Le Saviez-Vous ► 14 pionnières dans des métiers réservés aux hommes


 

Des pionnières ont ouvert la voie sur des professions que seuls les hommes étaient roi et maître. Elles ont passé pardessus les multiples préjugés pour atteindre une grande carrière qui a permis aujourd’hui à ce que d’autres femmes puissent le pas
Nuage

 

14 pionnières dans des métiers réservés aux hommes

Quelles ont été les premières femmes à être pilote, astronaute, médecin, journaliste, agent de police, juge, avocate?

On a tendance à l’oublier, mais l’histoire de l’humanité a longtemps été, surtout, l’histoire des hommes. Ce n’est que depuis un peu plus de 100 ans que les femmes peuvent actuellement exercer, ou presque, les mêmes métiers que les hommes.

Voici quelques-unes de ces pionnières dans des métiers anciennement réservés aux hommes.

La première médecin

 14 pionnières dans des métiers réservés aux hommes

Sur la photo, Elizabeth Blackwell, vers 1870.

(Crédit photo: Hulton Archive/Getty Images)

Quand Elizabeth Blackwell a été acceptée au collège médical de New York en 1847 (elle avait 26 ans), ce fut presque par accident. Le doyen et la faculté responsables de l’évaluation des candidats n’ont pas su quoi penser de sa demande.

Pensez, une femme à l’école de médecine? En 1847?

Ils ont donc demandé aux 150 étudiants mâles de la classe de voter, en stipulant que même si un seul d’entre eux refusait que cette femme soit admise, le collège la refuserait. Les jeunes hommes ont trouvé la demande tellement ridicule qu’ils ont cru que c’était une blague… et l’ont acceptée.

C’est ainsi qu’en 1849, Elizabeth Blackwell est devenue la première femme à obtenir un diplôme en médecine aux États-Unis. Elle est aussi la première femme membre de l’Ordre des médecins de la Grande-Bretagne. Elle est morte en 1910, à l’âge de 89 ans.

La première avocate

 14 pionnières dans des métiers réservés aux hommes

(Crédit photo: historyofiowa.wikispaces.com)

Née le 23 mai 1846, Belle Aurelia Babb, qui deviendra plus tard Arabella Mansfield, est devenue la première femme avocate aux États-Unis, et dans le monde, en 1869, à l’âge de 23 ans.

Malgré une loi de l’état de l’Iowa, où elle résidait, qui restreignait les applications aux mâles blancs de plus de 21 ans, elle obtint la permission de passer l’examen du barreau qu’elle réussit avec de très hauts résultats. Cette même année, l’Iowa fut le premier état américain à accepter que les femmes puissent devenir avocates.

Arabella n’a cependant jamais vraiment pratiqué, se concentrant sur l’enseignement. Elle a été très active dans le mouvement pour les droits des femmes.

Décédée le 1er août 1911, elle n’aura pas vu la culmination du mouvement en 1920, avec le 19e amendement de la Constitution américaine qui permet, enfin, le vote des femmes.

 

La première journaliste d’investigation

 14 pionnières dans des métiers réservés aux hommes

Sur la photo, la journaliste américaine Elizabeth Cochrane, en 1890. Elle écrivait sous le nom de Nellie Bly.

(Crédit photo: Interim Archives/Getty Images)

De son vrai nom Elizabeth Jan Cochrane, Nellie Bly est née le 5 mai 1864 en Pennsylvanie. Suite à une lettre envoyée au rédacteur en chef d’un quotidien de Pittsburgh en protestation à une rubrique sexiste, elle se voit offrir un poste au journal local.

Vite reléguée aux pages féminines, elle quitte Pittsburgh pour New York où Joseph Pulitzer l’engage en 1887.

Son premier article traite d’un asile de fous pour femmes. Elle se fait passer pour malade et s’invente des problèmes psychiatriques pour s’y faire interner et pouvoir décrire les conditions épouvantables des patientes.

En 1888, Nellie Bly fait le tour du globe pour tenter de battre le record de Phileas Fogg, le héros duTour du monde en 80 jours, de Jules Verne. Elle le réussira en 72 jours, 6 heures, 11 minutes et 14 secondes. Elle est ainsi la première femme à faire le tour du monde sans être accompagnée par un homme.

En 1895, elle épouse le millionnaire Robert Seaman et, à sa mort, prend la direction de ses entreprises, jusqu’à leur fermeture suite à des activités louches de certains employés.

