Le désherbant Roundup jugé cancérigène, Bayer chute en Bourse


Le désherbant Roundup de Bayer vendu par Monsanto viens de dégringoler lors d’un procès pour une cause d’un cancer sur un utilisateur de ce produit. Le procès Hardeman, tant qu’à lui pourrait durer deux semaines .. C’est un procès test pour savoir s’il est mieux de régler à l’amiable ou d’aller au procès pour des causes similaires
Nuage

 

Le désherbant Roundup jugé cancérigène, Bayer chute en Bourse

 

CORALIE FEBVRE AVEC JULIE CHARPENTRAT À SAN FRANCISCO
Agence France-Presse
Francfort

L’allemand Bayer a dégringolé en Bourse mercredi après un nouveau revers judiciaire, un jury américain ayant jugé cancérigène le désherbant Roundup de sa filiale Monsanto, déjà visé cet été par une lourde condamnation dans une procédure comparable.

Le géant de la chimie et de la pharmacie, dont le titre a fini en chute de 9,61 % à 63 euros à la Bourse de Francfort, s’est dit « déçu » de cette nouvelle décision défavorable, tout en maintenant que « la science confirme que les désherbants au glyphosate ne causent pas le cancer ».

Bayer a repris à son compte la défense de Monsanto depuis qu’il a réalisé en juin le plus grand pari de son histoire en rachetant le spécialiste américain des produits phytosanitaires et des semences OGM pour 63 milliards de dollars, misant sur le rôle croissant de la chimie pour nourrir la planète.

Mais l’inventeur allemand de l’aspirine a hérité du même coup d’une avalanche de procédures judiciaires et faisait face fin février à quelque 11 200 requêtes aux seuls États-Unis portant sur la toxicité de l’herbicide au glyphosate pour ses utilisateurs.

« Quand vous commencez à additionner les chiffres, ce n’est pas joli du tout », observe auprès de l’AFP Chris Beauchamp, analyste de la société de courtage IG, pour qui les bénéfices du groupe risquent d’être « violemment affectés dans les prochaines années » par les frais de justice.

Deux étapes

Or mardi, dans la première audience fédérale de l’année sur ce dossier, un jury américain a estimé que le Roundup avait été « un facteur substantiel » du cancer du septuagénaire Edwin Hardeman, clôturant ainsi la première phase de ce procès ouvert le 25 février. 

À la demande de Bayer, les débats ont été organisés en deux phases : l’une « scientifique » consacrée à la responsabilité du Roundup dans la maladie et une deuxième devant aborder une éventuelle responsabilité du groupe.

La secrétaire d’État française à la Transition écologique et solidaire, Brune Poirson, a vu dans cette décision « une victoire majeure de la France sur la scène européenne ».

« Nous nous sommes battus pour faire en sorte que le glyphosate ne soit pas réautorisé pour 15 ans, comme la Commission européenne et beaucoup d’autres pays membres le proposaient », a-t-elle plaidé sur RTL mercredi.

« Nous sommes confiants sur le fait que (la phase 2) démontrera que Monsanto s’est comporté de façon adéquate et que l’entreprise ne doit pas être considérée comme responsable » du lymphome non hodgkinien (LNH) de M. Hardeman, qui a attaqué le géant agrochimique en 2016, affirme Bayer dans son communiqué.

La deuxième phase du procès-le premier au niveau fédéral-commencera mercredi et devra cette fois répondre aux questions suivantes : Monsanto connaissait-il les risques ? Les a-t-il cachés ? Si oui, quels sont les dommages et intérêts qu’il doit payer ?

Le groupe avait été condamné cet été à verser 289 millions de dollars à Dewayne « Lee » Johnson, père de deux petits garçons et atteint d’un LNH en phase terminale, estimant non seulement que le Roundup en était la cause, mais que Monsanto avait agi avec malveillance en dissimulant les risques de ses produits au glyphosate.

Cette somme avait ensuite été réduite à 78,5 millions de dollars par une juge tandis que Bayer a parallèlement fait appel du fond du verdict.

Bataille d’études

Le procès Hardeman, qui pourrait durer encore environ deux semaines, est en outre ce qu’on appelle en droit américain un « procès test » pour des centaines d’autres similaires. Son issue doit servir de baromètre pour les procès regroupés avec lui.

Concrètement, il permet aux différentes parties de déterminer s’il vaut mieux signer un accord amiable hors tribunaux pour solder les poursuites, comme cela se fait souvent aux États-Unis.

Le retraité, qui vit au nord de San Francisco, avait expliqué à la barre avoir vaporisé du Roundup pendant plus de 25 ans pour éliminer de sa propriété une plante très urticante, le sumac vénéneux. Et « pas mal de fois », le désherbant s’est retrouvé en contact avec sa peau, avait-il ajouté.

Pendant la première phase du procès, les deux parties se sont opposées à coups d’études scientifiques complexes et d’experts passant parfois des heures à la barre. 

Pour l’essentiel, accusation comme défense se sont accusées mutuellement de présenter des études biaisées, incomplètes et non significatives.

