Il est impossible de se désabonner de ces sites internet


Certains sites internet sont tenaces pour garder vos données personnelles même si vous supprimez votre compte. D’autres acceptent de supprimer sauf que c’est plus compliqué qu’autre chose. Il y a des données qu’il est mieux de taire sur le web, car, il se peut que cela se retourne contre nous
Nuage

 

Il est impossible de se désabonner de ces sites internet

 

 

INTERNET WWW

  • Le Huffington Post Québec  |  Par Camille Lopez

Bienvenue en 2017. Certains prétendront que la présence virtuelle d’un individu est tout aussi importante que sa «vraie» vie. Et à l’ère du web omniprésent, il faut redoubler de prudence lorsque vient le temps de donner accès à ses données personnelles… Puisque dans certains cas, elles risquent de rester sur Internet, que vous le vouliez ou non.

S’il ne suffit que d’un clic pour vous désabonner de certains sites, d’autres demandent une démarche compliquée… ou ne le permettent tout simplement pas. Le Huffington Post Québec dresse la liste des sites qui ne vous permettent pas d’effacer vos données, et vous indique comment vous désabonner des réseaux sociaux les plus populaires.

Même si vous supprimez votre compte, Facebook se donne le droit de conserver des données.

Comment supprimer votre compte Facebook

Avec 1,86 milliard d’abonnés à la fin de 2016, Facebook est de loin le réseau social le plus fréquenté de la planète. Pourtant, si on écrit «Comment supprimer» dans la barre de recherche de Google, on remarque que «Comment supprimer un compte Facebook» figure parmi les recherches les plus populaires. Sans surprise.

comment supprimer

Mauvaise nouvelle pour ceux qui veulent repartir de zéro, même si vous supprimez votre compte, Facebook se donne le droit (et vous avez accepté les conditions en vous inscrivant) de conserver des données, dont vos messages. Gardez en tête que la plus grande partie de votre utilisation du site dépend des interactions avec les autres usagers. Les photos de vous que votre ami a téléchargées, les conversations avec votre collègue, les événements marquants de votre sœur auxquels vous avez participé: toutes ces informations restent sur leur propre profil.

Le processus de suppression de la majeure partie de vos données peut prendre jusqu’à trois mois. Et une fois votre compte désactivé, il vous sera impossible de retrouver vos informations. Cliquez ici pour vous désabonner.

Comment supprimer des mois ou des années de votre journal Facebook

Chuuut. On a tous des phases dont on est plus ou moins fiers. Pour plusieurs, supprimer manuellement des mois ou des années en entier peut être très laborieux. Heureusement, il existe des logiciels qui suppriment rapidement les publications dont vous voulez vous débarrasser. Voici une extension Chrome qui fait le travail.

Il est impossible de se désabonner de ces sites

Sur d’autres sites, tels que Couchsurfing ou Wikipedia, la suppression complète est impossible. Votre profil peut être «suspendu» ou «désactivé», mais restera toujours disponible si vous souhaitez le réactiver «au cas où».

Voici les sites qui ont retenu notre attention, pour la liste complète, consultez Background Check.

  • Animal Crossing
  • WordPress.com
  • Wikipedia
  • Starbucks
  • Playstation Network
  • League of Legends
  • Blogger (Google)
  • Call of Duty
  • Couchsurfing

Il est très compliqué de se désabonner de ces sites

Ces sites internet tiennent vraiment à garder votre compte actif, mais vous permettent tout de même de vous désabonner. La plupart des compagnies énumérées plus bas vous demanderont de communiquer directement avec elle, puis supprimeront votre abonnement.

  • Adobe
  • Amazon
  • Asos
  • Craigslist
  • Etsy
  • Gamespot
  • Groupon
  • iTunes/Apple
  • Rotten Tomatoes
  • Skype
  • Ticketmaster
  • TripAdvisor

Et vos données personnelles, dans tout ça?

Vous ne serez pas surpris d’apprendre que sur Internet, rien n’est gratuit. Vos données personnelles, qu’il s’agisse de celles que vous donnez vous-mêmes en créant un profil en ligne, ou celles reliées à vos habitudes d’utilisation du Web, sont une vraie mine d’or pour les publicitaires. Votre empreinte virtuelle permet de cibler vos préférences… et ainsi vous vendre les produits les plus susceptibles de vous intéresser.

