SATANÉS POILS AU MENTON !


Les poils au menton pour un homme, c’est pas un problème .. enfin sauf ceux qui n’aime pas se raser … mais pour une femme, cela peut-être dérangeant ..
Nuage

 

SATANÉS POILS AU MENTON !

 

Satanés poils au menton !

Article publié par Julie Van Rossom, journaliste santé

Franchement pas sexys voire carrément obsédants, les poils au menton préoccupent bon nombre de femmes.

Pourquoi apparaissent-ils et surtout, comment s’en débarrasser ? Suivez le guide !

Poils au menton : les hormones masculines en cause

Souvent accompagnés d’un duvet plus ou moins sombre au-dessus de la lèvre supérieure, les poils au menton en horrifient plus d’une! Que ce soit au niveau du visage ou ailleurs, le phénomène résulte d’une sensibilité accrue des follicules pileux aux hormones masculines, ce qui active la croissance des poils.

Lorsqu’un unique poil noir et dru réapparaît toujours au même endroit, il s’agit tout simplement d’un petit défaut de fabrication. Et oui, personne n’est parfait: certains follicules pileux peuvent en effet être identiques aux poils de barbe des hommes.

Les hormones masculines ne sont pas l’apanage des hommes. Toutes les femmes en produisent en petite quantité. Principalement sécrétées par nos glandes surrénales, ces substances sont essentielles au fonctionnement normal du corps féminin.

Pas toutes égales face aux poils au menton !

Plus la chevelure d’une femme est foncée, plus elle risque d’être confrontée à cespoils disgracieux sur le visage,  comme sur tout le reste du corps, d’ailleurs. Non que les blondes soient totalement imberbes ! La seule différence est queleurs poils sont plus clairs et donc moins visibles.

Chez certaines femmes, les poils au menton se présentent parfois en si grand nombre qu’ils peuvent devenir un véritable complexe. Dans ce cas, inutile de se flageller devant le miroir ! Mieux vaut consulter un dermatologue pour vérifier la stratégie d’attaque qui s’impose.

En général, cette invasion intempestive ne s’accompagne d’aucun autre symptôme. On parle dès lors d’hyperpilosité, un trouble favorisé soit par des facteurs génétiques, soit par le chamboulement hormonal provoqué par la ménopause et/ou la pré-ménopause.

Poils au menton et hyperpilosité: quelles solutions ?

A éviter :
Le rasoir –
Il favorise les repousses disgracieuses.
L’épilateur électrique – Au niveau du visage, il favorise lespoils incarnés.

  • La pince à épiler
    Pour les cas les plus bénins. Veillez bien à tirer le poil verticalement pour en ôter le bulbe, sans quoi il repoussera plus noir et plus dru.
  • L’eau oxygénée
    Elle blondit les poils et atténue leur visibilité.
    La solution idéale pour les jeunes femmes dont les poils sont fins et courts.
  • La crème anti-pilosité
    Une crème à base d’éflornithine, substance qui réduit localement l’action des hormones mâles.
  • La cire
    Pour les pilosités plus marquées.
    Désavantage : elle peut provoquer des irritations et/ou des poils incarnés.
  • Le laser
    La solution semi-définitive, idéale dans le cas des femmes ménopausée ou pré-ménopausées.
    Plus la peau est claire et les poils foncés, plus le laser sera efficace
    .

Ne pas confondre hyperpilosité et hirsutisme !

Quand un excès de poils au menton s’accompagne d’autres signes – voix rauque,cheveux gras, cycles menstruels irréguliers ou inexistants, perte de cheveux au sommet du crâne -, il peut s’agir d’un dérèglement hormonal.

Dans ce cas, on ne parle pas d’hyperpilosité mais d’hirsutisme, un symptôme provoqué non pas par une hypersensibilité locale aux hormones mâles mais par un excès général d’hormones masculines.

Pour confirmer ce diagnostic, le dermatologue redirigera sa patiente vers un endocrinologue en vue d’établir un bilan hormonal. Un examen qui s’effectue par le biais d’une prise de sang et, si besoin, d’un dosage urinaire.

Cette surproduction d’hormones mâles peut avoir des origines très diverses :

  • Un défaut enzymatique au niveau des glandes surrénales.
  • Un syndrome des ovaires polykystiques.
  • La prise de certains médicaments (pilules progestatives à base d’androgènes, stéroïdes anabolisants etc.)
  • Plus rarement, une tumeur au niveau des ovaires ou des glandes surrénales.

Dans la plupart des cas, le dysfonctionnement hormonal sera corrigé à l’aide de médicaments qui réduisent la sécrétion ou l’action des hormones masculines.

http://www.e-sante.be