Le Saviez-Vous ► Toute La Vérité Sur Les Étranges Disparitions du Triangle du Michigan


On connaît le Triangle des Bermudes, mais peu connaissent le Triangle du Michigan, c’est un des 5 Grands Lacs d’Amérique du Nord qui n’est pas partager avec les États-Unis et le Canada. Il est entièrement dans la zone américaine. Comme les Bermudes, des phénomènes intrigants se sont passé par des disparitions de bateau, et même d’un avion.
Nuage


Toute La Vérité Sur Les Étranges Disparitions du Triangle du Michigan



Ce n’est pas très difficile d’imaginer la disparition de navires et d’avions dans le fameux Triangle des Bermudes. L’océan est grand et rempli de surprises, après tout

Mais qu’en est-il, par exemple, d’un lac ? Ce n’est pas une idée si farfelue quand on parle d’un lac aussi grand que le lac Michigan. Eh oui, le Triangle du Michigan est un véritable phénomène, et il est aussi étrange qu’inexplicable…


Le triangle est situé au niveau de la partie inférieure du lac. Il est 16 fois plus petit que le Triangle des Bermudes, mais des événements étranges ne sont pas moins fréquents ici, surtout si l’on tient compte de la différence de taille. Certains témoins rapportent avoir vu une lueur étrange sous la surface, d’autres jurent avoir vu un OVNI dans le ciel au-dessus du lac, et un grand nombre se sentent inconfortable quand ils se trouvent dans cette zone. Alors, prêt à plonger ?

SOMMAIRE :

– Les Grands Lacs nord-américains sont tous gigantesques et le Lac Michigan lui-même est le quatrième plus grand lac d’eau douce au monde.

– Le triangle est situé au niveau de la partie inférieure du lac, avec un coin à Manitowoc, Wisconsin et les deux autres à Ludington et Benton Harbor, Michigan.

– Le premier cas remonte au XVIIe siècle, lorsque les Grands Lacs ont commencé à devenir un moyen de transport de marchandises pour le commerce.

– C’est en août 1679, qu’un navire français appelé Le Griffon traversait les eaux non affrétées des Grands Lacs. Mais une fois arrivé sur le lac Michigan, Le Griffon… a disparu.

– La cause de la disparition du Griffon n’a jamais été pleinement établie. Certains indices indiquent une tempête brutale, tandis que d’autres pensent que ce sont des commerçants concurrents qui ont attaqué et détruit le navire.

– Le plus bizarre, c’est que l’épave du Griffon n’a jamais été retrouvée.

– Un autre événement inexplicable : La disparition de la goélette Thomas Hume a été constatée en 1891.

– La goélette n’est jamais revenue à son port d’attache. La recherche du navire a été lancée presque immédiatement, mais sans résultat depuis près de 120 ans.

– Il y aurait aussi le Rosa Belle. Une autre goélette de bois qui a entrepris son dernier voyage depuis High Island jusqu’à Benton Harbor en 1921.

– Elle a été retrouvée plus tard à la dérive sur les eaux du lac Michigan après avoir chaviré sous l’effet d’une force redoutable.

– Pour ajouter au mystère, l’équipage du navire a disparu et n’a plus jamais donné de nouvelles….

Le vol 2501 de Northwest Orient Airlines avait décollé de New York et se dirigeait vers Seattle le 23 juin.

– Il semblerait que le vol 2501 ait traversé un nuage orageux et que l’avion ait mal fonctionné, puis qu’il soit tombé dans le lac Michigan. Mais malgré tous les efforts déployés pour retrouver l’épave, ce fut sans succès.

– Apparemment, deux policiers auraient vu une étrange lumière rouge planer au-dessus du lac exactement le même jour où l’avion a disparu.

– Cette bizarrerie autour du Triangle du lac Michigan, quelle qu’elle soit réellement, reste un point d’interrogation géant et enflammé sur la carte des États-Unis.




