L’EMDR, la gymnastique de l’oeil, efficace contre le stress des urgences


Il reste à démontrer cette expérience étonnante à plus grande échelle, mais il semble qu’une technique de gymnastique à l’oeil peut permettre de diminuer de beaucoup les effets négatifs de stress post-traumatique ou le syndrome post-commotionnel aux urgences.
Nuage

 

L’EMDR, la gymnastique de l’oeil, efficace contre le stress des urgences

 

La gymnastique de l'oeil, efficace contre le stress des urgences

L’EMDR est une technique de « désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires » qui permet de « reprogrammer » le cerveau.

CREATIVE COMMONS

Par Sciences et Avenir avec AFP

Un passage aux urgences laisse des traces psychologiques. Une simple séance de gymnastique de l’œil dans les heures qui suivent l’admission pourrait éviter les troubles post-traumatiques que cela engendre pendant plusieurs mois.

Une simple séance de stimulation des mouvements de l’oeil (EMDR) dans les six heures qui suivent l’admission aux urgences pourrait permettre d’éviter des troubles post-traumatiques pendant plusieurs mois, suggère une étude menée en Gironde. Maux de tête, difficultés à se concentrer, irritabilité, troubles sensoriels :

« un passage aux urgences n’est pas anodin. Quelle que soit la raison pour laquelle une personne s’y présente, environ un sur cinq souffrira pendant plusieurs mois de symptômes divers », résume dans un communiqué l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) qui a piloté cette étude, publiée dans The Journal of Psychiatric Research.

Une technique qui diminue de 75% les troubles de « stress post-traumatique »

Pour prévenir ce « syndrome post-commotionnel » ou un « stress post-traumatique », les chercheurs du centre de recherche « Bordeaux Population Health Center » et de l’hôpital psychiatrique de Cadillac (Gironde) ont mené depuis 2007 une expérience visant à évaluer sur 130 sujets la faisabilité aux urgences d’une approche thérapeutique reconnue,

l’EMDR, une technique de « désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires » qui permet de « reprogrammer » le cerveau.

Ce protocole a démontré son « efficacité à diminuer jusqu’à 75% » les troubles de « stress post-traumatique » et de « syndrome post-commotionnel ».

Il s’agit d’effectuer des séries de stimulations bilatérales alternées, consistant en des mouvements oculaires (balayage horizontal ou vertical). Ou lorsque l’état clinique du patient ne le permet pas, des tapotements alternés des genoux ou des épaules.

Les 130 patients de l’étude avaient été répartis aléatoirement en trois groupes : le premier bénéficiant d’une séance d’EMDR de 60 minutes, le deuxième d’un entretien de 15 minutes avec un psychologue, le troisième n’ayant reçu aucune prise en charge. Trois mois plus tard, la proportion de sujets souffrant de « syndrome post-commotionnel » dans chacun des groupes était respectivement de 15%, 47% et 65%. Celles de patients présentant un trouble de « stress post-traumatique » étaient de 3%, 16% et 19%.

Ce premier essai mondial « montre qu’une intervention EMDR brève et ultra-précoce est d’une part réalisable dans le contexte des urgences et d’autre part potentiellement efficace”, conclut Emmanuel Lagarde, directeur de recherche Inserm.

Ces conclusions restent à confirmer par une nouvelle étude de plus grande ampleur, initiée en janvier 2018 par la même équipe aux CHU de Lyon et de Bordeaux, auprès de plus de 400 patients. Les résultats seront connus avant la fin de l’année 2018.

https://www.sciencesetavenir.fr

Johanna Quaas, la plus vieille gymnaste en activité


Un modèle à suivre ! Certains l’ont déjà vue dans des vidéos sur YouTube, cette femme de 91 ans qui fait beaucoup de sport, barres parallèles, nage, vélo, danse artistique, etc .. Rien ne l’arrête. Sa célébrité à commencé quand une étudiante l’a filmé (la première vidéo ci-bas) et posté sur YouTube. Depuis, elle a un ménager qui s’occupe d’elle. Pourtant, si elle avait écouté son médecin plus jeune à cause de ses pieds-plats, elle n’aurait jamais été au bout de ses rêves et participer à des compétitions
Nuage

 

Johanna Quaas, la plus vieille gymnaste en activité

 

C’est une vieille dame qui va très bien. Elle mange beaucoup de fromage et fait des tutoriels de gymnastique pour une marque de literie.

 

Elle a toujours fait du sport. Mais ce n’est qu’une fois devenue octogénaire que Johanna Quaas, la plus vieille gymnaste en activité, a connu la célébrité.

Sa notoriété commence en 2008, lorsqu’une étudiante filme sa prestation lors d’une compétition à Cottbus (est de l’Allemagne) et la poste sur YouTube. On y voit l’octogénaire en justaucorps vert aussi souple qu’un roseau finir son poirier par une roulade arrière, et poser gracieusement son buste sur ses jambes, avant d’être acclamée par la foule.

 

Rapidement, la vidéo atteint le million de vues, et les invitations déferlent de partout. Par téléphone, cette semaine, l’ancienne professeure de sport de Halle (nord-est de l’Allemagne) nous raconte :

« J’ai été un peu submergée. J’ai signé un contrat avec un manager. Il s’occupe des invitations à l’étranger, des médias et des sponsors. »

 

Programme de la semaine

Le manager (qui a été celui de l’athlète slovène Leon Stukelj) se consacre désormais à elle seule. Et verrouille sa communication : impossible de rencontrer Johanna Quaas en personne.

Un jour, elle parade sur la Ve avenue à New York pour la fête germano-américaine (Steuben Day).

