Un grain de sable


Chaque personne a sa raison d’existé, on ne comprend pas vraiment pourquoi mais nous laissons notre trace sur des gens et sans nécessairement le savoir
Nuage

 

Un grain de sable

 

Nous ne sommes que des grains de sable mais nous sommes ensemble … Nous sommes comme les grains de sable sur la plage,
mais sans les grains de sable la plage n’existerait pas …

Bernard Werber

Je ne suis qu’un grain de sable


Devant l’infini, seul nous ne sommes pas grands chose, mais comme tout le monde n’est que minuscule alors qu’en semble, tout change, chaque personne a son importance, sa place …
Nuage

 

Je ne suis qu’un grain de sable

 

Nous ne sommes que des grains de sable
mais nous sommes ensemble.
Nous sommes comme les grains de sable sur la plage,
mais sans les grains de sable la plage n’existerait pas.

Bernard Werber

Agonie de mes rêves


Quelques semaines sont passés après mon retour au Maroc,je crois que cela a influencer ma façon d’écrire,  je devais commencer a amadouer ma solitude, a en faire une amie plutôt qu’une ennemie .. Rassurez-vous, ma solitude, sans être une ermite, est devenue une très bonne alliée, ce qui m’a même permis de prendre la vie d’une façon positive, mais j’ai toujours aimer mieux les poèmes tristes, voir dramatique .. Ah c’est beau la contradiction non ??? !
Nuage

Agonie de mes rêves

Petite je rêvassais à un monde lointain de l’autre côté de l’océan
A des êtres différents sortis tout droit des contes d’antan
A des images des milles et une nuit, tapis volant à la lampe magique
A un décor d’Orient, à toute cette fascination de mes rêves féériques

Mais.. les jours, les années ont éteint ces songes
Laissant place aux déceptions remplies de mensonges
La douleur, le rejet ne cessent de me harceler sans regret
Moi, qui n’est qu’un grain de sable dans cette immensité aux cent reflets

Tous mes rêves reviens à un moment de la vie
Taquiner un épisode difficile de solitude et d’envie
Me laissant sur ma faim sans l’assouvir ni la réaliser pleinement
Blessée dans mon intérieur pour mourir dans l’oubli de mon effondrement

Cette autre étape s’achève immolant tous ces songes à jamais
Pour continuer errante dans un monde sans relais
Cherchant malgré moi, un bonheur caché au fond des mers
Aveuglé par la noirceur des ténèbres pour quémander une vie sans revers

Il me reste que des souvenirs vaguant dans mon esprit agité
Ma solitude devrait devenir mon amie, la prière mon alliée
La vie, mon expérience doivent remonter les marches effaçant mes désirs
Ainsi attendre en silence la fin de la dernière escale, du dernier soupir

Rachel Hubert (Nuage)
18 mai 2002