HORODATAGES :


Où le Triangle est-il situé 0:33


La toute première disparition 1:28


Goélette qui n’est jamais revenue 3:36


Bateau sans équipage 4:39


Mystère de la disparition du capitaine Donner 5:27


Pas d’avion, pas d’épave 6:27
 


#triangledesbermudes #mystère #sympa



Musique par Epidemic Sound https://www.epidemicsound.com/

Envahis par les éphémères? C’est signe que l’écosystème se porte bien


Les éphémères portent bien leur nom, car elles vivent entre 90 minutes à 3 jours pas plus. Quand elles sont en grand nombre, elles peuvent faire beaucoup de dégâts, comme des accidents de la route ou même un arrêt de traversier. Malgré tout ces insectes volants donnent de bonnes nouvelles à l’environnement comme présentement dans le secteur des Grands Lacs.

Nuage


Envahis par les éphémères? C’est signe que l’écosystème se porte bien


Un lampadaire éclaire un essaim d'éphémères.

Les éphémères sont particulièrement présents dans le bassin des Grands Lacs.

PHOTO : CBC/ GAIL MACLELLAN

Rose St-Pierre

Ce sont de petits insectes, mais ils peuvent causer d’importants dégâts : allant jusqu’à causer des accidents de la route, les éphémères ont même forcé l’arrêt d’un traversier transportant des centaines de personnes dans le Sud-Ouest de l’Ontario cette fin de semaine. Mais leur présence est aussi porteuse d’une bonne nouvelle : si les éphémères sont en grand nombre, c’est que l’écosystème est en santé.

Samedi dernier, des milliers de petits insectes aux ailes transparentes, réfugiés dans le système de refroidissement du traversier entre Kingsville et l’île Pelée, ont fait surchauffer les moteurs et ont forcé l’arrêt au quai du plus important traversier entre le continent et l’île la plus au sud du Canada.

Les éphémères ont causé un ralentissement de service durant l’une des fins de semaine les plus achalandées pour le tourisme de l’île Pelée.

C’était pas un bon temps pour une panne de traversier, admet le maire de l’île Pelée, Raymond Durocher. C’était quelque chose qu’on ne pouvait pas prédire… c’est à cause des éphémères qu’on a arrêté le bateau; il était trop chaud!, lance le maire.

Des éphémères collés sur une boîte en bois.

Les éphémères sont des insectes autochtones présents partout en Amérique du Nord.

PHOTO : CBC/ MEAGAN FIDDLER

L’insecte dont la vie adulte se résume parfois à 90 minutes seulement peut même causer des accidents de la route : les phares de voitures attirent les éphémères qui tapissent ensuite les routes et les rendent très glissantes, particulièrement sur les ponts.

Mais ces petites bêtes qui causent de grands ravages ne sont pas que synonymes de mauvaises nouvelles. Une population vigoureuse d’éphémères est aussi signe d’un environnement en santé, selon Roselyne Labbé, entomologiste pour Agriculture et agroalimentaire Canada à Harrow, en Ontario.

Ces espèces sont des indicateurs environnementaux assez importants, explique l’entomologiste. C’est surtout un bon signe d’avoir des éphémères, dit Mme Labbé, puisque les insectes signifient qu’il y a un bon taux d’oxygène dans les lacs et que l’apport en nutriments (comme le phosphore ou l’azote) n’est pas trop élevé, limitant ainsi la présence d’algues. En plus, ils servent de nourriture aux poissons, ajoute la chercheuse.

Jérôme Marty, scientifique spécialisé en étude des eaux douces, se réjouit aussi de la présence de nuages d’insectes survolant le bassin des Grands Lacs.

Les éphémères sont attribués à une bonne qualité de l’eau. Et une bonne qualité de l’eau ça veut dire beaucoup d’oxygène et pas trop de nutriments qui causent des algues, note-t-il. Ça veut dire qu’il n’y a pas trop de bactéries dans l’eau et que les poissons sont en santé.

Une bonne nouvelle pour les nageurs… et les pêcheurs!

Des essaims d'insectes

Des essaims d’insectes

PHOTO : RADIO-CANADA

Leur présence est un bon signe d’autant plus qu’ils se sont longtemps faits discrets…

Au début des années 1990, on a vu une grande population d’éphémères au lac Érié après une absence d’environ 30 ans à cause d’un manque d’oxygène au fond du lac, explique Mme Labbé.

