Votre chat est-il droitier ou gaucher ?


Il est plus difficile d’étudier les chats que les chiens. Les chats étant plus indépendants, ne font pas nécessairement ce que l’on veut. Il faut donc les observer dans leur comportement naturel. Ainsi, vous saurez si votre chat est droitier ou gaucher.
Nuage

 

Votre chat est-il droitier ou gaucher ?

 

chat droitier

Une étude publiée dans la revue Animal Behaviour en ce début d’année aborde un sujet inédit, et fait une découverte amusante : les chats utilisent comme nous un côté plus que l’autre avec leur patte, on peut donc les qualifier de droitier ou gaucher. Et vous, votre chat est-il droitier ou gaucher ?

Aussi surprenant que cela puisse paraître, à l’heure où le chat domine internet, il faut savoir que les scientifiques en savent très peu sur son comportement spécifique. Autant, le chien est bien connu, et même si les théories scientifiques autour du comportement du chien évoluent sans cesse, il y a des données. Mais le chat nous offre un désert expérimental : en effet, il n’est pas si facile à étudier ! Car il est très difficile de trouver une motivation capable de faire travailler un chat dans un protocole, et l’observation sur le terrain est délicate, avec son caractère indépendant.

Une étude américaine a publié ce mois-ci  a voulu tester si le chat avait une préférence dans l’utilisation de ses pattes. Et autant, on avait déjà montré que le chat avait des préférences dans l’utilisation de sa patte sur des exercices contraints (comme appuyer sur un levier pour avoir une récompense dans un dispositif expérimental), mais on n’avait jamais observé les chats sur des comportements spontanés et naturels !

Quelle patte préfèrent utiliser les chats ?

L’étude a porté sur 44 chats (20 femelles, 24 mâles) chez leur propriétaire, en observant le côté privilégié dans trois situations : l’entrée dans la litière, la descente d’un escalier, et se coucher sur le côté. Un test alimentaire a aussi été réalisé, avec une tour sur 3 niveaux obligeant le chat à utiliser une patte pour récupérer les croquettes. Chaque situation a été observée et notée 50 fois.

Les résultats montrent que le chat a bien une patte dominante, qu’il va utiliser plus souvent dans les mêmes situations. Par contre, il n’y a pas de différence entre la droite et la gauche, contrairement aux humains par exemple chez qui 90% des gens sont droitiers. Chez les chats, ceux qui utilisent une patte dominante sont la moitié à être droitier, et l’autre moitié est gaucher.

En pratique, 73% des chats étudiés ont une latéralisation dans l’utilisation du membre inférieur (autrement dit : une patte préférée) pour récupérer la nourriture, 70% pour descendre l’escalier et 66% pour entrer dans la litière. Par contre, il y a beaucoup moins de chats avec une préférence pour se coucher d’un côté ou de l’autre : seul 25% des chats avaient un côté préféré. La latéralisation concerne vraiment l’utilisation de la patte.

Mais les chats sont constants : ceux qui ont une préférence s’y tiennent dans la réalisation des différents comportements testés, et utilisent préférentiellement toujours la même patte. Ceux qui mangent avec la patte droite ont tendance aussi à l’utiliser en premier pour entrer dans la litière ou descendre une marche.

Ce qui fait, pour résumer grossièrement, que les trois quarts des chats sont latéralisés, dont la moitié de droitiers, et l’autre moitié de gauchers !

Les mâles préfèrent utiliser leur patte gauche, et les femelles la droite

De plus, l’étude a relevé une différence significative, entre mâles et femelles : les mâles qui ont une patte dominante sont plutôt gauchers, et les femelles droitières !

Ce résultat avait déjà été observé dans une étude précédente, en 2009. Cette étude portait sur des comportements contraints, on peut donc maintenant étendre ces résultats à des comportements spontanés et naturels.

Il est bien trop tôt pour oser interpréter ce résultat. On avait émis l’hypothèse chez les chiens, où il y a aussi une latéralisation, que les hormones pouvaient être un facteur intervenant, mais cette étude sur les chats vient entacher cette hypothèse, puisque les 44 chats de l’étude étaient stérilisés.

Les résultats suggèrent bien l’existence de différences entre la structure du cerveau et la fonction chez les mâles et les femelles, mais il n’y a aucun moyen pour l’heure de comprendre les mécanismes à l’œuvre, ni même la cause exacte. Il faut encore beaucoup d’observation, et plus de données, pour s’orienter sur une cause potentielle.

L’étude a également montré que le test alimentaire permet de connaître le statut droitier ou gaucher du chat avec une relativement bonne confiance.

Cette étude est un bel exemple de progression dans le savoir scientifique, en particulier en éthologie. Elle vous montre comment les scientifiques doivent lutter contre l’envi d’interpréter trop vite, et où se situe actuellement la recherche sur l’éthologie du chat. Cela montre aussi que le savoir progresse véritablement petit pas par petit pas. Finalement, le chat nous réserve encore bien des mystères sur son comportement, il est vraiment important de rester humble par rapport à notre connaissance de l’animal et de son intelligence.

