Le Saviez-Vous ► Les symptômes de la cataracte: ce que vous devez savoir


C’est important de faire vérifier ses yeux pour prévenir certains troubles de visions.
Nuage

 

Les symptômes de la cataracte: ce que vous devez savoir

 

Symptôme de la cataracte: la vision devient floue.

ISTOCK/PICK-UPPATH

Hana Hong, Sélection du Reader’s Digest

Signalée par une opacification partielle ou totale du cristallin, la cataracte touche plus de 2,5 millions de Canadiens. La plupart des cas ne sont pas détectés avant un stade avancé car cette affection est indolore et la perte de vision, progressive. Voici ce qu’il faut en savoir.

Vision voilée ou floue

La cataracte peut provoquer une baisse générale de vision ou rendre embrouillée une zone précise du champ visuel.

« Une vision floue en est le principal symptôme, affirme Rosa Braga-Mele, du département d’ophtalmologie de l’Université de Toronto. La plupart des patients se plaignent d’une baisse de vision, mais la cataracte peut se faire discrète – certains ne s’en rendent pas compte immédiatement. »

Comme il est difficile de la distinguer d’autres maladies, le glaucome notamment. Consultez votre optométriste si vous éprouvez un des symptômes suivants.

Perception moins vive des couleurs

En raison de l’opacification de l’œil, les couleurs deviennent de plus en plus ternes. Par exemple, les blancs apparaissent plus jaunes. Mais ce changement est tellement progressif que la plupart ne le remarquent qu’après l’opération de la cataracte.

« Les patients affirment alors souvent ne pas se souvenir avoir vu des couleurs aussi vives. Nous leur rendons la vue des couleurs de leur jeunesse », explique Michael Nordlund, de l’Institut de l’œil de Cincinnati.

Symptôme de la cataracte: les petits caractères sont difficiles à lire.

Shutterstock

Difficulté à lire les petits caractères

Le cristallin fonctionne comme -l’objectif d’un appareil photo : il concentre la lumière dans la rétine et permet de distinguer clairement les objets proches comme lointains. Il est principalement composé d’eau et de protéines qui sont agencées de sorte à laisser la lumière les traverser. Comme la cataracte cause une agglutination de ces protéines, les petits caractères peuvent devenir difficiles à discerner. La méthode de Batespeut vous aider à corriger les problèmes de vision et calmer les migraines.

Difficulté à conduire de nuit

La cataracte rend difficile l’équilibre des contrastes entre l’obscurité et les lumières vives de la circulation. Aussi, la plupart des personnes atteintes ont du mal à conduire de nuit. Si vos yeux sont très sensibles aux phares et aux lampadaires, ou si vous peinez à lire les panneaux, faites-vous examiner, conseille Kirsten North, optométriste à Ottawa.

Sensibilité à la lumière et éblouissement

Certaines sources lumineuses en sont venues à vous déranger ? Vous supportez difficilement lampes, phares de voitures et lumière du soleil ? C’est que leur éclat se diffuse comme un halo, car la cataracte disperse une grande partie de la lumière qui pénètre dans l’œil.

Symptôme de la cataracte: la vision est double.

Shutterstock

Vision double

La diplopie, plus connue sous le terme de vision double, peut être un autre symptôme silencieux de la cataracte – il ne faut pas la confondre avec celle qui est causée par un mauvais alignement des yeux. Dans son cas, le problème se produit même avec un œil fermé.

https://www.selection.ca/

Le Saviez-Vous ► 7 maladies des yeux que vous devriez connaître


Il est important de faire vérifier nos yeux pour prévenir des problèmes de visions, des infections ou quand on est atteint du diabète
Nuage

 

7 maladies des yeux que vous devriez connaître

 

Cataracte

La cataracte consiste en une opacité du cristallin, lentille située à l’intérieur du globe oculaire, ou de sa capsule. Sans douleur, cette maladie n’en progresse pas moins, conduisant à une vision floue, un changement dans la perception des couleurs et à la myopie.

Une fois apparue, la cataracte est permanente. Cependant, il est possible de rétablir la vision en enlevant le contenu opaque de la cristalloïde, ou capsule du cristallin, qui redevient transparente. Si la cataracte n’est pas traitée, elle risque, au bout de plusieurs années, de causer la rupture de la capsule, entraînant le glaucome, ou inflammation de l’œil interne. Autrefois commun, ce problème est aujourd’hui rare grâce aux avancées dans le traitement de la cataracte.

