Un adolescent atteint de schizophrénie après avoir été griffé par son chat


Bartonella henselae est une bactérie responsable d’une infection dont l’hôte est le chat. Généralement, elle provoque des infections cutanées. Mais un cas rare s’est produit aux États-Unis, après qu’un jeune garçon s’est fait mordre et griffer par ses chatons. Il a changé de comportement du jour au lendemain. Il a été diagnostiqué schizophrène, sauf qu’aucun traitement ne semblait l’aider jusqu’au jour ou les médecins ont fait une liaison avec les chats. Il s’agissait d’une schizophrénie infectiueuse qui heureusement se guérit. Même si ce type d’affection est rare, il ne faut pas prendre à la légère les griffures et morsures.
Nuage

Un adolescent atteint de schizophrénie après avoir été griffé par son chat

Chat menaçant

Des scientifiques américains ont fait état d’un nouveau cas de schizophrénie après avoir examiné un adolescent de 14 ans. Le jeune garçon avait été griffé par son chat… 

 Aux Etats-Unis, les chercheurs américains ont fait face à un nouveau cas clinique, détaillé dans la revue Journal of Central Nervous System Disease. Le comportement d’un adolescent de 14 ans, a changé du jour au lendemain. Tout cela à cause d’une bactérie nommée  Bartonella, la bactérie des chatons. Les docteurs l’ont diagnostiqué 18 mois après les premiers symptômes.

Le jeune garçon a commencé à avoir des pulsions suicidaires, il pensait être « le fils du diable ». Il devenait complètement confus et tomba dans la dépression. À l’hôpital, les docteurs lui ont vite diagnostiqué une schizophrénie. Après la prescription d’antipsychotiques, il n’avait plus ces pulsions. En revanche, il souffrait toujours de psychoses.

18 mois d’incompréhension 

L’adolescent rentre à la maison, mais son cas s’aggrave. Cette fois-ci, il pense qu’un de ses chats tente de le tuer. De nouveaux symptômes font leur apparition: hallucinations visuelles, auditives et tactiles, fatigue extrême, migraines, crises de panique. Durant 18 mois, les chercheurs vont tenter d’améliorer son état, en vain. Plusieurs traitements lui ont été préscrits, sans succès.

Ce n’est qu’en janvier 2017, que les médecins découvrent qu’il souffre d’une , due à la bactérie Bartonella henselae. Cette bactérie est aussi appelée la bactérie du chaton et le jeune garçon avait plusieurs félins.

Selon l’étude, il « avait subi des morsures et des égratignures de chat peu avant l’apparition de la maladie ».

Cette bactérie, transmise de cette manière, peut provoquer des infections.

Le Dr Guillaume Fond, psychiatre aux Hôpitaux de Marseille et responsable au Centre expert schizophrénie et dépression résistante a qualifié la maladie de l’adolescent de « cas clinique édifiant », au site Pourquoi docteur ?. 

« Il montre que les médecins doivent systématiquement penser à cette piste en cas de nouveau cas de schizophrénie, ce qui est encore trop peu exploré à ce jour ». 

En 2017, deux ans après le début des symptômes, les psychoses du jeune garçon ont disparu.

Qu’est ce que vous risquez avec la Bartonellose ?

La Bartonellose est une bactérie responsable d’une infection connu des propriétaires de chat, la maladie des griffes du chat. Présent dans sa salive, elle est également sur sa peau et ses griffes. Généralement, la maladie se déclare suite à des effractions cutanées, et provoque une infection locale qui se traite aux antibiotiques.

Ce que ce journal scientifique révèle en publiant ce cas, c’est une forme rare de la maladie, qui entraîne des conséquences secondaires neuro-psychique importantes. Il semblerait que le traitement ait suffit à faire disparaître les symptômes, mais cela montre comment la biologie et la psychologie peuvent être liées dans des conditions que l’on pensait impossible. Cela reste des cas difficile à étudier, car rares et complexes.

Ainsi, gardez à l’esprit que vous ne risquez pas tant les effets psychologiques, que les effets dus à l’infection, en premier danger ! Nettoyez et désinfectez la moindre griffure de chat, et pensez à consulter une clinique de la main en cas de morsure.

Dr Stéphane Tardif

Docteur vétérinaire et rédacteur pour Wamiz

https://wamiz.com/

Russie: une lionne lacère le visage d’une fillette dans un cirque


Les cirques avec animaux, c’est archaïques et devraient être interdit partout dans le monde. Ce n’est pas une place pour les animaux sauvages.
Nuage

 

Russie: une lionne lacère le visage d’une fillette dans un cirque

 

 

Une lionne a attaqué une fillette de 4 ans dans un cirque ambulant dans le sud de la Russie, lui lacérant le visage avec ses griffes, ont indiqué lundi les autorités russes.