Dr Stéphane Tardif
Docteur vétérinaire et rédacteur pour Wamiz

https://wamiz.com/

Les gauchers pensent et ressentent les choses différemment


Il existe de 10 à 15 % de gaucher (Mon petit frère en fait partie) et cela existe depuis fort longtemps donc, cela serait génétique.Le cerveau ne fonctionne pas comme un droitier, les scientifiques émettent bien des hypothèses. Cependant, ils sont certains qu’il y a des différences physiologique et neurologique en rapport aux droitiers
Nuage

 

Les gauchers pensent et ressentent les choses différemment

 

Le Huffington Post  |  Par Carolyn Gregoire

    Jusqu’à une époque relativement proche, la particularité des gauchers était considérée comme un défaut, voire une tare. Ils étaient obligés d’apprendre à écrire de la main droite, ce qui les plaçait souvent dans une position très défavorable.

    Bien entendu, nous savons aujourd’hui qu’il n’y a rien de mal à être gaucher. Comme le psychologue Stephen Christmas, de l’université de Toledo, l’a expliqué au magazine Scientific American, rien ne prouve que les gauchers soient naturellement désavantagés sur le plan physique ou psychologique. D’abord ils constituent environ 10 à 15 % de la population mondiale depuis des milliers d’années. Le fait que cette particularité se soit transmise de génération en génération suggère qu’elle ne constitue pas un handicap au niveau évolutif, comme le pensaient naguère beaucoup de spécialistes.

    Cependant, la main avec laquelle on écrit est liée à certaines spécificités physiologiques et neurologiques. La recherche est alors incomplète, mais voici ce que nous savons sur les particularités cognitives et psychologiques des gauchers :

    Ils réfléchissent peut-être plus vite

    Les gauchers pourraient accéder aux hémisphères de leur cerveau plus rapidement et plus efficacement.

    D’après une étude australienne publiée en 2006 dans la revue Neuropsychology, les connexions entre les hémisphères du cerveau sont plus rapides chez les gauchers, ce qui se traduit par un traitement plus rapide de l’information. Les auteurs de l’étude en question ont confié aux participants une tâche qui leur permettait de mesurer le temps de transfert entre les hémisphères, et une autre qui nécessitait de se servir des deux hémisphères en même temps.

    Ces travaux ont démontré que les gauchers traitaient l’information plus rapidement d’un hémisphère à l’autre, un atout cognitif qui pouvait les avantager dans des activités comme les jeux vidéo ou le sport.

    Ils privilégient peut-être le côté gauche quand ils doivent prendre une décision

    Votre préférence manuelle pourrait influer sur la façon dont vous analysez des concepts abstraits, comme les valeurs, l’intelligence et l’honnêteté. Selon une étude de 2009 de l’université de Stanford, gauchers et droitiers favorisent peut-être leur côté dominant. Les participants étaient invités à regarder deux colonnes d’illustrations, puis dire lesquelles leur paraissaient les plus joyeuses, honnêtes, astucieuses et séduisantes. Les gauchers choisissaient spontanément les illustrations de la colonne de gauche, et les droitiers, celles de la colonne de droite.

    «Les gauchers pensent implicitement que les choses agréables sont du côté gauche, et les mauvaises, du côté droit, même quand la langue et la culture leur disent exactement le contraire», indiquait l’auteur principal de cette étude, Daniel Casasanto.

    Ils sont meilleurs dans certains sports

    Bien que les gauchers représentent moins de 15 % de la population, 25 % des joueurs de baseball professionnels sont gauchers. Pourquoi? Peut-être parce qu’ils ont un temps de réaction inférieur à celui des droitiers, comme l’a démontré l’étude australienne de 2006 citée plus haut.

    Mais il y a une autre raison. Différents chercheurs se sont aperçus que les gauchers semblaient avoir beaucoup plus de facilité dans les sports interactifs, comme la boxe, l’escrime, le tennis et le baseball, mais pas les activités solitaires, comme la gymnastique ou le plongeon. Peut-être parce qu’en raison de leur posture physique singulière, ils parviennent à décontenancer les droitiers qui ont l’habitude d’affronter d’autres droitiers.

    Leur cerveau gère peut-être les émotions différemment

    Votre préférence manuelle pourrait déterminer la manière dont votre cerveau traite les émotions. Une étude de 2012 publiée dans la revue PlaS ONE indique que la motivation des gauchers se traduit par une plus grande activité dans l’hémisphère droit, contrairement à ce qui se passe chez les droitiers.

    Ceci pourrait avoir des conséquences importantes dans le traitement de l’anxiété et des troubles de l’humeur, que l’on soigne parfois en stimulant le cerveau pour augmenter l’activité neuronale dans l’hémisphère gauche.