Protéger vos données contre les fraudeurs

CliquezJustice.ca vous recommande de fournir le moins d’informations personnelles sur les réseaux sociaux. En 2016, le vol d’identité était la troisième technique de fraude la plus fréquente au Canada. Évitez de fournir:

  • Votre numéro de téléphone
  • Votre date de naissance
  • Votre adresse
  • Le nom de votre employeur
  • Le nom des membres de votre famille

En 2015, Le Monde apprenait que les données personnelles des utilisateurs de réseaux sociaux européens étaient mal protégées. La solution pour éviter que ces informations ne soient pas utilisées par les autorités américaines?

«Vous pouvez envisager de fermer votre compte Facebook«, avait répondu Bernhard Schima, avocat pour la Commission européenne.

Et ce ne sont pas que vos données «cachées» qui pourraient être compromises. La douane américaine peut exiger l’accès à vos réseaux sociaux et à vos contacts si vous souhaitez entrer ou sortir des États-Unis.

http://quebec.huffingtonpost.ca

Attention aux messages textes frauduleux, rappelle la SQ


Que ce soit par courriel ou par message texte (texto) toujours se méfier des fraudes en rapport avec les comptes bancaires et les impôts, même si le message semble être authentique. Sitôt que le message demande des informations personnelles, il y a un signe que c’est une fraude
Nuage

 

Attention aux messages textes frauduleux, rappelle la SQ

 

La Sûreté du Québec (SQ) attire l’attention sur une fraude par message texte, qui est fréquente en ce moment.

Des personnes ont reçu l’un de ces deux messages, faussement attribués à Desjardins :

1) « Votre compte bancaire en ligne Desjardins a été suspendu en raison de vérifications de sécurité. Connectez-vous ci-dessous pour valider votre profil », avec un lien cliquable semblable à celui du site web de l’institution financière.

2) « Desjardins a détecté une activité inhabituelle sur votre compte. Veuillez vérifier votre profil immédiatement », avec un lien cliquable semblable à celui du site web de l’institution financière.

La SQ rappelle qu’il est important de ne pas répondre et de ne pas cliquer sur le lien en question. La police suggère aux citoyens de contacter leur institution financière s’ils ont des doutes sur leur compte.

Il ne s’agit pas du seul type de message frauduleux en vogue : une internaute nous a fait suivre un faux message de l’Agence du revenu du Canada lui suggérant de cliquer sur un lien pour obtenir son retour d’impôt. Le texto provenait d’un numéro ontarien avec le code régional 289.

http://quebec.huffingtonpost.ca

La prison pour avoir triché à un examen?


L’Université de Concordia à Montréal, ne rit pas avec les tricheurs qui se font passer pour un autre. C’est un acte criminel qui est punissable par la loi.
Nuage

 

La prison pour avoir triché à un examen?

 

Un étudiant et son tuteur risquent une amende maximale... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Un étudiant et son tuteur risquent une amende maximale de 5000 $ ou un emprisonnement maximal de six mois, ou les deux, pour avoir triché lors d’un examen à l’Université Concordia.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

 

GABRIELLE DUCHAINE
La Presse

L’Université Concordia a pris les grands moyens pour punir un étudiant tricheur et son complice : appeler la police.

John Karras se serait fait passer pour l'étudiant... (Photo tirée de LinkedIn) - image 1.0

John Karras se serait fait passer pour l’étudiant de Concordia Abdullaziz Emad Almuhaidib, carte d’étudiant à l’appui, à l’examen de ce dernier.

PHOTO TIRÉE DE LINKEDIN

L’homme avait demandé à un autre de passer un examen à sa place. Les voilà tous les deux accusés au criminel. Ils pourraient même se retrouver derrière les barreaux.

Une porte-parole de l’université a refusé de dévoiler dans quel programme l’étudiant est inscrit ou de commenter le dossier de quelque manière que ce soit parce que l’affaire est maintenant devant la cour.

Selon des documents judiciaires consultés par La Presse, le 27 avril dernier, alors que la fin de la session universitaire arrivait à grands pas, l’étudiant aurait demandé à un tuteur de passer un examen à sa place.