Elle reprend alors sa carrière de journaliste et oeuvre pour le droit de vote des femmes. Elle sera reporter de guerre durant la Première Guerre mondiale. Elle meurt à 57 ans, à New York.

La première cinéaste

 14 pionnières dans des métiers réservés aux hommes

Sur la photo, Alice Guy, en 1913.

(Crédit photo: Wikipédia)

Alice Guy, de son vrai nom Alice Ida Antoinette Guy, est née le 1er juillet 1873, en France. Elle est la première femme cinéaste au monde.

Poussée par la nécessité de gagner sa vie, Alice devient en 1894 secrétaire au comptoir général de la photographie. L’entreprise est rachetée un an plus tard par Léon Gaumont. Tout un nouveau monde s’ouvre alors devant la jeune femme, celui du cinéma.

Avec son premier film, La fée aux choux, tourné en1896, elle devient la première réalisatrice de l’histoire du cinéma. Elle s’installe aux États-Unis en 1907, fonde sa propre maison de production en 1910, la Solax Company, et devient ainsi la première femme créatrice d’une société de production de films.

Elle a tourné plus de 600 films, de tous les genres, du western au fantastique. Elle est morte en 1968, à 72 ans.

 

La première vétérinaire

 14 pionnières dans des métiers réservés aux hommes

(Crédit photo: icelegendsaustralia.com)

Isabelle Bruce Reid est née le 21 décembre 1883 à Melbourne, en Australie. Elle a grandi dans le domaine familial rural et développe très jeune un grand intérêt pour les animaux, surtout les chevaux.

Après des études où elle se distingue par ses performances, elle montre un talent certain pour le chant (elle est soprano), mais ses parents considèrent qu’une carrière sur la scène est déplacée pour une jeune femme de son statut social. Ils l’encouragent cependant quand elle décide de s’inscrire au Collège vétérinaire de Melbourne en 1902.

En 1906, elle est l’un des cinq étudiants à passer l’examen et la seule à le réussir. Le 21 novembre, elle devient la première femme vétérinaire reconnue au monde. Elle meurt en 1945, à l’âge de 62 ans.

 

La première pilote

 14 pionnières dans des métiers réservés aux hommes

Sur la photo, la baronne Raymonde de Laroche au volant de son avion.

(Crédit photo: Topical Press Agency/Getty Images)

Née le 22 août 1882, à Paris, Élisa Léontine Deroche commence une carrière artistique, sous le nom de baronne Raymonde de Laroche. Elle est ensuite initiée au pilotage et obtient son brevet le 8 mars 1910, ce qui en fait la première femme à obtenir un brevet de pilote au monde.

Quelques semaines après l’obtention de son diplôme, elle a un accident alors qu’elle concourt pour le « Prix des Dames » lors de la grande semaine d’aviation à Reims. Les commentaires fusent: l’aviation, ce n’est pas pour les femmes.

Dès 1912, Raymonde de Laroche se remet à piloter, remporte la « Coupe Femina » en 1913 et obtient le record féminin du plus long vol en circuit fermé en franchissant 323 kilomètres.

Elle meurt le 18 juillet 1919 quand son instructeur, qui est aux commandes de l’avion, percute le sol en voulant faire un looping. Tous deux sont tués sur le coup. Elle a 37 ans.

La première policière

 14 pionnières dans des métiers réservés aux hommes

(Crédit photo: Wikipedia)

Alice Stebbins Wells est la première policière des États-Unis et dans le monde.

Née le 13 juin 1873, elle devient d’abord ministre du Culte. Suite à sa pétition réclamant de l’aide pour les femmes et les enfants victimes de crimes, elle joint le département de police de Los Angeles en 1910.

Elle a 37 ans. Jusque-là, les femmes n’étaient engagées que comme geôlières dans les prisons pour femmes.

Alice Stebbins Wells a par la suite fondé l’Association internationale des policières et a voyagé partout aux États-Unis et au Canada pour promouvoir le rôle des policières.

Deux ans après elle, deux autres femmes sont devenues policières.

Elle est devenue sergente en 1940 et est morte en 1957, à l’âge de 84 ans.

 

La première ingénieure

 14 pionnières dans des métiers réservés aux hommes

(Crédit photo:csc.matco.ro)

Elisa Leonida Zamfirescu, née en Roumanie le 10 novembre 1887, est la première femme européenne à devenir ingénieure.

