É.-U: une erreur judiciaire corrigée grâce à la généalogie génétique, une première


Quand on fait un test ADN pour mieux connaitre nos origines cela reste dans des banques de données. Aux États-Unis, ces banques de données sont une mine d’or qui peut relier à des suspects pour des crimes commis. D’ailleurs, c’est grace aux arbres généalogiques qu’ils ont pu arrêter un tueur en série en Californie. Donc, s’ils peuvent trouver des criminels, ils peuvent aussi innocenter. Un homme accusé à tort d’un viol suivi d’un meurtre a retrouver sa complète liberté et le vrai criminel fut arrêter.
Nuage

É.-U: une erreur judiciaire corrigée grâce à la généalogie génétique, une première


Christopher Tapp serre dans ses bras Carol Dodge,... (PHOTO MONTE LAORANGE, AP)

Agrandir

Christopher Tapp serre dans ses bras Carol Dodge, la mère d’Angie Dodge, violée et tuée en 1996.

PHOTO MONTE LAORANGE, AP

Agence France-Presse
Washington

La généalogie génétique, une technique révolutionnaire d’enquête qui croise ADN et arbres généalogiques, a permis mercredi pour la première fois qu’un Américain victime d’une erreur judiciaire soit disculpé.

Un tribunal de l’État de l’Idaho a totalement blanchi Christopher Tapp, qui a passé 20 ans en prison pour le viol et le meurtre d’Angie Dodge en 1996. 

« C’est une nouvelle vie, un nouveau début, un nouveau monde pour moi et je vais profiter de chaque jour », a déclaré M Tapp, 43 ans, à l’issue de l’audience, selon les médias locaux.

Cette décision fait suite à l’arrestation en mai d’un autre homme, Brian Dripps, qui a avoué avoir commis le crime après avoir été confondu par la généalogie génétique.

Cette technique consiste à comparer un échantillon d’ADN prélevé sur une scène de crime avec les bases de données publiques de sites internet.

Aux États-Unis, de nombreuses personnes réalisent des tests ADN pour retrouver des cousins éloignés et confient leur profil génétique à ces sites. 

Les enquêteurs retiennent les personnes ayant des profils ADN proches de celui laissé sur la scène de crime puis retracent leurs arbres généalogiques pour voir où ils se croisent, ce qui leur permet généralement de mettre un nom sur l’ADN suspect.

Cette technique a permis l’arrestation en avril 2018 d’un homme soupçonné d’être le « tueur du Golden State », auteur de 12 meurtres et d’une cinquantaine de viols en Californie dans les années 1970 et 80. 

Environ 70 dossiers criminels ont été résolus depuis grâce à elle.

Mais c’est la première fois qu’elle sert à innocenter une personne déclarée coupable.

« C’est un sentiment incroyable que d’aider un homme à laver son nom », a déclaré à la chaîne ABC la généalogiste CeCe Moore qui a supervisé les recherches.

Le dossier contre Christopher Tapp avait toutefois commencé à s’effondrer avant l’usage de la généalogie génétique.

En 1998, il avait été condamné à 30 ans de prison uniquement sur la base d’aveux, sur lesquels il était ensuite revenu.

En 2017, il avait été libéré de prison dans le cadre d’un accord avec la justice mais l’accusation de meurtre n’avait pas été abandonnée.

Fin 2018, ses défenseurs avaient obtenu le droit d’utiliser des traces de sperme retrouvées dans la chambre de la victime et la généalogie génétique les avait menés jusqu’à Brian Dripps.

Celui-ci, qui vivait en 1996 en face de la jeune femme, avait rapidement avoué le meurtre.

Le procureur du comté de Bonneville dans l’Idaho en avait tiré les conséquences et demandé l’annulation de sa procédure, ce qu’un juge a validé mercredi.

https://www.lapresse.ca/

Un autre meurtre résolu grâce à la généalogie génétique


Que faire avec un ADN relevé lors d’un crime quand il n’est pas dans les données de la police ? Souvent, ces crimes finissent en dossiers non résolus. La technologie change les choses, grâce à la généalogie génétique. C’est de faire un arbre généalogique avec les basses de données des archives généalogique en incluant ceux qui ont cherché leur ascendance.
Nuage

 

Un autre meurtre résolu grâce à la généalogie génétique

 

Les avancées technologiques en matière d'ADN ont permis... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Les avancées technologiques en matière d’ADN ont permis de relancer l’enquête sur ce meurtre commis en 1986.

PHOTO ARCHIVES AFP

 

Agence France-Presse

Le mystère de l’agression sexuelle suivie du meurtre d’une adolescente américaine en 1986 a été résolu 32 années plus tard grâce à la technique extrêmement novatrice de la généalogie génétique, ont annoncé les autorités de l’État de Washington.

Un homme de 66 ans, Gary Hartman, a été interpellé mercredi et écroué. Il doit comparaître lundi pour se voir signifier les charges pénales pesant contre lui dans cette affaire qui avait choqué la commune de Tacoma, à l’extrémité nord-ouest des États-Unis.

Le 26 mars 1986, Michella Welch, 12 ans, avait disparu alors qu’elle jouait avec ses deux jeunes soeurs dans un parc public de la ville. Un chien policier avait retrouvé dans la soirée son corps, abandonné dans un ravin.

L’enquête s’était ensuite enlisée, le dossier devenant un « cold case », c’est-à-dire une affaire non résolue.

Les avancées technologiques en matière d’ADN ont permis de relancer l’enquête en deux étapes.

D’abord, en 2006, la police scientifique a réussi à reconstituer une empreinte ADN à partir d’éléments collectés sur les lieux du crime. Celle-ci n’a cependant révélé aucune correspondance avec les fichiers de délinquants connus aux États-Unis.

Douze ans plus tard, la percée a été réalisée grâce à la technique de la généalogie génétique, qui a recours aux bases de données et archives généalogiques incluant notamment des personnes ayant cherché à connaître leur ascendance.

« La généalogie génétique utilise la technologie de l’ADN pour associer un profil inconnu à un membre de sa famille. On a alors recours à la généalogie traditionnelle pour construire un arbre généalogique grâce aux sites internet disponibles publiquement », a expliqué vendredi dans une conférence de presse Donald Ramsdell, le chef de la police de Tacoma.

Ceci a permis d’isoler deux frères, dont l’âge et le lieu de résidence en 1986 en faisaient des suspects éventuels. Ils ont été placés sous surveillance, les policiers guettant la possibilité de vérifier leur profil génétique.

Gary Hartman s’est récemment rendu dans un restaurant, sans savoir qu’un client d’une table voisine était un enquêteur à l’affût. Il a utilisé une serviette en papier, que le policier a ensuite collectée et confiée à un laboratoire d’analyse.

L’ADN correspondait avec celui prélevé sur Michella Welch.

« Cette affaire est véritablement à la croisée du bon vieux travail policier traditionnel, combiné avec les progrès technologiques », a commenté le chef Ramsdell.

« Nous avons désormais atteint un point où, si vous êtes un criminel et que vous laissez votre ADN sur les lieux de votre méfait, alors autant vous rendre: on vous aura », a prévenu de son côté Mark Lindquist, le procureur du comté de Pierce.

La généalogie génétique a permis d’arrêter fin avril en Californie un homme suspecté d’être le « tueur du Golden State », soupçonné d’être l’auteur de 12 meurtres et une cinquantaine de viols dans les années 1970 et 80.

http://www.lapresse.ca/