Le Saviez-Vous ► 14 habitudes qui font des douleurs aux pieds, déconseillées par les podiatres


Les pieds, on ne les voit pas très souvent, sauf peut-être à la belle saison. Pourtant, ils demandent des soins comme toutes les parties de notre corps, car ils travaillent très fort. Il y a certaines habitudes que l’on doit prendre pour éviter des douleurs, mycoses et autres ..
Nuage

 

14 habitudes qui font des douleurs aux pieds, déconseillées par les podiatres

 

Par Colleen Travers, RD.com

Vos pieds sont peut-être la partie de votre corps la plus maltraitée et la plus négligée. Prenez-en soin pour éviter des douleurs aux pieds : vous vous sentirez mieux, au physique comme au moral.

Vous portez des talons trop hauts

Vos pieds vous supportent, et vous l’oubliez trop souvent. Vous passez au moins dix minutes le matin à prendre soin de votre visage, mais si vos pieds ont droit à une séance chez le pédicure une fois par mois, ils ont de la chance!

Pourtant, les podiatres ne plaisantent pas en disant que si vos pieds vont mal, c’est toute votre façon de vivre qui va aller cahin-caha. Les talons hauts ont peut-être du style, mais s’ils sont vertigineux, votre grimace de douleur n’aura rien d’élégant! Votre vice de posture forcera vos pieds et vos jambes à surcompenser pour vous permettre de marcher.

Selon Rebecca Pruthi, docteure en médecine podiatrique et chirurgienne à Foot Care of Manhattan, à New York, cela peut causer des états douloureux comme la fasciite plantaire, les oignons et les épines de Lenoir. Pour prévenir la douleur, elle conseille de s’en tenir à des talons de 5 cm au maximum.

Vous portez les mêmes chaussures tous les jours

Un choix qui semble plein de bon sens, c’est de dénicher des chaussures si confortables que vous n’aurez jamais envie de les quitter. Sauf que pour vos pieds, ce ne sera peut-être pas un cadeau!

La docteure en médecine podiatrique et chirurgienne du pied Jackie Sutera, spécialiste du laboratoire Vionic et porte-parole de l’American Podiatric Medical Association (Association américaine de médecine podiatrique), souligne qu’en mettant jour après jour les mêmes chaussures, vous utilisez sans arrêt les mêmes surfaces du pied pour vous tenir debout ou pour marcher, ce qui cause de la fatigue. Le mieux est d’avoir plusieurs paires de chaussures confortables et de les porter à tour de rôle tout au long de la semaine.

Vos chaussures sont trop vieilles

Casser une paire de souliers neufs, c’est barbant. Mais d’après Jackie Sutera, traîner des chaussures avachies n’est pas la solution : cela peut fausser votre démarche et causer de la douleur.

« Des chaussures usées font pencher le pied, et l’impact avec le sol va se faire à un mauvais angle, dit-elle. Même la plus petite inclinaison peut vous blesser les pieds et causer des maux de dos et de la hanche. »

Remplacez tous les six mois au maximum les souliers que vous portez tous les jours (comme vos chaussures de course), conseille Rebecca Pruthi. Vérifiez régulièrement les semelles des autres souliers et dès que vous constatez que leur soutien laisse à désirer, remplacez-les ou envoyez-les au ressemelage.

Vous portez des souliers plats dans les transports en commun

Les ballerines, les sneakers plats (du genre Converse) et les tongs ne procurent pas un bon soutien de la voûte plantaire. Si vous avez l’habitude de les mettre du lundi au vendredi pour vous rendre au travail, avertit le Dr Miguel Cunha, podiatre et fondateur de Gotham Footcare à New York, vous exposez vos pieds aux oignons, aux orteils en marteau et à l’affaissement de la voûte plantaire.

