Partir vivre sur Mars, c’est subir un décalage horaire permanent à vous rendre fou


La rotation de la planète Mars, n’est pas la même que celle de la Terre, donc un changement des fuseaux horaires tous les 3 jours. Cela aura des effets sur l’humeur, l’attention, les troubles du sommeil et bien d’autres symptômes. Si la NASA réussit à amener des colons, mieux vaut savoir dans quoi ils s’embarquent, et cela, sans compter les autres obstacles qu’ils devront affronter
Nuage

 

Partir vivre sur Mars, c’est subir un décalage horaire permanent à vous rendre fou

 

Mars | Nasa via Flickr CC License by

Mars | Nasa via Flickr CC License by

Repéré par Emeline Amétis

Repéré sur Five Thirty Eight

À force de rajouter quarante minutes chaque nuit, l’horloge de Mars finirait par être tellement décalée qu’en quelques semaines, elle sonnerait midi à l’équivalent de minuit sur Terre.

Si la Nasa envisage la colonisation de Mars par l’humanité, vivre sur la planète rouge ne sera pas de tout repos pour les Terriens, selon un article du site Five Thirty Eight. Comme notre planète, Mars tourne sur elle-même mais plus lentement. Une rotation de Mars prend 39 minutes et 25 secondes de plus que les 24 heures que l’on connaît sur Terre. Ceux qui auraient la «chance» de déménager sur Mars, vivraient donc en décalage horaire permanent: ces quelques minutes de plus reviendraient à traverser deux fuseaux horaires d’est en ouest tous les trois jours.

«Nous vivons notre vie selon l’écoulement du temps, mais sur Mars, ce serait différent sur tous les points. Nous aurions besoin d’un nouveau vocabulaire, d’un nouveau rythme circadien et d’un millier d’autres ajustements. Une journée n’aurait rien à voir avec celles que l’on connaît sur Terre», affirme Five Thirty Eight.

Troubles du sommeil et irritabilité

À force de rajouter quarante minutes chaque nuit, l’horloge de Mars finirait par être tellement décalée qu’en quelques semaines, elle sonnerait midi à l’équivalent de minuit sur Terre. Et les conséquences finiraient elles aussi par se faire ressentir.

«Vous pourriez ressentir un brouillard cognitif qui vous ferait oublier des choses et vous condamnerait à mettre davantage de temps à apprendre de nouvelles. Vous pourriez commencer à faire des erreurs», suppose le site, d’après des expériences menées sur des souris réveillées à six heures de différence chaque semaine.   

La plupart des scientifiques qui ont travaillé selon l’horloge martienne l’ont détesté. Five Thirty Eight donne une longue liste d’exemple: en juillet 1997, quand le Sojourner rover et le Pathfinder lander ont exploré la planète, les scientifiques de la Nasa se sont mis à l’heure martienne. Ils ont abandonné avant que la mission ne soit terminée.

Plus récemment, en janvier 2004, 250 ingénieurs et contrôleurs de la Nasa ont retenté l’expérience à l’occasion de l’exploration des rover Spirit et Opportunity: 82% d’entre eux se sont plaints de troubles du sommeil, d’irritabilité, de manque d’attention et d’énergie.

«Les somnifères sont les médicaments les plus utilisés pendant les missions spatiales», écrit le site.

Tout n’est pas perdu

En bref, il ne ferait pas bon de dormir sur Mars. Et quand le rythme circadien est perturbé, le métabolisme ralentit: vous pourriez prendre du poids, vous sentir fatigué tout le temps, avoir plus de chances de devenir diabétique et/ou de développer un cancer. Sans compter la gravité moindre de la planète rouge et les effets secondaires qu’elle engendre, parmi lesquels vision trouble, maux de tête…

Ceci dit, tout n’est pas perdu.

«Avec la bonne lumière et un sommeil organisé, nous pourrions adapter nos rythmes circadiens aux journées martiennes», contrebalance Five Thirty Eight.

Mais cela n’arrivera pas sans une lumière artificielle qui imiterait parfaitement la perception des rayons du soleil sur Terre: la distance qui sépare Mars du Soleil est environ 1,5 fois supérieure à celle qui sépare la Terre du Soleil, ses effets ne sont donc pas du tout les mêmes sur la planète rouge.

http://www.slate.fr/

Pourquoi certains chercheurs veulent abolir les fuseaux horaires


Un temps universel ? Avoir tous les pays la même heure en se basant sur l’heure de Londres ? Ce qui veut dire que s’il est 13 h à Londres, il serait aussi 13 heures au Québec en supprimant les fuseaux horaires alors qu’en réalité, il serait 8 h am chez-moi ! Tout cela pour des raisons économiques, politiques et les décalages horaires,  Nous avons assez de difficultés avec le changement d’heure en hiver (moins en été) que si en plus, on ne peut plus se fier au soleil … !!! Une très mauvaise idée
Nuage

 

Pourquoi certains chercheurs veulent abolir les fuseaux horaires

 

 Détail de l'horloge astronomique de Prague | amateur photography by michel via Flickr CC License by

Détail de l’horloge astronomique de Prague | amateur photography by michel via Flickr CC License by

Repéré par Liv Audigane

Deux professeurs de la Johns Hopkins University prônent un temps universel unique.

Et si on se levait à 21 heures, déjeunait à minuit et dînait à 7 heures? Si l’idée de Steve Hanke et Dick Henry était mise en place, vous pourriez être amenés à complètement repenser votre rapport au temps sans que votre journée en soit modifiée pour autant.