L’incident s’est produit dans le village d’Ouspenskoïé dans la région de Krasnodar, à quelque 1250 km au sud de Moscou.

Selon les images d’amateur diffusées à la télévision russe, l’animal tenu avec une corde par son dresseur s’est jeté brusquement sur la fillette en plein spectacle.

« L’enfant a été hospitalisée pour des lacérations du visage et d’autres blessures », a indiqué le Comité d’enquête russe, chargé des investigations criminelles dans le pays, dans un communiqué.

Une enquête pour violation des règles de sécurité lors d’une performance de cirque a été ouverte, selon la même source.

Le directeur du cirque ambulant a été arrêté et risque jusqu’à six ans de prison, précise le communiqué.

Selon un responsable local cité par l’agence publique RIA Novosti, la lionne n’a pas mordu la fillette, mais l’a griffée avec sa patte.

Les incidents de ce genre sont assez fréquents en Russie.

En 2016, un léopard s’est évadé lors d’un show de cirque en Sibérie et a mordu une femme.

En 2012, un guépard a attaqué un garçon de 7 ans au visage et au cou dans la région de Moscou.

La même année, un tigre dans un zoo ambulant a griffé un garçon de 3 ans sur la tête dans l’Extrême-Orient russe.

https://www.lapresse.ca/

Le Saviez-Vous ► Pourquoi le chat se fait-il les griffes ?


 

Les griffes d’un chat ne sont pas justes pour détruire les meubles, il sert de défenses, pour la chasse, sans compter que les coussins contiennent des phéromones. Cela est évident, pourtant les griffes sont plus que cela, c’est un moyen de détente, de communication avec les chats et aussi pour l’humain. Bref, dégriffer un chat, lui enlève vraiment un moyen de se défendre et de communiquer
Nuage

 

Pourquoi le chat se fait-il les griffes ?

 

Par Florence Cailliot-d’Ivernois, comportementaliste

Un geste de confort et de sécurité

Se faire les griffes est bien sûr un geste de confort pour le chat. Cela lui permet entre autre de faire partir les griffes mortes qui laisseront places aux nouvelles, mieux aiguisées et plus performantes. C’est également un mouvement de détente : le chat s’allonge de tout son long, étirant sa colonne vertébrale. De plus, il détend les muscles qui lui permettent la rétraction des griffes. Les félins sont les seuls mammifères à pouvoir entrer et sortir à volonté leurs griffes, de sorte qu’il ne sont pas gênés par leur présence quand ils marchent. C’est un avantage non négligeable quand on veut chasser et rester discret. Le chien, par exemple, ne peut le faire, et  lorsqu’il marche sur du carrelage, il ne passe pas inaperçu !

Se faire les griffes est vital pour un chat, surtout s’il a accès à l’extérieur. Face à une mâchoire de chien ou de renard, le chat n’a guère que ses griffes pour se défendre. C’est son arme la plus efficace. Même s’il peut infliger de sérieuses morsures à ses adversaires, le chat se sert surtout de ses griffes pour se défendre, pour grimper et se mettre en hauteur, mais également pour attaquer, chasser et attraper des proies.

Voilà pourquoi l’opération qui consiste à pratiquer l’ablation des griffes est si peu recommandée. Très répandue aux Etats-Unis et au Canada, cette pratique n’a d’intérêt que pour les maîtres qui ne veulent pas voir leur intérieur abîmé par les griffures de leur minou. C’est donc très discutable, surtout si le chat vit à l’extérieur : il n’a lors plus aucun moyen de se défendre efficacement, ni d’assouvir ses activités instinctives de chasse et de communication.

Un marquage olfactif et visuel

En se faisant les griffes, le chat laisse des traces olfactives, car il a, entre les coussinets, des glandes émettrices de phéromones, qui lui permettent de signaler son passage au nez des autres chats. C’est donc un outils de communication olfactive.

Mais les griffades servent avant toute chose chez le chat de marquage visuel. C’est entre autre pour cela que c’est si dérangeant : cela laisse des traces particulièrement inesthétiques et il est bien difficile de rester stoïque face à un canapé neuf lacéré de toutes parts ! Mais on a beau avoir domestiqué le chat, on ne peut cependant pas l’empêcher d’être ce qu’il est et d’assouvir certains de ces instincts, en l’occurrence celui de marquer son territoire. En déchirant le papier peint, l’accoudoir du fauteuil, le coin du canapé, notre minou fait valoir qu’il habite ici et que c’est son territoire. D’ailleurs lorsque plusieurs chats vivent ensemble et ne s’entendent pas très bien, ils ont tendance à se faire beaucoup plus les griffes, pour affirmer le plus souvent possible leur statut et leur territoire.