    «Au vu de nos conclusions, ce traitement, qui soulage les droitiers, pourrait faire du tort aux gauchers, ce qui n’est évidemment pas du tout l’effet recherché», a déclaré l’un des auteurs de l’étude, Geoffrey Brookshire.

    Les gauchers pourraient être plus créatifs

    De nombreux experts et diverses études suggèrent l’existence d’un lien entre le fait d’être gaucher et la créativité. Est-ce vraiment le cas? Certaines études ont en tout cas démontré que les gauchers étaient plus doués pour la pensée divergente (la capacité à trouver plusieurs solutions pour un même problème), une caractéristique cognitive de la créativité. Cependant, il convient de noter que ces études établissent une corrélation, et non une causalité. Ces conclusions ne sont donc pas véritablement probantes.

    Une autre possibilité, avancée par le psychologue Chris McManus, de l’University College de Londres, dans son livre «Right-Hand, Left-Hand», est que l’hémisphère droit du cerveau des gauchers est plus développé, ce qui influerait sur la créativité.

    Enfin, une théorie tout à fait fascinante avance qu’en grandissant dans la minorité des gauchers, ce qui les distingue de la plupart de leurs camarades, certains enfants finissent par acquérir une construction mentale privilégiant l’individualité. Cet état d’esprit peut les prédisposer à développer des traits de caractère comme l’indépendance et l’anticonformisme, que les psychologues associent à la créativité et l’innovation.

  • http://quebec.huffingtonpost.ca/

Chez les hommes préhistoriques aussi les gauchers se faisaient rares


Il semblerait qu’au début de l’histoire de l’homme, quasi la totalité aurait été droitier, Quand le cerveau  s’est mis à évoluer un peu plus, la préférence entre la gauche ou la droite serait apparu. Pourtant, les gauchers ont toujours été une forte minorité
Nuage

 

Chez les hommes préhistoriques aussi les gauchers se faisaient rares

 

Crâne d'homo habilis | NCSSMphotos via Flickr CC License by

Crâne d’homo habilis | NCSSMphotos via Flickr CC License by

Repéré par Peggy Sastre

Voici 1,8 million d’années, nos ancêtres étaient déjà latéralisés.

En examinant les stries dentaires d’un fossile d’Homo habilis, notre ancêtre d’il y a 1,8 million d’années, une équipe d’anthropologues et de paléoanthropologues vient de montrer que l’hégémonie des droitiers remonte aux origines de l’humanité. Jusqu’à présent, les scientifiques estimaient que cette préférence manuelle datait de 500.000 ans.

Menés par David W. Frayer, professeur émérite d’anthropologie biologique à l’université du Kansas, les chercheurs publient leur étude dans le numéro de novembre du Journal of Human Evolution. Elle se fonde l’analyse d’un fragment de mâchoire supérieure, OH-65 (pour Olduvai Hominid), découverte en 2003 en Tanzanie, dans le célèbre site des gorges d’Olduvai.

En observant au microscope les stries creusées sur les dents fossilisées, les chercheurs ont pu déterminer que leur orientation allait de la gauche vers la droite. Selon les scientifiques, c’est parce que l’Homo habilis tenait un outil dans sa main droite pour couper sa nourriture, nourriture qu’il tenait dans sa bouche et tirait de sa main gauche pour la déchirer. Des marques qui suggèrent également l’usage d’une sorte de cure dents primitif en pierre, là aussi tenu de la main droite.

«Nous pensons que cela nous dit quelque chose de plus sur la latéralisation du cerveau», explique Frayer. «On savait déjà que l’Homo habilis possédait la latéralisation cérébrale et était plus proche de nous que du singe. Ce qui s’étend aussi à la manualité, qui est essentielle».

90% de droitiers

 

En effet, alors que les primates non humains ne manifestent pas de préférence manuelle franche, notre espèce est à 90% droitière. Un phénomène qui n’est pas sans rapport avec nos capacités linguistiques, car le langage est principalement géré par l’hémisphère gauche du cerveau, qui contrôle le côté droit du corps.

«La manualité et le langage sont contrôlés par deux systèmes génétiques distincts», précise Frayer, «mais il y a un petit lien entre les deux vu que ces fonctions trouvent leur origine dans le côté gauche du cerveau».

Si «un spécimen ne fait pas une généralité», ajoute Frayer, le chercheur estime très probable que ses recherches en permettent d’autres qui prouveront combien «la manualité droite, la réorganisation corticale et l’aptitude au langage sont des éléments cruciaux à l’apparition de notre genre».

http://www.slate.fr/

Pourquoi y a-t-il si peu de gauchers?


Pas très concluant comme réponse, mais au moins, il n’y a pas de réponse inventée pour répondre à la question.
Nuage

 

Pourquoi y a-t-il si peu de gauchers?