FONDATEUR DE MONTREAL TUTORING

Le tuteur en question, John Karras, se présente sur l’internet comme le fondateur de Montreal Tutoring, une entreprise qui offre des cours privés ou de groupe aux étudiants de Concordia et de la John Molson School of Business, affiliée à l’université. M. Karras ne nous a pas rappelée.

Selon la police, il se serait fait passer pour l’étudiant Abdullaziz Emad Almuhaidib, carte d’étudiant à l’appui, à l’examen de ce dernier. Le duo s’est fait prendre.

Plutôt que de simplement sanctionner ou renvoyer son étudiant, comme le prévoit son règlement, Concordia a alerté la police. 

Pourquoi une telle mesure ? L’université ne veut pas commenter ce cas précis.

« Cependant, nous sommes toujours vigilants en ce qui concerne les questions d’intégrité académique. Lorsque nous croyons qu’il y a eu des activités criminelles sur le campus et que nous croyons qu’il est dans l’intérêt de la communauté de le faire, nous communiquons avec les autorités locales qui interviennent au besoin », note la porte-parole Cléa Desjardins.

Karras et Almuhaidib ont été arrêtés et accusés, le premier de complot, de fraude à l’identité, d’avoir représenté faussement un autre à un examen et d’avoir utilisé un document contrefait, le deuxième de complot et d’avoir bénéficié du fait qu’un autre le représente faussement à un examen.

Ils risquent une amende maximale de 5000 $ ou un emprisonnement maximal de six mois, ou les deux.

CE QUE DIT LA LOI

Saviez-vous qu’au Canada, certaines formes de plagiat sont punissables en vertu du Code criminel ? Il est notamment illégal de représenter faussement un autre à un examen. C’est l’article 404. Il dit :

« Est coupable d’une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire quiconque, faussement, avec l’intention d’acquérir un avantage pour lui-même ou pour une autre personne, se fait passer pour un candidat à un examen de concours ou d’aptitudes tenu en vertu de la loi ou relativement à une université, un collège ou une école, ou sciemment tire parti du résultat de cette supposition de personne. »

http://www.lapresse.ca/

Fraude alimentaire: des tomates d’ici cultivées… au Mexique


La fraude alimentaire est parait-il difficile à contrôler, ceux qui se font prendre, c’est souvent après une dénonciation, ou un scandale. Le cas des tomates d’une entreprise ontarienne a été par une inspection aléatoire. Il y aurait beaucoup plus de fraudes que l’on croit ici, et même dans d’autres pays
Nuage

 

Fraude alimentaire: des tomates d’ici cultivées… au Mexique

 

La fraude alimentaire est un problème courant, méconnu... (Photo Andrew Scrivani, The New York Times)

La fraude alimentaire est un problème courant, méconnu et extrêmement difficile à contrôler.

PHOTO ANDREW SCRIVANI, THE NEW YORK TIMES

STÉPHANIE BÉRUBÉ

Une entreprise canadienne devra payer 1,5 million de dollars en amendes pour avoir vendu des légumes importés en prétendant qu’ils étaient des produits locaux. L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) impose aussi une période de probation de trois ans à Mucci, entreprise ontarienne qui vend des légumes partout au Canada, notamment dans les supermarchés québécois.

C’est la plus importante peine jamais imposée au Canada pour avoir enfreint les lois sur l’étiquetage. De novembre 2011 et janvier 2013, des tomates de serre, des poivrons et des concombres ont été emballés avec de fausses indications sur leur pays d’origine. Des légumes du Mexique auraient notamment été présentés comme des produits du Canada. L’ACIA estime que la valeur des produits vendus avec de fausses indications dépasserait 1 million de dollars.

Ce genre de condamnation est extrêmement rare.

« C’est très difficile de démasquer des cas comme ça », estime Sylvain Charlebois, doyen de la faculté de management de l’Université de Dalhousie, à Halifax, et membre d’un comité d’experts de l’ACIA.

Les enquêtes pour ce type d’infraction sont essentiellement déclenchées à la suite de dénonciations, précise ce spécialiste de l’industrie agroalimentaire canadienne. Dans le cas de Mucci, c’est une inspection aléatoire qui a déterminé que des poivrons canadiens étaient vendus frais hors-saison, ce qui a éveillé les soupçons des inspecteurs de l’ACIA, qui ont poussé plus loin leur enquête.