Le choix du support n’est jamais le fruit du hasard. Le chat cherchera à se faire les griffes à un endroit immédiatement visible par les habitants de la maison, que ce soit les autres chats ou les humains. On retrouvera donc les œuvres de notre cher minou sur des supports situés dans les passages (dans l’entrée par exemple), mais aussi à côté des portes de passage fréquent, ou bien sur des meubles placés au centre des pièces principales. Généralement, le chat choisi un lieu de sorte que l’on puisse admirer son art dès qu’on entre dans la maison ou dans la pièce.

Voilà pourquoi il est recommandé de placer les griffoirs artificiels dans des lieux bien visibles, même si ce n’est pas très beau…Sinon, il risque de le délaisser pour un support mieux mis en valeur dans la pièce.

Mais se faire les griffes, c’est aussi « prendre une posture » pour affirmer sa force et sa stature. Cette position permet au chat de se montrer dans toute sa longueur aux autres chats (ou même parfois aux humains). Un chat ne se fait pas les griffes de la même façon selon qu’il a un public ou qu’il est tout seul. S’il est en présence d’autres chats (inconnus surtout) ou s’il est contrarié par quelque chose, il peut se mettre à se faire les griffes avec beaucoup plus de vigueur qu’il ne le ferai d’ordinaire. Le but étant de se grandir au maximum et de paraître costaud. Les dégâts occasionnés sont d’autant plus visibles que le chat cherche à faire le plus de marques possible et surtout à montrer combien ses pattes et ses griffes sont puissantes. Ils les enfonce donc autant qu’il le peut dans le support.

C’est aussi pour se faire entendre !!!

En cette occasion, il fait d’ailleurs plus de bruit également : le but est d’impressionner un maximum. Il fera donc en sorte que cela ne passe pas inaperçu. Sur un tronc d’arbre évidemment, cela fait encore plus de bruit, mais sur un accoudoir de canapé, cela résonne aussi pas mal non plus, et ce n’est pas un hasard. Les observateurs avertis remarquerons que le chat ne manque pas de jeter un œil aux alentours pour voir si son public est réceptif.

Parfois, se faire les griffes est uniquement (un papier peint en plein jour). Le but n’est pas d’esquinter le support mais bien de se faire entendre et de – si possible – réveiller n moyen que le chat adopte pour attirer l’attention de ses maîtres par le bruit que cela occasionne. Il ne s’agit plus d’un marquage, mais bien d’un appel. Généralement, il se met à griffer divers supports lisses mais bruyant : les portes de la chambre, les pieds de tables, les tiroirs de meubles. (Mais le même phénomène se produit aussi avec le les propriétaires endormis pour obtenir au choix : de la nourriture, l’ouverture d’une porte, de l’attention, de l’activité, du jeu, des caresses etc. Cela se produit généralement la nuit ou au petit matin (entre 4 heures et 7 heures du matin). Le chat vient de se réveiller et ne trouve rien de mieux à faire pour assouvir ses désirs.

Et bien souvent, il obtient gain de cause, car rares sont les maître capables de rester de marbre fasse à un tel tapage. Que l’on s’énerve contre le chat, qu’on le punisse ou qu’on lui donne ce qu’il demande, la moindre de nos réactions lui fait de toute façon comprendre que cela marche : il obtient dans tous les cas une réponse, qu’elle soit positive ou négative, et cela le renforce dans l’idée que c’est un moyen efficace d’attirer notre attention. Voilà pourquoi fasse à un tel comportement, surtout s’il devient vraiment problématique, il faut tenir bon et ne jamais répondre à cet appel : pas un mot, pas un geste, pas un regard ne doivent être adressé au chat, (et surtout pas de temps en temps, ce serait pire !), et ce pendant au moins deux semaines pour faire perdre au chat de cette mauvaise habitude. Cependant, il faut savoir qu’un chat qui ressent un mal-être, et surtout qui manque d’activité en journée aura tendance a adopter ce comportement. Il faut donc sérieusement penser à lui offrir une compensation en journée pour pallier à ce malaise si l’on veut obtenir de bon résultats (un autre compagnon de jeu, plus d’activités par le jeu et moins de caresses, plus de sorties).

