Etats-Unis : plus de 11.000 oiseaux meurent à cause d’une averse de grêle


Il a fallu que ce soit une grosse tempête de gros grêlons pour avoir tué plus de 11.000 oiseaux. Cela s’est passé dans le Montana aux États-Unis le 16 août dernier
Nuage


Etats-Unis : plus de 11.000 oiseaux meurent à cause d’une averse de grêle

Plus de 11.000 oiseaux meurent à cause d'une averse de grêle

Des grêlons mesuraient 5 centimètres selon les bulletins météo.

© MONTANA FISH, WILDLIFE AND PARKS

Par Anne-Sophie Tassart

Aux Etats-Unis, une puissante averse de grêle a causé la mort de milliers d’oiseaux qui n’ont pas pu se réfugier à temps.

L’averse de grêle survenue dans le Montana (dans l’ouest des Etats-Unis) en août 2019 a tout dévasté sur son passage : vitres brisées, véhicules endommagés et cultures ravagées. Les puissantes précipitations n’ont malheureusement pas épargné les oiseaux.

Entre 20 et 30% des oiseaux présents dans la zone à ce moment là seraient morts ou blessés

Le 16 août 2019, le Montana Fish, Wildlife & Parks a annoncé dans un communiqué que plus de 11.000 oiseaux ont été retrouvés morts ou blessés à proximité d’un lac nommé Big Lake. Un habitant vivant à proximité du site a même signalé des grêlons de la taille de balles de base-ball. Les bulletins météorologiques locaux parlent de boules de cinq centimètres de diamètre propulsées par des vents de plus de 110 km par heure. Face à ce déluge, de nombreux oiseaux n’ont pas réussi à se mettre à l’abri.

« Des biologistes du Montana Fish, Wildlife and Parks qui sont allés au lac cette semaine, ont ramassé des canards morts et des échassiers avec des ailes cassées, des crânes fracturés, des dommages internes et d’autres blessures correspondant à un traumatisme contondant », est-il expliqué dans le communiqué. Des oiseaux blessés ou morts étaient aussi présents sur le lac.

Selon les premières estimations, entre 20 et 30% des oiseaux présents dans la zone à ce moment là seraient morts ou blessés.

« Parmi les oiseaux encore en vie, le biologiste Justin Paugh estime que 5% des canards dans le lac et que 30 à 40% des pélicans et des cormorans montrent des signes de traumatisme ou des mouvements altérés », ce qui peut traduire la présence de fractures. Beaucoup d’entre eux ne survivront pas à leurs blessures.

« Le lac est toujours couvert d’oiseaux encore en vie et en bonne santé »

Ce site est une aire de nidification pour de nombreuses espèces et Justin Paugh se veut optimiste :

« Le lac est toujours couvert d’oiseaux encore en vie et en bonne santé. La vie continue ».

Avec ses collègues, il surveillera le Big Lake afin d’être sûr que la présence de carcasses ne favorisent pas la prolifération d’agents pathogènes.

https://www.sciencesetavenir.fr

Le Saviez-Vous ► 12 Phénomènes Qui Prouvent que La Terre se Dérègle


Il s’en passe des choses sur Terre. Des phénomènes météorologiques inusités se sont passé un peu partout dans le monde. Même si cela s’explique scientifiquement, ce qui est particulier est que tout cela s’est passé en 2018
Nuage


12 Phénomènes Qui Prouvent que La Terre se Dérègle


Ces dernières années, le monde entier s’est habitué à des tempêtes violentes, des vagues de chaleur ou de froid, des sécheresses – bref, à toutes sortes de conditions météorologiques atypiques pour certaines régions. Mais certaines anomalies naturelles sont si étranges qu’elles se distinguent même parmi les événements météorologiques les plus inhabituels.


Par exemple, en mars 2018, les habitants de l’Alabama ont dû se protéger des énormes morceaux de glace qui tombaient du ciel pour sauver leur vie. Après la tempête, on aurait dit que l’endroit avait été saccagé par des sauvages : vitrines brisées, pare-brise fendus, panneaux d’affichage cassés et trous dans les toitures. Voici les 12 phénomènes les plus déroutants de ces dernières années.

Sommaire


Des gouttelettes microscopiques qui ont créé un nuage devant les chutes, ainsi que la brume, ont formé une croûte de glace au-dessus de l’eau.