 

Repéré par Emeline Amétis

Ils ne représentent que 10% de la population mondiale.

Le site de la BBC s’est demandé pourquoi.

Vous êtes gaucher? Alors, vous faites partie d’une minorité: les gauchers représentent seulement 10% de la population mondiale. Le site de la BBC s’est demandé pourquoi l’usage d’une main, plutôt que l’autre, s’est naturellement imposé chez les êtres humains.

Après tout, d’autres parties du corps sont, elles aussi, déséquilibrées, comme le démontre un exercice proposé par la BBC:

«Maintenez un pouce à une distance de bras devant vous. D’abord, regardez-le avec vos deux yeux. Puis, essayez de couvrir chaque œil, tour à tour. Votre œil le plus fort est celui avec lequel votre vision est la plus proche de celle que vous avez eu avec vos deux yeux.»

C’est pareil pour les oreilles: avec laquelle préférez-vous téléphoner, peu importe le malaise que votre position provoque si vous écrivez en même temps?

Nous ne sommes donc pas seulement droitier ou gaucher voire ambidextre des mains. Nous le sommes des oreilles et des yeux, mais aussi des pieds. Toutefois, les proportions observées de gauchers et droitiers ne sont pas les mêmes quand il s’agit de ces parties du corps: parmi les humains, 40% sont gauchers de l’oreille, 30% le sont des yeux et 20% des pieds. Comment expliquer qu’être gaucher soit aussi rare quand il s’agit des mains?

La réponse dans la préhistoire?

Déjà, la BBC rappelle la réputation dont ont souffert les gauchers à travers l’histoire. Il suffit de voir l’étymologie latine des mots droite, dextra en latin, et gauche, sinistra: alors que le premier mot est associé au talent et à la vertu, le second se traduit par «sinistre».

Si l’on forçait les enfants à écrire de la main droite jusque dans les années 1970 en France, ces pratiques révolues ne suffisent pas à expliquer un tel déséquilibre entre droitiers et gauchers. Si être gaucher ou droitier a davantage à voir l’héritage génétique, les scientifiques ne parviennent pas encore à déterminer quelle part de l’ADN en est responsable.

Du point de vue de l’évolution, être plus habile avec une main n’est pas exceptionnel: les chimpanzés aussi ont une main préférée. Mais parmi ces primates, 50% préfèrent la main droite et l’autre moitié préfère la gauche. Le point de départ du déséquilibre humain entre gauchers et droitiers se trouve peut-être dans la période néandertalienne:

«Les hommes et femmes de Néandertal utilisaient leurs dents pour trancher des morceaux de viande, pendant qu’ils tenaient un couteau dans leur main la plus habile pour désosser leur repas, explique le site de la BBC. «Les caractéristiques des rainures présentes sur leurs incisives avant révèlent quelle main tenait la viande, et celle qui tenait le couteau. Extraordinairement, on retrouve le même ratio entre gauchers et droitiers qu’aujourd’hui.»

Finalement, l’article conclut:

«Au point où nous en sommes, la réponse à ce qui détermine une personne gauchère ou droitière –et au pourquoi les droitiers constituent une écrasante majorité– reste un retentissant “je ne sais pas”.»

http://www.slate.fr/

Le Saviez-Vous ► Journée Internationale des gauchers : 7 savoirs utiles (ou pas) sur les gauchers


Et bien, aujourd’hui, ce fut la Journée Internationale des gauchers, ces personnes qui comme mon petit frère ont du évoluer dans un monde de droitier, qui en bout de ligne sont peut-être plus agile que les droitiers
Nuage

 

Journée Internationale des gauchers : 7 savoirs utiles (ou pas) sur les gauchers

On estime à environ 15 % le nombre de gauchers en France . .

Photo : SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

VIS MA VIE – À l’occasion de la journée internationale des gauchers, metronews part à la chasse aux clichés. Voici 7 savoirs utiles (ou pas) sur les gauchers

Comme toutes les minorités, ils intriguent.. Le porte-gobelet n’est jamais du bon côté, lorsqu’ils conduisent. Ils perdent aux jeux vidéo, parce que la manette n’est pas adaptée. Se servir d’un ouvre-boîte ou du paire de ciseaux est un défi au quotidien. Pas facile d’être gaucher dans un monde où tout a été pensé pour les droitiers. Jusqu’à aujourd’hui, aucune étude scientifique n’a été capable d’expliquer cette mystérieuse différence. A l’occasion de la journée internationale des gauchers, ce jeudi 13 août, voici 7 savoirs inutiles qui entourent ce mystérieux particularisme.

► L’existence des gauchers remonte aux premiers hommes

Des archéologues ont retrouvé des outils préhistoriques et des peintures rupestres d’il y a 200.000 ans qui l’attestent. Une étude effectuée sur des bijoux indique qu’il y avait 10 % de gauchers parmi les artisans de la Rome antique.