Crédit photo: Thinkstockphotos.ca/iStockphoto

Conjonctivite

La conjonctivite est une inflammation de la conjonctive. Elle peut provoquer des démangeaisons, des douleurs, une gêne et des picotements. De plus, les rougeurs et la présence de pus dans l’œil ne sont pas vraiment esthétiques. Cette inflammation des muqueuses qui bordent les paupières est généralement bénigne, mais elle peut avoir des conséquences sur la vue ou se propager si une bactérie ou un virus sont responsables. Il est important de consulter un médecin, qui vous prescrira des gouttes oculaires antibiotiques si vous souffrez d’une infection bactérienne. En attendant, vous pouvez prendre des mesures pour soulager les démangeaisons et contrôler la formation des croûtes.

L’hygiène est capitale. Nettoyez les écoulements dus à l’inflammation plusieurs fois par jour à l’aide d’un coton ou d’une compresse imbibés de sérum physiologique.

Décollement rétinien

La rétine est la couche intérieure de l’arrière du globe oculaire. Elle transforme la lumière en signaux que le cerveau utilise pour former les images. Le décollement rétinien se produit lorsque la rétine se décolle du mur arrière de l’œil. Le docteur David Maberley, professeur en ophtalmologie à l’Université de Colombie-Britannique, explique qu’avec le vieillissement, le vitré gélatineux qui couvre l’arrière de l’œil peut se contracter.

«Les recherches démontrent que les changements hormonaux peuvent provoquer l’affaissement du vitré.»

 Si l’affaissement se produit brusquement, la rétine peut se déchirer. Du liquide provenant du vitré gélatineux peut passer par le trou ou la déchirure, soulever la rétine et la décoller de la surface arrière de l’œil.

Chaque année, une personne sur 10 000 souffre de décollement rétinien, plutôt chez les hommes que les femmes et généralement après 40 ans. Le risque est plus élevé si vous êtes myope ou si vous avez été opéré pour des cataractes. Un coup sur un œil peut aussi faire décoller la rétine.

Glaucome

Le glaucome survient lorsque, en raison d’une pression intraoculaire (pression des liquides dans le globe oculaire) élevée, le sang n’alimente plus le nerf optique, qui se détériore. Des taches aveugles, une vision floue, une mauvaise vision périphérique et, parfois, des céphalées apparaissent à mesure que les lésions progressent.

L’œil possède deux chambres remplies de liquide. Le nerf optique est situé dans la rétine, derrière la chambre postérieure, qui est remplie d’un liquide gélatineux portant le nom de «humeur vitreuse». La chambre antérieure est remplie d’un autre liquide, l’humeur aqueuse. Normalement, l’œil produit continuellement de l’humeur aqueuse et l’évacue par une issue (ou angle) située entre l’iris et la cornée. En cas de glaucome, l’humeur aqueuse s’accumule dans la chambre antérieure, exerçant une pression sur la chambre postérieure et le nerf optique. L’accumulation est causée par une surproduction de liquide ou par une évacuation déficiente.

Apprenez-en plus sur le glaucome.

Dégénérescence maculaire

La macule, qui a en gros la taille d’une gomme de crayon, occupe le centre de la rétine de l’œil. Malgré sa petite taille, elle joue un rôle de premier plan dans la vision centrale; c’est à elle qu’on doit la netteté et la haute définition qui permettent de lire, de conduire, de reconnaître les visages et de distinguer les fins détails. En cas de dégénérescence maculaire, on assiste à une détérioration irréversible de la macule. La vue est alors trouble. Une tache aveugle peut se développer au centre du champ visuel rendant difficile, voire impossible, des activités telles que la lecture et l’écriture. Par contre, la vision périphérique n’est pas touchée.

On ne sait pas ce qui cause la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMA), mais certains estiment qu’environ le quart des personnes âgées de plus de 65 ans et le tiers de celles qui ont plus de 80 ans en souffrent. Dans près de 90% des cas, il s’agit de la forme sèche (non exsudative ou atrophique): les cellules de la macule sensibles à la lumière se dégradent lentement et des drusen, petites excroissances jaunes composées d’un dépôt graisseux, apparaissent. La DMA sèche est la moins grave des deux formes, évoluant lentement et se stabilisant parfois pendant un certain temps. Vous pourriez même ne pas vous rendre compte que votre vue a baissé, particulièrement si un seul de vos yeux est atteint, l’autre compensant la perte.