Imagine des douzaines de gueules d’alligators qui dépassent de la surface, immobiles et pris dans la glace. Il s’agit d’une technique très spéciale utilisée par les crocodiles pour survivre à un temps anormalement froid.


En mars 2018, les gens qui ont levé les yeux vers le ciel dans le nord du Nevada ont pu voir le nuage le plus rare et le plus étrange de leur vie – un nuage en forme de fer à cheval.


À l’hiver 2018, les habitants du désert du Sahara, l’une des régions les plus arides et chaudes de la planète, se sont réveillés en découvrant une épaisse couche de neige qui recouvrait le sable.


Le cœur de l’orage, qui se produit chaque année, stagne au-dessus du lac Maracaibo, au Venezuela, et il s’élève bien plus haut qu’un orage classique. Ce phénomène naturel dure jusqu’à 160 jours et génère près de 300 éclairs par jour !


– En 2018, l’Europe de l’Est a été témoin d’un événement aussi beau qu’effrayant. Ceux qui sont allés skier en Bulgarie, en Roumanie, en Russie ou en Ukraine à la fin du mois de mars ont glissé sur des pistes orange sous un ciel teinté de rouge.


– Cela s’est produit le 11 mai 2018, non loin d’Amarillo, au Texas. L’incendie n’a pas seulement créé un nuage massif et dense très haut dans les airs, mais sa chaleur a également provoqué un violent orage qui a ensuite déversé des tonnes de grêlons de la taille d’une pièce de monnaie à 96 km de là, dans le comté de Wheeler.


Ce phénomène naturel a commencé non loin de Charleston, dans le New Hampshire, et a voyagé vers la ville de Webster dans le comté de Merrimack. Il a fallu 33 minutes à la tornade pour parcourir 58 km et devenir la troisième sur la liste des tornades à plus longue traînée en Nouvelle-Angleterre.


– Au cours de la première semaine de janvier 2018, un temps exceptionnellement froid dans le nord-est des États-Unis a gelé l’océan Atlantique à North Falmouth, Massachusetts !


Les 20 et 21 février 2018, les habitants du nord-est des États-Unis ont connu l’un des événements météorologiques les plus extraordinaires de ces derniers temps, à savoir… une vague de chaleur !


– Même si l’île de Terre-Neuve, au large du Canada, ne peut pas vraiment être considérée comme l’endroit le plus chaud de la planète, il n’y fait pas si froid que ça. Un front froid provenant de la côte de Terre-Neuve a recouvert plusieurs régions de l’île d’une couche de neige de 5 cm d’épaisseur.


Les Chutes du Niagara gelées 0:29

Des alligators coincés dans l’eau 1:21

Un nuage en forme de fer à cheval 2:10

Une tempête de grêle battant tous les records 2:57

De la neige dans le désert 3:47

Une tempête de 160 jours 4:30

De la neige orange 5:15

Un feu de forêt ayant causé un orage 6:34

Une tornade à longue traînée 7:10

L’Atlantique gelé 7:42

Une vague de chaleur en février 8:03

De la neige en été à Terre-Neuve 8:54


Musique par Epidemic Sound https://www.epidemicsound.com/

Les catastrophes naturelles plus coûteuses en 2016


2016, nous avons été témoins via les médias des catastrophes naturelles à travers le monde qui a coûté des milliards de dollars. Les changements climatiques sont potentiellement mis en cause. Alors la question se pose ! Si cela empire, les coûts seront de plus en plus élevé, ne serait-il pas raisonnable de minimiser autant que possible maintenant, malgré les coûts qui à long terme seraient moins cher que les catastrophes à venir ?
Nuage

 

Les catastrophes naturelles plus coûteuses en 2016

 

Plusieurs tremblements de terre au Japon en avril... (Kyodo, REUTERS)

Plusieurs tremblements de terre au Japon en avril ont généré à eux seuls 31 milliards de dégâts.

KYODO, REUTERS

 

Agence France-Presse
FRANCFORT

Les catastrophes naturelles ont provoqué en 2016 nettement plus de dégâts que lors des trois années précédentes, tout en étant beaucoup moins meurtrières, selon une étude publiée mercredi par le réassureur allemand Munich Re.

L’an passé, les catastrophes naturelles ont provoqué 175 milliards de dollars (environ 168 milliards d’euros) de dégâts, un niveau qui n’avait plus été atteint depuis 2012 et ses 180 milliards de dollars de dommages, détaille cette étude qui fait référence dans le secteur.