Mucci est une entreprise familiale qui possède des terres agricoles et des serres en Ontario. Elle a collaboré à l’enquête de l’ACIA, plaidant un problème d’étiquetage. Mucci et ses dirigeants ont été reconnus coupables la semaine dernière d’infractions à la Loi sur les aliments et drogues, à la Loi sur l’emballage et l’étiquetage des produits de consommation et à la Loi sur les produits agricoles du Canada. 

Un problème fréquent

Selon Sylvain Charlebois, ce genre de cas risque de se multiplier au cours des prochaines années au Canada.

«L’ensemble de l’industrie veut s’attaquer à ce problème, mais ne sait pas trop comment s’y prendre. Nous sommes au début du processus.» Sylvain Charlebois
doyen de la faculté de management de l’Université de Dalhousie

Souvent, poursuit le professeur Charlebois, c’est un scandale qui déclenche la vigilance. En Europe, les consommateurs ont été choqués en 2013 d’apprendre que leurs lasagnes au boeuf haché étaient faites avec du cheval, une viande moins chère.

« C’est de la fraude, tranche Sylvain Charlebois, car la contrefaçon est faite pour obtenir des gains économiques. »

***

DIFFICILE À CONTRÔLER

La fraude alimentaire est un problème courant, méconnu et extrêmement difficile à contrôler. Les cas les plus fréquents restent les poissons volontairement mal identifiés et l’huile d’olive altérée avec des huiles moins chères. Plusieurs pays ont décidé de s’attaquer au problème : l’Italie a ajouté des dents à sa loi sur la contrefaçon d’huile d’olive cette année. La police italienne a aussi saisi 85 tonnes d’olives peintes au sulfate de cuivre lors de la dernière intervention d’Interpol visant la fraude alimentaire. L’Espagne vient de saisir 120 tonnes d’huile d’olive contrefaite. Les États-Unis auront également un nouveau système pour tester l’huile d’olive importée dès l’année prochaine. Dans son rapport d’activité de 2015, le Réseau de fraude alimentaire de l’Union européenne calcule toutefois que les erreurs d’étiquetage sont les principales sources de fraude en Europe.

D’AUTRES FRAUDES ALIMENTAIRES

HUILE D’OLIVE

L’année dernière, une compagnie de Mirabel, Tucom, a été reconnue coupable d’avoir vendu de l’huile d’olive extra vierge « de manière fausse, trompeuse ou mensongère ou susceptible de créer une fausse impression quant à sa nature, sa valeur, sa composition et ses avantages ».

Elle a été condamnée à payer 12 000 $. C’était une deuxième condamnation pour cette entreprise québécoise.

POULET

Un commerçant de Colombie-Britannique, Bruce Arabsky, a été reconnu coupable d’infraction à la Loi sur les aliments et les drogues en 2014. Il a faussement étiqueté du poulet destiné à l’exportation en prétendant que la viande était du dindon. Il a été condamné à payer 12 000 $ d’amendes.

POIVRONS

En 2013, un importateur ontarien a aussi vendu des poivrons mexicains en prétendant qu’ils étaient canadiens. L’enquête de l’ACIA a déterminé que le négociant en fruits et légumes Perry Impens changeait les étiquettes sur les légumes avant leur revente. Il a été condamné à 6900 $ d’amendes.

http://www.lapresse.ca/

Une aînée victime d’une arnaque en ligne perd plus de 100 000 $


Comment de fois, qu’il faudra dire que sur internet, quand il est question d’argent, il faut être prudent. Ces fraudeurs, visent des personnes vulnérables et c’est ce qui fait que les mêmes arnaques durent des années, voir des décennies
Nuage

 

Une aînée victime d’une arnaque en ligne perd plus de 100 000 $

 

Une femme âgée de 75 ans a perdu plus de 100 000 $ à la suite d’une fraude par internet qui touche particulièrement les résidents de Longueuil, en Montérégie.

Le Service de police de l’agglomération de Longueuil a révélé jeudi le stratagème utilisé par les fraudeurs qui ont communiqué avec leurs victimes par internet. Les femmes qui s’affichent comme veuves sur les réseaux sociaux semblent être des cibles récurrentes. Les victimes ont discuté avec les arnaqueurs sur Skype, pendant plusieurs semaines, ce qui a créé des liens de confiance.

