Cet enfant turc surpris en train de fumer pendant un match avait en fait 36 ans


Alors qu’un journaliste commentait un match de football, on voit une personne en train de fumer, alors qu’il est interdit de fumer dans le stade. Il a l’air d’un enfant, pourtant, il aurait 36 ans. Sous un autre angle, le visage semble plus vieux. L’an dernier, dans un dépanneur, un gars s’est fait demander ses cartes pour acheter des cigarettes. Je lui ai dit, quand tu auras mon âge, tu te sentirais rajeunir de te faire demander tes cartes. Il a dit peut-être, mais j’ai quand même 32 ans. Je suis resté bouche bée, car il avait l’air vraiment jeune.
Nuage


Cet enfant turc surpris en train de fumer pendant un match avait en fait 36 ans

par  Adrien Gingold

L’in­di­gna­tion a frappé la Turquie en ce début de semaine : dimanche 8 septembre, les télé­spec­ta­teurs d’un match de foot ont vu appa­raitre à l’écran ce qui semblait être un très jeune suppor­ter en train de fumer une clope pépère. Scan­dale natio­nal. Il s’agi­rait en fait d’un homme majeur de 36 ans.

Dimanche 8 septembre, Bursa­spor et Fener­bahçe s’af­fron­taient lors d’un match amical de charité retrans­mis à la télé (victoire 2–1 de Bursa­spor).

Pendant l’avant-match, un jour­na­liste est en train de donner une inter­view sur le bord du terrain lorsqu’ap­pa­raît à l’écran l’image fugi­tive de ce qui ressemble à deux très jeunes suppor­ters de Bursa­spor instal­lés en tribune.

Stupeur : l’un d’entre eux tire à pleins poumons sur une ciga­rette. L’image s’est rapi­de­ment propa­gée sur les réseaux sociaux, semant indi­gna­tion et incom­pré­hen­sion.

On peut le comprendre : la stature, le regard, la taille et le visage poupon du fumeur ressemblent vrai­ment à ceux d’un enfant. Seule­ment, il semble­rait que les inter­nautes se soient embal­lés trop vite : l’in­cri­miné aurait en fait 36 ans.

C’est en tout cas ce qu’a affirmé le fan club de Fener­bahçe, qui a posté sur Insta­gram une photo prise sous un autre angle qui laisse en effet appa­raitre un visage bien plus adulte et mature qu’on ne le croyait.

Pour voir la photo sur un autre angle Ici

Le concerné n’a pas pas confirmé. La légis­la­tion turque inter­di­sant de fumer à l’in­té­rieur des stades, rien ne dit qu’il le fera.

Source : Insta­gram

https://www.ulyces.co/

Du miel pour atténuer les effets nocifs du tabac ?


Le miel serait une aide pour les fumeurs et ceux qui subissent la fumée secondaire. Sauf que, le miel n’empêchera pas de mourir à cause de la cigarette. Donc cela ne donne pas le feu vert pour continuer à fumer
Nuage

 

Du miel pour atténuer les effets nocifs du tabac ?

 

Le miel aide à lutter contre les radicaux libres. 

Le miel aide à lutter contre les radicaux libres.

Photo: SUPERSTOCK/SIPA

CLARA SAER

ALIMENTATION – Le miel est consommé par l’homme depuis des millénaires. À travers les âges on lui a trouvé de plus en plus de vertus. La dernière ? Il aiderait les fumeurs à se protéger des effets nocifs du tabac.

Vous fumez ? Et bien mangez du miel ! C’est en substance ce qu’il faudrait désormais faire quand on est accro à sa dose de nicotine.

En effet, selon une étude malaisienne, les antioxydants présents dans le fameux nectar produit par les abeilles aurait le pouvoir de contrer le processus de vieillissement des cellules. Car les fumeurs et plus généralement les personnes exposées aux radicaux libres sont plus sujettes aux affections telles que les maladies cardiovasculaires, le diabète etc.