Vous coupez vos ongles d’orteils bizarrement

« En coupant ses ongles d’orteils trop courts ou trop ronds, on risque d’avoir des ongles incarnés, dit Rebecca Pruthi. L’ongle va se mettre à pousser sous la peau, ce qui causera de l’inconfort. Et les chaussures aggravent souvent le problème en créant des points de friction ou de compression.

La solution pour éviter la formation d’ongles incarnés, selon la podiatre, c’est de couper ses ongles d’orteils à angle droit.

Vous courez avec des chaussures de tennis (ou jouez au tennis avec des chaussures de course)

Pour faire de l’exercice ou pratiquer un sport, la chaussure de gym n’est pas une solution passe-partout.

« Le design des chaussures de sport fait appel à une large technologie, souligne le Dr Sutera.Chaque activité a des particularités auxquelles les chaussures doivent être adaptées. Par exemple, les chaussures de course et de marche sont faites pour un mouvement en ligne droite, tandis que les chaussures de basketball et de tennis sont étudiées pour les mouvements latéraux. »

Vous portez toujours votre sac du même côté

D’après Pruthi, si vous portez toujours du même côté votre porte-documents ou un fourre-tout lourdement chargé, ce déséquilibre à répétition peut causer non seulement une tendinite, mais aussi des douleurs au cou et au dos.

Prenez soin d’alterner le côté où vous portez vos affaires, ou distribuez le poids dans deux sacs plus petits.

Vous ne soignez pas vos plaques squameuses

« En négligeant les zones de peau sèche et rugueuses à la plante des pieds, on favorise l’apparition de craquelures, dit Rebecca Pruthi. Et avec le temps, elles peuvent empirer et s’infecter. »

La podiatre conseille d’utiliser régulièrement une pierre ponce sous la douche et d’hydrater ses pieds pour les garder en bonne santé..

Pour le Dr Cunha, les plaques squameuses peuvent aussi être le signe d’une mycose.

« Et dans ce cas, ce qu’il faut, ce n’est pas une lotion hydratante mais une crème antifungique. »

Vous ne laissez pas vos pieds respirer à la fin de la journée

Porter des chaussettes toute la journée risque de vous faire transpirer des pieds, dit Rebecca Pruthi, ce qui entraîne des odeurs désagréables, du pied d’athlète, et dans les cas extrêmes, des infections. La podiatre conseille de laisser ses pieds à l’air libre après l’exercice ou en rentrant chez soi le soir, et de ne pas oublier de bien les sécher entre les orteils après la douche.

La règle, pour les chaussettes, souligne le Dr Cunha, c’est de les changer une fois par jour (ou plus si vous bougez beaucoup), pour que les pieds restent propres.

« De façon générale, si vous changez vos sous-vêtements, vous devriez aussi changer de chaussettes. »

Vous faites trop souvent vos exercices pieds nus

C’est parfois difficile à éviter (en particulier pour le yoga et le Pilates), mais assurez-vous d’avoir un programme d’exercice assez varié, conseille Jackie Sutera.

« Les personnes qui font les mêmes exercices pieds nus plusieurs fois par semaine peuvent finir par ressentir des douleurs aux tendons, aux talons et même aux articulations », ajoute la podiatre.

Veillez à incorporer à votre routine un mélange d’exercices en sneakers et de mouvements pieds nus à impact modéré.

« Le corps apprécie la modération et la variété », conclue-t-elle.

Vous ne portez pas de pantoufles à la maison

« On sous-évalue le temps passé sans chaussures à la maison, c’est-à-dire sans protection entre le sol et les pieds, surtout avec des planchers de bois franc, de marbre ou de céramique, observe Sutera. Au fil du temps, la couche de gras naturel sur la plante de vos pieds s’amincit et plus tard, vous aurez l’impression que vos pieds sont devenus décharnés. »

Essayez des pantoufles orthopédiques (la Dre Sutera aime celles-ci) pour soutenir le pied quand vous enlevez vos chaussures à la maison.