À l’état larvaire dans le fond des lacs, parfois pendant plusieurs années, ces insectes présents partout en Amérique du Nord font surface seulement en transition vers le stade adulte. Ils vivent alors tout au plus trois jours.

https://ici.radio-canada.ca/

VÉRIFIÉ: Ce n’est pas arrivé cette semaine


J’aime bien quand on fait mention des nouvelles véhiculés sur le Web s’ont révisé pour permettre de démêler entre le vrai et le faux. Car même si les sites qui aiment déformer la vérité et disent souvent que les nouvelles sont fausses, d’autres les partages comme si elles étaient vraies.
Nuage

 

VÉRIFIÉ: Ce n’est pas arrivé cette semaine

 

NEW YORK Vérification faite par l’Associated Press, et contrairement à ce que vous pouvez avoir lu ou entendu ailleurs, voici quelques-uns des événements les plus extraordinaires qui ne se sont pas produits cette semaine…

————–

FAUX: Un mystérieux sous-marin allemand de la Deuxième Guerre mondiale est découvert dans les Grands Lacs

EN FAIT: Les plongeurs n’ont pas trouvé un U-Boat allemand au fond du lac Ontario en dépit d’une histoire publiée l’an dernier par le World Daily News Report et reprise ailleurs. Le WDNR admet être un site de canulars. Le texte porte à penser que le sous-marin pourrait avoir coulé pendant la bataille (fictive) de Niagara Falls. Les photos qui accompagnent le texte sont en réalité celles d’un sous-marin soviétique rouillé et de deux plongeurs qui ont participé à une expédition française au pôle Nord en 2010.

————–

FAUX: La PM britannique Theresa May dit que les pédophiles devraient eux aussi pouvoir adopter des enfants

EN FAIT: Le texte de Neon Nettle s’inspire d’un article rédigé en 2010 par un professeur de droit qui demandait à Mme May, qui était à ce moment ministre de l’Intérieur, de relâcher les règles qui empêchaient les prédateurs sexuels de s’occuper des enfants. Mme May avait précédemment ordonné une révision des règles de vérification des antécédents des adultes qui entraient en contact régulier avec des enfants n’étant pas les leurs, mais la porte-parole de Mme May à ce moment avait dit qu’il n’était pas question de permettre à des pédophiles d’adopter.

————–

FAUX: Que dit Adam Sandler au sujet des mormons?

EN FAIT: Le comédien n’a pas pris la défense des mormons lors d’un récent podcast, malgré ce que peuvent raconter de multiples sites maquillés pour ressembler à des sites de nouvelles locales. Le texte prétend que M. Sandler a dit que les mormons sont des «gens décents», quand un intervieweur a commencé à les dénigrer. Tous les sites préviennent que leurs textes sont des canulars.

—————

FAUX: Le tueur de Charlottesville était un partisan de Hillary financé par Soros

EN FAIT: James Fields fils, qui est accusé de meurtre pour avoir foncé avec sa voiture sur des manifestants à Charlottesville, en Virginie, a appuyé Donald Trump pendant la dernière campagne présidentielle, a dit son ancien enseignant à l’Associated Press. Le site GoFundMe a confirmé avoir retiré «de multiples campagnes» pour venir en aide à Fields; aucune n’était financée par le milliardaire George Soros, qui est fréquemment ciblé par les sites de canulars. Les histoires reprises par des sites comme YourNewsWire affirment que l’arrestation de Fields fait partie d’un plan pour déclencher une guerre civile.

————–

FAUX: Le président Trump a congédié les 14 juges fédéraux musulmans

EN FAIT: Aucun musulman n’est juge au niveau fédéral et le président Trump n’aurait de toute manière pas l’autorité de les congédier. Le président Barack Obama avait proposé la candidature d’un avocat musulman, Abid Qureshi, pour devenir juge fédéral, mais il n’a pas été confirmé par le Sénat. Le canular repris par As American As Apple Pie et d’autres ajoutent que M. Trump a utilisé la «clause d’évacuation» — qui n’existe pas — pour se débarrasser des juges.

http://journalmetro.com/

Une nouvelle carpe envahissante dans les Grands lacs nord-américains


Des poissons asiatiques qui ont été introduites autour des années 1960 pour contrôler la végétation aquatique. Et ils se sont échappée pour se reproduire dans les Grands Lacs qui jaugent la frontière entre Canada et États-Unis et metttent en danger l’écosystème. car cette carpe de roseau est très gourmande
Nuage

 

Une nouvelle carpe envahissante dans les Grands lacs nord-américains

 

ASIAN CARP

Une nouvelle espèce de carpe asiatique envahissante est apparue dans trois des Grands lacs nord-américains et menace les écosystèmes existants, a annoncé vendredi le ministère canadien des Pêches et Océans.