Poches sous les yeuxPhoto prise par: lipoptoses

Vous vous demandez ce qui provoque les cernes et les poches sous vos yeux? Voici une énumération des causes de ce phénomène.

Eh oui, ce n’est pas votre nuit agitée qui vous fait ce matin des yeux de panda. C’est un héritage que vous ont transmis vos parents et vos grands-parents.

La peau des paupières est quatre fois plus fine que celle du reste de notre corps. Or l’eau a tendance à s’accumuler dans les zones les plus délicates. Qu’est-ce qui occasionne la rétention d’eau? Parmi les coupables, dénonçons: les drogues, les problèmes rénaux ou hépatiques, la surconsommation de sel et, très souvent, les allergies. Ce sont les produits cosmétiques – surtout le mascara et le ligneur – qui fournissent le plus de travail aux dermatologues et aux allergologues.

Diabète et perte de vision

Le diabète peut provoquer une obstruction ou une croissance anormale des vaisseaux sanguins de la rétine. Ces perturbations peuvent provoquer des problèmes de vision et même la cécité. Les diabétiques sont plus à risque de contracter des maladies graves aux yeux, comme des cataractes et du glaucome.

Pour diminuer les risques: passez un examen annuel de la vue. Lorsque c’est le cas, mentionnez à votre médecin que des taches bizarres ou des points troubles sont apparus. Et, vous le saviez déjà, maintenez votre taux de glucide sanguin à un niveau normal.

http://selection.readersdigest.ca/

Il y a de plus en plus d’enfants myopes. Et on sait pourquoi.


La myopie est héréditaire, cependant il y a de plus en plus d’enfants myopes et c’est pire dans certains pays. On a trouvé causes, mais LA cause est tout simplement le manque de lumière naturelle. De plus en plus d’enfant sont devant les écrans, des heures a l’intérieur des écoles que même des classes n’ont même pas de fenêtres. Avant, cela prenait tout pour rentrer à la maison … et aujourd’hui, cela prend tout pour envoyer les enfants dehors
Nuage

 

Il y a de plus en plus d’enfants myopes. Et on sait pourquoi.

 

Des petits Australiens habillés comme Harry Potter. REUTERS/Tim Wimborne

Des petits Australiens habillés comme Harry Potter. REUTERS/Tim Wimborne

Brian Palmer

Sûrement parce que vous les envoyez moins souvent jouer dehors.

La myopie n’est pas une maladie infectieuse. Mais c’est aujourd’hui l’équivalent d’une quasi-épidémie qui touche certaines régions d’Asie. A Taïwan, le pourcentage d’enfants de 7 ans souffrant de myopie a rapidement progressé: 5,8% en 1983 contre 21% en 2000.

Plus stupéfiant encore: 81% des Taïwanais de 15 ans sont myopes. Certains pourraient penser que les conséquences de la myopie se limitent au fait de porter des lunettes pour le restant de ses jours –et soyons francs, rien de plus mignon qu’un petit binoclard. Détrompez-vous: en Asie, la prédominance de la myopie sévère (une forme extrême de ce trouble de la vision) a plus que doublé depuis les années 1980. Et les enfants qui souffrent de myopie de façon précoce sont plus susceptibles d’être touchés par une myopie sévère. Celle-ci est un facteur de risque pour des affections importantes: décollement de la rétine, glaucome, cataracte précoce, cécité…

Cette explosion de la myopie est désormais un grave problème de santé publique, et le monde médical a bien du mal à identifier ses causes. La myopie est un trouble visuel fondamentalement héréditaire, mais cette forte hausse du nombre des cas montre que l’environnement de l’enfant a lui aussi un impact significatif. On a établi un lien entre ce trouble et une série de facteurs de risque: des lectures fréquentes, la pratique du sport, la télévision, les apports protéiniques ou encore la dépression. Lorsque ces facteurs de risque sont isolés, on a toutefois observé que leur effet sur les taux de myopie apparaît assez réduit.

Allez jouer dehors les enfants

Les chercheurs estiment être sur le point de débusquer le principal coupable: le temps passé à l’intérieur, qui serait beaucoup trop important. En 2008, la professeure d’orthoptique Kathryn Rose a découvert que seuls 3,3% des descendants d’immigrés chinois ayant entre 6 ans et 7 ans et résidant à Sydney (Australie) souffraient de myopie (contre 29% chez ceux vivant à Singapour).