Vous oubliez de protéger vos pieds contre les rayons UV

Si vous passez toute la journée dehors, vous devez mettre de la crème solaire sur vos pieds nus – pas question de les oublier.

« Comme le reste du corps, le dessus et la plante des pieds sont exposés au vieillissement prématuré et au mélanome », souligne Pruthi.

On veut éviter le cancer, mais essayer de rentrer dans ses souliers avec un coup de soleil sur les pieds est déjà une expérience pénible.

Vous ignorez les points douloureux

Même si vous ne vous entraînez pas pour un marathon, le surmenage des pieds peut causer des fractures de stress.

« On peut souffrir d’une blessure, même si aucun incident particulier ne l’explique », dit Pruthi.

Si vos pieds vous font mal quand vous marchez, la douleur ne peut qu’empirer et les traumatismes se multiplier.

« Si vous sentez que quelque chose ne va pas, n’hésitez pas à consulter un podiatre », ajoute-t-elle.

Vous portez vos chaussures d’extérieur à l’intérieur

Selon le Dr Cunha, prendre la peine de changer de chaussures en rentrant du jardin dans la maison est une précaution utile.

« Les chaussures d’extérieur peuvent véhiculer des germes et des virus qui vont se répandre à travers la maison.En portant ces chaussures à l’intérieur ou en les rangeant là où on s’assoit ou on s’allonge, on fait grimper le risque de mycoses ou de verrues. »

https://www.selection.ca/

Rester jeune


Avez-vous remarqué que les rechigneux, les mécontents, ceux qui s’enferment dans leur petite routine vieillissent plus vite que les autres ? Bouger, apprendre, sortir aide a rester jeune.
Nuage

 

Rester jeune

 

Si tu veux rester jeune toute ta vie, continue d’évoluer, d’apprendre, de découvrir et ne t’enferme pas dans des habitudes qui sclérosent l’esprit, ni dars le confort engourdissant de ce que tu sais déjà faire

Laurent Gounelle

Quelle heure est-il dans votre corps ? Un test sanguin pourrait bientôt vous le dire


Il y a des médicaments qui pourraient être plus efficace s’ils étaient administrés selon notre heure biologique. Il semble que dans un avenir proche, on pourra savoir si nous sommes vraiment du matin, après-midi ou du soir grâce à une prise de sang.
Nuage

 

Quelle heure est-il dans votre corps ? Un test sanguin pourrait bientôt vous le dire

 

corps

Crédits Sophie & Cie/Flickr, CC BY-SA

par Brice Louvet18

Une équipe de chercheurs annonce avoir mis au point un test sanguin capable de “lire” l’heure de votre corps. Une meilleure estimation de l’horloge biologique pourrait permettre aux médecins de préciser l’administration de certains médicaments.

Vous avez vos petites habitudes; le matin, au travail, le soir. Tout est réglé, et quelque part, c’est rassurant. Mais êtes-vous réellement en accord avec votre corps ? S’il est 18 h à votre montre, se pourrait-il qu’il soit un peu plus tôt, ou un peu plus tard dans vos cellules ? La question est d’importance; une meilleure estimation de notre horloge biologique pourrait d’une part minimiser les chances de développer certaines maladies, mais également permettre aux médecins d’administrer certains médicaments à des horaires stratégiques, pour maximiser leur action.

En ce sens, des chercheurs de l’Université Northwestern, aux États-Unis, ont récemment mis au point un nouveau test sanguin – TimeSignature – s’appuyant sur un algorithme d’apprentissage automatique conçu pour rechercher des modes d’expression des gènes à différents moments de la journée. Il s’avère en effet qu’environ 40% de nos gènes “s’activent” à différents moments de la journée, en fonction de notre rythme circadien.

Le patient doit ici avoir au moins eu deux prises de sang suffisamment espacées dans la journée pour que le test soit précis. Auparavant, du sang devait être prélevé toutes les heures sur plusieurs heures.