Les fraudeurs ont ensuite prétendu avoir un urgent besoin d’argent et demandé aux victimes de leur transférer des sommes importantes par l’entremise de compagnies comme Western Union ou Money Gram. La plupart du temps, cet argent aurait été transféré vers des pays comme la Chine, le Maroc ou encore le Congo.

Les fraudeurs laissent croire qu’ils sont généreux et qu’ils vont éventuellement rembourser leur dette, chose qui n’arrive pratiquement jamais.

Le SPAL en a profité pour rappeler aux citoyens les mesures de précautions à prendre contre les arnaqueurs qui sévissent en ligne. Pour éviter une arnaque, les autorités recommandent de ne jamais envoyer d’argent à des inconnus à la suite de telles rencontres sur le web.

Par ailleurs, il est recommandé de consulter des membres de sa famille ou des gens de confiance avant d’avancer tout montant à des inconnus sur internet.

Toute personne qui pense avoir été victime de cette arnaque peut communiquer avec son service de police local. Celui-ci transmettra l’information au centre antifraude Canada.

http://www.tvanouvelles.ca/

Une dame âgée dépouillée de 500 000$ gagne une manche


Il est triste qu’une dame de 92 ans doive se battre pour avoir gain de cause sur ses économies. Heureusement, qu’elle a eu toute sa tête pour réagir, malgré qu’elle a pu faire connaitre qu’elle a été lésé, il reste encore des points à régler
Nuage

 

Une dame âgée dépouillée de 500 000$ gagne une manche

 

Selon la Couronne, Alissa Kerner, Anita Obodzinski et... (PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Selon la Couronne, Alissa Kerner, Anita Obodzinski et son mari Arthur Trzciakowski se seraient servis d’une déclaration d’inaptitude pour s’approprier environ 500 000 $ des comptes bancaires de Veronica Piela.

PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

PHILIPPE TEISCEIRA-LESSARD
La Presse

Une nonagénaire qui s’était enfuie d’une résidence pour personnes âgées en affirmant être exploitée financièrement par une fausse nièce et une travailleuse sociale vient de gagner une manche dans son combat pour récupérer les économies d’une vie.

Dans un jugement rendu le 20 novembre, la Cour supérieure a annulé le mandat en cas d’inaptitude homologué contre Veronica Piela, 92 ans.

Selon la Couronne, Alissa Kerner, Anita Obodzinski et son mari Arthur Trzciakowski se seraient servis de cette déclaration d’inaptitude pour s’approprier environ 500 000$ des comptes bancaires de la vieille dame.

La Presse avait révélé les mésaventures de Mme Piela en avril dernier. Le cauchemar de la vieille dame avait éclaté au grand jour en janvier 2014, lorsque des policiers l’avaient retrouvée dans la rue, avec sa marchette, à moitié vêtue. Elle menaçait de se suicider si les autorités la ramenaient dans la résidence où on l’avait confinée.

Elle vit aujourd’hui dans la maison de retraite de son choix.

À la fin du mois de novembre, la juge Hélène Langlois a annulé le mandat en cas d’inaptitude qui donnait à Anita Obodzinski un contrôle quasi total des biens et de la vie de Mme Piela. Sa validité «n’a pas été établie», écrit la Cour.

La signature de la nonagénaire sur le mandat en cas d’inaptitude «constitue un faux par imitation et n’émane pas de la défenderesse», selon l’experte dont la juge a retenu l’opinion.

Un autre expert était arrivé à la conclusion inverse.

La Cour a aussi écarté les rapports médicaux et sociaux – dont celui de la coaccusée Alissa Kerner – obtenus pour faire homologuer le mandat.

«Notre cliente n’est pas satisfaite du jugement rendu dans cette affaire. Elle considère que plusieurs aspects de la preuve ont tout simplement été ignorés par le juge», a réagi par écrit Jean El Masri, avocat d’Obodzinski. «Notre cliente n’a pas décidé de façon définitive si elle fera appel.»

Du côté de la plaignante, on refuse de se réjouir trop vite.

«Évidemment, ma cliente est satisfaite. Mais je dois souligner que le jugement ne règle pas le problème en totalité. Il y a beaucoup d’autres questions en suspens», a expliqué Igor Dogaru, avocat de Veronica Piela. «C’est certain qu’il va y avoir d’autres procédures.»

