Un chien sauve sa maitresse d’un serpent à sonnette


Un toutou bien courageux. Voyant sa maitresse en danger, il prend la morsure du serpent à sa place, tel qu’un garde du corps. Heureusement, il retrouvera sa belle gueule bientôt.
Nuage

 

Un chien sauve sa maitresse d’un serpent à sonnette

 

Crédits : Paula Godwin

par  Mehdi Karam

Todd a l’air mal en point, mais « voici ce à quoi ressemble un héros » affirme Paula Godwin, sa maîtresse.

Comme le raconte USA Today le 2 juillet, alors qu’ils se promenaient, un serpent à sonnettes a surgi des buissons avant de sauter sur Godwin. Le petit golden retriever n’a pas hésité une seule seconde et s’est interposé, subissant alors la morsure à la place de sa maîtresse.

Une fois le serpent parti (en même temps, tant de bravoure, ça a de quoi impressionner), Godwin a emmené Todd à l’hôpital d’Anthem, en Arizona. Le chiot a été soigné et, malgré sa gueule quelque peu déformée, il n’est pas en danger et tout cela devrait se dégonfler d’ici peu.

Crédits : Paula Godwin

Source : USA Today

http://www.ulyces.co/

Elle aide sa chienne à donner naissance à ses petits et découvre un chiot tout vert !


Un très rare chez un chiot venant de naitre d’une maman Golden Retriever en France. Il est le dernier-né d’une fratrie de 8 toutous. Sa particularité n’est pas bien grave, il est simplement vert. Il retrouvera sa couleur naturelle dans quelque temps
Nuage

 

Elle aide sa chienne à donner naissance à ses petits et découvre un chiot tout vert !

 

chiot vert

Une première en France !

Le 19 mars dernier, une femelle Golden Retriever – prénommée Liska –  âgée de trois ans a donné naissance à une portée de sept chiots.

Un bel événement pour sa maîtresse Amandine Ourdouillie, qui habite dans le Jura où elle tient un élevage. Si tout se passe pour le mieux lors de la mise bas, c’est à l’arrivée du sixième chiot que les choses semblent se compliquer.

Un chiot entièrement vert

 

chiot vert

Et pour cause puisque Liska vient de mettre au monde un chiot vert. Le septième chiot ainsi que tous les autres sont eux parfaitement normaux. Très surprise, Amandine Ourdouillie surveille de très près le petit chiot vert et contacte même son vétérinaire. Elle tente aussi de le nettoyer afin d’estomper cette couleur verte.

chiot vert golden

Au téléphone, le vétérinaire explique que ce phénomène très rare – qui serait une première en France – est dû à la biliverdine (un pigment biliaire) et ne durera pas. Le chiot, comme ses frères et sœurs, aura bien une magnifique robe de couleur sable par la suite. Et évidemment, le chiot est en parfaite santé.

golden retriever vert

Prénommé Olive, le petit chiot serait seulement le cinquième au monde à naître de cette couleur. Sur les photos, vous pouvez le reconnaitre à son collier vert, car la couleur ne ressort pas toujours parfaitement à cause de la lampe chauffante.

Une vraie petite star en herbe cet Olive !

Par Elise PetterCrédits photo :

Amandine Ourdouillie

https://wamiz.com/chie

Chaque jour, son chien s’assoit au même endroit sans bouger


A chaque jour, vers la même heure, un Golden Retriever s’installe sur le bord de la route au bout du terrain de son maitre. Il attend a fixant la rue. Puis, il devient existé quand le camion de la poste amène le courrier vers les boites postales. À la hauteur du chien, il lui donne le courrier et le chien ramène à son maitre. Il est brillant !
Nuage
  

Chaque jour, son chien s’assoit au même endroit sans bouger

 


Quand les chiens soignent des malades mentaux


La cynothérapie est un traitement qui existe aussi au Canada, c’est une thérapie qui aide des patients en maladie mentale à être aidé par un chien. L’avantage, c’est que ces patients sont plus enclins à se confier, et à se mêler un peu plus au groupe tout en diminuant voir disparaitre certains comportements indésirable. U autre effet important, c’est que cela peut aider a diminuer les traitements aux psychotropes
Nuage

 

Quand les chiens soignent des malades mentaux

 

À Amiens, en France, les patients ont des thérapeutes spéciaux.

À l’hôpital psychiatrique d’Amiens, dans le nord de la France, la liste des soignants comprend… des chiens. Depuis 2010, le centre Philippe Pinel pratique la cynothérapie, un soin sur prescription visant à soigner les malades mentaux avec ces canidés.

Golden retriever dans une main, cavalier King Charles dans l’autre, Priscillia, 27 ans, promène « Zoé » et « Fatou » sous les arcades de cet hôpital impressionnant du 19e siècle en briques rouges.

« J’adore les chiens, c’est sympa », lance-t-elle, guillerette.

« Priscillia souffre de psychoses infantiles. Quand je l’ai prise en charge, elle n’avait comme rapport au monde que la souffrance, elle se scarifiait, se brûlait… Après une séance de cynothérapie, tout cela a disparu, c’était spectaculaire », assure William Lambiotte, infirmier cynothérapeute qui a introduit l’activité dans l’hôpital.

« Elle s’est ouverte aux autres, elle est devenue coquette, elle a retrouvé la valorisation qu’elle n’a jamais eue », ajoute M. Lambiotte, également éducateur canin.