“Notre test ne permet pas seulement de savoir si vous êtes plutôt du matin ou du soir, explique dans un communiqué Rosemary Braun, biostatisticienne à l’Université Northwestern et principale auteure de l’étude. Il permet de connaître précisément l’horloge biologique d’une personne en seulement une heure et demie“.

L’avantage d’un tel test, qui notons-le, devra d’abord passer des essais cliniques avant une éventuelle mise à disposition, est qu’il pourrait permettre de personnaliser l’administration de certains traitements.

“Beaucoup de médicaments ont des temps optimaux pour le dosage, poursuit le Dr Phyllis Zee, du département de neurologie de la Feinberg School of Medicine, à la Northwestern University. Le meilleur moment pour prendre le médicament contre l’hypertension artérielle ou la chimiothérapie ou la radiothérapie peut être différent de celui de quelqu’un d’autre“.

Ainsi, en “personnalisant” la prise de traitement, ceux-ci pourraient alors se montrer beaucoup plus efficaces.

Les détails de cette étude sont rapportés dans la revue PNAS.

https://sciencepost.fr

Heureux


Cela parait peut-être farfelu et pourtant, c’est un moyen efficace pour se sentir bien
Nuage

 

Heureux

 

 

Chaque jour, faites quelque chose qui vous rend heureux, jusqu’à ce que cela devienne une habitude

Inconnu

Mauvaises habitudes


Les mauvaises habitudes ne permettent pas d’avancer et de faire valoir ce qui est mieux pour nous
Nuage

 

Mauvaises habitudes

 

 

Tant que nous accrochons à des mauvaises habitudes qui ne menacent peut-être pas notre vie, mais ne l’améliorent certainement pas, nous nous privons d’une partie de notre potentiel

Sarah Ben Breathnach

Pokémon Go bouffe vos données… personnelles


La plupart des applications sur le web demandent d’avoir accès à certaines informations et qui seraient « confidentielles ». Le jeu Pokémon est différent dans le sens que la collecte est encore plus vaste grâce au GPS qui est l’espionnage rêvé pour des publicités ciblées
Nuage

 

Pokémon Go bouffe vos données… personnelles

 

Un pokémon se tient sur un trottoir du centre-ville de Toronto, prêt à être capturé. (Photo: Cole Burston/La Presse Canadienne)

Un pokémon se tient sur un trottoir du centre-ville de Toronto, prêt à être capturé. (Photo: Cole Burston/La Presse Canadienne)

Jean-Philippe Décarie-Mathieu est cofondateur de Crypto.Québec, un regroupement qui sensibilise la population aux enjeux relatifs à la vie privée sur le Web et à la sécurité informatique. Écoutez leur émission en baladodiffusion, enregistrée chaque semaine dans les locaux de L’actualité.

L’été 2016 passera à l’histoire comme l’été Pokémon! Pas seulement parce que le premier jeu en réalité augmentée destiné aux cellulaires s’est retrouvé en tête des applications gratuites sur l’App Store dès sa sortie, appli que des millions de personnes ont téléchargée depuis. Plutôt parce que sous ses airs ludiques, Pokémon Go ajoute sa pierre à l’édifice de la société de surveillance. Position par GPS, accès à l’historique des endroits visités, à la fréquence et aux habitudes de jeu… Chaque fois qu’un joueur chasse les Pokémon, il alimente son empreinte numérique unique, mise à jour en temps réel et archivée pour une période indéterminée, pour le meilleur et pour le pire.

L’entreprise qui a développé l’application, Niantic, accumule des quantités incroyables d’informations personnelles sur les utilisateurs dès l’enregistrement. Les conditions d’utilisation qui s’affichent précisent que la société californienne collecte votre adresse Google ou Facebook (si vous les utilisez comme identifiants), et par ricochet l’ensemble de vos informations publiques. Elle note votre adresse IP (l’équivalent sur Internet de votre adresse de maison), votre positionnement géographique par satellite lors de l’enregistrement, le nom et la version de votre système d’exploitation. Elle recense la page Web que vous visitiez juste avant de vous inscrire à Pokémon Go, les mots clés que vous avez utilisés pour y arriver, ainsi que l’ensemble de vos journaux, qui contiennent les informations techniques générées dès qu’un utilisateur fait quoi que ce soit.