Contrairement à l’agence fédérale américaine de protection de l’environnement (EPA), le Centre international de recherche sur le cancer, une agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a classé depuis 2015 le glyphosate comme « cancérigène probable », mais pas les agences européennes Efsa (sécurité des aliments) et Echa (produits chimiques).

 

https://www.lapresse.ca/inter

Monsanto pourrait éviter de verser des indemnités


Ce serait le comble si Mosanto évite de payer des indemnités au jardinier qui à gagner sa cause devant les tribunaux en achetant Bayer. Maintenant, les pays devraient bannir pour de bon le Roundup
Nuage

 

Monsanto pourrait éviter de verser des indemnités

Les détails avec Normand Grondin.

Au moment où la condamnation de Monsanto pour avoir failli à informer de la dangerosité d’un de ses produits risque de faire boule de neige, des spécialistes de la question craignent que les indemnités ne soient jamais versées aux victimes. Le rachat du géant par Bayer pourrait lui permettre d’éviter de verser ces sommes dues, selon la journaliste d’enquête Marie-Monique Robin.

Le jugement d’un tribunal californien a accordé des indemnités de 289 millions de dollars au jardinier américain Dewayne Johnson qui a utilisé le Roundup – un herbicide à base de glyphosate commercialisé par Monsanto – et qui a été atteint d’un cancer.

Or, le tribunal a jugé que Monsanto aurait dû prévenir les utilisateurs de la dangerosité du produit.

Le jugement devrait ouvrir la voie à d’autres poursuites, selon Mme Robin.

« Il y a quelque 5000 autres agriculteurs et jardiniers qui ont porté plainte pour la même raison que le jardinier », a-t-elle souligné en entrevue à l’émission Midi info. « Ça ouvre la porte à tous les autres procès et ça va encourager les cours des divers États américains à aller dans le même sens. »

« Il y a certainement des agriculteurs au Québec qui ont ce type de cancer – un lymphome non hodgkinien, un cancer du système lymphatique – qui vont peut-être aussi porter plainte parce qu’ils vont se dire : « J’ai utilisé le même herbicide et j’ai la même maladie » », explique Marie-Monique Robin.

Malgré la victoire du jardinier, la journaliste craint que Monsanto ne verse jamais les indemnités, puisque, après avoir été achetée par la multinationale Bayer, la marque Monsanto est appelée à disparaître.

Nous craignons que ce mariage entre ces deux multinationales […] soit un arrangement pour que Monsanto n’ait pas à payer les indemnités qui seront réclamées dans tous les procès qui auront lieu en organisant l’insolvabilité [de l’entreprise]. Marie-Monique Robin, journaliste d’enquête

Monsanto deviendrait ainsi une coquille vide de Bayer qui serait dissoute.

« Ça arrangerait Bayer aussi, parce que les principaux actionnaires de Monsanto sont les mêmes que ceux de Bayer », ajoute Mme Robin.

Les « Monsanto Papers »

Auteure du livre Le Roundup face à ses juges, Marie-Monique Robin dénonce « la fausse polémique scientifique » alimentée par Monsanto. « D’un côté, vous avez des centaines d’études indépendantes, qui ont d’ailleurs été revues par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l’OMS, qui affirme que le glyphosate est un cancérigène probable pour les humains », avance Mme Robin.

« Probable, ça ne veut pas dire que ce n’est pas sûr, prévient-elle. Ça veut dire qu’il y a beaucoup de données sur les animaux […] et des études plus partielles sur des humains. »

« Et, de l’autre côté, vous avez l’industrie qui fournit des études, dont on a révélé récemment que c’étaient des études biaisées », poursuit-elle. « C’est un peu comme les dossiers du tabac et de l’amiante… »

Mme Robin cite les « Monsanto Papers » pour illustrer son propos. Il s’agit de documents internes de la société – comme des courriels envoyés par des cadres de l’entreprise – qui démontrent qu’ils savaient que leur produit était cancérigène. Ce sont des documents qui ont contribué à la condamnation de Monsanto en cour, ajoute la journaliste.

Réintroduit au Canada et en Europe

Malgré les études indépendantes et les documents internes de Monsanto, rendus public grâce au procès, Santé Canada a permis la réintroduction du Roundup dans l’agriculture canadienne. En Europe, l’herbicide est réintroduit pour cinq ans.

« Je ne peux pas imaginer que nos agences de santé – qui sont supposées protéger notre santé et celle de nos agriculteurs – ne tiennent pas compte de la décision d’un tribunal de Californie. »

Ils [les gouvernements] ont privilégié les études fournies par l’industrie. Marie-Monique Robin

La condamnation de Monsanto a toutefois déjà des répercussions économiques pour Bayer puisque son action a perdu 12 % de sa valeur, lundi, à la Bourse de Francfort.

https://ici.radio-canada.ca/

L’herbicide glyphosate décelé dans le tiers des produits alimentaires testés par l’ACIA


Des résidus de glyphosate, un des ingrédients du Roundup de Mosanto est l’herbicide le plus vendu au monde est retrouvé dans plusieurs aliments tels que fruits, légumes, grains, aliments pour bébé et autres. Santé Canada ne semble pas s’alarmer, pourtant ces résidus ne devraient même se retrouver dans ces aliments. Qui sait si à long terme et la continuité de ce produit chimique n’affectera pas la santé de l’être humain ?
Nuage

 

L’herbicide glyphosate décelé dans le tiers des produits alimentaires testés par l’ACIA

 

RCQC  |  Par Radio-Canada.ca

L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a recensé des résidus d’un herbicide très utilisé dans près du tiers d’un échantillonnage de 3200 produits alimentaires qu’elle a testés.