► On peut aussi être gaucher de l’œil ou de l’oreille

Si lorsque vous regardez dans les trous de serrures ou dans le viseur d’un appareil photo en utilisant votre œil gauche, vous êtes peut être sans le savoir gaucher de l’œil. Nous avons une main et un pied avec lesquels nous sommes plus habiles, mais aussi un œil plus perçant et une oreille qui entend mieux. La raison ? Nous avons à la naissance un hémisphère du cerveau dominant : le droit pour les gauchers, le gauche pour les droitiers.

► Ils sont moins maladroits que les autres

Leur maladresse s’explique par le fait que certains objets de la vie courante sont inadaptés pour eux. Couper une feuille de papier avec une paire de ciseaux ou encore utiliser un ouvre-boîte pour ouvrir une conserve, etc. En outre, cette obligation de s’adapter au monde des droitiers développe leur habileté.

► On peut aussi trouver des gauchers dans le monde animal

Chez les primates, notamment. Mais, comme chez les êtres humains, ils sont une minorité.

► Ils sont meilleurs dans les sports d’opposition

En football, au tennis, ou bien encore en boxe et en escrime, des études ont montré que les gauchers ont un avantage par rapport à leur adversaire. L’hémisphère droit, qui commande la main gauche, est aussi celui qui gère l’habileté manuelle, la discrimination visuelle et l’évaluation des distances. Ce qui leur donne quelques millièmes de seconde d’avance dans leur temps de réaction. En outre, leur adversaire étant habitué à s’entraîner ou à jouer contre des droitiers, les gauchers peuvent facilement les surprendre.

► Les ambidextres n’existent pas

Les « ambidextres » sont donc des gauchers qui se sont habitués très tôt à se servir de leur main droite.

► Ils ont souvent plus de talents artistiques que les droitiers

Les organes situés dans la partie gauche de notre corps ne sont pas exactement les mêmes que dans la partie droite. L’hémisphère droit du cerveau (celui qui commande le côté gauche) commande les fonctions artistiques. C’est la zone des émotions, des analogies et des perceptions, tandis que l’hémisphère gauche gère davantage les fonctions liées à la logique et l’analyse.

http://www.metronews.fr/

Le Saviez-Vous ► 25 faits à propos des gauchers


Les gauchers ont souvent été mal vue, mais ils ont appris a s’adapter dans un monde de droitier. Même si aujourd’hui, certains objets ont été faits pour eux, ils ont encore beaucoup de situations où ils doivent être plus flexibles
Nuage

 

25 faits à propos des gauchers

Parmi toutes les informations que j’ai réunies, j’ai retenu la déclaration d’un chercheur persuadé que les gauchers sont plus indépendants, car ils doivent constamment s’adapter à un monde conçu pour les droitiers. Voici quelques autres informations fascinantes au sujet des gauchers…

Faits scientifiques relatifs aux gauchers :

 

1 – Selon les sources, ils représentent entre 5 et 10% de la population.

2 – Ils sont plus enclins aux allergies.

3 – Ils sont plus souvent victimes de migraines.

4 – Ils sont plus souvent insomniaques.

5 – Ils utilisent principalement l’hémisphère droit de leur cerveau.

6 – Ils ont trois fois plus de risques de devenir alcooliques, car l’hémisphère droit a une résistance à l’alcool trois fois moindre !

7 – Ils ont tendance à se trouver aux deux extrémités de l’échelle de mesure du QI.

8 – Ils atteignent la puberté 4 à 5 mois après les droitiers.

9 – Ils sont plus souvent victimes de bafouillement et de dyslexie.

10 – Les gauchers sont deux fois plus nombreux que les gauchères.

11 – Ils perçoivent et gèrent mieux la 3D.

12 – Ils arrivent mieux à cumuler les tâches simultanées.

13 – Ils vivent en moyenne neuf ans de moins que les droitiers.

14 – Ils ont 39% de chance en plus d’être homosexuels.

Informations intéressantes sur les gauchers.

 

15 – Il existe des stylos pour gauchers ! Qui l’eût cru ?

16 – Ce sont d’excellents nageurs, boxeurs, escrimeurs, joueurs de baseball et de tennis (40% des meilleurs joueurs de tennis au monde sont gauchers).

17 – La Journée Internationale des Gauchers tombe le 13 août.

18 – Les personnages qu’ils dessinent sont tournés vers la droite.

19 – Ils se remettent plus rapidement d’attaques cérébrales.

20 – Ils gravitent plus volontiers vers des carrières artistiques.

21 – Parmi les sept derniers présidents des USA, quatre étaient gauchers.

22 – Les diplômés universitaires gauchers gagnent, durant leur carrière, 26% d’argent en plus que les droitiers.

Statistiques étranges relatives aux gauchers.

 

23 – Leur vision s’adapte plus rapidement sous l’eau.

24 – Ils ont plus de difficultés que les droitiers à tourner leur langue dans leur bouche.