Votre compte, en soi, est lui aussi une mine d’informations: vos nom et date de naissance, le nom du pays dans lequel vous êtes… et l’ensemble des messages que vous envoyez à d’autres utilisateurs de Pokémon Go. Les témoins (cookies) et les pixels-espions (Web beacons, des images minuscules qui permettent de suivre vos comportements d’un site à l’autre) permettent eux aussi une collecte impressionnante: statistiques sur la consommation et le trafic Web, tendances d’utilisation à long terme, temps passé sur les différences sections de l’application et du site Web de Niantic.

Le positionnement géographique étant essentiel au bon fonctionnement de Pokémon Go, normal que Niantic utilise tous les outils à sa disposition, notamment la géolocalisation par satellite (le fameux GPS), pour déterminer très précisément le lieu qu’occupe le joueur tout au long du jeu. Rien n’indique que l’entreprise ait des intentions malveillantes. Les métadonnées qu’elle récolte sont probablement rendues anonymes, mais il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’une entreprise privée, et donc qu’aucune surveillance externe n’est possible.

Dans ses conditions d’utilisation de Pokémon Go, Niantic se dégage de toute responsabilité en cas de partage des données, notamment avec son partenaire Pokémon Company. En cas de liquidation ou de rachat de Niantic, l’ensemble des données collectées (décrites comme des «actifs» dans la politique de vie privée) pourraient se retrouver dans les mains d’une entreprise qui aurait gros à gagner à acquérir un tel trésor numérique. Un utilisateur peut toujours demander un retrait de ses informations personnelles des serveurs, mais elles demeurent dans les copies de sauvegarde.

Au départ, l’application était encore plus gourmande. Pour jouer à Pokémon Go, vous deviez littéralement ouvrir votre compte Google à Niantic, qui se réservait le droit de modifier l’ensemble de vos données: l’application pouvait lire tous les courriels de votre compte Gmail, apporter des modifications à vos documents sur Google Drive, consulter votre historique de recherche, accéder à vos photos personnelles, etc. Et aucune fenêtre n’apparaissait, au moment de son installation, pour vous en prévenir.

Niantic — une ancienne filiale de Google — prétend que cet accès total au compte Google était un «accident». Et elle a rectifié le tir. L’ouverture d’un compte Pokémon Trainer ou un simple Google ID suffit maintenant pour l’authentification du joueur.

L’application mise au point par Niantic n’est pas la première à recueillir autant de renseignements. Mais ce qui dérange dans son cas, c’est l’ubiquité de la collecte de métadonnées tous azimuts, inhérente au bon fonctionnement de l’application.

Force est de constater que l’utilisation de Pokémon Go contribue à la société de surveillance, en plus de créer une couche supplémentaire d’espionnage orwellien. Le pistage d’informations devient non seulement socialement acceptable, mais attrayant, puisqu’il s’accompagne d’une récompense instantanée. L’ensemble des déplacements d’un joueur, son âge, ses habitudes Web valent leur pesant d’or dans l’univers de la publicité ciblée.

Pas étonnant que Pokémon Go soit gratuit. Le produit, ici, n’est pas le jeu. C’est le joueur. À cogiter.

http://www.lactualite.com/

Changement


Avec toute la misère du monde, nous plaignons quand même de notre condition et pourtant, nous avons cette opportunité de voir notre vie autrement pour l’améliorer
Nuage

 

Changement

 

Vous ne pouvez pas changer le futur, mais vous pouvez changer vos habitudes et celles-ci changeront votre futur

Marco Polo