Les suspects habituels –lecture, écrans électroniques– ne suffisaient pas à expliquer un tel écart. La cohorte australienne lisait un peu plus de livres et passait un peu plus de temps devant l’écran, mais les enfants singapouriens regardaient un peu plus la télévision. Au total, les différences étaient minces et s’annulaient sans doute mutuellement. L’écart le plus flagrant entre les deux groupes? Les enfants australiens passaient 13,75 heures par semaine à l’extérieur, contre 3,05 chez leurs camarades de Singapour. Chiffre bien tristounet.

Kathryn Rose, dont les travaux de recherche ont été suivis par le magazine Science News, souligne que les cultures pédagogiques de Sydney et de Singapour sont extrêmement différentes. La plupart des enfants australiens suivent un an de pré-école maternelle à mi-temps (où l’on enseigne la sociabilité et le jeu en communauté plus que la lecture ou l’écriture) suivi d’un an à temps plein. Durant ce même stade de développement, l’enfant singapourien classique suit trois ans de cursus scolaire à temps plein –le but étant de s’assurer qu’il ou elle puisse lire avant l’entrée à l’école primaire. Le jeu en plein air est donc vraisemblablement sacrifié sur l’autel de l’éducation à plein-temps.

Au cours des deux dernières années, une grande partie des travaux consacrés à la myopie s’est concentrée sur un objectif bien précis: prouver, quantifier et expliquer le lien existant entre le temps passé à l’extérieur et le bon développement oculaire. Des dizaines d’études ont été publiées, en Asie pour la plupart. L’année dernière, un travail de recherche privilégiant l’approche systématique a regroupé les résultats de précédentes études. Conclusion: chaque semaine, chaque heure que l’enfant passe à l’extérieur réduit de 2% ses risques de développer une myopie.

En quoi ce temps passé à l’extérieur pourrait-il protéger les enfants de la myopie? Aucune réponse ne fait pour l’heure véritablement consensus. Une hypothèse avance que lorsqu’ils sont dehors, les enfants concentrent leur regard sur des objets plus éloignés qu’à l’intérieur (où ils passent beaucoup de temps à fixer leurs écrans d’ordinateur, leurs livres ou leurs jouets, qui sont beaucoup plus proches). Une étude sur le singe rhésus laisse toutefois penser que l’exposition à la lumière demeure l’explication la plus plausible.

La myopie est extrêmement peu courante chez les primates non-humains, mais les chercheurs peuvent facilement la provoquer chez eux en privant un bébé singe d’une exposition normale à la lumière de l’extérieur (qui en règle générale est environ cent fois plus intense que celle de l’intérieur). Rien d’étonnant, donc, à ce que les écarts les plus importants de prédominance de la myopie au cours des dernières décennies aient été observés à Singapour, où la différence d’intensité lumineuse entre extérieur et intérieur est extrême.

Soyons optimistes

Tout bien pesé, ces révélations sont encourageantes. Si les enfants devenaient myopes en regardant les objets de trop près, nous serions confrontés à un dilemme insoluble: leur apprendre à lire, ou protéger leur vue? L’idée de devoir se résigner à privilégier l’un ou l’autre inquiète et passionne les chercheurs depuis bien des années.

Dans les années 1930, des scientifiques ont fait observer que la myopie était particulièrement rare parmi les sociétés de chasseurs-cueilleurs. Dans les années 1960, une étude des peuples autochtones d’Alaska a montré que les générations les plus anciennes, celles qui n’avaient pas été à l’école, étaient beaucoup moins susceptibles d’être touchées par la myopie que leurs enfants. De la même manière, il y a vingt ans, des études singapouriennes ont établi un lien entre le niveau de scolarité et la myopie. Si le problème provient bel et bien du niveau d’intensité lumineuse, il pourrait suffire d’envoyer son enfant lire à l’extérieur (ou d’acheter des sources de lumière à haute intensité) pour reproduire les conditions de plein air.

Mais il y a un hic: les parents semblent moins enclins à envoyer leurs enfants jouer dehors que par le passé; on pourrait également affirmer que les ordinateurs, les jeux vidéo et la meilleure qualité des programmes télévisés sont des tentations bien trop grandes pour les bambins. Selon une étude de 2004 réalisée par l’Université du Michigan, en 2002, l’enfant moyen passait deux fois moins de temps à l’extérieur que celui de 1981. En Amérique, la myopie n’a certes pas atteint les niveaux observés en Asie –mais elle progresse rapidement. Une étude de 2009 montre que la prévalence de ce trouble a fortement augmenté chez les Américains âgés de 12 ans à 54 ans (25% au début des années 1970 contre 42% au tournant du millénaire).