Effet « anti-dépresseur », enrayement du processus d’isolement, diminution du stress, adaptation à la vie sociale… côtoyer, promener et s’occuper des canins engendrerait de nombreux bénéfices pour les patients.

GARY JOHN NORMAN

L’hôpital Philippe Pinel, qui compte environ 300 malades et quatre chiens, est l’un des rares établissements en France à recourir à la cynothérapie pour aider des patients soignés en psychiatrie. Le centre hospitalier de Mulhouse (est) propose lui aussi cette activité. La pratique existe aussi dans d’autres pays, notamment en Europe du Nord et au Canada.

« Les chiens sont aussi indispensables qu’inexplicables. Pourquoi des malades qui ne reconnaissent pas leur propre famille, reconnaissent, « Fatou », « Zoé » ou « Evie » ? Je ne l’explique pas », avoue M. Lambiotte.

« Evie » un autre cavalier King Charles – sur les genoux, l’infirmier anime chaque semaine un groupe de parole d’une dizaine de malades. À tour de rôle, chacun dit ce qu’il a sur le coeur:

 « Mon père est mort », lance ainsi Karim avant de s’éclipser; « moi, ma cousine est vivante », poursuit Sylvie, alors que Jean-Claude raconte sa visite du château de Versailles.

« On a remarqué que la présence d’un chien lors des groupes de parole attirait davantage de patients, mais surtout libérait la parole plus facilement », explique, en blouse blanche, M. Lambiotte.

«Un médicament comme un autre»

Depuis la création de l’activité à l’hôpital Philippe Pinel, 259 patients de six à 98 ans et porteurs de 97 diagnostics différents ont été pris en charge, et 54 médecins sont désormais « prescripteurs de cynothérapie ».

« On a commencé à utiliser ce type de thérapie pour des patients qui avaient du mal à s’ouvrir sur l’extérieur. Le patient replié sur lui-même se focalise sur l’animal qui le rassure, et arrive ainsi à faire abstraction du milieu persécutif environnant pour se confronter à la réalité », explique le Dr Cyril Guillaumont, chef d’un pôle de l’hôpital.

Ainsi, « petit à petit, ces patients sortent de leur chambre, du service, de l’hôpital. On constate comment l’animal a pu être le traitement qui leur a permis de s’ouvrir », ajoute-t-il.

À l’image de Stéphane, 43 ans, un patient atteint de schizophrénie qui pique-nique avec « Zoé » à ses côtés dans la cour de l’hôpital.

« Quand on m’a demandé de le prendre en charge, il vivait nu et seul dans sa chambre, il avalait tout, des fourchettes, ses draps qu’il coupait en lanières… Puis il a vu les chiens et ça lui a sauvé la vie, l’ingestion de corps étrangers s’est arrêtée du jour au lendemain », témoigne M. Lambiotte.

Cette thérapie « permet aussi de diminuer chez certains patients les traitements psychotropes administrés jusqu’alors. L’effet d’apaisement apporté par l’animal rend les patients plus calmes et de ce fait-là, il n’y a pas besoin d’être dans une escalade thérapeutique », affirme le Dr Guillaumont.

Finalement, « c’est un médicament comme un autre: il y a une évaluation initiale, une prescription avec l’accord du patient et un effet thérapeutique qui est évalué », conclut-il.

http://quebec.huffingtonpost.ca

Ce chiot souffre d’une rare maladie qui lui tâche le visage… et le rend encore plus adorable !


La mutation somatique peut être vue chez l’être humain, plante, insecte, et même chez les animaux. C’est ce que souffre ce Golden Retriever et qui heureusement pour lui, sa différence ne le dérange pas.
Nuage

 

Ce chiot souffre d’une rare maladie qui lui tâche le visage… et le rend encore plus adorable !

 

Atteint d’une mutation génétique, ce jeune chien est très spécial. Sa particularité physique le rend encore plus unique que jamais… mais qu’importe : il est adorable.

Comme tous les jeunes canidés qui se respectent, Enzo le Golden Retriever adore jouer, dormir, rencontrer de nouvelles personnes et profiter de ses maîtres. Mais s’il fait parler de lui, ce n’est pas pour sa joie de vivre de petit toutou. En effet, ce dernier est atteint d’une rare mutation génétique qui lui confère un charme tout particulier.

Il souffre d’une mutation somatique. A l’instar du vitiligo, cette maladie n’est pas douloureuse pour l’animal. Elle impacte juste la pigmentation de son pelage. C’est pour cette raison qu’il est doté d’une jolie tache noire au beau milieu de son visage couleur crème.

Le chiot n’a pas conscience de sa différence… et c’est tant mieux ! Il ne manque de rien, fait le bonheur de sa famille et attire les regards curieux.

chiot mutation génétique

Beaucoup de personnes se questionnent à son propos. Ses maîtres en profitent donc pour leur répondre, leur parler de la maladie de leur compagnon et leur prouver que l’on peut être un Golden Retriever… et avoir deux couleurs !

chiot mutation génétique

Il est adorable n’est-ce pas ?

chiot mutation génétique

Son apparence peu commune fait son charme…

chiot mutation génétique

Par Deborah KoslowskiCrédits photo :

Instagram – @mister.enzoviola

https://wamiz.com