Google Car : la voiture sans pilote provoque pour la 1ère fois un accident


Un robot n’est pas infaillible, l’automobile autonome a eu un accident. Comme c’était encore en étude, l’automobile avait un conducteur qui pouvait réagir en tout temps, mais lui aussi aurait semble-t-il mal évaluer la situation.
Nuage

 

Google Car : la voiture sans pilote provoque pour la 1ère fois un accident

 

Une voiture robotisée de Google de type Lexus, semblable à celle impliquée dans l’accident bénin, mais imputable à l’intelligence artificielle, du 14 février 2016 ©Google

Par Erwan Lecomte

Une voiture de Google qui circulait en mode autonome dans les rues de Mountain View a mal interprété l’itinéraire d’un bus et l’a percuté. Un accident sans gravité, mais inédit.

PREMIÈRE. Certes, l’attention d’un robot ne peut pas être prise en défaut. Aucune chance que ce dernier s’endorme au volant comme pourrait le faire un conducteur humain. Un argument de poids en faveur des voitures entièrement robotisées que tentent de développer bon nombre d’entreprises. Mais les machines ne sont pas pour autant infaillibles. En témoigne cet accident survenu le 14 février 2016 dans la ville américaine de Mountain View, celle-là même où se trouve le siège du géant de l’internet Google. C’est d’ailleurs un des véhicules de l’entreprise, une Google Car sans pilote, qui a été impliquée dans cette collision. Une première dans l’histoire de l’automobile robotisée. 

Un cas classique de mauvaise anticipation du comportement des autres automobilistes

Certes, le choc n’a pas été violent. La Google Car a heurté un bus qui, au moment du contact, roulait à moins de 25 km/h. La voiture robotisée circulait, elle, à seulement 3 km/h. Aucun blessé n’est à déplorer, et ce premier accident se solde donc au final par un peu de tôle froissée. Le procès verbal de l’accident relaie que l’impact a eu lieu à un croisement. La voiture de Google qui circulait sur la file de droite (sur une avenue très fréquentée à trois voies) et qui souhaitait tourner à droite à l’intersection s’est retrouvée bloquée par un sac de sable posé sur la chaussée afin de protéger une bouche d’égout. Lorsque le feu est passé au vert, la voiture robotisée a déboîté pour franchir l’obstacle mais a mal interprété les intention du bus qui arrivait par derrière, et qui ne s’est pas arrêté. Il est à noter que même si le véhicule de Google conduisait « seul », il y avait tout de même une personne à bord. En effet, dans le cadre de ces phases de test de conduite en situations réelles, l’humain assis sur le siège du conducteur peut reprendre la main à tout moment sur les commandes du véhicule si la situation l’exige. Or, dans le cadre de cet accident, ce dernier a, tout comme la machine, mal anticipé le comportement du bus.

CORRECTIF. « Ce type de mauvaise lecture du comportement de l’autre survient tous les jours entre conducteurs » on témoigné des responsables de Google au journal The Verge. « Dans le cas présent nous avons clairement notre part de responsabilités, car si notre voiture n’avait pas changé de file, l’accident n’aurait pas eu lieu » reconnaissent les représentants de l’entreprise.

« Nous avons d’ores et déjà pris en compte cet incident et des centaines de variations d’un tel scénario dans notre simulateur et l’avons intégré à notre logiciel, poursuivent-ils. Désormais, nos véhicules vont prendre en compte le fait que les bus (et tous les autres gros véhicules) ont moins tendance à s’arrêter que les autres voitures. »

Le dernier bulletin d’étape mensuel de Google concernant les véhicules autonomes, daté de janvier 2016, fait état de 22 véhicules robotisés de type Lexus (l’un de ceux impliqué dans cet accident) et de 33 prototypes d’un autre genre. Cette flotte expérimentale totalise presque 2,3 millions de kilomètres parcourus en mode autonome depuis 2010. Au total, seuls 17 accidents ont été recensés en 6 ans de tests durant lesquels les voitures robotisées n’ont jamais été prises en faute. Ce 18e accident fait exception à la règle.

http://www.sciencesetavenir.fr/

Google Street View : les photos les plus insolites


Quelques fois on peut apercevoir l’automobile de Google sillonner les rues du voisinages … Certaines fois, il capte des scènes insolites .. mais heureusement, après surement quelques plaintes, ils embrouillent automatiquement les visages et les plaques d’immatriculation des voitures ..
Nuage

 

Google Street View : les photos les plus insolites

 

© Google

L’application de Google, qui vous permet d’explorer les rues du monde entier depuis votre ordinateur, contient parfois des moments de vie surprenants, voire déroutants… La Google Car, voiture équipée d’une caméra permettant de prendre des clichés à 360°, compile des vues de toutes les zones du monde (ou presque). Ici un homme costumé se repose sur un banc public.