Un bouclier contre les radicaux libres

En cause la fumée inhalée par les fumeurs. Celle-ci a pour conséquence de générer dans l’organisme un stress oxydatif qui accélère le vieillissement prématuré des cellules. Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs ont fait prendre quotidiennement du miel à 32 non-fumeurs et à la moitié d’un groupe de 64 fumeurs. L’autre moitié n’en a pas consommé.

Trois mois plus tard, les cobayes qui avaient consommé du miel avaient vu leur taux d’antioxydant (beaucoup plus bas que celui des non-fumeurs à la base) largement remonter. Ce qui ferait du miel un formidable bouclier contre les radicaux libres.

En attendant d’écraser sa dernière cigarette

A noter que cette théorie peut également être appliquée aux fumeurs passifs. Ainsi, si vous fumez, pensez à consommer du miel, certes, mais également à en faire consommer à votre entourage. Mais attention, si le miel possède de puissants pouvoirs protecteurs ce n’est pas non plus une potion magique. En fumant, vous vous exposez à de graves problèmes de santé (cancer, maladies cardiovasculaires, maladies respiratoires etc.) qu’une consommation de miel ne pourra pas, à elle seule, empêcher.

Rappelez-vous, miel ou pas miel, il n’est jamais trop tard pour arrêter de fumer ( lire nos conseils pour en finir avec la nicotine ici) mais en attendant de franchir le cap, mettez toutes les chances de votre côté avec une alimentation équilibrée et un peu d’exercice régulier et bientôt vous vous régalerez de miel juste pour le plaisir !

http://www.metronews.fr/

Étude montréalaise Le tabac «trompe» le cerveau des fumeurs


Bien des gens pensent que ceux qui échouent sur l’arrêt du tabac, ne sont pas assez motivés, ils n’ont pas de volonté, cependant les causes de leurs échecs et beaucoup plus sournoises. Cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas arrêter, mais cela demande du temps, et parfois, il faut récidiver plusieurs fois avant d’éteindre pour de bon
Nuage

 

Étude montréalaise

Le tabac «trompe» le cerveau des fumeurs

 

Le tabac «trompe» le cerveau des fumeurs

Crédit photo : archives TVA Nouvelles

Agence QMI

Le jugement que les fumeurs chroniques portent sur le tabac est biaisé, selon une récente étude de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal et de l’Université de Montréal.

Les fumeurs seraient plus sensibles aux aspects positifs de la cigarette et auraient tendance à minimiser ses inconvénients, ont démontré les chercheurs.

«Nous avons constaté qu’il y a un biais entre ce que le fumeur voit et ce qu’il ressent, comme un processus inversé», a expliqué Le-Anh Dinh-Williams, l’auteure principale de l’étude.

Ainsi, lorsqu’on montre à des fumeurs des images négatives et positives reliées au tabac, leur cerveau est davantage motivé par des images qui les confortent dans leur choix de continuer à fumer que par celles qui les incitent à cesser de le faire.

«Les fumeurs étaient aussi plus affligés par des images de situations négatives non associées au tabac que par celles présentant des conséquences négatives spécifiques du tabagisme», a précisé la chercheuse.

Les scientifiques disent que cela fait probablement partie des raisons pour lesquelles les fumeurs ont tant de mal à mettre un terme à leur mauvaise habitude.

«Le fait que les effets de la cigarette trompent le cerveau des fumeurs peut certainement faire partie de l’explication», a affirmé le coauteur de l’étude, Stéphane Potvin.

«Nous avons découvert que les régions du cerveau liées à la motivation s’activent davantage chez les fumeurs lorsqu’on leur présente des images de plaisir associées à la cigarette et ralentissent lorsqu’il est question des effets négatifs du tabagisme», a souligné M. Potvin.

http://tvanouvelles.ca/

Mauvais pour la santé, erreurs simples à éviter


On nous a appris à se laver les dents tout de suite après avoir mangé est bien ? Les pommes de terre dans le frigo est-ce un problème ? La mode des articles comme les sacs à main, porte-monnaie en faux cuir et aux couleurs vives sont-ils sans danger ? Et d’autres habitudes qui méritent d’y jeter un regard pour mieux se prévenir
Nuage

 

Mauvais pour la santé, erreurs simples à éviter

 

Vous êtes déjà au courant des dangers de sauter le déjeuner, porter des talons hauts, se priver de sommeil, et boire des sodas allégés. Mais êtes-vous passé à côté de ce qui suit? Nous oui.