Lorsque j’étais petit, mes parents m’ordonnaient souvent d’éteindre la télé et d’aller profiter du soleil. Peut-être les pères et les mères d’aujourd’hui devraient-ils adopter cette nouvelle formule: «Va jouer dehors, ou tu vas finir aveugle!»

Brian Palmer

http://www.slate.fr/

Comme si vous aviez 85 ans


Je trouve ce procédé intéressant, qui pourrait être expérimenté dans le domaine de la santé, et même ceux qui sont en contact de près et d loin avec des personnes âgées, sans parler que cela pourrait conscientiser les plus jeunes pour prendre des bonnes habitudes très tôt
Nuage

 

Comme si vous aviez 85 ans

 

exosquelette-Genworth-ensemble

PHOTO : GENWORTH

Un texte d’Alain Label;e

Que diriez-vous de vivre comme si vous aviez 85 ans pendant quelques instants? C’est en quelque sorte ce que propose l’expérience américaine Genworth R70i, qui a recours aux dernières innovations technologiques pour y arriver. L’objectif : permettre aux utilisateurs de rencontrer leur personne vieillissante afin de les faire réfléchir à la façon dont ils prennent soin de leurs corps, mais aussi à la façon dont ils traitent les personnes âgées autour d’eux.

Pour ce faire, vous devrez vous vêtir d’une combinaison de simulation de l’âge. Il s’agit d’un exosquelette conçu par l’entreprise Genworth, qui a la capacité de faire ressentir aux utilisateurs les effets de la vieillesse sur leur propre corps.

Il simule, entre autres :

Des problèmes de vision à l’aide de caméras munies d’un système de vision de la réalité augmentée recréant les effets du glaucome, de la cataracte, de la dégénérescence maculaire et des corps flottants

Genworth

PHOTO : GENWORTH

Une ouïe diminuée grâce à un casque et à des microphones simulant une perte auditive, des acouphènes, et l’aphasie.

Genworth

PHOTO : GENWORTH

Des articulations affaiblies à l’aide de capteurs et de logiciels télécommandés qui limitent l’amplitude des mouvements.

Genworth

PHOTO : GENWORTH

Des problèmes arthritiques et des pertes musculaires grâce à des commandes réglables qui modifient la dextérité et la capacité à accomplir des tâches quotidiennes.

Genworth

PHOTO : GENWORTH

En outre, le gain de poids peut également être simulé et combiné avec des jointures affaiblies.

Selon ses créateurs, l’expérience montre l’importance de la réflexion sur les besoins de soins de longue durée, mais ouvre aussi un dialogue sur le vieillissement  et permet de déclencher l’empathie des jeunes envers les personnes âgées, qui subissent ces pathologies au quotidien.

La combinaison a quand même des limites. Elle ne peut simuler l’incontinence ni des maladies neurodégénératives comme l’alzheimer et le parkinson, souvent associées au vieillissement.

 

http://ici.radio-canada.ca/

En 2050, une personne sur deux sera myope


Il y a plusieurs causes à la génétique, mais une augmentation de ce problème aux yeux dans les années avenir est inquiétantes dû à notre mode de vie plus sédentaire (chez les moins de 25 ans)  et ayant des activités qui requièrent qu’une courte distance pour la vision
Nuage

 

En 2050, une personne sur deux sera myope

 

Entre 2010 et 2050, le nombre de cas de myopie sera multiplié par 1,75 | Luis Romero via Flickr CC License by

Entre 2010 et 2050, le nombre de cas de myopie sera multiplié par 1,75 | Luis Romero via Flickr CC License by

Une étude estime que d’ici 2050 4,8 milliards de personnes auront besoin d’une correction pour voir de loin.

La myopie sera la maladie du XXIe siècle. Les projections d’une nouvelle étude, publiée dans le journal Ophthalmology et repérée par The Atlantic, font froid dans le dos. Dans un peu plus de quarante ans, la moitié de la population mondiale sera myope. Et ces chiffres ne sortent pas de nulle part: pour aboutir à ces résultats, les chercheurs ont réalisé une méta-analyse recoupant 145 études portant sur un total de 2,4 millions de personnes.