Le visage d’un fantôme ?

© Google

Il arrive que le logiciel qui compile les photos bugue et dévoile des images curieuses, comme ce visage au milieu d’un tunnel au Danemark. Comment est-il parvenu jusqu’ici ?

Changement de saison… un peu brutal

© Google

La Google Car passe régulièrement aux mêmes endroits pour mettre à jour les données de l’application, mais pas forcément aux mêmes dates. Résultat : certaines routes sont composées d’images saisies à des saisons différentes comme ici en Norvège. L’image du dessus correspond à l’été. Si vous cliquez sur la flèche pour avancer sur la route vous vous retrouvez en hiver !

La plus petite voiture au monde

© Google

Elle se trouve à Rome en Italie ! Comme vous pouvez le constater, Google Street View n’est pas encore parfait. En effet, la technologie qui « colle » les photos entre elles n’est pas irréprochable et restitue parfois des clichés incomplets.

Un tigre dans la ville

© Google

Que fait ce tigre dans une rue de Boulder, ville du Colorado aux Etats-Unis ? Cette image a suscité bien des commentaires sur la toile. En réalité, ce félin n’est pas de chair et d’os… Il s’agit d’une reproduction en taille réelle d’un tigre en fibres de verre appartenant à un magasin de décoration asiatique. Ne le cherchez pas sur Google Street View, il a disparu depuis une mise à jour, mais l’image circule toujours et se retrouve facilement sur des sites qui compilent ces étranges clichés comme 9-eyes.com.

Batman et son chauffeur

© Google

On dirait que Batman a perdu de sa superbe ! En tout cas, la Batmobile n’est plus très rutilante… Le super héros a d’ailleurs déménagé, puisque ce cliché vient d’une rue de Los Angeles.

Un chien coincé

© Google

Enormément d’animaux se retrouvent à l’insu de leur plein gré sur les photos de Google Street View. Ce petit chien de Mexico semble être coincé dans le portail de sa maison. La Google Car a aussi été accusée d’avoir renversé un âne au Mozambique. En réalité, la bête prenait juste un bain de poussière mais la firme a du se fendre d’un communiqué de presse pour éclaircir le quiproquo.

Le vieil homme et son double

© Google

La Google Car prend des photos en rafale pour composer ses clichés. Résultat : le même passant peut se retrouver sur la même image ! Le rendu est étrange puisque cet homme, habitant de Pompertuzat, semble être suivi par son exacte réplique.

Une jambe en trop

© Google

En Croatie, les jeunes filles naissent parfois avec une jambe supplémentaire… Voici un exemple parfait des bizarreries créées par le logiciel de complétion des images de Google.

Partie de cache-cache

© Google

Ce petit garçon est-il dans sa cachette pour une partie de cache-cache ou a-t-il eu peur de la Google Car ?

Un peu trop curieux ?

© Google

A Saint-Denis, en Île-de-France, les hommes sont tellement curieux qu’il ne peuvent s’empêcher de coincer leur tête entre les barreaux d’une maison pour voir ce qu’il s’y passe.

Grosse bête

© Google

La Google Car est facilement reconnaissable : sur le toit de sa voiture se dresse un mât surmonté de plusieurs caméras sur lesquelles se posent parfois de gros insectes…

L’homme cheval

© Google

Au Royaume-Uni, un étudiant à tête de cheval se promène à Aberdeen. Il semblerait qu’il aparaisse à divers endroits de la ville… En 2010, un appel à témoin a même été lancé par un journal populaire pour trouver l’identité de cette personne. L’info a aussi été relayée par la BBC !

http://www.linternaute.com