L’ACIA a découvert des traces de glyphosate dans 30 % des produits qu’elle a testés, en plus de trouver des résidus dépassant la limite maximale (LMR) dans 1,3 % des échantillons. Le rapport, Sauvegarder grâce à la science : Dépistage du glyphosate en 2015-2016, a été publié sur son site Internet cette semaine.

La recherche a été menée sur :

  • 482 échantillons de fruits et de légumes frais et transformés;
  • 2497 échantillons de grains (orge, sarrasin, quinoa) haricots, pois, lentilles, pois chiche et produits du soya;
  • 209 échantillons de nourriture pour enfants.

Pour les céréales, 3,9 % contenaient une concentration de résidus au-dessus du niveau maximal fixé par Santé Canada. Malgré cela, la Dre Aline Dmitri de l’ACIA affirme qu’aucun rappel n’est nécessaire.

« Effectivement, sur papier, 4 % des grains ne rencontraient pas cette limite-là. Mais Santé Canada a déterminé qu’il n’y avait aucun risque à la santé des Canadiens. »

Aucun fruit ou légume, ou encore d’aliments pour nourrissons, ne présentait des taux de glyphosate plus élevés que la limite acceptée.

Dans le résumé de son étude, l’ACIA souligne qu’« en raison du faible nombre d’échantillons et de produits analysés, il faut interpréter ces résultats avec prudence. Les différences régionales, les effets de la durée de conservation, les conditions d’entreposage et le coût du produit sur le marché libre n’ont pas été examinés dans le cadre de l’enquête. Les échantillons ont été analysés tels que vendus. Aucune conclusion ne peut être tirée au sujet des concentrations de glyphosate dans les aliments tels que consommés. »

Le glyphosate est un des ingrédients clés du Roundup, de l’entreprise Monsanto, et il est l’herbicide le plus populaire dans le monde. C’est aussi le pesticide le plus vendu au Canada, selon l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire.

La Fondation David Suzuki a réagi à la publication du rapport. Louise Hénault-Ethier, chef des projets scientifiques à la Fondation et membre du Collectif de Recherche sur les pesticides, les politiques publiques et les alternatives n’est pas étonné des résultats puisque qu’on autorise l’épandage de glyphosate juste avant les récoltes pour aider les céréales à sécher.

« Ça ne veut pas nécessairement dire qu’il y a aucun risque associé à ça, ça veut simplement dire que Santé Canada a considéré que les risques étaient minimes et pour différents impératifs, on considère que ça vaut la peine d’autoriser ces résidus-là. C’est une approche qui à mon sens manque de précaution parce qu’on tolère des résidus de pesticide dans nos aliments qui n’ont pas fait la preuve hors de tout doute qu’il ne causaient pas de risques. »

Elle croit qu’Ottawa devrait prendre en compte les risques à long terme du cocktail de pesticides que nous ingérons quotidiennement à faible dose.

« Les risques chroniques à long terme sont assez mal caractérisés, pour le glyphosate et pour et ce qui est encore moins bien caractérisé ces les interactions avec d’autres pesticides et d’autres produits chimiques présents dans notre alimentation. »

La chercheuse demande plus de transparence et exige la publication de l’ensemble des données de l’étude. Elle veut savoir quelles céréales sont contaminées et à quel niveau les quantités de glyphosate dépassent les seuils jugés acceptables.

La Fondation affirme par ailleurs que « le glyphosate est aussi breveté comme antibiotique par Monsanto, signe qu’il pourrait affecter la flore microbienne du système digestif humain et des sols agricoles, et qu’il pourrait contribuer à la résistance croissante aux antibiotiques. »

Le Dr Warren Bell, médecin et président de l’Association canadienne des médecins pour l’environnement est préoccupé par les effets à long terme de l’exposition aux bas niveaux de glyphosate. Il fait écho aux préoccupations de la Fondation David Suzuki.

« Des résidus ont été retrouvés dans du vin californien, des serviettes sanitaires, dans de la bière allemande, et dans l’urine de 99,6 % des Allemands testés », a-t-il indiqué en entrevue au réseau CBC.

Il explique qu’une fois dans le corps humain, le glyphosate aurait tendance à imiter un acide aminé naturel et empêcherait les protéines de remplir leur rôle.

Le médecin s’inquiète des perturbations biologiques que peut entrainer le glyphosate et notamment le fait qu’il peut créer de la résistance aux antibiotiques chez les humains.

http://quebec.huffingtonpost.ca/