Choisir le bon griffoir

Souvent le chat a plusieurs endroits pour se faire les griffes : au moins un qui est bien visible et qui lui sert à communiquer et marquer son territoire, et un autre, moins visible, plutôt utilisé pour la détente.

Si l’on n’offre aucun support au chat pour qu’il puisse s’y faire les griffes, on aura rapidement la mauvaise surprise de le voir assouvir ce besoin sur des endroits que l’on voudrait garder impeccable. Autant prévoir le coup et offrir au chat un bon griffoir, correctement placé et agréable d’utilisation.

Pour être idéal, ce griffoir doit répondre aux besoins du chat : la matière dont il est fait doit être efficace pour retirer les griffes mortes. Le griffoir doit être placé de manière stratégique pour être facilement visible, assez grand pour que le chat puisse s’étendre sur toute sa longueur (ce peut être un paillasson).

Le support doit être suffisamment stable pour que le chat puisse y mettre toute sa force sans que cela ne bascule ou ne tombe (C’est souvent le cas malheureusement des arbres à chat de faible hauteur, qui n’ont aucun stabilité). Dans le cas contraire, il perdrait rapidement de son attrait pour le chat et donc de son utilité.

 Un tronçon d’arbre pour cela est idéal : c’est assez lourd pour rester immobile et c’est un support naturel dont l’odeur est agréable pour le chat.

http://www.mere-nature.com/

Les vétérinaires canadiens s’opposent au dégriffage des chats


Si on veut un chat, on doit l’accepter, et ce, avec ses griffes. Car le dégriffage peut causer des douleurs voir des douleurs chroniques. Si on a peur pour nos meubles et autre chose,  mieux vaut prendre d’autres moyens que de dégriffer son animal.
Nuage

 

Les vétérinaires canadiens s’opposent au dégriffage des chats

 

L’Association canadienne des médecins vétérinaires (ACMV) s’est positionnée fermement contre le dégriffage des chats, mercredi, afin d’envoyer un signal clair contre cette pratique, à la fois aux vétérinaires et aux propriétaires de félins.

Afin de mieux faire réaliser au grand public ce qu’implique l’onychectomie ou dégriffage, l’ACMV parle désormais d’«amputation partielle des doigts des félidés domestiques».

La dernière mise à jour de la position de l’Association sur ce sujet remontait à 2011.

«Une recherche importante a été effectuée depuis la dernière fois que nous avons examiné cet énoncé de position et il est évident que les félidés souffrent inutilement lorsqu’ils subissent cette chirurgie non urgente», a souligné le Dr Troy Bourque, président de l’ACMV, dans un communiqué.

D’un point de vue éthique, l’organisme estime que le dégriffage non thérapeutique «est inacceptable, car il n’offre aucun avantage aux félidés et l’absence de données scientifiques ne permet pas de prédire la probabilité d’effets secondaires négatifs à long terme sur le comportement et la physiologie.»

Dans la version détaillée de la prise de position, l’ACMV explique que l’amputation de la troisième phalange des chats entraîne une douleur aiguë à court terme et peut causer des douleurs chroniques.

L’Association souligne aussi qu’une étude menée récemment auprès de chats suivis six mois après l’opération n’a pas permis de déceler de différence significative entre les chats dégriffés et ceux qui n’ont pas subi cette chirurgie. L’ACMV remarque toutefois que l’étude a porté seulement sur des cas où l’opération a été réussie, sans complication.

Les vétérinaires recommandent aux propriétaires de chats de se tourner vers des mesures alternatives au dégriffage, comme des protecteurs artificiels, des répulsifs pour protéger les meubles et la coupe régulière des griffes.

Le dégriffage est interdit dans certains pays européens, ainsi qu’en Australie. Au Canada, aucune loi ne régit cette pratique, mais les vétérinaires peuvent refuser de pratiquer l’opération.

http://fr.canoe.ca/

Le Saviez-Vous ► Décodez le comportement de votre chat: 14 choses qu’il essaie de vous dire


Ceux qui ont des chats doivent apprendre à communiquer avec leur boule de poil. Il y a des comportements qui sont évidents alors que d’autres non. Un partage d’un chat qui s’exprime sur ses besoins et de ses congénères
Nuage

 

Décodez le comportement de votre chat: 14 choses qu’il essaie de vous dire

 

Vous avez toujours rêvé de posséder un guide secret pour décrypter le langage et les comportements de votre chat ? Voici quelques trucs que votre chat aimerait que vous compreniez.