Les deux professeurs en économie, physique et astronomie à la Johns Hopkins University, à Baltimore, proposent un concept pour le moins radical: abolir les fuseaux horaires. Prenant pour référence le temps universel, lorsqu’il serait 13 heures à Londres, il serait aussi 13 heures à Pékin, à Sydney ou à Los Angeles. Dans une interview au Washington Post, les deux professeurs affirment que les communications, les voyages et le commerce international seraient beaucoup plus simples de cette manière:

«L’heure solaire locale fonctionnait bien, quand toutes les activités étaient locales! s’indignent Hanke et Henry. Aujourd’hui, la plupart des activités sont mondiales, et il est temps d’établir une heure universelle.»

Les deux révolutionnaires des fuseaux rappellent «les raisons politiques et parfois économiques» pour lesquelles les pays sont amenés à changer d’heure.

Le quotidien irlandais Irish Examiner liste les changements de fuseaux majeurs des XXe et XXIe siècles: en 1949, le parti communiste chinois a par exemple aboli les différents fuseaux horaires pour ne conserver que l’heure de Pékin; l’Espagne franquiste est passée à l’heure allemande dans les années 1940 et a gardé le réglage depuis; plus récemment, en 2014, la Crimée est passée au fuseau horaire de Moscou après être rentrée dans le giron russe et la péninsule a maintenant deux heures de décalage avec l’Ukraine en hiver.

Cafouillage  

«Vous devriez garder un œil sur l’Indonésie, […] qui a proposé de supprimer deux de ses trois fuseaux horaires pour des raisons économiques. Cela les placerait dans le même fuseau que Singapour», souligne le duo.

Une position qu’ont déjà adoptée les îles Samoa fin 2011, pour avoir la même date que la Nouvelle-Zélande et l’Australie, leurs principaux partenaires commerciaux.

L’argument de Hanke et Henry est donc la simplification: il n’y aurait plus de cafouillage pour les horaires de vols, les conférences internationales, ni d’heure d’été ou d’hiver. La simplicité de la suppression des fuseaux horaires est pourtant relative, relève Discovery News. Ça faciliterait peut-être les transactions d’une part mais, d’une autre, ça inverserait simplement le problème: au lieu de se demander à combien d’heures de décalage avec le Japon nous sommes, nous nous demanderions à quel moment de la journée il est 9 heures là-bas: le matin? le soir? la nuit? Cela demanderait à des milliards de personnes de revoir leur rapport au temps, ce qui n’est pas d’une simplicité enfantine.

http://www.slate.fr/

États-Unis ► Un calendrier perpétuel pour figer le temps


Vouloir tout réformer il me semble que cela amènera a des années de routines. Est-ce faisable partout au monde, je ne crois pas, étant donné certains aspects justement religieux, et ou tradition, car certains se fit au calendrier lunaire, Qu’on veuille une heure universelle non plus je ne pense pas que cela soit possible, cependant qu’on élimine une fois pour toute le changement d’heure me semble possible
Nuage

États-Unis ► Un calendrier perpétuel pour figer le temps

Noël et le jour de l’An tomberaient toujours la même journée, ainsi que les dates d’anniversaire et les jours fériés.

© Shutterstock / Agence QMI

BALTIMORE, Maryland – Des chercheurs américains ont mis au point un calendrier perpétuel grâce auquel Noël et jour de l’An tomberaient toujours la même journée, ainsi que les dates d’anniversaire et les jours fériés.

Deux scientifiques de l’Université Johns Hopkins à Baltimore, au Maryland, ont trouvé une façon de «figer le temps» en créant un calendrier où chaque période de 12 mois est strictement identique à la précédente.

Cette idée peut paraître saugrenue, mais selon l’astrophysicien Richard Conn Henry et l’économiste Steve H. Hanke, les avantages pratiques et même économiques d’un calendrier perpétuel seraient immédiats.

«Pensez seulement au temps et aux efforts nécessaires pour revoir le calendrier de chaque organisation à travers le monde. Un calendrier perpétuel serait considérablement plus simple et plus facile à gérer», explique Richard Conn Henry.

Leur système repose sur une période de 12 mois où le 1er janvier tombe toujours un dimanche et le 31 décembre un samedi. À cela, on ajoute une semaine complète tous les cinq ou six ans, à la fin de l’année, ce qui permet de resynchroniser le calendrier avec les saisons.

D’autres essais avaient déjà été tentés par le passé, notamment par George Eastman, vers la fin du 19e siècle. Celui-ci proposait un calendrier de 13 mois identiques de 28 jours chacun. Le projet était toutefois tombé à l’eau, car il ne respectait pas les dates du shabbat.

La nouvelle proposition est irréprochable sur le plan religieux, et facilite également la vie des entreprises, qui n’auraient par exemple pas à subir une fermeture en milieu de semaine à cause d’un jour férié.

Sur le plan économique, les avantages seraient également palpables, notamment en simplifiant les calculs de taux d’intérêt, qui doivent tenir compte des anomalies de notre calendrier grégorien. Celui-ci compte en effet une journée supplémentaire tous les quatre ans, chaque année bissextile.

Les chercheurs sont également favorables à la mise en place d’une «heure universelle».

«On en finirait avec les différents fuseaux horaires, avec le passage à l’heure d’été et à l’heure d’hiver et aux incessantes fluctuations de dates, année après année», disent-ils.

http://fr.canoe.ca