Sa mère était fille d’ingénieur et son frère est lui aussi devenu ingénieur. À cause cependant des préjugés de l’époque quant à la place des femmes dans le domaine scientifique, Elisa est rejetée lors qu’elle veut s’inscrire à l’École des ponts et chaussées de Bucarest.

Elle persévère et est finalement acceptée à l’Académie royale de technologie de Berlin. Elle reçoit son diplôme d’ingénieure en 1912.

De retour en Roumanie, elle travaille à l’Institut de géologie, joint les rangs de la Croix-Rouge pendant la Première Guerre mondiale et se marie. Après la guerre, elle retourne à l’Institut de géologie où elle dirige plusieurs laboratoires et participe à de nombreuses études, tout en enseignant la physique et la chimie. Elle est morte en 1973, à l’âge de 86 ans.

 

La première hôtesse de l’air

 14 pionnières dans des métiers réservés aux hommes

(Crédit photo: dot.state.mn.us)

Ellen Church, infirmière de profession, est la première hôtesse de l’air de l’histoire.

Originaire de l’Iowa, passionnée d’aviation et détentrice d’un brevet de pilote, elle voulait devenir commandant de bord. Mais les compagnies aériennes refusaient à l’époque de confier leurs appareils à des personnes soumises à des « variations hormonales ».

En 1930, elle convainc pourtant le responsable deUnited Airlines d’engager des infirmières, comme elle, plutôt que les stewards masculins qui sont alors la norme.

Elle est engagée, à l’essai, pendant trois mois, avec sept autres jeunes filles qui toutes, selon les critères d’embauche, doivent avoir moins de 25 ans, peser moins de 52 kilos et mesurer moins de 1,58 m, à cause de l’exiguïté des cabines.

Elles doivent aussi être infirmières et… blanches.

Ces premières skygirls, comme on les appelle alors, gagnent 125 $ par mois, pour 100 heures de vol. L’essai s’avère un succès, les passagers masculins sont emballés. Bientôt, toutes les compagnies aériennes suivront le pas.

Quant à Ellen Church, elle devra cesser de voler un an et demi après son premier vol, suite à un accident de voiture. Elle meurt en 1965, à l’âge de 61 ans, après une chute de cheval.

 

La première Première Ministre

 14 pionnières dans des métiers réservés aux hommes

Sur la photo, Sirimavo Bandaranaike, premier ministre du Ceylan (Sri Lanka), le 19 octobre 1964, à Londres.

Crédit photo: Keystone/Getty Images)

Sirimavo Bandaranaike est née le 17 avril 1916, au Ceylan.

Elle est la première femme de l’histoire contemporaine à occuper le poste de premier ministre d’un pays, ce qu’elle a réussi à trois reprises.

Après avoir accédé à la tête du Parti de la liberté du Sri Lanka, elle devient première ministre du pays de 1960 à 1965, de 1970 à 1977, puis de 1994 à 2000, l’année de sa mort.

Sa fille, Chandrika Kumaratunga, est elle-même présidente lors du troisième mandat de Sirimavo en tant que premier ministre.

La première astronaute

 14 pionnières dans des métiers réservés aux hommes

Sur la photo, Valentina Tereshkova, photographiée juste avant son décollage, le 16 juin 1963.

(Crédit photo: Central Press/Getty Images)

Valentina Terechkova est devenue en 1963, à 26 ans, la première femme astronaute de l’histoire.

Simple ouvrière textile à 18 ans, elle est choisie parmi plus de 400 candidates pour devenir la première femme dans l’espace. Elle est encore aujourd’hui la seule femme à avoir effectué un voyage en solitaire dans l’espace, du 16 au 19 juin1963, et la plus jeune cosmonaute à le faire.

Après son premier et unique vol, la Soviétique épouse le cosmonaute Andrian Nikolaïev et donne naissance à une petite fille. Le couple se sépare, Valentina reprend ses études et obtient son diplôme d’ingénieur en aéronautique en 1969. Elle devient ensuite instructrice et obtient le grade de major général de l’armée de l’air.

En 1971, elle devient membre du comité central du Parti communiste de l’Union soviétique et députée. Il faudra attendre 19 ans avant qu’une autre femme aille dans l’espace.