Des spécimens de carpe de roseau (Ctenopharyngodon idella), l’une des quatre espèces de carpes asiatiques, ont été capturés entre 2013 et 2016 dans les lacs Michigan, Erié et Ontario, a indiqué le ministère citant une étude scientifique réalisée par des agences des gouvernements canadien et américain.

Très vorace, pouvant peser 45 kilos et atteindre 1,5 mètre de long, la carpe de roseau a une « incidence extrêmement grave sur l’écosystème » des Grands lacs en raison de sa « capacité à supplanter les espèces indigènes en matière d’espace et de nourriture et en l’absence de prédateurs naturels », selon un communiqué du ministère.

Cette espèce peut consommer chaque jour l’équivalent de 40% de son poids en végétation aquatique.

Originaire d’Eurasie, la carpe de roseau a été introduite aux Etats-Unis au début des années 1960 pour le contrôle biologique de la végétation aquatique. En s’échappant dans le fleuve Mississippi, l’espèce aurait ensuite gagné le lac Michigan, vraisemblablement à hauteur de Chicago, en pénétrant par un canal liant ces deux systèmes, estime l’étude.

Elle aurait été introduite par mégarde dans le lac Erié.

« Les conséquences écologiques de la présence des carpes de roseau dans la plupart des zones du bassin des Grands lacs pourraient s’avérer très graves d’ici les 50 prochaines années », notamment pour les marécages.

Le Canada et les Etats-Unis se serviront du rapport pour orienter leurs décisions concernant les activités de gestion et de prévention liées à la carpe de roseau, a précisé le ministère.

Quatre des cinq Grands lacs (Supérieur, Huron, Erié et Ontario) chevauchent la frontière canado-américaine, le lac Michigan étant le seul situé exclusivement en territoire américain.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Une nouvelle espèce exotique envahissante menace nos lacs


Une autre espèce exotique évasive semble aimer nos cours d’eau. Ces puces a été identifiées vers les années 80 et continus à envahir le territoire Il est impossible de s’en débarrasser, mais l’être humain avec certaines précautions peut diminuer la vitesse de sa prolifération
Nuage

 

Une nouvelle espèce exotique envahissante menace nos lacs

 

Le cladocère épineux ou Bythotrephes longimanus

Le cladocère épineux ou Bythotrephes longimanus Photo :  Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Un texte de Chantal Srivastava

Une minuscule puce d’eau venue de loin est dorénavant parmi nous. Même si elle fait moins d’un centimètre, cette espèce exotique envahissante menace l’équilibre de nos lacs et cours d’eau. Son nom : le cladocère épineux ou Bythotrephes longimanus.

La photo ci-dessus a été prise en août 2015 par une équipe du ministère québécois des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP). Il s’agit d’un des deux premiers spécimens observés au Québec au cours d’une campagne d’échantillonnage dans le Haut-Richelieu. Et ce n’est qu’une question de temps avant que le cladocère épineux ne bouleverse nos cours d’eau.

Tout comme la moule zébrée, le cladocère épineux a voyagé jusqu’ici dans les eaux de ballast des navires. Il est originaire du bassin ponto-caspien d’Asie centrale, qui englobe la mer Noire, la mer d’Azov et la mer Caspienne. Là-bas, il ne pose aucun problème, mais ici c’est une tout autre histoire.

Il a tout d’abord contaminé les Grands Lacs au début des années 80. Et depuis, il prolifère. Aujourd’hui, le cladocère épineux est présent dans une centaine de lacs ontariens. Les biologistes du ministère s’attendaient d’ailleurs à ce qu’il arrive au Québec par l’Abitibi ou l’Outaouais. Il est plutôt remonté vers le nord en empruntant le lac Champlain.

Nos cours d’eau menacés

L’arrivée du cladocère épineux perturbe profondément l’écosystème. Très vorace, la bête consomme le zooplancton dont se nourrissent normalement les poissons.

