse de deux chercheurs belges fondée sur l’analyse bactériologique et toxicologique des dix livres les plus empruntés à la bibliothèque d’Anvers a révélé que la totalité des ouvrages contenait des traces de cocaïne. Les dosages décelés ne vous permettraient pas, en tournant quelques pages, de danser toute la nuit sans éprouver la moindre fatigue, mais ils vous feraient sans aucun doute rater un contrôle antidopage.

Traces d’herpès sur « Cinquante nuances de Grey »

 

« Les tests sont aujourd’hui si sensibles que les doses (de stupéfiants) contenues dans les livres contaminés pourraient être trouvées dans vos cheveux, votre sang et votre urine », expliquait à Flandersnews.be Jan Tytgat, le professeur de l’Université catholique de Louvain qui a participé à cette étude.

Sur le roman préféré des mères de famille à la recherche de leur libido perdue,Cinquante nuances de Grey, les scientifiques ont également décelé des traces d’herpès. Après les livres à dévorer, voici les ouvrages à embrasser…

Alors si l’agence mondiale antidopage vous accuse de vouloir pédaler plus vite en utilisant des substances prohibées ou si votre épouse vous soupçonne d’aller batifoler à droite ou à gauche après le travail, jurez la main sur le coeur que vous allez cesser d’emprunter des livres à la bibliothèque municipale. La lecture peut en effet être incompatible avec le sport de haut niveau. Franck Ribéry semble l’avoir compris avant tout le monde…

http://www.lepoint.fr

Quand l’herpès permet de refaire le parcours de l’humanité


La génétique peut prouver (sans surprise), que l’humanité a eu un point de départ en Afrique mais grâce au séquençage du génome humain, on peut suivre l’immigration des peuples …
Nuage

 

Quand l’herpès permet de refaire le parcours de l’humanité

 

L'Afrique 

Photo :  NASA

L’analyse du code génétique complet d’un virus humain commun tend à confirmer la théorie déjà largement documentée que la colonisation humaine de la planète s’est faite à partir de l’Afrique.

Le virus en question est l’herpès (HSV-1), qui provoque habituellement des boutons groupés autour de la bouche.

La migration humaine 

Photo :  Aaron W. Kolb, Cécile Ané, Curtis R. Brandt

Le Pr Curtis Brandt, de l’Université de Washington, et ses collègues Aaron Kolb et Cécile Ané ont comparé 31 souches de ce virus recueillies en Amérique du Nord, en Europe, en Afrique et en Asie.

L’analyse des souches virales montre exactement ce que les scientifiques prédisaient en fonction du séquençage du génome humain : les groupes ethniques africains se regroupent, les Asiatiques également, alors que les Européens et les Américains sont similaires à une exception près.

« Ce que nous avons constaté confirme ce que les anthropologues et les généticiens moléculaires affirment à propos de la provenance des humains et comment ils se sont propagés sur la planète. » Pr Curtis Brandt

Les généticiens établissent les liens entre les organismes en étudiant les changements dans la séquence de base, ou des « lettres » dans les gènes.

Ainsi, en connaissant la rapidité avec laquelle un changement est intervenu dans un génome, ils peuvent construire un « arbre généalogique » qui montre quand des variations particulières ont leur dernier ancêtre commun.

Les études des génomes humains ont montré que nos ancêtres ont émergé de l’Afrique il ya environ 150 000 à 200 000 années, pour migrer par l’est vers l’Asie et par l’ouest vers l’Europe.

Dans la présente étude, les chercheurs ont brisé le génome du HSV-1 en 26 morceaux, ce qui a permis de recréer les arbres généalogiques de chacune des pièces pour ensuite combiner chacun des arbres dans une arborescence retraçant l’ensemble du génome.

Cette méthode a permis de détecter certaines subtilités dans la migration. Par exemple, tous les échantillons américains correspondaient aux souches européennes, sauf une souche isolée au Texas qui avait des caractéristiques asiatiques. Les chercheurs pensent qu’elle pourrait appartenir à une personne dont les ancêtres seraient venus de l’Asie par un pont de terre situé au détroit de Bering, il y a environ 15 000 ans.

Les nouvelles technologies disponibles permettent donc de comparer simultanément les génomes entiers de virus apparentés. Elles pourraient également être utiles pour explorer pourquoi certaines souches sont beaucoup plus meurtrières que d’autres. Par exemple, dans un petit pourcentage de cas, le HSV-1 peut provoquer une infection cérébrale mortelle.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue PLoS ONE.

Le saviez-vous?
En
mars 2012, une étude de l’ADN des populations de chasseurs-cueilleurs en Afrique suggérait que le sud du continent était le berceau de l’homme moderne, et non pas l’Est africain, comme le veut la théorie généralement acceptée par la communauté scientifique.

http://www.radio-canada.ca

Le coryza du chat : comment prévenir et traiter cette maladie ?


Les chats peuvent attraper des maladies graves, qu’il est important de connaitre les symptômes pour éviter que la maladie évolue
Nuage

 

Le coryza du chat : comment prévenir et traiter cette maladie ?

 

Le coryza est une maladie très fréquente chez les chats, surtout lorsqu’ils vivent en groupe. Très contagieuse, elle est engendrée par plusieurs virus. Quels sont ses symptômes, comment prévenir et soigner le coryza du chat ?

Quelques explications et conseils.