La progression de ce trouble de la vision sera, selon leurs calculs, phénoménale: entre 2010 et 2050, le nombre de cas de myopie sera multiplié par 1,75. En 2010, 2 milliards de personnes étaient myopes (soit 28,3% de la population) et 277 millions de personnes, dont 277 millions atteintes de forte myopie (soit 4% de la population). En 2050, 4,8 milliards d’individus seront touchés (49,8%), dont 938 millions (9,8%) seront à risque de développer un glaucome, une cataracte, d’être victime d’un décollement de la rétine ou d’une dégénérescence maculaire en raison d’une forte myopie.

Ceci dit, tous les pays ne seront pas touchés dans les mêmes proportions. Les zones les plus à risque: les pays développés. En Europe de l’Ouest, il est par exemple prévu que la prévalence de la myopie passe à 56,2% en 2050 (contre 21,9% en 2000 et 28,5% en 2010). En cause: nos modes de vie.

Manque de lumière naturelle

«L’augmentation projetée de myopie et de forte myopie est suscitée par des facteurs environnementaux», écrivent les chercheurs.

D’abord, le fait de passer moins de temps à l’extérieur. On sait en effet depuis une étude parue en 2012 dans The Lancet que la lumière naturelle est un élément protecteur dès la naissance et jusqu’à 25 ans. Parce qu’elle empêche une croissance excessive de l’œil.

Or un œil myope est un «œil trop long», expliquait alors Pascale Santi dans Le Monde: «La distance entre la cornée et la rétine est trop importante.»

Autre facteur de risque: les activités qui sollicitent une vision de près. Comme la lecture, sur papier ou écran. Or, selon les résultats du baromètre 2015 de la santé visuelle, les Français passent cinq heures et trente-sept minutes par jour en moyenne devant des écrans.

Le problème, estiment les auteurs, c’est que ces styles de vie vont continuer à croître au fur et à mesure que les pays s’urbaniseront et se développeront, d’où leurs projections très pessimistes. Sauf si nous décidons (peut-être y serons-nous contraints et forcés) de leur donner tort et de passer plus de temps dehors et moins devant nos écrans.

http://www.slate.fr/

Yoga : la posture du chien dangereuse pour les patients qui souffrent de glaucome


Ceux qui souffrent du glaucome devraient semble-t-il s’abstenir de certaines postures de yoga pour ne pas accentué la pression sur le nerf optique de l’oeil.
Nuage

 

Yoga : la posture du chien dangereuse pour les patients qui souffrent de glaucome

 

Adho Mukha Svanasana « chien tête en bas »

 

Une récente étude américaine vient de dévoiler la liste des 4 postures de yoga à éviter lorsque l’on souffre de glaucome.

Le glaucome est une maladie dégénérative du nerf optique qui touche surtout les personnes âgées de plus de 45 ans. Cette pathologie est provoquée par une augmentation de la pression oculaire, qui va « peser » sur le nerf et perturber l’envoi des informations au cerveau. Au fur et à mesure, le champ visuelrétrécit, jusqu’à la cécité.

Or, une récente étude du New York Eye and Ear Infirmary of Mount Sinai (États-Unis) vient de montrer que la posture de yoga du « chien tête en bas » aurait tendance à accentuer la pression sur le nerf optique, donc à aggraver la situation des patients atteints par le glaucome.

Pour réaliser cette posture, la personne doit se placer à quatre pattes, les mains bien à plat au sol, puis monter lentement les fesses vers le plafond en tendant les jambes et les bras. Les mains sont toujours à plat au sol, les doigts écartés, les talons sont décollés, le dos n’est pas cambré et la tête est rentrée en direction de la poitrine.

Uttanasana, Halasana et Viparita Karani

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont suivi un groupe de volontaires – certains atteints par le glaucome, d’autres sains. Au début de l’expérience, les scientifiques ont mesuré la pression oculaire des participants, puis ceux-ci ont dû exécuter la posture du « chien tête en bas » pendant 2 minutes, avant qu’une nouvelle mesure soit réalisée. Résultat ? Pendant l’exercice de yoga, la pression oculaire était significativement plus forte.