« Ils vident le garde-manger des poissons », constate la biologiste Isabelle Desjardins, responsable des espèces animales exotiques envahissantes au MFFP.

« Le problème, c’est que leur queue épineuse rebute les jeunes poissons, qui n’ont alors plus rien à manger », se désole-t-elle.

Depuis l’arrivée du cladocère épineux dans les Grands Lacs, les scientifiques ont noté des changements dans la faune aquatique, observe la biologiste Beatrix Beisner, professeure au Département des sciences biologiques à l’UQAM et directrice du Groupe de recherche interuniversitaire en limnologie et en environnement aquatique (GRIL).

« Les autres organismes n’arrivent pas à s’adapter. Et c’est sans compter les effets écotoxicologiques. Non seulement les cladocères épineux bouleversent-ils la chaîne alimentaire, mais ce faisant, ils concentrent les toxines de telle sorte que les poissons risquent d’être davantage contaminés. » — Beatrix Beisner, biologiste

Le cladocère épineux

Le cladocère épineux Photo :  Pêches et Océans Canada/Laurie Wesson

Les pêcheurs sont ainsi doublement pénalisés, car les cladocères épineux ont également tendance à s’agglutiner sur les lignes de pêche, ce qui entrave leur bon fonctionnement.

Malheureusement, il est impossible d’éliminer le cladocère épineux une fois qu’il s’est installé. La seule solution, c’est d’empêcher sa prolifération par les humains. Les embarcations et les équipements de pêche sont des vecteurs potentiels. L’inspection et le nettoyage sont des étapes essentielles pour ceux qui fréquentent plusieurs cours d’eau.

Plusieurs options sont possibles : le lavage à l’eau chaude à 55 degrés Celsius, le lavage à pression ou le séchage au soleil durant cinq jours. Et il ne faut pas oublier d’inspecter et de laver aussi les animaux de compagnie.

http://ici.radio-canada.ca/

Le navire du 17e siècle "Le Griffon" retrouvé au fond du lac Michigan ?


La mer, les fleuves ont dans leurs flots d’innombrables épaves et certaines resurgissent du passé grâce à des plongeurs qui scrutent le fond des eaux. Quand une épave est trouvée, il reste à l’identifier
Nuage

 

Le navire du 17e siècle « Le Griffon » retrouvé au fond du lac Michigan ?

 

bateau Le Griffon

Ci-dessus une gravure du navire français « Le Griffon », qui a disparu en 1679 alors qu’il naviguait sur le lac Michigan. Crédits : Father Louis Hennepin

Par Julie Aram

Le navire français Le Griffon, qui a coulé en 1679 alors qu’il voguait sur le lac Michigan (Etats-Unis), a-t-il été retrouvé par des chasseurs de trésor ? C’est en tout cas ce que pensent les deux auteurs de cette découverte, à l’issue d’une plongée sous-marine effectuée dans ce grand lac américain.

Pour les chasseurs de trésor qui opèrent dans les grands lacs américains à la recherche d’épaves disparues, s’il est bien un navire mythique, c’est bien le Griffon.

Ce navire français, construit à l’instigation de l’explorateur français René-Robert Cavelier de La Salle, a coulé en 1679, alors qu’il traversait le lac Michigan (l’un des cinq grands lacs d’Amérique du Nord) à la recherche de l’embouchure du fleuve Mississippi.

Lors de la traversée, de La Salle a quitté le navire pour rejoindre la côte, laissant une grande partie de l’équipage à bord, afin de vendre des fourrures dans le but de payer des dettes qui l’avaient ruiné. Mais, une fois ses ventes effectuées, lorsque l’explorateur a tenté de revenir sur le bateau, il ne l’a jamais retrouvé.

Or, deux chasseurs de trésor américains, Kevin Dykstra et Frederick Monroe, affirment l’avoir retrouvé à l’issue d’une plongée sous-marine effectuée dans le lac Michigan.

Au cours de cette plongée, les deux hommes ont découvert une mystérieuse épave, sur laquelle ils ont notamment identifié une sculpture à la proue du bateau représentant, selon eux, un griffon (voir la photo du possible griffon).

