Découverte d’un nouveau mini-organe humain, outillé pour nous défendre


Avec les avancées technologiques, pouvons-nous prétendre que nous connaissons tout du corps humain dans le moindre recoin ? Il semble que non, le corps humain à encore des secrets à nous révéler. Voici la découverte d’un mini-organe qui se situe dans le système immunitaire et semble avoir une mémoire sur des infections ou des vaccins antérieurs pour mieux aider au corps à lutter
Nuage

 

Découverte d’un nouveau mini-organe humain, outillé pour nous défendre

 

organe corps humain

 

Crédits : Imogen Moran / Tri Phan / Nature Communications ISSN 2041-1723

par Brice Louvet

Une équipe de chercheurs annonce la découverte d’un mini-organe dans le système immunitaire humain, capable de se souvenir des infections et des vaccinations passées dans le but de répondre aux agents pathogènes déjà rencontrés.

Vous retrouverez cette toute nouvelle structure – du moins à notre connaissance – à l’extérieur des ganglions lymphatiques. L’équipe explique dans la revue Nature Communications avoir décelé la présence de cet “outil” grâce à une technique d’imagerie connue sous le nom de “microscopie 3D”. À la manière d’un scanner, elle permet une imagerie tridimensionnelle en temps réel en prenant des centaines de “tranches” d’une partie d’un animal – ici des ganglions lymphatiques du système immunitaire chez la souris.

Les chercheurs de l’Institut de recherche médicale de Garvan, en Australie, ont alors repéré des « structures minces et plates » sur ces ganglions, qu’ils ont surnommés « foyers prolifératifs sous-capsulaires » (ou SPF), dans lesquels des cellules immunitaires semblent se rassembler pour contrer l’attaque d’un agent pathogène déjà rencontré auparavant. Ces mêmes ganglions lymphatiques ayant été également repérés chez l’Homme, les chercheurs proposent que notre corps peut se défendre en déployant la même stratégie, « tuant l’attaque dans l’œuf »avant qu’une infection déjà rencontrée ne se propage (à la manière des vaccins).

L’équipe de chercheurs note également, parmi ces nouvelles cellules immunitaires détectées, la présence de cellules de type mémoire B. Ces cellules indiquent au système immunitaire comment combattre une infection particulière. Les lymphocytes B à mémoire se transforment alors en plasmocytes pour produire des anticorps.

La découverte de nouvelles “défenses” pourrait alors permettre d’améliorer les techniques de vaccination, qui se concentrent elles aussi sur la fabrication de cellules B à mémoire. Il s’avère que nous avons déjà en nous un processus similaire déjà à l’œuvre.

« C’est une structure qui a toujours existé, note Tri Phan, principal auteur de l’étude. Mais personne ne l’avait encore vue. C’est un rappel remarquable qu’il existe encore des mystères cachés dans notre corps – même si nous, scientifiques, examinons les tissus au microscope depuis plus de 300 ans ».

Source

https://sciencepost.fr

Cette guêpe décapitée ramasse sa tête et s’envole avec


On ne sait pas trop comment cette guêpe a perdu sa tête. Curieusement, elle a survécu et cherche a agripper sa tête pour et s’envoler. Il semble que les guêpe un des sortes de cerveaux secondaire dispersé dans leur corps, ils sont appelés ganglions, cela leur permet de survivre et de voler. Le hic, il sera compliqué pour elle de se nourrir
Nuage

 

Cette guêpe décapitée ramasse sa tête et s’envole avec

 

Ce que votre bouche peut révéler de votre santé


L’examen de la bouche par le médecin ou le dentiste peut révéler certaines maladies graves. En effet, des symptômes peuvent être facilement plus visibles par la bouche qu’ailleurs
Nuage

 

 

Ce que votre bouche peut révéler de votre santé

 

Cancer, maladie de Crohn, carences… Un simple examen chez le dentiste peut révéler des maladies générales parfois graves.

Voici lesquelles, avec le Pr Jean-Christophe Fricain, responsable de la consultation de pathologies des muqueuses buccales au CHU de Bordeaux.

La leucémie

Si les leucémies chroniques progressent souvent en silence, les leucémies aigües se manifestent par un gonflement des ganglions, des petites lésions de la peau associées à une formule sanguine modifiée.

Quels signes dans la bouche ? Des gencives tuméfiées, violacées, nécrosées ou des ulcérations de la muqueuse qui ne guérissent pas doivent amener à consulter.