S’il te plait, n’interromps pas ma sieste sur ton clavier

 

ISTOCK/ANNA LURYE

Vous, les humains, vous parlez beaucoup du travail que vous faites sur vos ordinateurs mais, vous n’hésitez pas à nous réveiller et à nous chasser lorsque nous dormons dessus. Pourtant, nous savons pertinemment ce que vous allez faire une fois devant votre écran : vous allez regarder des vidéos de chats. Bizarre, non ? Que vous faut-il pour comprendre que nous, les chats, avons besoin de dormir entre 12 et 16 heures par jour ? Sans ça, nous sommes de véritables serpillères ! Par ailleurs, notre corps délicat a besoin de la chaleur de votre ordinateur : la température que nous affectionnons, nous les chats, est d’une dizaine de degrés supérieure à la vôtre.

Arrêtez de me photographier (je n’appartiens pas au clan Kardashian)

Vous, les humains, semblez incapables de vous retenir de nous mitrailler avec votre téléphone, mais vous avez recours à des techniques sournoises – agiter par exemple un jouet sous nos yeux pour attirer notre attention et le laisser tomber dès que nous tournons la tête. C’est cruel. Si nous, les chats, acceptons de nous laisser tirer le portrait, vous pourriez au moins jouer un peu avec nous en échange. Il y a une chose dont vous n’avez toutefois pas à vous soucier lorsque vous nous photographiez : le flash ne nous abîme pas les yeux. Mais il va souvent produire un vilain reflet sur la photo à cause de notre tapetum lucidum (tapis luisant en latin), une couche de cellules ultra-réfléchissantes qui se trouvent au fond de l’œil des félins et qui les aident à voir la nuit.

Enlève tes sales mains de mon ventre, d’accord?

Vous croyez que c’est pour être sympa que nous vous montrons votre ventre ? Dans certains cas, c’est vrai qu’il s’agit d’un signe de camaraderie. Mais à d’autres moments, ça veut dire le contraire. Dans le langage des chats, ça veut plutôt dire : «Tu veux te battre ? Allez viens, viens !». Montrer le ventre est un mouvement de défense indiquant que tous nos membres et griffes sont en mode attaque. Si nous exhibons notre ventre, c’est peut-être aussi que nous essayons simplement de nous étirer.

Je suis un chat… laisse-moi faire mes griffes

ISTOCK/MRTOM-UK

Comme vous, qui devez couper et limer vos ongles pour qu’ils ne finissent pas dans le livre des Records Guinness, nous devons aussi entretenir nos griffes. Mais nous, les chats, avons d’autres raisons de nous en occuper. D’abord parce que gratter nous aide à enlever nos cellules d’ongles mortes. Mais nous le faisons aussi pour marquer notre territoire (nous disposons de glandes sécrétrices dans les griffes) et pour nous étirer (comment pensez-vous que nous restons si gracieux ?).

Hélas, quand nous massacrons votre canapé ou votre tapis préféré, certains d’entre vous décident de nous faire dégriffer. Par pitié, ne le faites pas – c’est comme si on vous sectionnait le bout des doigts. Procurez-nous plutôt un grattoir (vous devrez peut-être en essayer plus d’un avant de trouver un modèle qui nous convienne). Frottez-le avec un peu d’herbe à chat et offrez-nous une friandise quand nous l’utilisons.

Je suis parfaitement capable de me nettoyer seul, merci !

Certains scientifiques estiment que le chat moderne n’aime pas nager ou être mouillé parce que ses compagnons humains le gardent à l’abri de la pluie et de l’eau depuis qu’il a été domestiqué il y a 5000 ou 10 000 ans. En plus, il est vrai que le poil de chat «ne sèche pas très vite et qu’il leur est très désagréable de rester trempé, observe Kelley Bollen, spécialiste du comportement animal au collège de médecine vétérinaire de l’Université Cornell.

Je crois aussi que les chats sont des maniaques du contrôle et qu’ils préfèrent garder les quatre pieds sur le plancher des vaches, et en plus qu’ils détestent la sensation de flotter.»

Et puis qui a besoin d’une douche, hein ? Nous, les chats, naissons avec une trousse de toilette intégrée : des griffes, une langue dure et râpeuse et de la salive à volonté. Mais même si nous haïssons nous retrouver dans l’eau, vous devez toujours vous assurer que nous avons de quoi boire, surtout si vous nous donnez de la nourriture sèche (les aliments en boîtes sont faits à 78% d’eau). Peu importe notre régime alimentaire, nous devons avoir notre bol d’eau, et vous devez le changer tous les jours.

