SAINTE-ANNE-DES-MONTS`: Un harfang sauvé des glaces


Un magnifique oiseau aurait pu connaitre un triste destin, mais heureusement, que des gens qui aiment observer les oiseaux ont pu faire un sauvetage pour qu’il puisse retrouver la liberté
Nuage

 

SAINTE-ANNE-DES-MONTS`: Un harfang sauvé des glaces

Le harfang des neiges avait la moitié du corps couvert de glace lorsque Raymond Dugas l’a découvert

 

DOMINIQUE FORTIE

SAINTE-ANNE-DES-MONTS – Un harfang des neiges qui s’est retrouvé dans une bien fâcheuse position peut remercier la vigilance de deux passionnés d’ornithologie qui lui ont redonné ses ailes.

Le malheureux oiseau a été retrouvé dans le sentier du petit bois à Sainte-Anne-des-Monts avec le bas du corps complètement recouvert de glace. Selon l’observateur d’oiseaux, Maurice Daudelin, le harfang se serait probablement posé près de la rivière où il se serait mouillé. Par la suite, en marchant dans la neige, le tout aurait gelé sur son corps, le laissant ainsi cloué au sol.

 « Raymond Dugas m’a appelé après avoir fait sa tournée de mangeoires pour me dire qu’il avait aperçu un harfang qui semblait en mauvaise posture. Je me suis donc rendu sur place pour constater que le pauvre oiseau avait la moitié du corps recouvert de glace, l’empêchant ainsi de voler. »

Maurice Daudelin a alors transporté le harfang dans la petite remise à l’entrée du bois où il l’a nourri et lui a fait passer la nuit, histoire de dégeler un peu. Le lendemain matin, le harfang avait englouti son « lunch » et semblait prêt à reprendre son chemin. Il a donc été libéré aux abords du club de golf où il ne s’est pas fait prier pour prendre son envol.

Grande variété d’oiseaux

Selon Maurice Daudelin, il n’est pas rare de voir des harfangs des neiges dans les environs. « Ils quittent le grand nord l’hiver venu puisqu’il fait moins froid ici et les prédateurs sont absents. J’en ai observé sept depuis le début décembre dont plusieurs à Cap-Chat. »

Véritable passionné des oiseaux, Maurice Daudelin s’affaire actuellement au recensement des différentes espèces présentes dans le petit bois.

« J’invite tous ceux qui remplissent les mangeoires à me contacter pour me faire part de leurs observations. Ça m’aiderait grandement. »

Il ajoute qu’une grande variété d’oiseaux peuvent être observés dans le petit bois comme des bruants à gorge blanche et hudsoniens, des juncos ardoisés, des écureuils volants, des Grands pics et des merles d’Amérique.

On peut rejoindre M. Daudelin au 418 764-2354.

http://www.journaldequebec.com

LE PAYS DES OMBRES BLANCHES


Un avant goût de l’hiver ? Il y a des endroits ou l’hiver est une mer blanche sans fin et quand les nuages blancs s’étendent jusqu’a l’horizon, il est difficile de faire la différence entre ciel et terre … Des coins du monde qu’il fait froid .. très., très froid .. vaut mieux être super bien habillé ..sinon on gèle. Pourtant, des animaux, des oiseaux arrivent a survivre dans ces terres hostile ..
Nuage

 

LE PAYS DES OMBRES BLANCHES

 

1. LE SEIGNEUR DU GRAND NORD

On croirait cet ours polaire en posture de soumission : en fait, ce grand mâle affamé lèche et croque la glace, où des restes de poissons sont emprisonnés. Il y passera la journée entière. Photo Vincent Munier

2. LE PASSAGER DE L’HIVER

Cet ours que Vincent a photographié dans la toundra ­canadienne n’avait pas mangé depuis plusieurs semaines et attendait que la banquise se forme pour partir à la chasse au phoque, sa proie préférée.  Photo Vincent Munier

3. BALLET NUPTIAL DANS LE BLIZZARD

Au début du XXe siècle, les grues étaient en voie de disparition. On les chassait pour leurs vertus prétendument aphrodisiaques. Grâce à l’action du Pr Masatomi, un scientifique japonais, l’espèce a pu être provisoirement sauvée. Aujourd’hui, on en dénombre un millier sur l’île de Hokkaido. Photo Vincent Munier

4. UN ROC SUR L’OCÉAN DE NEIGE

Impassibles, insensibles aux rafales du vent glacé, les bœufs musqués fascinent Vincent Munier. Des animaux capables de passer trois ou ­quatre mois d’hiver dans une nuit quasi totale à – 50 °C méritent forcément le respect. Photo Vincent Munier