25 – Leurs ongles poussent plus rapidement sur leur main gauche que sur la droite.

 

http://bridoz.com/

Les gauchers gagnent moins d’argent que les droitiers (quand leur mère est droitière)


D’après une étude auprès des Américains et Britanniques, être gaucher ne serait pas juste un facteur génétique, mais aussi une difficulté d’apprentissage dès le jeune âge.
Nuage

 

Les gauchers gagnent moins d’argent que les droitiers (quand leur mère est droitière)

 

Left / Quinn Dombrowski via Flickr CC Licence By

Repéré par Jean-Laurent Cassely

Les gauchers représentent 12% de la population totale et ils sont un peu plus nombreux chez les hommes que chez les femmes. Après des siècles de stigmatisation, les gauchers ont connu une inversion radicale de leur image pour devenir des êtres vus comme plus créatifs, plus intelligents et plus originaux que la moyenne, surreprésentés dans l’élite, que ce soit chez les présidents des Etats-Unis, les artistes ou les sportifs de haut niveau.

Or comme le relate Bloomberg, un économiste d’Harvard, Joshua Goodman, arrive à la conclusion qu’à origine sociale équivalente, les gauchers gagnent 10 à 12% de moins que les droitiers.

L’économiste a obtenu ces résultats, publiés dans la revue Journal of Economic Perspectives, en étudiant cinq bases de données provenant des populations américaine et britannique, dans lesquelles figurent les caractéristiques familiales des individus, leur salaire et leurs résultats à différents test d’intelligence et d’aptitude.

Pour Goodman, et contrairement aux idées reçues, les gauchers seraient moins performants que les droitiers aux tests de QI. Ils sont par exemple selon l’auteur entre 20 et 28% à être intellectuellement déficients, soit le double de la moyenne de la population. Ils souffrent aussi plus que la moyenne de troubles du comportement et sont plus souvent dyslexiques.

Goodman observe ainsi qu’aux Etats-Unis, les gauchers ont moins de probabilité de faire partie du top 10% des résultats aux tests d’intelligence. Il n’est cependant pas impossible que les gauchers se distinguent tout en haut de la distribution, dans le top 1%, mais le «don» exceptionnel dont bénéficient certains gauchers resterait extrêmement minoritaire en leur sein: statistiquement, naître gaucher serait donc plutôt un handicap.

Pour le chercheur, le fait d’être gaucher pourrait n’être qu’une manifestation de troubles de la santé et du développement aux premiers moments de la vie de l’enfant. Car être gaucher n’est pas, contrairement à ce qu’on pense, la conséquence de seuls facteurs génétiques. Chez une partie des vrais jumeaux, la latéralisation est différente chez les deux enfants.

A l’appui de cette hypothèse, le chercheur remarque que la différence de salaire observée entre gauchers et droitiers ne touche que les gauchers dont la mère est droitière. Selon Bloomberg, cela s’expliquerait par la difficulté pour les enfants d’apprendre par imitation ce que fait leur mère quand la préférence manuelle diffère entre elle et l’enfant. 

http://www.slate.fr

Le Saviez-Vous ► 9 choses du corps humain que vous ne saviez sûrement pas


Notre corps est une machine exceptionnelle, qu’aucun robot n’arrive à la perfection du corps. Chaque parti ont un rôle qui s’emboîte aux autres pour coordonnés le fonctionnement tout entier
Nuage

 

9 choses du corps humain que vous ne saviez sûrement pas

 

Notre corps est fantastique. Il réalise chaque jour des milliers d’opérations qui, aussi insignifiantes qu’elles puissent paraître, sont indispensables pour nous maintenir en bonne santé et pour nous sentir bien. Dans la plupart des cas, nous connaissons les fonctions de notre organisme. Cependant, nous en méconnaissons beaucoup d’autres choses qui sont d’importance capitale et paraissent même parfois incroyables. Dans cet article, nous allons vous présenter 9 choses du corps humain que vous ne connaissiez probablement pas.

1. Nous avons la même quantité de poils que les chimpanzés

Le corps moyen d’un homme adulte contient la même quantité de poils (connus comme duvet) qu’un chimpanzé. La différence réside dans l’épaisseur du poil, qui est beaucoup plus fin chez l’humain. Ainsi, dans notre cas, les poils ont perdu leur fonction originale de protection. La situation actuelle du duvet corporel est probablement due à l’évolution et à l’usage de vêtements qui nous protègent du froid.

2. Pourquoi avons-nous la chair de poule?

chair-de-poule

Chacun a déjà expérimenté la chair de poule de nombreuses fois dans sa vie. C’est un réflexe pilo-moteur, une réponse que les humains avaient dans l’Antiquité pour hérisser les poils du corps et se protéger du froid ou d’autres dangers comme les animaux. Il s’agissait en fait d’un grossissement de la taille. Bien sûr, cette fonction est aujourd’hui obsolète. Bien que nous n’ayons plus autant de poils sur le corps, notre peau a toujours la même réponse.