 

La première Première Ministre d’un pays musulman

 14 pionnières dans des métiers réservés aux hommes

Sur la photo, Benazir Bhutto durant sa dernière campagne électorale à Rawalpindi, le jour de son assassinat.

(Crédit photo: AAMIR QURESHI/AFP/GettyImages)

Benazir Bhutto est née à Karachi le 21 juin 1953. Elle a dirigé le Parti du peuple pakistanais (fondé par son père, Zulfikar Ali Bhutto) de 1984 à 2007 et été deux fois première ministre du Pakistan, devenant ainsi la première femme élue démocratiquement à la tête d’un pays à majorité musulmane.

Son père a été à la tête du Pakistan de 1971 à 1977. Benazir Bhutto est l’une des figures marquantes du Pakistan. En 1987, elle épouse l’homme d’affaires Asif Ali Zardani, qui devient coprésident en 2008.

Benazir a été assassinée le 27 décembre 2007 lors d’un attentat-suicide, deux mois seulement après son retour d’exil (qui aura duré quatre ans).

Elle venait de terminer un discours en vue des prochaines élections quand un terroriste s’est fait exploser, la tuant ainsi qu’au moins 10 autres personnes.

En août 2013, l’ex-président pakistanais Pervez Musharraf a été officiellement accusé de ce meurtre.

 

La première chef de l’année

 14 pionnières dans des métiers réservés aux hommes

Sur la photo, Anne-Sophie Pic lors de la préparation du dîner de gala du Festival de Cannes, le 14 mai 2013.

(Crédit photo: Ian Gavan/WireImage pour Electrolux)

Anne-Sophie Pic est née le 12 juillet 1969 en France. Elle est issue d’une lignée de chefs restaurateurs primés au Guide Michelin: André Pic, son grand-père, 3 étoiles à partir de 1934, et son père, Jacques Pic, 3 étoiles à partir de 1973.

Après le décès de Jacques Pic, c’est le frère d’Anne-Sophie qui reprend l’entreprise familiale, La Maison Pic, mais les résultats sont médiocres et quelques années plus tard, Anne-Sophie prend à son tour la direction du restaurant.

Le 24 septembre 2007, elle est élue « chef de l’année » par les 8000 chefs répertoriés dans le guide Michelin. Elle est la première femme à obtenir ce prix, créé en 1987.

En 2011, elle a reçu le Prix Veuve Clicquot de la Meilleure Femme-chef du Monde.

La première directrice générale du Fonds monétaire international

 14 pionnières dans des métiers réservés aux hommes

Sur la photo, Christine Lagarde lors d’une conférence pendant le sommet des femmes les plus influentes organisé par le magazine Fortune, le 15 octobre 2013, à Washington, DC.

(Crédit photo: Paul Morigi/Getty Images pour FORTUNE)

Christine Lagarde est née le 1er janvier 1956, à Paris. Après une formation en droit et une carrière au sein d’un cabinet d’avocats américain, elle occupe en France le poste de ministre déléguée au Commerce extérieur de 2005 à 2007 et de ministre de l’Agriculture et de la Pêche en 2007.

Elle devient ministre de l’Économie de 2007 à 2011, ce qui fait d’elle la première femme à occuper ce poste dans un pays du G8.

Le 5 juillet 2011, elle est nommée directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) qui regroupe 188 pays, à la suite de l’affaire Dominique Strauss-Kahn, devenant ainsi la première femme à occuper cette fonction.

http://actualites.sympatico.ca/

Le gouvernement bénéficierait de l’anonymat pour des publicités trompeuses


C’est frustrant de voir que la politique avant, pendant et après n’est basé que sur le mensonge, et les meilleurs menteurs seront élus. Avec le temps, on perd nos illusions d’un pays ouvert et bien géré
Nuage

 

Le gouvernement bénéficierait de l’anonymat pour des publicités trompeuses

 

Le premier ministre conservateur Stephen Harper.... (PHOTO Chris Young, LA PRESSE CANADIENNE)

Le premier ministre conservateur Stephen Harper.

PHOTO CHRIS YOUNG, LA PRESSE CANADIENNE

BRUCE CHEADLE
La Presse Canadienne
Ottawa

Les annonceurs gouvernementaux peuvent faire de la fausse représentation de leurs programmes ou services et ce, sans être réprimandés par l’organisme de surveillance de l’industrie, du moment qu’ils retirent des ondes les publicités qui font l’objet de plaintes de citoyens.

