Une drôle d’invasion frappe une ville de Californie


Ceux qui ont déjà vu des westerns américains ont déjà vu des tumbleweeds (herbes qui virevoltent) qui roulaient au gré des vents. On envahi une ville en Californie causant des ennuis aux habitants. Ces herbes ne sont pas originaires des États-Unis et ils sont très prolifiques, car chaque plante produit 250 000 graines.
Nuage

 

Une drôle d’invasion frappe une ville de Californie

 

Victorville, en Californie, a subi un phénomène impressionnant le 18 avril : une invasion de « tumbleweeds » s’est abattue sur la ville au point que certains habitants ne peuvent même plus sortir de chez eux.

Ces buissons virevoltants, poussés par les vents et souvent visibles dans les westerns, sont malheureusement source d’une importante pollution.

Vous avez sûrement déjà dû voir ces boules de branches sèches en train de virevolter sur une route dans les westerns. Ces « tumbleweeds« , ou « herbes qui virevoltent », en français, sont des branches de buissons qui sèchent, s’envolent et qui forment des boules, un peu comme des moutons de poussière. Cette plante, importée par les Russes au 19ème siècle, se reproduit très vite. En effet, chaque plante produit 250 000 graines qui s’envolent et font pousser des buissons un peu partout. En somme, une vraie prolifération qui présente plusieurs inconvénients majeurs.

Certains habitants n’ont pas pu sortir de chez eux

Les migrations de Tumbleweeds prennent parfois l’allure d’une invasion. Le 18 avril, c’est Victorville, en Californie, qui en a fait les frais. La ville a pu voir des milliers de ces buissons envahir ses rues, poussés par les vents chauds qui soufflent depuis plusieurs jours au Colorado et en Oklahoma.

Les rues, mais aussi 150 habitations, ont été bloquées par ces « virevoltants » accumulés le long des façades. On ne voit même plus plus les fenêtres ni les portes sur des images relayées par le presse américaine. Certains habitants n’ont d’ailleurs pas pu sortir de chez eux. Habituellement, les habitants peuvent en voir une ou deux rouler au milieu de la rue, poussées par le vent. Mais cette fois les habitants de Victorville ont été désagréablement surpris.

https://www.ladepeche.fr/