Six ans de prison pour un vétérinaire qui cousait des sacs d’héroïne dans des chiots


N’importe quoi pour importer de la drogue. Un vétérinaire ne fait pas honneur à sa profession en mettant en danger des chiens et des chiots au service du cartel en Colombie pour passer la frontière américaine.
Nuage

 

Six ans de prison pour un vétérinaire qui cousait des sacs d’héroïne dans des chiots

 

Six ans de prison pour un vétérinaire qui cousait des sacs d’héroïne dans des chiots

U.S. Drug Enforcement Administration via AP

Un vétérinaire colombien a été condamné jeudi à purger une peine de six ans de prison, après avoir implanté «chirurgicalement» une quantité indéterminée d’héroïne liquide dans des chiots, pour servir des cartels de drogue en Colombie.

D’après l’Associated Press, Andres Lopez Elorez a d’abord loué une ferme dans la ville de Medellin. Il y a secrètement élevé plusieurs chiens pendant les mois qui ont suivi, en implantant des sacs d’héroïne liquide dans le corps de neuf d’entre eux.

Trois chiots seraient morts des suites de la chirurgie, après avoir attrapé un virus.

En janvier 2005, la police locale avait obtenu un mandat de perquisitionner la ferme du vétérinaire, et était parvenue à saisir quelque 17 sacs d’héroïne liquide.

M. Elorez avait par ailleurs plaidé coupable, en septembre dernier, d’avoir contribué à importer de l’héroïne en sol américain, et d’avoir utilisé à cette fin des chiots et des chiens comme des «passeurs de drogue».

Selon les informations obtenues par la Cour, deux chiots ont réussi à se sortir de leur fâcheuse position. L’un d’eux serait même devenu un chien détecteur de drogue pour la police en Colombie, alors que l’autre a été acheté puis adopté par un policier colombien lui-même.

Andres Lopez Elorez était considéré comme un fugitif depuis plusieurs années, jusqu’à ce qu’il soit arrêté par les forces de l’ordre espagnoles en 2015. Il avait été ensuite extradé aux États-Unis, en mai de l’année dernière.

https://journalmetro.com/

La Norvège va tester l’héroïne gratuite pour des toxicomanes


Bien que je ne suis pas médecin, je me demande bien en quoi qu’un traitement par héroïne puisse aider les toxicomanes, mais semble t’il que ces personnes ont des améliorations dans leur qualité de vie.
Nuage

 

La Norvège va tester l’héroïne gratuite pour des toxicomanes

 

Agence France-Presse
OSLO

La Norvège, qui compte l’un des taux de surdoses mortelles les plus élevés d’Europe, va tester la prescription d’héroïne gratuite aux toxicomanes les plus marginalisés pour améliorer leurs conditions de vie, a annoncé vendredi le gouvernement.

La Direction norvégienne de la santé et des affaires sanitaires a été chargée de proposer un projet expérimental permettant notamment d’identifier les patients susceptibles de bénéficier du programme, de réfléchir au mode de mise en oeuvre et de chiffrer les coûts.

« Nous espérons que cela apporte une solution qui permette de donner […] une meilleure qualité de vie à certains toxicomanes qui sont aujourd’hui hors de notre portée et que les programmes actuels n’aident pas suffisamment », a expliqué le ministre de la Santé, Bent Høie, sur sa page Facebook.

La Norvège affiche l’un des taux de mortalité par surdose les plus élevés d’Europe avec 81 décès par million en 2015, derrière l’Estonie (132 décès par million) et la Suède (88 décès par million), selon l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies.

Déjà adoptée ou testée en Suisse, aux Pays-Bas et au Danemark, la thérapie par héroïne médicalisée est controversée mais ses partisans font valoir qu’outre une amélioration de la qualité de vie et une baisse de la mortalité, elle permet une réduction de la criminalité et des coûts associés.

Les premiers traitements par injection d’héroïne devraient être expérimentés dans le pays nordique début 2020 au plus tôt, a indiqué le ministère de la Santé dans un communiqué.