Alors que la Couronne lui reproche d’être entrée par effraction chez Mme Piela et de l’avoir séquestrée, la travailleuse sociale Alissa Kerner vient de faire face à son ordre professionnel pour d’éventuelles fautes déontologiques commises dans ce dossier. Elle en était suspendue depuis septembre 2014.

http://www.lapresse.ca/

Une voyante extorque plus de 500 000 $ à un client


Comment peut-on se faire avoir de la sorte ? Comment peut-on accepter de donner autant d’argent alors qu’il est impossible (pour ma part) de communiquer avec les morts ?
Nuage

 

Une voyante extorque plus de 500 000 $ à un client

 

Pricilla Delmaro lors de son arrestation.

Une voyante de 26 ans, mère de trois enfants, a plaidé coupable mardi à New York, après avoir extorqué plus de 500 000 dollars à un Britannique trop crédule, qui croyait en ses pouvoirs pour retrouver sa petite amie, pourtant décédée.

Pricilla Delmaro, en pantalon de prisonnière et tee-shirt gris, n’a quasiment rien dit lors de sa comparution devant un tribunal de l’Etat de New York. Elle sera formellement condamnée le 26 janvier, probablement à quatre ans de mise à l’épreuve.

Elle disait la bonne aventure depuis une officine près de Times Square.

Sa victime, Niall Rice, 33 ans, était un consultant en marketing ayant très bien réussi, mais il était prêt à tout pour essayer de retrouver Michelle, une femme rencontrée en 2013 dans un centre de désintoxication, et avec laquelle il avait eu une brève liaison.

Il avait d’abord consulté une première voyante, lui laissant des dizaines de milliers de dollars, et lui achetant même une bague Tiffany de 40 000 dollars, avant de perdre confiance dans sa capacité à retrouver Michelle.

À partir de novembre 2013, il consulte Pricilla Delmaro, qui le délestera en quelques mois de 569.411 dollars, lui disant de ne pas croire aux informations annonçant la mort de Michelle en février 2014, et affirmant qu’elle pourrait lui faire rencontrer une Michelle réincarnée.

Pricilla Delmaro, avec lequel Niall Rice a admis avoir eu des relations sexuelles, affaiblissant son dossier, a plaidé coupable mardi de vol qualifié et fraude.

Elle est emprisonnée depuis son arrestation en mai.

Un détective privé, engagé finalement par Niall Rice, Bob Nygaard, a raconté à l’AFP que celui-ci avait dépensé plus de 718 000 dollars entre les deux voyantes.

Selon M. Nygaard, Niall Rice a tenté en vain, d’obtenir que la première des voyantes soit aussi poursuivie.

http://www.tvanouvelles.ca/

Voici comment fonctionnent les escroqueries sur Internet du type fraude 419


Vous savez le courriel qui dit qu’un riche homme d’affaires venu d’un pays lointain nous propose des sommes d’argent astronomiques pour un service qui ne nous coûterait pas grand-chose et bien sachez que cette grotesque arnaque a fait gagner aux fraudeurs des milliards de dollars
Nuage

 

Voici comment fonctionnent les escroqueries sur Internet du type fraude 419

 

 Pigeons! | Ingrid Taylar via Flickr CC License by

Pigeons! | Ingrid Taylar via Flickr CC License by

Repéré par Benjamin Delille

Le professeur Timothy S. Rich a passé quatre ans à étudier ce phénomène venu du Nigeria.

Nous avons tous reçu ce genre d’e-mails horriblement mal écrits, où un riche homme d’affaires venu d’un pays lointain nous propose des sommes d’argent astronomiques pour un service qui ne nous coûterait pas grand-chose, et qui serait bien sûr remboursé. Cela peut vous paraître improbable de tomber dans un piège aussi grossier, pourtant, cette fraude permet d’extirper par an à l’ensemble de ses victimes environ 10 milliards de dollars, et ce, depuis des années.

Le professeur Timothy S. Rich, de l’Université Western Kentucky, a travaillé quatre ans sur le sujet. Dans le langage sécuritaire, on parle d’une Advance Fee Fraud (AFF), plus connue sous le nom de fraude 419, soit le numéro de l’article du code pénal nigérian qui condamne cette pratique. La pratique est née au Nigeria, mais elle s’est vite répandue dans de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest, d’Asie du Sud-Est et d’Europe de l’Est.