Vous aérez votre linge sale

L’erreur: : vous étendez des vêtements et des serviettes humides chez vous. Sorti de votre machine, votre linge peut avoir l’air propre, mais selon une étude de l’unité de recherches de la Mackintosh Environmental Architecture de l’Ecole d’art de Glasgow, il pollue l’atmosphère. Le linge humide peut augmenter l’humidité, créer un environnement allergénique dans lequel les acariens et les spores de la moisissure prolifèrent (selon l’endroit où vous vivez) à des concentrations 300 fois plus hautes que les limites recommandées. Près de 25 % des logements où la lessive était séchée à l’air libre ont été testés positifs à l’Aspergillus fumigatus, un champignon qui cause des infections pulmonaires aux personnes ayant un faible système immunitaire (et ce n’est pas parce que vous ne voyez pas de traces de moisissure verte sur vos murs que vous êtes en sécurité – les spores sont le plus souvent invisibles à l’œil nu).

La leçon: pour les écologistes qui s’inquiètent d’utiliser le sèche-linge, mais n’étendent pas leur linge à l’extérieur, les chercheurs recommandent de l’étendre dans un espace ayant, idéalement, ses propres source de chaleur et aération. Quand vous étendez votre lessive dans la salle de bain, mettez en route le ventilateur et fermez la porte.

Vous vous brossez les dents juste après le petit-déjeuner

L’erreur: vous vous brossez les dents juste après avoir mangé ou bu. Chaque fois que vous buvez des boissons comme le café ou le jus d’orange, votre bouche est pleine d’acides. Si vous vous brossez les dents avant que votre salive ne neutralise le pH, vous êtes surtout en train répandre cette acidité sur l’émail délicat de vos dents – ce qui en accélère l’érosion. Une étude de 2004 a ainsi établi que lorsque les gens se brossaient les dents moins de 20 minutes après avoir avalé une chose acidifiée (comme un soda allégé), ils perdaient plus de dentine (la couche en dessous de l’émail) que ceux qui attendaient plus longtemps

La leçon: après avoir fini une boisson acidifiée comme un jus de fruits, un soda ou du vin, buvez un verre d’eau et attendez au moins 30 minutes avant de vous brosser les dents. D’ici là, la salive (pH 7) aura neutralisé l’acidité et re-minéralisé l’émail,explique Sergio Lima Santiago, professeur à l’Université fédérale de Ceará, au Brésil..

Vous conservez les pommes de terre au frigo

L’erreur: votre source favorite d’amidon a été exposée à de trop hautes ou de trop basses températures. Les gâteaux, le pain bien toasté, les chips, les frites et d’autres glucides appréciés contiennent deux ingrédients instables : le sucre et un acide aminé appelé aspargine. À des températures élevées – friture, rôtissage, cuisson –, ce duo forme de l’acrymalide, un produit chimique dont le lien avec certains cancers ( dont le cancer de l’endomètre, celui des ovaires, et des reins) a poussé récemment la FDA (l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux) à publier une mise en garde pour le consommateur. Selon les chercheurs, les chips et les frites sont particulièrement préoccupantes, surtout quand elles ont été réfrigérées avant d’êtres cuites. Le froid transforme plus d’amidon en sucre, ce qui produit plus de substances cancérigènes.

La leçon: à la maison, les cuisiniers peuvent réduire les taux élevés d’acrylamide dans des pommes de terre rôties ou frites en les conservant dans un endroit sombre non réfrigéré et en immergeant les morceaux crus dans l’eau 15 à 30 minutes avant cuisson. Quant aux techniques de cuisson, dans l’eau bouillante, à la vapeur ou au micro-ondes sont celles qui produisent le moins d’acrylamide.