Le coût global est aussi supérieur à la moyenne des dix dernières années, durant lesquelles les catastrophes naturelles avaient provoqué en moyenne pour 154 milliards de dollars de dégâts.

Sur ces 175 milliards, seuls 50 milliards étaient assurés, précise le réassureur.

« Après trois années relativement épargnées par les catastrophes naturelles, les chiffres de 2016 marquent un retour vers des niveaux moyens », a commenté dans le communiqué Torsten Jerrowek, membre du directoire de Munich Re.

Les catastrophes naturelles ont entraîné la mort de 8700 personnes l’an dernier, soit bien moins qu’en 2015 (25 400 morts), faisant de 2016 la deuxième année la moins meurtrière depuis 1986, après 2014 et ses 8050 décès.

750 évènements climatiques

Au total, quelque 750 évènements climatiques ou géologiques extrêmes ont été recensés en 2016, un résultat nettement supérieur aux 590 évènements constatés en moyenne sur les dix dernières années.

Munich Re met notamment en avant deux catastrophes : plusieurs tremblements de terre au Japon en avril et une vague d’inondations en Chine en juin et juillet. Elles se sont révélées les plus coûteuses, avec respectivement 31 milliards et 20 milliards de dollars de dégâts.

L’étude fait également état de 160 catastrophes en Amérique du Nord, avec entre autres le passage en octobre de l’ouragan Matthew, qui a fait 550 victimes en Haïti et provoqué 10,2 milliards de dollars de dommages sur sa route.

Au Canada, des feux de forêt en mai en Alberta ont fait quelque 4 milliards de dollars de dégâts, tandis des inondations en août dans le sud des États-Unis ont été responsables de 10 milliards de dollars de dommages.

Côté européen, une série de tempêtes fin mai et début juin, notamment en Allemagne et en France, avec des inondations et des crues ont entraîné 6 milliards de dollars de pertes.

« L’étude des catastrophes liées au climat en 2016 montre les effets potentiels d’un changement climatique non maîtrisé », a commenté dans le communiqué Peter Höppe, chef de recherche chez Munich Re.

« Bien évidemment, des évènements pris isolément ne peuvent jamais être attribués directement au changement climatique. Mais il y a beaucoup de signes indiquant que le changement climatique rend plus probable l’apparition de certains évènements, comme des systèmes climatiques permanents ou des tempêtes entraînant des pluies et des grêles torrentielles, dans certaines régions », ajoute M. Höppe.

http://www.lapresse.ca/

Le Saviez-Vous ► Éclair, grêle, précipitations : top 5 des phénomènes météorologiques les plus extrêmes


Depuis que les donnés météorologiques sont comptabilisés, on peut faire des comparaisons à travers le monde et voir les records. Avec les changements climatiques, nous en verrons sûrement beaucoup d’autres qui suivront
Nuage

 

Éclair, grêle, précipitations : top 5 des phénomènes météorologiques les plus extrêmes

 

Nathalie Mayer, Futura-Sciences

 

Les Archives mondiales de données concernant les extrêmes météorologiques et climatiques relevant de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) sont accessibles à tous sur Internet. En 2016, deux nouvelles lignes ont fait leur apparition dans le tableau. Elles concernent la foudre.

L’éclair le plus long

Les éclairs ne s’étendent généralement pas sur une distance de plus de 12 kilomètres et ne durent que quelques centièmes de seconde. © Jean-Marie Muggianu, Flickr, CC by-NC-ND 2.0

Les éclairs ne s’étendent généralement pas sur une distance de plus de 12 kilomètres et ne durent que quelques centièmes de seconde. © Jean-Marie Muggianu, Flickr, CC by-NC-ND 2.0

Selon les experts de l’OMM, un éclair enregistré en juin 2007 dans l’Oklahoma a parcouru une distance record de 321 kilomètres. Généralement, la longueur d’un éclair se situe aux alentours de 12 kilomètres…

Quant à l’éclair qui a duré le plus longtemps, il a été enregistré dans le sud de la France – du côté de la Drôme pour être plus précis – en août 2012. Il a duré pas moins de 7,74 secondes alors que la plupart des éclairs ne brillent pas plus de quelques centièmes de seconde.