Ne paniquez pas quand je vous «offre» un animal ou un insecte mort

Les spécialistes du comportement animal ont quelques idées sur les raisons qui nous poussent à faire ça. Nous imitons peut-être ce que maman chat faisait pour nous. Ou alors vous remplissez notre gamelle tous les jours et, comme nous ne sommes pas des ingrats, nous vous rendons la pareille. Ou encore nous avons attrapé plus de grillons que nous pouvons en manger et on s’est dit que vous ne cracheriez peut-être pas sur les restes. Et enfin, on vous offre peut-être nos prises pour que vous nous les mettiez de côté pour plus tard. Bref, comme le «grattage», l’offrande de bibittes est dans nos gènes, alors si vous n’aimez pas nos cadeaux, peut-être devriez-vous fixer une clochette à notre cou pour que nous ne puissions rien capturer.

Je miaule pour te dire quelque chose, mais quand tu me réponds en miaulant, il est clair que tu ne parles pas le chat !

La science a découvert que les chats peuvent produire plus d’une douzaine de miaulements, chacun ayant un sens qui lui est propre. En général, les chatons miaulent pour communiquer avec leur mère, mais les chats adultes ne miaulent que pour communiquer avec les humains. (Pour communiquer entre nous, nous préférons le sifflement, le grognement et le cri perçant.) Les maîtres de chat les plus réceptifs parviennent à différencier un miaulement de «J’ai faim» d’un «Qu’est-ce que je m’ennuie !» ! Ou un «J’ai mal» d’un «J’ai peur». Quand vous nous miaulez un truc, nous reconnaissons votre voix, mais pour nous c’est comme si vous parliez le langage de certains commentateurs sportifs : on ne comprend rien de ce que vous dites !

Nous, les chats, n’avons aucun problème avec la nudité

 

ISTOCK/ANNA LURYE

Les humains sont animés du terrible désir de nous infliger chapeaux, cravates, robes et autres fringues. Mais nous sommes quoi pour vous, hein ? Des chiens ? Nous détestons nous sentir enfermés ou confinés, et si vous nous surprenez parfois à nous frotter à l’un de vos chandails, c’est simplement que nous aimons le contact du tissu sous nos griffes ; ça ne veut pas dire que nous rêvons de le porter. Nous n’avons pas besoin de vêtements pour nous sentir couverts : notre pelage contient plus de 21 000 poils au centimètre carré. (Saviez-vous que la superficie d’un chat, poils compris, est en gros la même que celle d’une table de ping-pong ?)

Arrêtez d’accuser mes poils d’être à l’origine de vos allergies

Pourquoi tant d’humains sont-ils allergiques à nous ? (Les allergies aux chats seraient deux fois plus nombreuses que les allergies aux chiens.) Vous en connaissez, vous, des chats qui sont allergiques aux humains ? Et les humains sont vraiment prompts à accuser nos poils. Mais ce qui cause vos éternuements et votre toux est en fait une protéine extrêmement tenace et adhérente qui se trouve sur notre peau et que l’on appelle «Fel d 1». Et désolé de décevoir tous ces gens qui se sont donné la peine d’acheter une espèce soi-disant «hypoallergénique», mais un tel chat n’existe pas ! Certaines races produisent moins de Fel d 1 que d’autres, mais tous les chats en sécrètent.

On aimerait vraiment que vous trouviez un autre animal à diaboliser

Les chats noirs porteraient malheur ; dans certaines régions de France, croiser un chat un premier janvier vous condamnerait à 365 jours calamiteux; les chats seraient les compagnons préférés des sorcières et des vilains. Il nous a fallu des siècles à nous les chats pour nous débarrasser de cette mauvaise (et complètement fausse) publicité. Cessez de colporter ces mensonges. Et continuez plutôt, vous les humains, de faire ce que votre espèce fait de mieux : dire du mal de votre prochain.

Pourriez-vous arrêter de ridiculiser les gens qui nous aiment, nous, les chats ?

Alors que ceux qui aiment les chiens sont perçus comme des gens extravertis, sympas et actifs, les amoureux des chats sont traités de tous les noms. Ça nous fait de la peine.

Quand nous nous arrêtons, tombons et roulons sur nous, ce n’est pas un accident.

 

ISTOCK/KNAPE

Observez bien l’heure et  le lieu de nos singeries pour comprendre, parce que c’est souvent une stratégie du genre : «Coucou, regarde-moi.» Est-ce que ça arrive quand vous êtes au téléphone ? Sur l’ordinateur ? Lorsque vous vous chaussez pour quitter la maison ? Souvenez-vous que vous voyez beaucoup de monde dans une journée alors que nous, chats, possédons une audience plutôt limitée – les gens avec lesquels nous vivons –, alors soyez bon public.