Une règle générale ? Plus l’aliment amidonné devient marron quand il est cuit (ou trop cuit), plus il contient de l’acrylamide (vous voulez que votre toast soit légèrement doré, jamais brûlé).

Vous prenez le même médicament pour les lendemains de veille que pour les maux de tête

L’erreur: vous utilisez souvent le paracétamol comme ce qui vous aidera à descendre le prochain verre. Or, mélanger du paracétamol avec une boisson alcoolisée ou deux peut porter atteinte à vos reins, si on en croit l’étude d’Harrison Ndetan, professeur en recherches et biostatistiques à l’Université Parker de Dallas. La moitié des sujets ayant rapporté prendre cet anti-douleur et boire une quantité faible ou modérée d’alcool chaque semaine souffraient de maladies rénales (une augmentation de 123 % du risque que chez ceux qui les prenaient séparément plutôt que combinés). Ndetan explique que le paracétamol inhibe une protéine utilisée par le corps pour métaboliser l’alcool. De plus, l’alcool peut provoquer une déshydratation, qui malmène les reins encore plus.

La leçon : ne combinez pas paracétamol et alcool, conseille Ndekan (bien qu’il précise que ces découvertes ont simplement établi un lien et que les recherches sont encore en cours). Cela peut sembler un peu simple dit comme ça, mais l’antidouleur est un ingrédient « caché » dans bien des médicaments qu’on trouve en accès libre.

Vous portez un sac à main jaune brillant

L’erreur: vous avez choisi un accessoire en faux cuir de couleur claire. Selon une étude du Centre de santé environnementale américain (CEH), sacs à main, portefeuilles et ceintures faits avec du cuir artificiel clair (en général du vinyle ou du PVC) contiennent souvent des taux de plomb bien supérieurs à ceux permis dans les produits pour enfants.

Les objets en contenant le plus étaient des sacs à main jaunes, suivies par les verts ; oranges et rouges. Le plomb, qui peut se transmettre du sac à la main – et à la bouche – peut provoquer des problèmes de développement chez les enfants et est relié aux maladies cardiaques et aux cancers chez l’adulte. Bien que le CEH soit parvenu à un accord avec des douzaines d’enseignes en 2010, l’agence continue de trouver des taux élevés dans environ 15 % des sacs à main et accessoires vendus dans les grandes enseignes.

La leçon: pour être en sécurité, évitez d’acheter des sacs à main et des portefeuilles en faux cuir, optez plutôt pour de la toile, du chanvre, du nylon ou du cuir. Pour ce dernier, vous pouvez consulter la page Twitter ‘Purse Watch’ de l’agence. Le CEH teste aussi les sacs gratuitement, tarifs de retour non compris, et propose aussi des tests sur place, dans son bureau californien).

Vous embrassez un homme qui fume

L’erreur: vous pensiez que l’effet ‘bouche cendrier’ était la pire chose qui pouvait vous arriver en embrassant un fumeur. Or, les toxines de la cigarette éliminent les défenses immunitaires dans la gorge, ce qui explique pourquoi les fumeurs ont plus de chance d’abriter une méchante bactérie, appelée Neisseria meningitidis. Bien que ceux ayant un système immunitaire fort parviennent à la vaincre, elle peut se manifester sous forme de méningocoque, une maladie causant de la fièvre, des maux de tête violents, de la confusion, voire un coma, ainsi qu’une éruption cutanée violacée. La bactérie se diffuse via des petites gouttes venant du fond de la gorge… le baiser en est donc un vecteur privilégié. Mais selon une étude australienne, il est aussi prouvé qu’une proximité quotidienne – embrasser les joues, faire des câlins – peut aussi la répandre, même si le porteur est sain. Et bien qu’on ne dispose pas de données irréfutables sur les taux de transmissions par les fumeurs, les risques sont réels : un enfant sur dix qui contracte cette maladie en meurt.