Jusqu’à 400 toxicomanes pourraient en bénéficier, selon le quotidien Aftenposten.

http://www.lapresse.ca/

Photos Qui Vous Feront Regarder L’Histoire Avec Des Yeux Différents


Des photos du passé qui sont figées pour toujours. Qu’aurait été notre présent, si Adolf Hitler aurait fait une carrière comme artiste ? On peut se considérer chanceux que la denturologie ai pu progresser. Celle que je trouve vraiment spécial, c’est la vision de l’an 2000 en 1924
Nuage

 

Photos Qui Vous Feront Regarder L’Histoire Avec Des Yeux Différents

Saviez-vous qu’Hitler était un amateur d’art et qu’il peignait même? Voici quelques-unes de ses oeuvres.

image: © wikipedia

image: © wikipedia

image: © wikipedia

Les membres du groupe du Titanic ont joué pendant que le bateau coulait pour tranquilliser les passagers. Voici leurs visages.

image: © flickr

Des Iraniennes photographiées avant la révolution islamique.

image: © themuslimissue

ADVERTISEMENT

image: © themuslimissue

image: © themuslimissue

L’ombre d’une victime d’Hiroshima après l’explosion nucléaire.

image: © nowiknow

Voici comment les années 2000 étaient vues par les illustrateurs français en 1924.

image: © amazon

La technologie est bien présente dans le dessin!

Le témoignage des anciens contacts entre les Vikings et les Arabes: un anneau viking du IXe siècle avec l’inscription « Pour Allah »gravée.

image: © sciencenews

Une scène du premier film érotique de l’histoire, tourné à Paris: c’était en 1896.

image: © wikipedia

Au début des années 1900, l’héroïne était prescrite comme médicament pour le traitement de nombreuses maladies, y compris la toux.

image: © inosmi

Voici comment les Romains construisaient les routes: maintenant on comprend pourquoi elles sont restées intactes des siècles plus tard!

image: © imgur

Une ingéniosité qui ne se dément pas aujourd’hui!

Les prothèses dentaires à Rome étaient ainsi fabriquées…

image: © bedminsterdental

Les uniformes pour le gouvernement nazi furent fabriqués, entre autres, dans les usines du styliste Hugo Boss: il était un grand admirateur du Führer et un fervent national-socialiste.

image: © index

En 1864, le coup de poing américain faisait partie de l’équipement d’un policier new-yorkais.

image: © pinterest

L’intérieur d’un sous-marin utilisé pendant la Seconde Guerre mondiale.

image: © flickr

L’Argentavis est le plus grand oiseau jamais existé sur Terre.

image: © genesispark

Avant de finir entre les mains d’Hitler, la croix gammée a été utilisée pendant 3000 ans comme symbole de bon présage.

image: © commons.wikimedia

Des pêcheurs russes montrent leurs butins, 1924.

image: © interesplanet

La structure du lit destinée aux domestiques, Angleterre 1843.

image: © countingyourblessings

Photo colorée d’une ville allemande prête pour une parade nazie dans les années 30.

image: © flickr

http://www.regardecettevideo.fr

Opioïdes: autopsie d’une crise


Une épidémie de mort à cause des opioïdes. Au début, ce fût des surprescriptions de médicaments anti-douleurs qui a été encouragée par l’industrie pharmaceutique. Puis les gens n’ayant plus de prescription pour éviter l’accoutumance, se sont viré vers le marché noir. Le problème pour ces gens et pour les consommateurs de drogues dures, les laboratoires clandestins font des mélanges qui sont 100 à 10 000 fois plus puissants que la morphine
Nuage

 

Opioïdes: autopsie d’une crise

 

Par Annie Labrecque –

 

L’an dernier seulement, plus de 64 000 Américains et 2 800 Canadiens ont succombé à une dose mortelle d’opioïdes. Cette inquiétante vague de décès continue de s’amplifier.