Quand nous miaulons sans arrêt, c’est peut-être un appel à l’aide

Certaines races de chat, comme l’Oriental à poil court ou le siamois, sont plus volubiles que d’autres. Mais si votre chat, habituellement plutôt silencieux, devient soudain très «bavard», il est peut-être malade et devrait être conduit chez le vétérinaire. Mais il miaule aussi peut-être pour une autre raison, moins inquiétante : le besoin d’attention. Vous, les humains, généralisez sur le fait que les chats sont des solitaires, des créatures réservées. Faux ! Nous avons bien sûr besoin de moments calmes, mais nous aimons aussi la compagnie, surtout si vous êtes partis toute la journée.

Quand nous faisons nos besoins hors de notre bac, ce n’est pas juste pour vous contrarier

Si nous faisons une infection urinaire, il nous arrive parfois de ne pas arriver au petit coin pour chat. Pour savoir ce qui se passe et s’il y a d’autres problèmes, emmenez-nous chez le vétérinaire. Nous, les chats, aimons que notre litière soit comme la chevelure de Kate Middleton : propre et abondante. S’il vous plait, changez-la tous les jours, et, idéalement, donnez-nous une boîte ouverte ; nous les préférons aux modèles fermés.

PAR DARYL CHEN

http://selection.readersdigest.ca

Votre chaton pourrait bien vous rendre malade


Quoi de plus mignons que des chatons ? Même s’ils sont craquants, il peut avoir un risque de maladie causé par leurs griffes ou leurs morsures surtout chez les jeunes enfants ou les personnes âgées
Nuage

 

Votre chaton pourrait bien vous rendre malade

 

© thinkstock.

    Les chatons ont beau être très mignons, ils peuvent également parfois représenter un risque pour notre santé.

    Nouvelle preuve que les chats veulent dominer le monde? Selon une étude du centre américain de contrôle et de prévention des maladies, en tout cas, les chatons pourraient bien présenter un risque de maladie pour les humains. Et oui… Votre petit chat a beau être adorable, à se rouler en boule et à vous mordiller les doigts, ils n’empêche qu’il risque de vous transmettre la maladie des griffes de chat.

    Cette maladie est causée par une bactérie nommée Bartonella henselae, et se transmet à l’humain par les griffes ou les morsures du chat – les chats de moins d’un an représentant le plus de risque de la transmettre. Cette infection peut provoquer des maux de tête, de la fièvre, et, dans les pires cas, elle pourrait même affecter le coeur et le cerveau.

    Les personnes au système immunitaire plus faible, comme les enfants de moins de cinq ans ou les personnes âgées, par exemple, sont plus vulnérables à cette maladie.

    Cependant, le Docteur Ratner a expliqué au site The Stir que la maladie des griffes de chat « n’est généralement pas une infection potentiellement mortelle, et se guérit souvent sans traitement ».

    Si le centre de contrôle et de prévention des maladies assure également que cette maladie est rare, il estime que les propriétaires de jeunes animaux devraient être prévenus des risques. Quelques consignes simples à respecter devraient en tout cas vous protéger de cette maladie des griffes de chat: lavez-vous les mains après avoir joué avec votre animal, nettoyez les éventuelles blessures qu’il vous aurait causé et gardez le chaton à l’intérieur.

Pourquoi mon chat me griffe ou me mord ?


Parmi tous les chats que j’ai eus, un seul est particulièrement soupe au lait. Ma Fripouille, j’ai appris très vite les signaux : la queue de gauche à droite, les oreilles baissées, le mordillement … pour la laisser tranquille quand elle est dans cet état. Aujourd’hui, je sais qu’elle déteste se faire flatter le dos. La seule permission est sur la tête et un peu dans le cou
Nuage

 

Pourquoi mon chat me griffe ou me mord ?

 

Crédits photo : Flickr – David Menidrey

Aïe Aïe Aïe ! Ce n’est jamais agréable lorsqu’on rentre du travail ou qu’on est tranquillement installé sur le canapé, de se faire sauter dessus par son chat toutes griffes et crocs dehors !

Entre douleur et amour on ne sait jamais comment réagir face à l’agressivité de son chat, bien que la première réaction soit un cri bien senti !

Pourquoi le chat devient-il agressif envers l’humain ?