La leçon: à part de persuader votre fumeur d’arrêter la cigarette, réduisez votre chance de transmission en évitant les baisers genre ‘V-J Day in Times Square’quand vous avez un rhume (toute infection respiratoire prépare votre nez qui coule et votre gorge pour une invasion bactérienne). L’étude australienne recommande d’immuniser en particulier les enfants, avec le vaccin méningocoque conjugué (les jeunes adultes et les moins de 5 ans sont les plus concernés).

http://quebec.huffingtonpost.ca/

De plus en plus de jeunes fument la cigarette électronique


L’étude est aux États-Unis, mais je ne serais pas surprise que les résultats soient similaires au Canada. Pour arrêter de fumer, cela ne fonctionne pas vraiment, pour un ex fumeur, c’est la meilleure façon de recommencer à fumer et pour un non-fumeur, c’est probablement, une occasion pour fumer de vraies cigarettes
Nuage

 

De plus en plus de jeunes fument la cigarette électronique

 

Photo Fotolia

De plus en plus de jeunes Américains fument la cigarette électronique dont la consommation a doublé en un an, une source «d’inquiétude» pour les autorités en raison de «l’incertitude» qui entoure ce produit, indique vendredi le ministère de la Santé.

L’utilisation de la cigarette électronique a doublé chez les collégiens et lycéens aux Etats-Unis entre 2011 et 2012, avec 1,78 million de jeunes l’ayant utilisée en 2012, selon une étude des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

De plus, une estimation de quelque 160 000 jeunes ont fumé la cigarette électronique sans avoir jamais fumé auparavant de cigarette traditionnelle, ajoutent les CDC qui estiment que ceci soulève «une véritable inquiétude car l’impact global de la cigarette électronique sur la santé publique reste incertain».

Chez les lycéens, l’expérimentation au moins une fois de la cigarette électronique est passée de 4,7% en 2011 à 10% en 2012, et son utilisation courante de 1,5% à 2,8%. Près de 7,2% n’ont jamais fumé de cigarette conventionnelle.

Chez les collégiens, l’expérimentation du produit est passée de 1,4% à 2,7% sur la même période.

«La montée de l’utilisation de la cigarette électronique est inquiétante», indique Tom Frieden, directeur des CDC, dans un communiqué, car la nicotine que contient la cigarette électronique «est une drogue qui entraîne une forte dépendance et de nombreux jeunes qui commencent avec elle peuvent être condamnés à être dépendants toute leur vie».

Alors que 90% des nouveaux fumeurs sont des adolescents, rappelle Tim McAfee, directeur du département Tabac aux CDC, «il est urgent de mettre en oeuvre des stratégies pour empêcher la publicité, la vente et l’utilisation de la cigarette électronique par les jeunes».

Le gouvernement américain devrait annoncer en octobre ses projets de règlementation de la cigarette électronique, les lois étant pour le moment différentes selon les Etats. Nombre d’entre eux en ont interdit la vente aux mineurs.

En Europe, plusieurs pays dont la France et l’Italie ont fait de même.

L’étude des CDC a été réalisée à partir d’un questionnaire délivré à quelque 20 000 élèves, pour un rapport annuel sur les jeunes et le tabac.

http://sante.canoe.ca

Tori l’orang-outan, fumeuse invétérée, donne naissance


Les orang-outans sont des singes en voies de disparitions alors que Tori cette fumeuse a mit au monde un bébé doit t-on félicité le zoo qui n’a pas été capable de la sevrer de la cigarette .. Doit t’on applaudir des zoos qui sont incapables de s’occuper adéquatement des animaux
Nuage

 

Tori l’orang-outan, fumeuse invétérée, donne naissance

 

L'orang-outan Tori est devenue célèbre  sur les... (Photo: AFP)

L’orang-outan Tori est devenue célèbre sur les sites de partage de vidéos où on la voyait tirer sur une cigarette telle une fumeuse invétérée.