Avec quelle force frappera-t-elle le Québec ?

Sinistre, effrayante, intenable; médecins, politiciens et chercheurs sont désormais à court de mots pour décrire l’ampleur de la crise des opioïdes qui, aux États-Unis, toutes les trois semaines, fait autant de victimes que les attentats du 11 septembre 2001. Le portrait n’est pas plus rose au Canada : le pays affiche le deuxième plus haut taux de consommation d’opioïdes par personne, après les États-Unis. En 2016, on comptait 978 décès en Colombie-Britannique, 586 en Alberta et 865 en Ontario. Dire que la crise est sans précédent est un euphémisme. Les victimes ? D’une part, les consommateurs de drogues dures et, d’autre part, des gens « ordinaires » qui deviennent accros aux opioïdes prescrits par leur médecin.

Multifactoriel, l’abus d’opioïdes s’est construit sur une longue période en s’intensifiant dans les années 2000. À l’origine de la crise, la surprescription de ces médicaments analgésiques par les médecins depuis les années 1980, une tendance largement encouragée par l’industrie pharmaceutique. Les opioïdes, qui prennent des noms aussi divers que morphine, codéine, oxycodone, hydromorphone ou fentanyl, existent depuis longtemps pour soulager la douleur aiguë. Inoffensifs lorsque bien utilisés sur une courte période, ils calment les maux de dos, aident à récupérer d’une chirurgie ou apaisent la douleur pendant l’accouchement. Mais, sans encadrement, ils procurent aussi un effet euphorique et créent rapidement une dépendance, assortie d’un besoin progressif d’augmenter les doses.

En effet, le quart des personnes à qui sont prescrits des antidouleurs pour des pathologies autres que le cancer deviennent dépendantes, selon une analyse publiée en décembre 2016 par le Center for Disease Control. Encore plus alarmante, une étude de la University of Arkansas for Medical Science, publiée en mars 2017, rapporte que le risque de dépendance s’accroît chaque jour de traitement. Cela devient d’autant plus difficile pour ces patients de diminuer les doses ou d’arrêter la prise d’antidouleurs.

Lorsque leur prescription n’est plus renouvelée, ces gens se tournent parfois vers le marché noir. Avec le risque de tomber sur du fentanyl ou du carfentanil fabriqués dans des laboratoires clandestins. Ces opioïdes sont respectivement 100 et 10 000 fois plus puissants que la morphine. Dans la rue, on les retrouve combinés de façon sournoise à des doses d’héroïne et de cocaïne ou, encore, intégrés dans des médicaments contrefaits. Les doses sont disproportionnées, aléatoires et souvent fatales : il ne faut pas plus de 2 mg de fentanyl pour provoquer une surdose mortelle, le plus souvent par détresse respiratoire (ralentissement extrême de la respiration).

Le Québec échappera-t-il à cette épidémie ?

Illustration: Dushan Milic

http://www.quebecscience.qc.ca

Le Saviez-Vous ► Amusantes et surprenantes, ces statistiques de 1909


Des statistiques prix en 1909 au Canada et aux États-Unis. Le prix de certains produits alimentaires, le nombre d’automobile, meurtre, et taxe et bien d’autres. Nous pouvons constater que les temps ont bien changé
Nuage

Amusantes et surprenantes, ces statistiques de 1909

 

Claude Bérubé

Essayiste, conférencier et blogueur

Voici quelques statistiques retrouvées de 1909. Nous sommes en 2016, donc 107 ans se sont écoulés …Je vous les présente sans autre cérémonie. Pour votre simple amusement. Ou pour un haussement d’épaules. Surtout pour se rendre compte comment tout peut évoluer en un siècle avec nostalgie pour les plus vieux et surprise pour les plus jeunes. Je ne peux garantir leur authenticité, mais il y a sûrement beaucoup de véracité. Je les imagine américaines, mais si proches des canadiennes.