Le principe est simple: contacter la victime par e-mail et lui demander de l’aide pour transmettre des millions vers son compte en échange de quoi elle recevra un bon pourcentage du total transmis. Pour cela, l’arnaqueur extorque des sommes variables à sa victime sous prétexte de frais nécessaires pour assurer le bon déroulement du virement, jusqu’à ce que la victime prenne conscience de la supercherie. À ce moment-là, l’utilisation de Western Union ou de MoneyGram rend l’arnaqueur intraçable, et celui-ci disparaît.

Fraude rodée

Pour le Washington Post, Rich recense quelques caractéristiques méconnues de ce phénomène permettant de mieux l’appréhender. Selon lui, la fraude 419 date d’avant Internet, et fonctionnait déjà par courrier dans les années 1970-1980. Il ne s’agirait pas d’actes isolés: les arnaqueurs sont issus d’organisations bien rodées et très hiérarchisées. Ces organisations ont tout travaillé pour faire un maximum de profit: les e-mails sont généralement intentionnellement mal écrits et peu crédibles pour toucher directement les individus les plus crédules et naïfs. Ils manipulent ces personnes en utilisant le champ lexical de la confiance, d’autant plus présent dans les e-mails que la somme d’argent impliquée est grande.

Pour lutter contre les fraudes 419, «l’éducation publique n’apparaît pas comme une approche utile», nous dit le professeur.

Selon lui, il est bien plus efficace de développer des filtres anti-spams, qui pourraient utiliser cette donnée du champ lexical pour être plus performants.

http://www.slate.fr/

Des images illustrant la triste réalité


Des valeurs qui ont changé à cause de notre mode de vie, des situations qui devront changer, mais qu’à cause de l’argent, les choses empirent
Nuage

 

Des images illustrant la triste réalité

 

Steve Cutts est un illustrateur et animateur qui habite à Londres.

Il crée des vidéos et des images qui critiquent la vie moderne.

Steve affirme que la folie de l’humanité est un réservoir infini d’inspiration pour lui.

illustration-steve-cutts-01

illustration-steve-cutts-02

illustration-steve-cutts-03

illustration-steve-cutts-04

illustration-steve-cutts-05

illustration-steve-cutts-06

illustration-steve-cutts-07

illustration-steve-cutts-08

illustration-steve-cutts-09

illustration-steve-cutts-10

illustration-steve-cutts-11

illustration-steve-cutts-12

illustration-steve-cutts-13

illustration-steve-cutts-14

illustration-steve-cutts-15

illustration-steve-cutts-16

Source: http://www.stevecutts.com/

Alberta : Une arnaque avec une touche de spiritisme sévit à Calgary


Est-ce que certaines cultures sont plus sensibles à des arnaques de spiritismes. Il est malheureux qu’encore à notre époque des gens puissent croire aux mauvais sorts et qu’en payant tout sera réglé
Nuage

 

Alberta : Une arnaque avec une touche de spiritisme sévit à Calgary

 

Une arnaque avec une touche de spiritisme sévit à Calgary

Crédit photo : Archives Agence QMI

Des courriels menaçants, affirmant que de mauvais esprits menacent les proches des victimes, forcent la police de Calgary à émettre un avertissement afin de prévenir une escalade de fraudes.

Le service des crimes économiques de cette province a précisé que l’arnaque ciblait plus particulièrement les membres de la communauté asiatique. Pour le moment, on ne rapporte aucune victime à Calgary, mais les informations reçues par la police tendent à démontrer que le stratagème se déplace au Canada et pourrait bientôt se pointer sur son territoire.

Les femmes âgées, d’origine chinoise, semblent plus à risque et les policiers craignent que les fraudeurs ne soient pas dénoncés par les victimes et ils appréhendent que les crimes restent impunis.

Une sorte de «sort de bénédiction» est envoyé aux victimes, à qui on mentionne que des esprits maléfiques s’en prendront à leur fils ou à leur petit-fils si ces personnes refusent d’envoyer de l’argent ou d’autres biens réclamés par les criminels.

Ce subterfuge a été observé à Vancouver où une série d’incidents ont été rapportés.

http://tvanouvelles.ca/