3. Des années passées à cligner des yeux

Les humains passent l’équivalent de 5 ans à cligner des yeux. Comme nous le savons, cette action est très importante pour nos yeux: c’est un mécanisme de protection et de prévention. Grâce à cela, nous lubrifions et nous reposons nos yeux, qui ne peuvent rester ouverts en permanence. Cligner des yeux est aussi un réflexe de protection puisque nous le faisons généralement lorsque  quelque chose est dirigé vers notre visage.

4. Les gauchers sont plus forts

mains-principal

Peut être que cela vient de la physique, les personnes gauchères ont plus de force lorsqu’ils l’appliquent dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Cela veut dire que pour un gaucher, il sera plus simple d’ouvrir un bocal que pour une personne droitière. Cependant, pour fermer le même bocal, où il faudra appliquer une force dans le sens inverse, le droitier aura plus de facilité à le faire.

5. L’estomac stocke de l’acide

Notre estomac stocke de l’acide chlorhydrique, produit par les cellules qui se trouvent dans cette zone. Dans l’industrie, ce type d’acide est hautement corrosif et s’utilise dans la métallurgie. Pourtant, le revêtement des parois de la muqueuse de l’estomac nous protège de l’effet nocif de l’acide, et nous n’en souffrons absolument pas.

6. Nous sommes un dépôt de bactéries

Bactéries

Le corps humain est un immense dépôt de bactéries. De fait, les calculs disent qu’elles sont beaucoup plus nombreuses -environ 10 fois plus- que les cellules. Bien sûr, cela ne veut pas dire que toutes les bactéries de notre organisme sont nocives pour la santé. Il en existe de différentes, certaines sont bénéfiques et aident notre corps à se maintenir en bonne santé.

7. Les siestes sont bonnes

Faire une sieste de 20 minutes est bon pour la santé. Cela nous aide à améliorer notre concentration, notre humeur et notre productivité. Cependant, dormir trop longtemps pendant la journée peut avoir des conséquences négatives. Nous pouvons par exemple nous sentir plus fatigués et irritables.

8. Beaucoup de cellules mortes

Peau-sèche

Tous les jours, notre corps rejette une grande quantité de cellules mortes, principalement de notre peau. Il en chasse tellement que si nous les rassemblions pendant un an, nous obtiendrions environ 2 kilos de cellules dermiques mortes.

9. La sensibilité

Comme nous le savons, le corps humain a une grande quantité de terminaisons nerveuses qui nous permettent de ressentir des choses. Parmi celles-la, les plus sensibles se trouvent sur les lèvres et les doigts, alors que les moins sensibles se trouvent au niveau de la zone du milieu du dos.

http://amelioretasante.com/

Être gaucher, ça change quoi ?


Être gaucher dans un monde de droitier n’est pas toujours évident. Mais l’impact d’un gaucher va plus loin que l’adaptation à la vie de tous les jours
Nuage

 

Être gaucher, ça change quoi ?

 

Être gaucher implique une vie quotidienne un peu différente de celle des droitiers, mais aussi un cerveau qui ne fonctionne pas exactement de la même manière.

Existe-t-il un impact sur certains problèmes de santé ou encore sur la personnalité ?

Une minorité de gauchers

Aujourd’hui, les mentalités ont évolué et utiliser sa main gauche n’est plus une tare.
Mieux acceptés et moins « contrariés », les gauchers devraient donc normalement être de plus en plus nombreux.

Ils restent pourtant une minorité : 15 % de la population est gauchère.
Pourquoi cette répartition ?

« Bien que des facteurs génétiques aient pu être mis en évidence, on ne sait toujours pas pourquoi la proportion de droitiers reste plus importante », explique le Pr Patrik Vuilleumier, neurologue au CHU de Genève.

Êtes-vous droitier ou gaucher ?

 

Mais être gaucher c’est quoi ?

On considère généralement que le gaucher est celui qui utilise de préférence sa main gauche pour effectuer des actes de la vie quotidienne.

Vous avez un doute ? La main dominante est en général celle qui est intuitivement utilisée pour distribuer les cartes. Attention, les choses peuvent pourtant être un peu plus compliquées… Il est par exemple possible d’utiliser préférentiellement sa main gauche mais d’être droitier au niveau du pied et/ou de l’œil… et inversement.

Un cerveau moins spécialisé

La différence entre gaucher et droitier se situerait également au niveau cérébral.

On a longtemps considéré l’hémisphère gauche comme la partie dominante du cerveau. Chez les droitiers, c’est en effet dans cet hémisphère que se trouvent les zones du langage ou de l’écriture, compétences « nobles » en comparaison aux aspects émotionnels qui sont géré par le côté droit du cerveau.