A l’évidence, des analyses complémentaires devront être réalisées afin de voir si cette épave est bel et bien celle du Griffon. En attendant, vous pouvez visionner un reportage (en anglais), diffusé sur une chaîne de télévision américaine, à l’occasion de cette découverte : « Muskegon divers claim to find elusive « Le Griffon » shipwreck ».

Un article (en anglais) de LiveScience est également consacré à cette découverte : « Treasure Hunters Find Mysterious Shipwreck in Lake Michigan ».

http://www.journaldelascience.fr

Le Saviez-Vous ►Les mystères de l’effet de lac dévoilés


Certaines régions reçoivent plus de neige que d’autres, une des causes semblent être l’effet de lac, Il faut des conditions spécifiques pour avoir des accumulations spectaculaires de neige comme ce qu’à reçu la ville de Buffalo
Nuage

 

Les mystères de l’effet de lac dévoilés

 

Photo : Lucie Desbiens, Port Elgin

Certaines régions sont plus susceptibles de recevoir davantage de neige en raison de l’effet de lac. Ce phénomène localisé donne souvent lieu à des accumulations colossales.

Recevoir 100 cm de neige en deux jours, c’est possible? En Ontario, cette réalité fait partie du quotidien, dans les régions situées aux abords des Grands Lacs. Au Québec, ce phénomène peut influencer les quantités de précipitations autour du lac Saint-Jean ou en Gaspésie.

L’effet de lac a généralement lieu du mois d’octobre jusqu’en décembre, mais il peut durer tout l’hiver si les plans d’eau demeurent libres de glace.

Les bourrasques de neige, terme aussi utilisé pour parler de l’effet de lac, se produisent lorsque l’air froid passe sur les eaux plus chaudes. La masse d’air se charge alors d’humidité et forme des nuages convectifs très intenses, qui engendrent d’importantes chutes de neige une fois au-dessus des terres.

En décembre 2013, certaines villes américaines et ontariennes situées près des Grands Lacs ont reçu des bordées de neige extrêmes. Il est notamment tombé plus de 130 cm à Redfield, une municipalité d’environ 500 habitants.

L’humidité qui s’évapore dans l’air se condense et forme des nuages, et des flocons de neige commencent à tomber.

 

http://www.meteomedia.com/

Une tempête pourrait toucher l’est du Canada à compter de mardi soir


Il semble qu’on se prépare a des précipitations du moins dans certaines régions, en neige, pluie, verglas ou un peu de tout a la fois ..
Nuage

 

Une tempête pourrait toucher l’est du Canada à compter de mardi soir

 

© Martin Labbé

MONTRÉAL – Une tempête pourrait toucher plusieurs régions du Québec, le sud de l’Ontario et le nord du Nouveau-Brunswick à compter de mardi soir.

Environnement Canada a émis un bulletin météorologique spécial pour plusieurs de ces régions, lundi matin. Il pourrait y avoir de la neige ou encore de la pluie, selon la trajectoire qu’empruntera la dépression.

Au Québec, cette tempête touchera tout le sud du fleuve Saint-Laurent, de la frontière ontarienne à la Gaspésie, ainsi que les régions de la Mauricie, de Charlevoix, Lanaudière et les Laurentides. Les quantités de neige pourraient atteindre jusqu’à 20 centimètres si l’ensemble des précipitations sont sous la forme solide.

Toutefois, le coeur de la dépression pourrait suivre la vallée du Saint-Laurent, ce qui pourrait amener de la neige et ensuite beaucoup de pluie, particulièrement en Gaspésie et dans les Appalaches. Il n’est pas exclu de voir de la pluie verglaçante lors de la transition.

En Ontario, ce sont toutes les régions au sud des Grands Lacs, à partir de Windsor, en allant vers Toronto, Kingston et Cornwall qui seront touchées par les précipitations.

Dans ces régions, on parle d’un mélange de pluie et de neige, avec des températures au point de congélation ou juste au-dessus de celui-ci. Environnement Canada prévoit un maximum de cinq centimètres de neige, pour l’instant dans le sud ontarien.

Au Nouveau-Brunswick, les précipitations devraient s’amorcer en neige dans le nord de la province pour se changer en pluie, à la faveur d’un mercure à la hausse.

Le sud de la province recevrait de la pluie

http://img.src.ca/