Le lymphome

Autre cancer du sang, le lymphome est associé à une augmentation du volume des ganglions souvent accompagné de fièvre et de suées nocturnes.

Quels signes dans la bouche ? Un gonflement persistant de la muqueuse du palais, non douloureux, peut parfois être révélateur de la maladie.

La maladie de Crohn

La maladie de Crohn est une maladie inflammatoire du tube digestif qui se manifeste souvent par des douleurs abdominales et des diarrhées, toutefois, le premier organe du tube digestif étant la bouche, celle-ci peut également être touchée.

Quels signes dans la bouche ? Des aphtes récidivants associés à un gonflement des lèvres.

Le diabète

Cet excès de sucre dans le sang, souvent asymptomatique, se détecte en général à l’occasion d’une prise de sang montrant une glycémie supérieure à 1,26g/L.

Quels signes dans la bouche? Votre dentiste peut soupçonner un diabète devant une parodontite aigüe (inflammation des gencives devenant rouges, gonflées, saignant facilement avec un déchaussement des dents) et progressant rapidement malgré une bonne hygiène dentaire. Par ailleurs, des prélèvements salivaires sont désormais envisagés pour dépister cette maladie chronique.

Les maladies infectieuses : syphillis, sida, tuberculose

Quels signes dans la bouche ? Une lésion indolore qui apparaît dans la bouche peut révéler une syphillis débutante. Dans le cas du sida ou de la tuberculose, la lésion apparaît une fois la maladie installée. Celles associées à la tuberculose sont, elles, souvent très douloureuses.

Le syndrome de Gougerot-Sjögren

Egalement appelée « syndrome sec« , cette affection chronique auto-immune touche toutes les glandes responsables de la lubrification et de l’hydratation de l’organisme. Il est important de le dépister car il peut être associé à un lymphome ou une polyarthrite.

Quels signes dans la bouche ? Une sécheresse buccale persistante non associée à la prise de médicaments mais accompagnée de douleurs articulaires.

Le syndrome de Gardner et la maladie de Gorlin

Maladies rares, le syndrome de Gardner peut dégénérer en cancer du côlon et la maladie de Gorlin en cancer de la peau.

Quels signes dans la bouche? Des kystes au niveau des gencives sans rapport avec les dents dans le syndrome de Gorlin et, des anomalies osseuses au niveau des maxillaires dans le syndrome de Gardner.

Le pemphigus, les pemphigoides

Le pemphigus et les pemphigoides sont des maladies auto-immunes touchant la peau et les muqueuses.

Quels signes dans la bouche ? Des érosions ou des ulcérations de la muqueuse buccale, du palais parfois associées, dans le cas des pemphigoïdes à un décollement des gencives

.

http://www.medisite.fr/

 

7 symptômes à prendre au sérieux


Des petits désagréments qui pourraient être anodins mais si par contre les bobos persistent il ne faut pas négliger d’en parler au médecin
Nuage

 

7 symptômes à prendre au sérieux

 

© iStock(© iStock)

© iStock

Par Patricia Liard

Fièvre, fatigue, ganglions enflés… notre corps nous envoie des signaux. Quand faut-il consulter un médecin? Voici quelques conseils utiles.

 

1. Une fièvre persistante

La plupart du temps, il s’agit d’une infection bactérienne ou virale, comme la grippe. Mais une fièvre qui persiste peut signaler d’innombrables maladies, telles que les maladies inflammatoires, l’anémie, la déshydratation et même l’anxiété.

► Quand consulter:

 

«La fièvre, accompagnée de fatigue et de ganglions au cou, peut avoir comme cause une mononucléose. Mais cette maladie, présente surtout chez les adolescents de 15 à 18 ans, est plutôt rare chez l’adulte», explique la Dre Johanne Blais, médecin généraliste à Hôpital St-François-d’Assise, à Québec.

Lorsqu’on est en présence d’une fièvre, soit une température corporelle au-dessus des 37 degrés Celsius, qu’elle persiste au-delà de plusieurs jours et qu’elle ne diminue pas, une consultation médicale est requise.

2. Une fatigue inexpliquée

Tout comme la fièvre, la fatigue peut avoir pour origine une infection virale ou bactérienne, mais peut aussi être liée à maintes maladies physiques ou mentales.

► Quand consulter:

Selon André Beaulieu, porte-parole et conseiller principal de la Société canadienne du cancer, on devrait consulter un médecin si on ressent une fatigue hors du commun, qui persiste depuis plusieurs semaines et qui est accompagnée de fièvre ou d’une perte de poids importante. En cas de fatigue accompagnée d’humeur intolérante, de perte ou de gain de poids et de perte de mémoire, il ne faut pas hésiter à prendre un rendez-vous.

