Le Saviez-Vous ► Il est pour l’instant le seul homme à avoir été inhumé sur la Lune


Eugene Shoemaker est considéré comme le père de la cosmologie. Grâce à lui, c’était la première observation en 1994 une collision planétaire. Il aurait voulu être astronaute, mais son rêve ne put être réalisé pour des raisons de santé. Pour rendre hommage à ses réalisations, il a été dispersé sur la Lune. C’est peut-être une ère pour des funérailles alors que des compagnies s’intéressent du côté commercial des voyages dans l’espace. Cela sera t’il vraiment une bonne chose
Nuage

 

Il est pour l’instant le seul homme à avoir été inhumé sur la Lune

 

Ciel nocturne avec pleine Lune via PublicDomainPictures.net

Ciel nocturne avec pleine Lune via PublicDomainPictures.net

Repéré par Léa Marie

Repéré sur Atlas Obscura

Grâce à des entrepreneurs américains, cela pourrait bientôt changer.

Son nom ne vous dit probablement rien. Et pourtant, (feu) Eugene Shoemaker jouit d’un privilège sans précédent: celui d’être le seul être humain à avoir été inhumé sur la Lune, rappelle le site Atlas Obscura. Qu’a-t-il bien pu faire pour pouvoir reposer en paix sur le seul objet céleste visité par l’homme?

Les férus d’astronomie connaissent sûrement la comète qui porte son nom: la Shoemaker-Levy 9. Disloquée à l’approche de la planète Jupiter puis entrée en collision avec celle-ci en 1994, elle a été découverte –comme son nom l’indique– par cet Américain né en 1928, sa femme Carolyn et leur collègue québécois David Levy. Et à l’époque, ce n’est pas rien: c’est la première fois que des Terriens sont en mesure d’observer directement une collision planétaire.

Preuve que l’événement connaît un écho retentissant: Green River, une petite ville de l’État du Wyoming, à l’Ouest des États-Unis, avait alors transformé une de ses pistes d’atterrissage en «aéroport intergalactique» destiné à accueillir d’éventuels aliens jupitériens: le fameux Greater Green River Intergalactic Spaceport. Rien que ça. 

138048main_image_feature_452a_ys_full.jpg
Eugene Shoemaker – NASA/Public Domain

Un rêve exaucé à titre posthume 

L’astronomie telle que nous la connaissons aujourd’hui doit énormément à Shoemaker. «Gene» est considéré comme un des pères fondateurs de la planétologie. Spécialiste des cratères, il a notamment participé à l’entraînement des astronautes des missions Apollo en les formant aux spécificités de la surface lunaire.

C’est dans un violent accident de voiture qu’il perdit la vie en 1997 à l’âge de 69 ans. Sa contribution à la science, elle, lui survivra. Intellectuellement, et matériellement. Car en plus de l’immense héritage théorique qu’il a laissé derrière lui, l’astronome demeure le seul homme dont les cendres ont été déversées sur la Lune. Un honneur d’autant plus significatif que Shoemaker aurait voulu être astronaute, mais n’avait pas pu réaliser son rêve en raison d’inaptitudes médicales.

L’inhumation dans l’espace: le business du futur?

Voilà pourquoi, afin de lui rendre hommage, la Nasa a pris la décision de faire voyager son urne funéraire jusqu’à la Lune. Une idée qui sera exécutée par Celestis, une entreprise américaine qui promet de transporter les cendres de défunts dans l’espace. Le 31 juillet 1999, la capsule contenant ces dernières est lâchée sur la surface lunaire. Faisant de Shoemaker le seul et unique être humain enterré ailleurs que sur la Terre.

Pour Charles Chafer, le fondateur de Celestis, Shoemaker est le premier mais ne sera pas le dernier:

«Je pense que nous entrons dans une ère d’abondance de l’accès commercial à l’espace», affirme-t-il au site Atlas Obscura.