Or, chez le gaucher cette répartition n’est pas toujours aussi marquée. Chez la majorité d’entre eux, le partage des compétences entre les deux hémisphères du cerveau n’est pas aussi clair. « La zone du langage peut par exemple se trouver à gauche, à droite ou encore des deux côtés. Les hémisphères sont donc moins spécialisés. » explique le Pr Vuilleumier.

Être gaucher a un impact sur la santé

Cette construction cérébrale atypique a-t-elle un impact sur la santé ?

On trouve un peu plus de gauchers dans certaines pathologies liées au cerveau, chez les épileptiques ou les autistes par exemple. 41 % des schizophrènes seraient par exemple gauchers (1) alors qu’ils ne représentent que 15 % de la population générale.

Un cerveau moins latéralisé pourrait toutefois offrir un avantage face aux lésions consécutives à un accident vasculaire cérébral (AVC) par exemple. Puisque les différentes fonctions sont mieux réparties dans le cerveau, les gauchers peuvent en effet mieux récupérer – ou compenser – face à des lésions localisées.

Les gauchers vivraient toutefois en moyenne moins vieux que la population générale, deux ans de moins selon une étude (2). En cause : le risque d’accidents. Les gauchers ne sont pas plus maladroits mais doivent par contre évoluer dans un monde taillé sur mesure pour les droitiers et utiliser leur main la moins habile ou adopter des postures inadéquates pour utiliser certaines machines par exemple.

Des personnalités atypiques ?

Qu’il s’agisse de poinçonner le ticket de métro ou de boutonner une chemise, le monde est généralement conçu pour les droitiers. Les gauchers doivent donc s’adapter et réfléchir un peu autrement. De là à penser que cela peut leur offrir une autre façon de voir le monde, il n’y a qu’un pas.

« On estime d’ailleurs qu’il y a plus de gauchers dans les milieux créatifs, chez les architectes ou les artistes par exemple », précise le Pr Vuilleumier. Mais cette tendance pourrait également s’expliquer par une particularité cérébrale. « Comme le cerveau est généralement moins bien latéralisé, les deux hémisphères communiquent plus. Le corps calleux, la structure qui relie les deux parties du cerveau, est donc plus développé. »

Une particularité qui permettrait aux gauchers de mettre en rapport plus facilement certaines compétences ou encore les parts rationnelles et émotionnelles du cerveau, et donc d’être plus créatifs.

par Thomas Coucq, journaliste santé

Sources : Merci au Pr Patrick Vuilleumier, neurologue au CHU de Genève et Pr de neurosciences fondamentales à l’Université de Genève.
(1) Jadon R. Webb et al., SAGE Publications. Published online October 30, 2013.
(2) John P. Aggleton et al., Journal of Epidemiology and Community Health. 1993; 47: 206-209.

http://www.e-sante.fr

Pourquoi les gauchers traitent-ils plus vite les informations ?


Être gaucher n’est pas une fatalité, il semblerait d’ailleurs que seraient même ambidextres. Ce qui serait un double avantage
Nuage

 

Pourquoi les gauchers traitent-ils plus vite les informations ?

 

© Fontanis – Fotolia.com

Selon une étude, de nombreux  gauchers seraient en fait ambidextres. L’information circulerait alors mieux entre les deux hémisphères de leur cerveau.

La moitié des personnes se pensant gauchères seraient en fait ambidextres. C’est ce qu’ont découvert deux chercheurs canadiens de la faculté des sciences de la santé d’Ottawa, en comparant la façon dont des gauchers et des droitiers traitaient l’information.

Plutôt que de demander aux participants s’ils étaient gauchers ou droitiers, les scientifiques les ont soumis à une série de tests. Ils devaient notamment répondre à des questionnaires en indiquant quelle main ils préféraient utiliser pour différentes tâches. Les réponses obtenues permettaient de les classer sur une échelle allant de gaucher à droitier, les ambidextres étant au milieu. Ils étaient ensuite invités à réaliser quelques exercices d’adresse, permettant d’évaluer les différences de dextérité entre les deux mains. Les personnes classées comme ambidextres exécutaient les tâches aussi habilement d’une main que de l’autre.

Plus d’interconnexion dans le cerveau ?

Les chercheurs ont ensuite stimulé leurs cerveaux grâce à des méthodes non-invasives. Ils ont constaté que l’information se transmettait plus rapidement d’un hémisphère à l’autre du cerveau chez ces mêmes personnes.

« Nos résultats confirment que les personnes à tendance ambidextre exécutent plus rapidement les tâches qui nécessitent l’usage des deux mains, comme dactylographier ou rédiger un sms, peut-être parce que leur cerveau est aussi plus interconnecté », a affirmé le Pr Tremblay qui a participé à l’étude.

Des travaux complémentaires sont nécessaires pour déterminer si les ambidextres le sont de naissance ou s’ils sont des gauchers forcés de se conformer à la norme.

http://www.medisite.fr/