Les symptômes du coryza

L’un des virus en cause est un herpès entraînant une infection du nez et des voies respiratoires qui se manifeste par une toux, des éternuements, des écoulements au niveau des yeux et du nez, mais aussi de la conjonctivite, et un état général de faiblesse.

Le Calicivirus engendre quant à lui de la fièvre, une grande fatigue, et des écoulements des yeux et du nez, mais aussi des ulcères de la bouche entrainant une salivation excessive.

Certains chats guérissent seuls, sans traitement. Mais dans d’autres cas, rares heureusement, la maladie évolue vers une pneumonie et peut engendrer la mort de l’animal.

Faites vacciner vos chats

La meilleure solution pour éviter que votre ou vos compagnon(s) félin(s) attrape(nt) le coryza est la vaccination. Deux injections sont nécessaires, puis un rappel doit être réalisé tous les ans.

Traiter un chat atteint du coryza

La maladie est soignée avec des antibiotiques, mais lorsqu’elle évolue, des antiviraux peuvent également être prescrits au chat. Un traitement qui a un coût élevé. Dans des cas graves, une hospitalisation peut en outre s’avérer nécessaire.

Lorsqu’il attrape le coryza, un chat reste contagieux pendant plusieurs mois, voire plusieurs années. Certains gardent un coryza chronique. C’est en éternuant, ou simplement en soufflant, qu’un félin transmet la maladie à ses congénères.

 

http://wamiz.com

Un nouveau fétichisme sexuel se répand au Japon


Ils ne savent plus quoi inventé. Comment il se fait que ces personnes cherchent autant de sensations pour arriver a faire plus de tord que de bien .. Vous imaginez tous les microbes de la bouche qui se retrouvent dans l’oeil ?? C’est dégoutant
Nuage

 

Un nouveau fétichisme sexuel se répand au Japon

Un nouveau fétichisme sexuel se répand au Japon

Photo Fotolia

TOKYO – Les jeunes Japonais sont aux prises avec une épidémie de conjonctivite et de problèmes oculaires, à cause du nouvel engouement pour le léchage de globe oculaire.

Le fétichisme sexuel appelé aussi oculolinctus, qui consiste à lécher l’œil grand ouvert de son partenaire pour l’exciter, peut non seulement transmettre une conjonctivite, mais aussi l’herpès, et dans les cas extrêmes, causer la cécité à cause d’une blessure de la cornée.

Dans une école japonaise, on a évalué à 10 par classe le nombre d’élèves portant un cache-œil à cause d’une maladie causée par cette pratique.

Selon le site japonais Naver Matome, un tiers des élèves d’une classe d’école primaire disent avoir léché ou s’être fait lécher le globe oculaire.

Cette étrange pratique serait d’ailleurs en train de se répandre à travers le monde, à la faveur de vidéos placées sur YouTube, montrant des jeunes en train de lécher le globe oculaire de leur partenaire.

Entrez la légende de la vidéo ici

http://fr.canoe.ca/

Des gâteaux en forme d’herpès ou de mycose


J’aime les cupcakes vendu dans une petite pâtisseries a Ottawa .. mais je ne suis pas sur que j’aimerais les cupcakes qu’on proposent ici, car ils sont très réalistes. J’ai comme un gros blocage entre le gout et l’image
Nuage

Des gâteaux en forme d’herpès ou de mycose

 

Ce cupcake à l'allure de plaie vive sur... (Photo: AFP)

Agrandir

Ce cupcake à l’allure de plaie vive sur laquelle grouillent des larves illustre l’asticothérapie utilisée pour soigner les ulcères de patients diabétiques.

PHOTO: AFP

 

Agence France-Presse
Londres

Mis en appétit par un herpès buccal, une mycose de l’ongle, un oeil infecté? Des gâteaux hyperréalistes figurant diverses maladies sont exposés et proposés à la vente dans un musée londonien qui met en avant les vertus pédagogiques de cette initiative osée.

Confectionnées par plusieurs pâtissiers, ces créations insolites sont présentées de vendredi à dimanche, au petit Musée des pathologies de l’hôpital St Bartholomew à Londres.

Du cancer à la peste, en passant par diverses affections dermatologiques et maladies sexuellement transmissibles, rien n’est épargné au visiteur. Ainsi ce cupcake à l’allure de plaie vive sur laquelle grouillent des larves, illustrant l’asticothérapie utilisée pour soigner les ulcères de patients diabétiques.

Ou cette autre pâtisserie, surmontée d’une bouche plus vraie que nature, portant un bouton de fièvre.

Des cupcakes couleur chair ornés d’excroissances, représentant les symptômes de l’herpès génital, sont censés alerter des dangers des relations sexuelles non protégées. D’autres, mouchetés de grains de beauté de différents aspects, attirent l’attention sur l’importance de la détection du mélanome.

Le musée explique vouloir, par cette exposition au caractère «peu orthodoxe», toucher un large public.

«L’idée, par cette démarche inhabituelle, c’est d’attirer l’attention des gens sur ces questions, auxquelles ils ne se seraient pas intéressés sinon», a expliqué à l’AFP Carla Connolly, assistante du conservateur du Musée des pathologies, soulignant l’impact médiatique de l’exposition.

«Les gâteaux en eux-mêmes sont délicieux, et ils sont plus intéressants qu’une génoise traditionnelle!», a-t-elle plaisanté.

http://www.lapresse.ca