Un autre, elle fait un saut en parachute en l’honneur d’une de ses idoles du même âge, la reine d’Angleterre.

Johanna Quaas, sacrée en 2013 « gymnaste la plus âgée encore en activité » par le livre Guinness des records…

 

Son manager finit par nous accorder une heure au téléphone avec la star senior. Au bout du fil, elle ne cherche pas ses mots, semble hypermnésique et rigole à toutes les blagues. Elle nous dit :

« Le lundi je vais à mon cours de danse, le mardi et le jeudi, je suis à la salle de sport, le mercredi j’ai mon cours de gym pour seniors, et le vendredi je vais faire des longueurs à la piscine. »

Un programme ambitieux quand on a 91 ans.

Star de YouTube, elle est désormais invitée par les télévisions du monde entier. Mais sa célébrité continue de la surprendre :

« C’est fou le nombre de jeunes qui veulent se faire prendre en photo avec moi dans les compétitions ! »

Les barres parallèles

Née en octobre 1925 pas loin de Leipzig, alors que l’Allemagne est encore sous la République de Weimar, elle grandit à côté d’un terrain de sport.

Son père, employé de la poste, entraîne une équipe de gym de garçons, et Johanna Quaas passe tous ses étés d’enfant au gymnase. Son agrès préféré ? Les barres parallèles. Mais quand elle veut en faire son métier, le médecin douche ses espoirs. Une gymnaste avec des pieds aussi plats ? Impossible.

« Je sais maintenant que ce n’était pas une fatalité, confie-t-elle avec douceur. Il y a des exercices pour corriger ça ; mes pieds se sont arrangés avec le temps. »

Johanna Quaas ne se laisse pas abattre. Elle continue la gymnastique et devient championne de handball de RDA en 1954 tout en travaillant comme professeure de sport.

En 1963, elle se marie à Gerhardt, un autre gymnaste et ils ont trois enfants ensemble (des filles).

« Elles n’ont jamais été intéressées par le sport de haut niveau. Je l’ai regretté un temps, mais quand je vois à quel point ce sport est devenu dur et à quel point il malmène les corps, ce n’est pas si grave que ça… »

Reprise à 56 ans

Ce n’est qu’après le départ de ses enfants que Johanna Quaas reprend, à 56 ans, la compétition avec une copine de son âge.

La gymnaste raconte, en passant, que l’émancipation des femmes n’était pas vraiment un sujet en RDA, parce que toutes les femmes étaient plutôt actives (leur travail était encouragé).

Après cette reprise, elle ne s’est plus arrêtée : entre 2000 et 2011, elle remporte chaque année le titre de championne d’Allemagne dans la catégorie senior (à 91 ans, elle est la femme la plus âgée à concourir). Elle vit pour le sport. C’est ce qui l’a aidée à se tenir debout quand son mari est décédé à l’automne dernier. 

Ses rivales sur le tapis sont souvent des jeunettes de 70 ans.

« Comme je continuais à les battre, je me suis dit un temps qu’il faudrait que j’arrête la compétition… Mais en fait, je n’ai pas du tout envie d’arrêter ! »

Elle n’a pas peur de se faire mal et pense que c’est le sport qui la maintient aussi alerte. Elle assure manger de tout, beaucoup de poisson et de fromage. Elle veut montrer aux autres personnes âgées qu’elles peuvent rester en forme à tout âge, et donne des tutoriels de gymnastique au lit pour une marque de literie.

 

Le succès n’a pas fondamentalement changé sa vie. Elle habite toujours dans le sud de la ville Halle, dans un immeuble préfabriqué, et fait du vélo le long de la rivière pour aller au marché.

« Quand on est en forme, on maîtrise mieux sa vie. Regardez-moi, à 91 ans, je lave encore mes carreaux et je cueille des fraises pour en faire de la confiture qui va me tenir tout l’hiver. »

Elle est juste invitée dans des destinations un peu plus exotiques que ses voisines. Elle part bientôt au Japon.

 

Emmanuelle François


 

http://tempsreel.nouvelobs.com/

Le tai-chi serait bon pour le coeur


Personnellement, j’aurais plus confiance au tai-chi que le yoga. Le tai-chi est une gymnastique lente et qui pour un certain âge serait probablement plus facile à faire et moins dangereux pour les blessures.
Nuage

 

Le tai-chi serait bon pour le coeur

 

Des exercices traditionnels chinois comme le tai-chi semblent contribuer à la... (PHOTO ARCHIVES AFP)

 

La Presse Canadienne
Montréal

Des exercices traditionnels chinois comme le tai-chi semblent contribuer à la santé et au bien-être des patients qui souffrent de maladies cardiaques, d’hypertension artérielle ou des séquelles d’un accident vasculaire cérébral, selon une étude publiée dans le Journal of the American Heart Association.

Le chercheur chinois Yu Liu et ses collègues ont épluché 35 études sur la question, pour un total de 2249 participants provenant de dix pays.

Ils ont constaté que les patients atteints d’une maladie cardiaque et qui pratiquaient des exercices chinois traditionnels réduisaient leur pression systolique en moyenne de 9,12 mm Hg et leur pression diastolique de plus de 5 mm Hg.

Ils ont également noté une réduction modeste des taux de mauvais cholestérol et de triglycérides.

Les exercices chinois ont enfin semblé rehausser la qualité de vie et réduire les sentiments dépressifs chez les patients atteints d’une maladie cardiaque.

Les exercices chinois étudiés comprenaient notamment le tai-chi, le qi gong (une gymnastique traditionnelle) et le ba duan jin (une autre forme de gymnastique).

http://www.lapresse.ca/