Cela entraînera inévitablement, selon lui, une hausse de la demande pour de tels procédés funéraires. L’émergence de plusieurs entreprises rivalisant avec la sienne prouve, elle aussi, que Shoemaker pourrait bientôt avoir de la compagnie. 

Gene_and_Carolyn_Shoemaker.jpg
Eugene Shoemaker et sa femme Carolyn Shoemaker. USGS/Public Domain

http://www.slate.fr

Un corbillard autonome électrique


Que seront les funérailles futuristes ? On imagine des engins pouvant transporter les tombes aux endroits désirés jusqu’au cimetière. L’idée est intéressante, mais les options jouent beaucoup sur l’émotion des gens ce qui m’horripile
Nuage

 

Un corbillard autonome électrique

 

ipad korbiyor

Charles Bombardier

Le concept

Le Korbiyor est un corbillard futuriste électrique sans conducteur, monté sur des roues de type mecanum. Il comprend un cercueil transparent réfrigéré qui peut sortir ou s’enfoncer au centre du véhicule, des projecteurs multimédias ainsi qu’un système de son ambiophonique.

Le contexte

Personne n’aime penser ou parler de la mort, mais à un moment donné, nous devrons tous quitter notre belle planète. Pourquoi ne pas faire sa sortie avec un peu plus de style? Certaines compagnies (comme le projet Pangéa de Guy Laliberté) travaillent actuellement à réinventer la façon dont on se souviendra de nous. Leur vision m’a fait réfléchir à de nouvelles façons de transporter nos défunts vers leurs lieux de repos.

Comment ça fonctionne

Le Korbiyor, est un véhicule électrique muni d’une transmission intégrale capable de se déplacer dans n’importe quelle direction. Avec ses roues mecanum, il peut tourner lentement sur lui même et exécuter des manœuvres dans des endroits exigus. On peut l’imaginer entrer doucement dans une église et se positionner lui-même sans endommager les planchers de bois.

Il serait programmé pour suivre une procession funéraire. Une télécommande servirait à le positionner simplement de manière précise et efficace. Pendant la marche menant du salon funéraire à l’église ou au cimetière, il suivrait le responsable du cortège. Il pourrait également terminer sa route de façon autonome en suivant le trajet au même rythme que la famille. Évidemment, il éviterait facilement les obstacles imprévus se trouvant sur son passage tout comme les voitures autonomes.

J’ai imaginé un cercueil transparent qui serait réfrigéré par le véhicule qui lui, serait alimenté par une pile à combustible fonctionnant à l’hydrogène. Ainsi, la température intérieure resterait adéquate même par temps ensoleillé. Le cercueil pourrait être fabriqué en plastique ultra léger, en verre mince ou tout autre matériel. Un cercueil transparent (ou semi-transparent) pourrait être intéressant si la famille opte pour que l’entourage voie la personne une dernière fois.

Des images ou vidéos pourraient être projetés sur le sol entre les roues du véhicule, et de la musique pourrait être entendue par les haut-parleurs intégrés à même la carrosserie. Par exemple, si la famille préfère le Blues, le Korbiyor pourrait jouer des airs de Blues et projeter des images au sol lors de la procession. Ces caractéristiques pourraient également rester inactives en fonction des préférences de la famille.

À quoi ça sert ?

Évidemment, il y aura toujours un besoin pour des véhicules comme le Korbiyor. Les processions funéraires existent depuis des milliers d’années et le concept du Korbiyor tente simplement d’imaginer comment les corbillards évolueront si l’on intègre les nouvelles technologies sans conducteur, la robotique et les multimédias pour célébrer les défunts d’une toute nouvelle façon.

Le concepteur

Les images du concept Korbiyor ont été créées par Abhishek Roy. Abhishek est le fondateur de Lunatic Koncepts, un laboratoire de design basé à Mumbai en Inde. L’équipe d’Abhishek a également créé les plans de l’autobus urbain Xoupir ainsi que le concept de drone d’intervention urbain Seekloc.

http://quebec.huffingtonpost.ca/