  • La moyenne d’âge des hommes était d’environ 47 ans.
  • L’essence pour une Ford 1909 n’était vendue qu’en pharmacie.
  • Seulement 14% des maisons possédaient une baignoire.
  • Seulement 8% des maisons avaient le téléphone.
  • Il n’y avait que 8000 automobiles dans le monde entier et seulement 144 miles de route étaient pavés.
  • Dans presque toutes les villes, la limite de vitesse était de 10 miles à l’heure
  • La plus haute structure au monde était la Tour Eiffel.
  • Le salaire moyen aux États-Unis était de 22 cents l’heure.
  • Le salaire moyen des travailleurs américains était de 200 et 400 $ par année.
  • Un professionnel comptable pouvait gagner 2000 $ par an, un dentiste environ 2500 $, un vétérinaire entre 1500 et 4000 $ et un ingénieur mécanique 5000 $.
  • 95% des femmes accouchaient dans leur demeure.
  • 90% des médecins n’avaient pas d’éducation collégiale. Ils avaient plutôt fréquenté, ce qu’on appelait, une école médicale condamnée par les médias du temps et les gouvernements comme étant sous standardisée.
  • Le sucre se vendait 4 cents la livre.
  • On obtenait une douzaine d’œufs pour 14 cents.
  • La livre de café était à 15 cents.
  • La plupart des femmes ne se lavaient les cheveux qu’une fois par mois, et elles utilisaient soit du Borax ou du jaune d’œuf comme shampoing.
  • Le Canada a passé une loi défendant à toutes personnes pauvres d’entrer au pays.
  • Les cinq principales causes de décès étaient : la pneumonie ou l’influenza, la tuberculose, la diarrhée, maladie du cœur et attaque cardiaque.
  • Le drapeau américain n’avait que 45 étoiles.
  • Il n’y avait que 30 résidents à Las Vegas.
  • Les mots croisés, les canettes de bière et le thé froid n’avaient pas encore été inventés.
  • Il n’y avait pas de Fêtes des mères ni des pères.
  • Deux adultes sur dix ne savaient ni lire ni écrire.
  • Seulement 6% de tous les Américains avaient obtenu leur diplôme de secondaire.
  • La marijuana, l’héroïne et la morphine étaient vendues à la pharmacie du coin comme médicaments.
  • Les pharmaciens disaient que l’héroïne nettoyait la complexion, donnait de l’énergie au cerveau, activait et régulait l’estomac et les intestins et qu’enfin, c’était l’ange gardien de la santé.
  • 18% des domiciles avaient au moins un ou une domestique ou servante à plein temps.
  • Il n’y eut que 230 meurtres rapportés dans tous les États-Unis
  • 95% des taxes que nous payons aujourd’hui n’existaient pas en 1909.

On peut facilement imaginer que dans un siècle, on lira nos statistiques actuelles avec le même amusement.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

 

La police de l’Ohio veut que vous voyiez cette photo sur la toxicomanie


Me semble que c’est clair où tu décides de te droguer ou tu peux fonder une famille, mais les deux. Pour ma part, la drogue l’être humain plus qu’idiot
Nuage

 

La police de l’Ohio veut que vous voyiez cette photo sur la toxicomanie

 

ohio police heroin blur

Cette image choquante a été partagée mercredi sur la page Facebook de la police d’East Liverpool (au sud de Cleveland), jeudi.

 

Un garçon de quatre ans est assis sur le siège arrière d’un VUS. Il porte un chandail coloré orné de dinosaures.

Il fixe la caméra. Les deux adultes devant lui ont la bouche grande ouverte et ne montrent aucun signe de vie.

Ces parents, d’après la police de l’Ohio, font une overdose d’héroïne.

En guise d’avertissement.

«Nous jugeons nécessaire de montrer l’autre côté de cette horrible drogue. Nous voulons donner une voix aux enfants pris dans ces circonstances horribles», a déclaré la police d’East Liverpool sur Facebook.