Un bon exemple est la campagne de 2,5 millions $ du gouvernement conservateur, le printemps dernier, visant à promouvoir l’initiative de Subvention canadienne pour l’emploi de son Plan d’action économique de 2013, un programme de formation à l’emploi qui n’a pas encore vu le jour, près d’un an plus tard.

Deux médias canadiens, Global News et PostMedia News, ont révélé que Les normes canadiennes de la publicité, un «organisme sans but lucratif d’autoréglementation de l’industrie canadienne de la publicité», a réprimandé le gouvernement pour ces publicités trompeuses, qui ont été abondamment diffusées le printemps dernier, notamment pendant les séries éliminatoires de la Ligue nationale de hockey.

Janet Feasby, vice-présidente des Normes canadiennes de la publicité, a toutefois refusé de confirmer cette sanction lors d’une entrevue, vendredi,

Bien que le conseil des normes publie les plaintes reçues, il existe deux façons de gérer ces affichages, a-t-elle expliqué. Certains annonceurs fautifs sont identifiés, d’autres non. Si l’annonceur retire ou modifie sa publicité après le dépôt d’une plainte au conseil, il évite d’être identifié sur le site Web des normes.

Ainsi, une publication sur le site des normes de la publicité indique qu’un «fournisseur de services» s’est attiré 22 plaintes pour une campagne nationale télévisée annonçant «un nouveau programme de services», l’année dernière.

«Selon le Conseil, l’impression générale qui se dégage du message publicitaire est que les services sont accessibles à tous. Dans les faits, ils ne le seront pas avant un certain temps, indique l’affichage.

«Aussi, le Conseil a conclu que le message omettait de l’information pertinente.»

Comme l’annonceur a accepté de retirer la publicité, il n’a pas été nommé.

C’est une source qui aurait informé Global News qu’il s’agissait du gouvernement canadien.

«En réalité, l’entrée en vigueur de ce programme n’est pas imminente, et l’obtention d’une telle entente pourrait prendre un temps considérable, en fait, même si un accord avec les provinces et territoires (sur la proposition de subvention) est possible», disait une lettre coulée à Global.

Et c’est Janet Feasby qui a signé la lettre.

Pourtant, lorsque La Presse Canadienne a appelé Les normes canadiennes de la publicité le mois dernier, Mme Feasby n’a même pas voulu dévoiler si le conseil avait reçu une seule plainte au sujet de la publicité sur la Subvention canadienne pour l’emploi.

Le Nouveau Parti démocratique déplore que le gouvernement bénéficie de l’anonymat au regard du conseil.

«Le conseil devrait donner des informations spécifiques sur ce qui s’est passé dans ce dossier, de manière à ce que les Canadiens sachent comment leurs impôts ont été mal dépensés», a affirmé Mathieu Ravignat, le porte-parole du NPD pour les dossiers liés au Conseil du Trésor.

http://www.lapresse.ca/

Les enfants


Si les adultes se souviendrais ce qu’est être enfant .. peut-être qu’il n’y aurait pas des enfants de la guerre, torturés, violés, abandonné Mais il y aurait de la place dans toutes les sociétés du monde ..
Nuage

 

Les enfants

 

« Les enfants sont les personnes les moins bien comprises de la terre, et c’est parce que la terre est gouvernée par des grandes personnes qui ont oublié qu’elles furent aussi des enfants. »

Julien Green (dans « Mon Premier Livre en Anglais »)

Avaaz.org → Charest: un mouvement mondial réclame sa démission


C’est plus qu’une contestation de la hausse des droits des étudiants mais a cause de la loi spéciale 78, c’est la population québécoise qui conteste qu’elle soit pour ou non avec les requêtes des étudiants …  Beaucoup descendent dans les rues pour le droit et la liberté des manifestations Des appuis arrivent de partout dans le monde .. M. Charest qui est a la fin de son mandat a bien mal fini son terme et il serait étonnant qu’il soit réélu ainsi que son parti. J’espère par contre que les étudiants qui ont une faible participations lors des dernières élections iront voter majoritairement.
Nuage

 

Avaaz.org →  Charest: un mouvement mondial réclame sa démission

 

Avaaz.org - Charest: un mouvement mondial réclame sa démission

Jean Charest

Photo: Archives Reuters

Agence QMI

Alors que le conflit étudiant continue de faire jaser à l’extérieur du Québec, une plateforme web citoyenne a mis en ligne une pétition demandant la démission de Jean Charest et des membres de son gouvernement, jeudi.