Outre la posture du « chien tête en bas », les chercheurs ont également identifié 3 autres exercices de yoga dangereux en cas de glaucome : 

le Uttanasana (se pencher en avant, jambes tendues, en repliant la poitrine sur les cuisses et en se tenant les mollets),

 

le Halasana (couchée sur le dos, on ramène les pieds au-dessus de la tête en tendant les jambes)

 

le Viparita Karani (couchée sur le dos, on lève les jambes à angle droit en s’appuyant contre un mur).

Ces travaux ont été publiés dans la revue spécialisée PlOs One.

http://www.topsante.com/

Vêtements trop serrés, slim :péril pour votre santé !


On aime bien que nos vêtements nous fassent paraître plus minces, mais quand ils sont trop serrés, d’autres problèmes plus graves peuvent subvenir autant chez les femmes que chez les hommes
Nuage

 

Vêtements trop serrés, slim :péril pour votre santé !

 

Quand vous portez des vêtements trop serrés, vous pensez que le risque est surtout de paraître boudiné(e) ? Vous avez tort.

Comprimer le corps pendant des heures et des heures a aussi des conséquences sur votre santé.

En voici quelques-unes pour vous convaincre de prendre des vêtements à votre taille et d’abandonner la mode du slim…

Les vêtements trop serrés, ça fait mal

Dans une étude récente (1), des scientifiques ont demandé à des jeunes gens de transporter des caisses lourdes. Certains portaient des pantalons à leur taille, et d’autres des vêtements trop petits, donc serrés. Résultat : les vêtements serrés entravent la liberté de mouvement et entraînent un inconfort au niveau du bas du dos.

Syndrome douloureux

En comprimant les nerfs, les vêtements trop serrés peuvent aussi entraîner des problèmes nerveux plus durables. Ainsi la méralgie paresthésique (2), syndrome caractérisé par une douleur ou par la présence d’autres symptômes – fourmillements, endormissement, etc. – sur la face externe de la cuisse.

Vêtements trop serrés et circulation du sang

Insuffisance veineuse

Quand les membres sont serrés dans les vêtements, les veines sont aussi comprimées, ce qui entraîne un retour veineux insuffisant : trop de sang reste aux extrémités (essentiellement le bas des jambes), ce qui déforme les veines. Du coup, celles-ci sont encore moins efficaces pour ramener le sang vers le cœur… C’est un véritable cercle vicieux. C’est pourquoi les vêtements serrés sont fortement déconseillés aux personnes qui souffrent d’insuffisance veineuse.

Messieurs, attention à vos cravates…

Quand la bonne circulation du sang dans le cou (c’est-à-dire vers le cerveau) est entravée, les conséquences sont encore plus impressionnantes – vertiges ou malaises. Par ailleurs, le port de cravates trop serrées est lié à une augmentation de la pression dans l’œil et, par là, à une augmentation durisque de glaucome.

Des infections dues à des vêtements trop serrés

Enfin, les vêtements trop serrés au niveau du bassin entraînent des problèmes génitaux, urinaires ou de fertilité.

Côté hommes, on met souvent en cause les vêtements trop serrés (caleçons, pantalons) dans l’augmentation du nombre de stérilités masculines. Quand les testicules sont plaquées contre le corps, leur température est plus élevée ce qui serait mauvais pour la fertilité.

Côté femmes, ce sont plus souvent des problèmes locaux que l’on déplore, surtout des mycoses, liées à des vêtements ou sous-vêtements trop serrés. La vulve est naturellement un peu humide, et si la zone ne peut pas respirer un minimum on risque la macération et l’envahissement par des germes. Surtout si le tissu porté est synthétique.

Attention aussi aux infections urinaires dont les vêtements trop serrés peuvent être la cause.

Conclusion : aucun look ne vaut la peine de porter des vêtements inconfortables !

Habillez-vous pour votre confort ! Et si vous êtes du genre à acheter des vêtements trop petits parce que vous ne voulez pas reconnaître que vous avez pris un peu de poids, rappelez-vous qu’il n’y a que vous qui pouvez voir l’étiquette… 

par Marion Garteiser, journaliste santé
Créé initialement par Marion Garteiser, journaliste santé

Sources : (1) Eungpinichpong W, Appl Ergon. 2013 Nov;44(6):1024-32. doi: 10.1016/j.apergo.2013.04.002. Epub 2013 Apr 30. (2) Moucharafieh R, Int J Surg. 2008 Apr;6(2):164-8. Epub 2007 Apr 14.

http://www.e-sante.fr/