«L’enfant sur cette photo ne peut parler, mais nous espérons que cette histoire puisse faire en sorte qu’une personne ayant la garde d’un enfant pense deux fois avant de s’injecter ce poison.»

ohio police heroin blur 2

D’après cette même publication Facebook, les autorités auraient aperçu un véhicule qui se déplaçait de manière erratique avant de s’arrêter au milieu de la rue.

L’homme au volant a déclaré aux policiers qu’il amenait sa femme à l’hôpital.

Le couple a finalement repris conscience et a été emmené à l’hôpital. Le garçon est en garde à vue des services aux enfants, selon un affidavit.

«Nous savons que cette photo pourrait offenser certaines personnes, et nous en sommes sincèrement désolés, mais cette image représente ce que voit au quotidien le public qui ne consomme pas», a ajouté le service policier sur Facebook.

Il a rappelé que l’héroïne est à l’origine de nombreux problèmes au sein de sa communauté.

Les deux parents font face à des accusations criminelles.

Ce texte a originalement été publié sur Le Huffington Post Canada, et a été traduit de l’anglais.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Un homme a tenté d’arracher le visage de sa victime avec ses dents


Quelle horreur ! J’avoue ne pas comprendre qu’on puisse vouloir prendre des drogues et en plus ne rien connaitre de sa composition. Ce jeune étudiant à gâcher sa vie et comment il se sent quand les effets de cette drogue s’est dissipée ?
Nuage

 

Un homme a tenté d’arracher le visage de sa victime avec ses dents

 

L'étudiant, membre d'une fraternité sur le campus, n'avait... (ARCHIVES AP)

L’étudiant, membre d’une fraternité sur le campus, n’avait pas d’antécédent de violence signalé.

ARCHIVES AP

Agence France-Presse
Miami

Un étudiant de 19 ans a été arrêté par la police sur les lieux d’un double homicide en Floride, au moment où il arrachait avec ses dents des morceaux du visage d’une des victimes.

La police a expliqué qu’Austin Harrouff, étudiant à l’université d’État de Floride, poussait des grognements tandis qu’il retirait avec ses dents la chair du visage d’un homme mort, allongé sur la voie d’accès d’une maison de Tequesta, à environ 150 km au nord de Miami.

L’étudiant est soupçonné d’avoir poignardé lundi soir cet homme et son épouse, et d’avoir blessé un de leurs voisins.

William Snyder, shérif du comté de Martin, a relevé que cette agression «déconcertante et inexplicable» était sans doute le fruit du hasard et probablement liée à la consommation d’une drogue synthétique appelée «sels de bain», «flakka» ou gravier.

Des «sels de bain». ... (PC) - image 2.0

Des «sels de bain».

PC

Le sud de la Floride, particulièrement touristique, pâtit de la présence de cette drogue bon marché, aux effets puissants et mortelle – également connue sous le nom Alpha-PVP – qui est produite en Chine et est chimiquement semblable à des sels de bain.

John Stevens, 59 ans, et sa femme Michelle Mishcon, 53 ans, sont décédés sur place. Un voisin qui a essayé de les aider en s’interposant a également été poignardé, mais est parvenu à appeler les secours. Il a été transporté à l’hôpital pour être soigné.

L’étudiant, membre d’une fraternité sur le campus, n’avait pas d’antécédent de violence signalé. Mais il a fallu l’intervention de plusieurs policiers, chiens et l’utilisation d’un pistolet paralysant pour qu’il arrête de s’acharner sur sa victime.

«Le suspect dans cette affaire était anormalement fort», a relevé M. Snyder, ajoutant qu’il n’y avait pas de lien connu entre le couple et Austin Harrouff.

Des analyses de sang ont pour l’instant écarté la présence d’héroïne et de cocaïne.

«Je ne vais pas faire de spéculation sauf à dire que nous savons dans notre boulot que les personnes sous l’emprise de la flakka ont ce type de comportement dans lequel elles attaquent leur victime et mordent et arrachent des morceaux de chair», a-t-il ajouté.

http://www.lapresse.ca/