5. LES LONGUES OREILLES DU BLIZZARD

En Arctique, l’invisible lièvre blanc a la taille d’un renard. Plus gros que ses cousins européens, il ne se remarque dans la neige que grâce aux taches noires qui marquent le bout de ses oreilles et aux deux fentes de ses yeux, plissés face au vent.  Photo Vincent Munier

6. PLAINES DU QUÉBEC, 2008 : L’HARFANG

Avec 1,70 mètre d’envergure, l’harfang des neiges peut repérer des lemmings sous 30 centimètres de neige, et plonge alors pour les attraper. Photo Vincent Munier

7. LES CYGNES CHANTEURS D’HOKKAIDO

Ces grands oiseaux au plumage immaculé viennent de Sibérie pour se rassembler au bord du lac Kussharo où, grâce à l’activité volcanique, l’eau ne gèle jamais. Photo Vincent Munier

8. L’ARBRE DU BOUT DU MONDE

Péninsule de Shiretoko, Japon, 2006. « La photo d’un arbre tout seul dans la neige, je trouve ça très fort, dit Vincent, ça me parle. » En langue aïnou, Shiretoko signifie l’extrémité de la terre. Photo Vincent Munier

9. DES RENNES DANS LA BRUME

Forollhogna, Norvège, 2009. Un renne sauvage dans la tempête. Vincent a passé quinze jours ici, en mission pour le projet « Wild Wonders of Europe ». Les rennes ne se sont montrés que le dernier jour.  Photo Vincent Munier

10. UN OEIL DE LA TEMPÊTE

Norvège, parc national de Dovrefjell A l’affût derrière son objectif de 600 millimètres posé sur trépied, Vincent Munier guette les bœufs musqués après une tempête.Photo Vincent Munier

http://www.parismatch.com

Harfang en visite pour de la nourriture


Harfang des neiges est un oiseau majestueux, d’une très grande beauté. Un oiseau qui vit beaucoup plus au nord viens quelques fois vers le sud pour trouver subsistance en des périodes plus difficile, C’est donc de la belle visite pour certaines régions qui ont la chance de l’apercevoir
Nuage

Harfang en visite pour de la nourriture

Harfang en visite pour de la nourriture

Denis Laurion | Agence QMI – Ce harfang des neiges se prélasse sur le toit d’une maison de Sainte-Catherine, loin de son habitat naturel du grand Nord.

David Penven | Agence QMI

Un oiseau qui vit normalement dans les régions arctiques a été aperçu dans la grande région de Montréal. Dernièrement il a été vu à Sainte-Catherine, proche de Saint-Constant, en Montérégie.

 

Beau et majestueux, le harfang des neiges attire l’attention de bien des gens en raison de ses visites plutôt rares.

«Cet oiseau niche principalement dans la toundra de l’Arctique canadien, indique Éric Santerre, porte-parole du ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec. Il n’est pas considéré comme une espèce migratrice. Il hiverne en Arctique tant que la nourriture est suffisante pour combler ses besoins.»

Toutefois, lorsque la nourriture vient à manquer, le harfang des neiges va migrer jusqu’au sud du Canada et au nord des États-Unis. Certains de ces déplacements migratoires sont effectués par un grand nombre d’individus et sont appelés «irruptions».

Le fait que plusieurs harfangs des neiges apparaissent dans le sud du Québec, habituellement un hiver sur quatre, laisse à penser que ces irruptions sont liées au cycle de lemmings, de petits rongeurs qui constituent la proie principale du harfang des neiges.

«Tous les quatre ans environ, les populations de lemmings diminuent drastiquement dans toute l’aire de nidification du harfang, forçant ce dernier à se déplacer sur de longues distances afin de trouver des proies», souligne M. Santerre.

Difficile à recenser

En raison de l’éloignement de son aire de nidification, de sa faible densité et des irrégularités de ses migrations, il est difficile d’obtenir une estimation fiable du nombre de harfangs des neiges.

«Toutefois, l’espèce n’est pas considérée menacée ou vulnérable au Québec, rappelle Éric Santerre. Le harfang des neiges est protégé comme tous les animaux sauvages par la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune et comme toutes les espèces d’oiseaux de proie, il est un animal à déclaration obligatoire.»

Depuis 1987, ce hibou est l’emblème aviaire du Québec à la suite d’une décision de l’Assemblée nationale. C’est aussi l’animal de compagnie d’un certain Harry Potter…

http://fr.canoe.ca