PHOTO: AFP

Agence France-Presse
Jakarta, Indonésie

Tori, une femelle orang-outan réputée pour son tabagisme, a donné naissance à un petit dans un zoo d’Indonésie, un événement rare qui donne espoir à la conservation de l’espèce gravement menacée, a indiqué vendredi un responsable du zoo concerné.

Tori, une femelle de 15 ans, a mis bas mercredi dans le zoo de Solo, sur l’île de Java, a indiqué à l’AFP Lilik Kristanto, directeur.

«La mise-bas s’est déroulée de manière naturelle, sans intervention humaine», a-t-il précisé.

Cette naissance est la première dans ce zoo depuis celle de Tori, il y a 15 ans.

«Nous sommes très heureux. Le bébé est en bonne santé et Tori est une bonne mère», a ajouté le directeur, reconnaissant que Tori avait fumé durant presque toute sa grossesse.

«Les orangs-outans sont gravement menacés. C’est donc une bonne nouvelle pour la conservation de l’espèce», a-t-il souligné.

Seuls 50 000 à 60 000 orang-outans vivent encore dans le milieu naturel, la plupart en Indonésie et en Malaisie, victimes en particulier de la déforestation massive qui sévit dans ces pays.

Tori avait été isolée des humains en juillet afin de la forcer à abandonner la cigarette. L’animal avait récemment acquis la célébrité sur les sites de partage de vidéos où on la voyait tirer sur une cigarette telle une fumeuse invétérée.

Le vice du singe avait été encouragé depuis sa tendre enfance par des visiteurs du zoo qui lui lançaient des cigarettes déjà allumées.

Le phénomène des «orangs-outans fumeurs» est relativement répandu en Indonésie et emblématique des nombreux cas de zoos décriés pour leur manque de soins aux animaux.

En mars, une girafe d’un autre zoo de Java avait été retrouvée morte. Lors de l’autopsie, un amas de sacs plastiques de 20 kg avait été retrouvé dans son estomac, en raison de son habitude de manger les emballages que les visiteurs jetaient dans son enclos.

http://www.lapresse.ca/

Les cigarettes électroniques nuiraient aux poumons


Je ne sais pas si ces cigarettes permettent de moins fumer, si ce n’est qu’elle serait toléré chez les non fumeurs voir même dans des endroits publics .. mais pour une personne qui a arrêter cela ne serait pas une bonne idée, pas juste pour les effets ici mentionné mais pour une nouvelle accoutumance a la cigarette, alors j’imagine pour un non fumeur, cela serait très néfaste a la longue
Nuage

 

Les cigarettes électroniques nuiraient aux poumons

 

Si certains fumeurs les utilisent pour se sevrer, les cigarettes électroniques ne seraient pas complètement inoffensives pour l’appareil respiratoire, selon les conclusions d’une récente étude grecque.

Les cigarettes électroniques sont de plus en plus populaires. Un prix en baisse, des allégations qui les rendraient meilleures pour la santé que les cigarettes classiques… Elles ne manquent pas d’atouts. Toutefois, leur usage n’a jamais été recommandé par les autorités de santé françaises en raison d’un manque d’études concernant leur innocuité.

Des effets néfastes

A ce propos, une récente étude grecque présentée lors du congrès de la Société européenne des maladies respiratoires a observé leurs effets sur les poumons. Et les résultats montrent que la e-cigarette, qui contient divers solvants et parfois de la nicotine  en plus ou moins grande quantité selon les modèles, n’est pas inoffensive. L’étude s’est portée sur 8 non-fumeurs et 24 fumeurs. Les scientifiques ont fait fumer une cigarette électronique aux participants durant 10 minutes. Ils ont constaté chez chacun d’entre eux une résistance des voies aériennes immédiatement après l’utilisation, c’est-à-dire que leurs poumons étaient moins oxygénés.

Les auteurs de l’étude expliquent que de plus amples recherches sont nécessaires pour savoir si ces effets se confirment sur le long terme.

Source : ERS congress 2012

http://sante.journaldesfemmes.com