Des grêlons gros comme des boules de pétanque

Les averses de grêle peuvent être particulièrement destructrices. © Nikolay Litov, Shutterstock

Les averses de grêle peuvent être particulièrement destructrices. © Nikolay Litov, Shutterstock

La grêle est un phénomène météorologique que nous connaissons autant que nous le craignons. Car les grêlons, qui ont en général un diamètre compris entre 5 millimètres et 5 centimètres, peuvent causer beaucoup de dégâts. Et en avril 1986, c’est un grêlon de 1,02 kilogrammequi est tombé au Bangladesh lors d’une averse de grêle qui fit 92 morts.

Des records de précipitations

En juin 2013, il est tombé entre 110 et 180 millimètres de pluie sur le relief des Pyrénées en seulement 48 heures. © Crispin Semmens, CC by SA-2.0

En juin 2013, il est tombé entre 110 et 180 millimètres de pluie sur le relief des Pyrénées en seulement 48 heures. © Crispin Semmens, CC by SA-2.0

Du côté des précipitations, les records enregistrés par l’OMM sont nombreux puisqu’ils détaillent le nombre de millimètres de pluie tombé en 1 minute, en 1 heure, en 12 heures, etc. Ainsi par exemple, en 1956, aux États-Unis, il est tombé 31,2 millimètres de pluie en 1 minute seulement et en Inde, 2,493 mètres en 48 heures.

À l’inverse, une région du Chili a connu une période de sécheresse record, longue de 173 mois, entre octobre 1903 et janvier 1918.

Quand le vent souffle

À partir d’une vitesse de 89 kilomètres par heure, Météo France attribue aux vents la qualité de tempête. © smolyaninov, Shutterstock

À partir d’une vitesse de 89 kilomètres par heure, Météo France attribue aux vents la qualité de tempête. © smolyaninov, Shutterstock

La rafale de vent la plus impressionnante a été enregistrée en Australie, en avril 1996. Ce jour-là, le vent a soufflé à 113,2 mètres par seconde soit environ 407,5 kilomètres par heure ! À titre de comparaison, les vents qui ont balayé l’Europe en décembre 1999 n’avaient pas dépassé les 260 kilomètres par heure.

Records de températures

Durant l’été 2015, des températures ressenties (qui ne correspondent pas à la température de l’air) ont dépassé 70 °C. © Acid Pix, Flickr, CC by 2.0

Enfin, l’OMM recense également les records affichés par les thermomètres et en la matière, ce sont les États-Unis et l’Antarctique qui l’emportent avec une température de 56,7 °C affichée en juillet 1913 d’une part et de -89,2 °C affichée en juillet 1983 d’autre part. La pointe à -93,2 °C mesurée en août 2010 en Antarctique n’est pas encore officielle…

En France, c’est la Corse qui détient le record (données Météo France depuis 1900) avec un modeste 43 °C affiché en juillet 2009. Et c’est en Franche-Comté que la température la plus basse a été enregistrée en 1985 aux alentours de -41 °C.

http://www.futura-sciences.com/

La canicule prendra fin mardi avec des orages


Bon, on veut de la pluie, pas d’orage violent non non non …. Il fait chaud, c’est collant, c’est pesant comme humidité ..mais il annonce chez nous encore de haute température avec une température ressentie de 43 C .. Hier il a eu un peu de pluie, enfin dans mon secteur la pluie n’a pas donner grand chose sauf que la foudre tant qu’a elle a provoquer des feux de forets .. Alors s’il pleut demain souhaitons que ce serait pour la peine de bien imbiber le sol
Nuage

 

La canicule prendra fin mardi avec des orages

Un père s’amuse avec ses jumeaux, dans une piscine de Montréal.

PHOTO: ROBERT SKINNER, LA PRESSE

La Presse Canadienne

La canicule qui sévit sur le sud du Québec est sur le point de prendre fin, mais il pourrait y avoir un prix à payer.

Selon Environnement Canada, un front froid traversera la province au cours de la journée de mardi, ce qui va très probablement causer des averses et des orages qui pourraient être violents.

Selon le météorologue André Cantin, il faudra garder l’oeil ouvert pour les veilles et alertes météorologiques, car les orages issus de ce genre de choc entre une masse d’air chaud et une masse d’air froid peuvent avoir des conséquences sévères.

Les conditions seront en effet propices à la formation d’orages qui pourraient impliquer des tornades, des microrafales ou encore de la grêle.

http://www.lapresse.ca