Il y a plusieurs causes possibles. Tout d’abord, il faut savoir qu’un chat qui n’a pas été totalement sevré par sa mère sera plus fragile émotionnellement, sonseuil de tolérance pourra ainsi être plus limité. Un sevrage complet avec la mère permet notamment au chaton de gérer ses autocontrôles, c’est-à-dire, de modérer l’intensité de ses morsures et de ses griffures. Si on ajoute au sevrage incomplet, des séances de jeux avec les mains, on risque alors fortement de se retrouver avec un chat qui mord et/ou griffe…

Ceci étant, un chaton bien sevré peut aussi prendre de mauvaises habitudes par le biais du jeu. Lorsque le chat est petit, c’est plutôt mignon et rigolo de le voir se débattre avec la main… Mais lorsque le chaton devient adulte et qu’il garde en lui cet instinct de jeu, qu’il ne sait plus quand modérer sa pression, et qu’il a intégré que les mains (ou les gambettes) étaient des proies, ça devient problématique.

D’autres causes, en dehors d’un sevrage trop précoce ou la prise de mauvaises habitudes de jeu sont également possibles. Des situations de stress, d’ennui, de frustration, peuvent également être source d’agressivité. Sans oublier un éventuel problème de santé : dans un premier temps, il convient donc de prendre rendez-vous chez votre vétérinaire pour vérifier qu’aucune origine physiologique n’entre en ligne de compte dans les mordillements et griffures de votre chat.

Dans tous les cas, il faut garder à l’esprit que le chat ne cherche pas à se venger, ou à vous provoquer ! Ce comportement agressif lui permet surtout de se libérer des tensions qu’il a accumulées (un peu comme quand vous allez faire du sport pour décompresser !).

Dans quelles situations devient-il agressif ?

On peut observer de l’agressivité dans plusieurs circonstances. La plus fréquente est celle où le chat, alors qu’il est posé gentiment sur vos genoux pour une séance de câlins, se met subitement à vous mordre la main.

« Pourquoi ?!! » eh bien tout simplement parce que vous n’avez pas su décrypter ses signaux. Comment vous en vouloir d’ailleurs ? Il était là, bien tranquillement installé, il ronronnait, il vous a léchouillé la main… tout semblait dire qu’il adorait ça… Eh bien non. Ces signaux, souvent enchaînés dans un ordre particulier (ronrons, oreilles qui se tournent, tête qui se tourne, léchouille de la main, queue qui bat, patte qui repousse en se tordant sur le dos) signifient que le chat souhaite que les caresses cessent.

N’étant pas compris, en désespoir de cause, il finit par mordre ou griffer, plus ou moins violemment. Malheureusement, si ce schéma se répète trop souvent, et que ces signaux ne sont jamais bien compris, alors au fur et à mesure le chat passera directement en mode morsure/ griffure.

Une autre situation, c’est lorsque vous rentrez du travail par exemple, ou que vous avez passé votre journée entière sur l’ordinateur, et que hop,soudainement, votre chat vous saute dessus, sur votre dos, vos bras ou vos jambes.

Non il n’a rien prémédité ! Il est « tout simplement » possible que votre chat s’ennuie fermement… Toute la journée tout seul ? Peu de jouet (ou peu de nouveautés) ? Peu de stimulis ? Trop d’interdits ? De punitions ? Il existe un grand nombre de facteurs favorisant la frustration chez le chat, qui se manifeste alors par un besoin d’évacuer ses tensions. Les frustrations sont telles qu’il a besoin de se défouler.

Le problème c’est que majoritairement les hommes répondent par la violence. C’est triste à dire, mais c’est un réflexe. Seulement à force de réprimander son chat, celui-ci ne va alors qu’intégrer ce mode de communication avec vous. Une communication violente. Il est aussi courant que, à force d’être puni, plus ou moins durement, le chat finisse par anticiper une future agression de votre part, et donc décide d’attaquer en premier…

Que faire ?

En premier lieu, avis à ceux qui n’ont pas encore adopté de chat : ne jouez jamais avec vos mains avec lui ! Préférez la canne à chat où votre main sera à bonne distance. Et si d’aventure, il vous mord ou vous griffe, un « aïe » en retirant votre main sera suffisant. Si l’habitude est prise, il s’agira, à force de patience et de self control, de faire comprendre à votre chat que votre corps n’est pas une proie.

A cela, bien évidemment, il convient d’ajouter qu’il faut absolument arrêter toute réprimande, qui ne font que stresser le chat davantage (et donc le pousser à continuer… c’est un cercle vicieux).

Enfin soyez attentif aux signaux que vous envoie votre chat pour éviter le drame, stoppez vos caresses au premier signe perçu ! Un chat respecté sera un chat plus cool.

Marion Ruffié, comportementaliste félin, pour son aimable collaboration concernant la rédaction de cet article.

http://wamiz.com/