Avaaz.org, un organisme se décrivant comme « le plus grand mouvement citoyen mondial en ligne pour le changement », s’est donné pour objectif de recueillir plus de 200 000 signatures réclamant la démission du premier ministre du Québec.

La pétition est en ligne depuis jeudi. Le mouvement en était déjà à plus de 16 000 signatures vendredi matin.

Majoritairement ratifiée par des Québécois, la pétition a en outre recueilli des signatures provenant de la France, la Belgique et l’Allemagne.

Le mouvement Avaaz rejoint plus de 14 500 000 membres dans le monde, provenant de plus de 190 pays. Avaaz est disponible en 14 langues.

Lancée en janvier 2007, la plateforme web permet aux citoyens du monde de créer des pétitions en ligne afin de se prononcer sur des enjeux d’actualité.

Outre les causes politiques comme celle du conflit étudiant, le mouvement s’est penché par exemple sur le sauvetage de l’Amazonie au Brésil en recueillant plus de 2 millions de signatures pour empêcher l’adoption d’un article permettant aux exploitants forestiers de tondre la forêt.

Cliquez ici pour signer la pétition

http://fr.canoe.ca

Obama affirme faire des erreurs "toutes les heures"


Tout le monde le sait quand il s’agit d’élection, les députés font des tas de promesses pour les aider a se faire élire .. Je pense qu’être président des Etats-Unies après Monsieur Bush n’était vraiment pas l’idéal, sans parler de la crise économique qui a touché bien des pays .. mais ce que je trouve de bien c’est qu’il avoue ouvertement que oui il a fait des erreurs et qu’il apprend avec le temps .. Je ne sais pas si d’autres auraient pu faire mieux cela j’en doute. Mais je trouve quand même rassurant qu’enfin un Président des USA ne se voit pas infaillible
Nuage

Obama affirme faire des erreurs « toutes les heures »

Barack Obama le 26 janvier 2012 sur la base militaire de Buckley à Aurora, dans le Colorado

Le président des Etats-Unis Barack Obama a affiché son humilité jeudi en assurant qu’il faisait des erreurs « toutes les heures », mais s’est dit persuadé que les mesures prises par son gouvernement depuis 2009 avaient considérablement renforcé l’économie.

« Constamment, j’ai des doutes. Je fais des erreurs toutes les heures, tous les jours », a affirmé M. Obama dans un entretien à la télévision ABC.

« On en apprend toujours dans ce métier. Je pense que je suis un meilleur président aujourd’hui que je l’étais quand j’ai pris mes fonctions, parce qu’on gagne en expérience », a ajouté M. Obama, qui briguera le 6 novembre un second bail de quatre ans à la Maison Blanche.

Le président était interrogé à Las Vegas (Nevada, ouest), troisième étape d’une tournée de cinq Etats en trois jours dans la foulée de son discours sur l’état de l’Union mardi, quand il a appelé le Congrès à coopérer avec lui afin de mettre sur pied une « économie bâtie pour durer ».

« Lorsque l’on regarde ce que nous avons fait dans l’ensemble, si nous n’avions pas pris les mesures que nous avons prises, l’économie serait bien plus faible qu’à l’heure actuelle », a encore affirmé M. Obama, au moment où le taux de chômage des Etats-Unis s’établit à 8,5%, contre 5% début 2008.

Le président, qui conclura vendredi sa tournée dans le Michigan (nord), berceau de l’industrie automobile américaine, a cité l’exemple de ce secteur qui a « créé 160.000 emplois » après avoir touché le fond, selon lui.

« Ce n’est pas par accident. Nous y avons contribué un petit peu, en aidant le secteur à se restructurer et à sauvegarder un million d’emplois« , a dit M. Obama, au moment où les Américains semblent moins critiques de son bilan économique.

Un sondage Wall Street Journal/NBC News a ainsi révélé jeudi que, pour la première fois en sept mois, davantage d’Américains approuvaient la politique de M. Obama sur l’emploi (48%) qu’ils ne la rejettent (46%).

© 2012 AFP

http://actualites.ca.msn.com