 

«Il pourrait s’agir d’une maladie mentale comme l’épuisement professionnel ou la dépression, des maux de plus en plus courants chez les femmes de 30 à 40 ans», poursuit la Dre Johanne Blais.

3. Ganglions enflés

C’est une réaction immunitaire du système contre une agression. Les ganglions enflés sont l’indice que notre corps se bat contre quelque chose, la plupart du temps contre une infection.

► Quand consulter:

 

«Des ganglions enflés peuvent être un signe autant bénin que malin. Au niveau du cou, il pourrait s’agir tout autant d’une pharyngite que d’un lymphome ou d’un cancer. Un ganglion enflé à l’aine peut être le symptôme de l’herpès génital», affirme la Dre Blais

S’ils durcissent, s’ils sont indolores et que leur taille ne régresse pas au bout de quelques semaines et même, au contraire, qu’elle augmente, il faut consulter.

4. Une envie fréquente d’uriner

La couleur, la fréquence, le volume et l’odeur de nos urines donnent des bons indices sur notre état de santé. Une augmentation des urines, autant en volume qu’en fréquence, s’accompagnant d’une soif intense, peut être causée par un taux élevé de glycémie.

► Quand consulter:

Diététiste-nutritionniste au service InfoDiabète de Diabète Québec, Julie St-Jean, conseille de consulter lorsque que ces symptômes apparaissent, surtout si les facteurs de risque suivants sont présents: un surplus de poids (notamment s’il est concentré au niveau de l’abdomen), de l’hypertension, si on est âgée de plus de 40 ans et s’il existe de cas de diabète dans notre famille. Le diabète est en constante progression au Québec, surtout chez les femmes, et se diagnostique chez des patients de plus en plus jeunes.

5. Des douleurs articulaires

Causées par la répétition de mouvements peu naturels pour nos articulations, les tendinites et bursites sont des maladies professionnelles fréquentes. Des raideurs au réveil? Il s’agit probablement de douleurs arthrosiques.

► Quand consulter:

Une consultation est recommandée lorsque des douleurs articulaires handicapent les mouvements. On consulte également si des douleurs persistantes apparaissent sans raison apparente, si on ressent une raideur après une période d’inactivité -souvent ressentie le matin-, si on remarque un gonflement au niveau des articulations, des rougeurs ou une chaleur et que les médicaments en vente libre ne soulagent pas ces symptômes.

6. Des douleurs pelviennes

Ressenties au niveau du bas-ventre, les douleurs pelviennes peuvent avoir plusieurs causes: gynécologiques, urinaires, digestives, circulatoires ou nerveuses. Selon la Dre Johanne Blais, le syndrome prémenstruel est une des principales raisons de consultation, de même que les maladies transmissibles sexuellement.

► Quand consulter:

L’âge, étant un facteur de risque, il ne faut pas tarder à consulter si on souffre de douleurs pelviennes à partir de la cinquantaine.

 

«Il faut penser à consulter à partir du moment qu’on s’inquiète, que les douleurs sont accompagnées d’autres symptômes qui semblent anormaux et si la fréquence est inhabituelle»,conseille la Dre Blais.

7. Un grain de beauté qui change de couleur ou de forme

 

Avec l’arrivée de l’hiver, les amateurs du teint doré se rabattent sur les salons de bronzage mais, selon la Société canadienne du cancer, croire qu’une peau hâlée est signe de santé est une erreur.

 

«La peau bronzée est une peau agressée. Elle change de couleur pour se protéger, assure André Beaulieu. Davantage de jeunes dans la vingtaine souffrent de mélanomes de la peau, un diagnostic qui augmente de 1 à 2 % par année.»

► Quand consulter:

Selon le porte-parole: «il ne faut pas tarder à consulter si un remarque qu’un de nos grains de beauté a changé de forme, de couleur ou qu’il y a présence d’un écoulement. Chez les femmes, ce symptôme s’observe souvent en arrière du genou et chez les hommes dans le dos ou le cou, des zones qu’on oublie de crémer».

___________________________
La Dre Johanne Blais est l’auteur des livres Être femme à 40 ans et Être femme à 50 ans, publiés aux Éditions des Intouchables. On peut également suivre son blogue.

http://styledevie.ca.msn.com